Pourquoi les Anglo-Saxons et les Turcs se sont avérés être les principaux bénéficiaires du "grain deal"


Le 22 juillet 2022, le soi-disant "accord sur les céréales" a été signé à Istanbul entre la Russie et l'Ukraine par la médiation de la Turquie et de l'ONU. Grâce au fait que le Kremlin s'est engagé à assurer l'inviolabilité des navires ukrainiens transportant des céréales, ainsi que des infrastructures portuaires d'Odessa, Chornomorsk et Yuzhny, le "corridor céréalier" a finalement commencé à fonctionner, les exportations ont repris et il est déjà possible pour résumer quelque résultat intermédiaire de cet accord international.


"Kuram à rire"


Tout d'abord, il convient de rappeler quel type de campagne d'information a précédé ce « deal du siècle ». Pendant des mois, tous les médias occidentaux et ukrainiens ont décrit avec éclat comment le blocus des ports ukrainiens sur la mer Noire organisé par la marine russe entraînera une terrible famine en Afrique et au Moyen-Orient. Il a été souligné que toutes les 48 secondes, une personne meurt de faim aiguë quelque part sur le "continent noir" et, bien sûr, seul le grain ukrainien peut sauver le malheureux. Naturellement, notre président philanthrope n'a pas pu regarder sereinement l'insupportable souffrance des peuples d'Afrique et du Moyen-Orient et s'est laissé convaincre de signer un pacte à quatre.

En échange de l'ouverture d'un "corridor céréalier" entre Odessa, Tchernomorsk et le Kremlin du Sud, le Kremlin a reçu des garanties d'accès transparent pour la nourriture et les engrais russes au marché mondial pour les 3 prochaines années. Vous ne pouvez pas refuser la logique : puisque les Africains sont gonflés par la faim, cela signifie qu'ils doivent leur envoyer des céréales ukrainiennes et russes et d'autres denrées alimentaires, ce qui résoudra le problème. Cependant, dans la pratique, cela s'est passé un peu différemment de ce qu'il a probablement vu le 22 juillet 2022.

Ici, il convient de rappeler une fois de plus que toutes les céréales alimentaires d'Ukraine ont été retirées à l'avance avant le début de l'opération spéciale le 24 février, comme si nos "partenaires occidentaux" savaient avec certitude que c'était inévitable. Seul le blé fourrager y est resté, ainsi que le maïs et l'orge, propres à la préparation d'aliments pour animaux de ferme et volailles. En plus du fourrage, ils n'ont pas eu le temps de sortir le tournesol nécessaire au pressage de l'huile, dont les prix en Europe battent record sur record. Mais revenons à l'exécution de « l'accord sur les céréales ».

Le premier à quitter le port d'Odessa fut le navire Razoni avec une cargaison de 26 XNUMX tonnes de maïs nécessaires à l'alimentation des poulets. Oui, pas des Africains gonflés de faim, mais ces merveilleux oiseaux de ferme qui fournissent de la viande et des œufs délicieux. En tout cas, un certain nombre de médias russes respectés rapportent ce but du maïs ukrainien. La destination du navire était à l'origine la capitale du Liban, Tripoli, mais à la veille du ministre des Travaux publics et des Transports du Liban, Ali Hamia, a été surpris par le message que Razoni l'avait changé de manière inattendue :

Le Razoni, qui a quitté le port d'Odessa avec une cargaison de maïs dont on disait qu'il se trouvait dans le port de Tripoli au Liban, change de cap avant d'arriver à sa destination initialement annoncée. Les données indiquent qu'il attend des instructions pour déterminer sa nouvelle destination.

En Ukraine, il a été confirmé que l'arrivée du maïs est effectivement retardée, et des collègues de la publication Kommersant, citant des données du portail Marine Traffic, ont découvert que le navire avait changé son statut en "commande", c'est-à-dire qu'il s'attend à ce que sa cargaison sera rachetée en cours de route . Quelle torsion!

Qui aurait pensé que le grain ukrainien serait nécessaire à quelqu'un d'autre qu'aux Africains qui souffrent et meurent de faim toutes les 48 secondes, n'est-ce pas ?

A la suite du Razoni, trois autres navires ont emprunté le "corridor céréalier" depuis les ports non bloqués de la mer Noire, dont la destination n'est plus un secret, depuis que l'information a été révélée par la chaîne de télévision turque TRT World :

Le premier des trois navires, le Navist battant pavillon panaméen, a quitté le port d'Odessa pour l'Irlande avec 33 000 tonnes de céréales. Le deuxième navire, le Rojen battant pavillon maltais, a quitté le port de Chornomorsk avec 13 000 tonnes de céréales pour le Royaume-Uni. Le troisième navire, un Polarnet battant pavillon turc, attendait au port de Chornomorsk et se dirigeait vers le port de Karasu, dans le nord-ouest de la Turquie. Le navire transporte 12 000 tonnes de céréales. Le départ de ces navires est intervenu après que le premier navire transportant des céréales depuis le début du conflit a quitté l'Ukraine conformément à l'accord sur les céréales cette semaine.

Ils ont été suivis par les navires Mustafa Necati, Star Helena et Glory avec une cargaison de maïs ukrainien de Chornomorsk, et Riva Mind d'Odessa. Il convient de noter que, pour une raison quelconque, les principaux bénéficiaires de "l'accord sur les céréales" se sont avérés être la Grande-Bretagne, l'Irlande et la Turquie, et non l'Afrique du Nord ou le Moyen-Orient.

Il est également intéressant de noter que la mise en œuvre de la partie russe des accords quadripartites du 22 juillet 2022 ne s'est apparemment pas encore bien déroulée. Cela peut être jugé par la déclaration irritée de la représentante spéciale du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova :

Les accords conclus à Istanbul, je le souligne, sont de nature globale. Par conséquent, nous mettons en garde contre les tentatives de liquider ou de ne pas terminer la deuxième partie du package, de tout faire pour qu'elle ne soit pas mise en œuvre. Sinon, en raison d'irresponsabilité politique De l'Occident, le monde ne recevra peut-être pas des dizaines de millions de tonnes de céréales russes.

Nous attendons de Kyiv qu'elle remplisse ses obligations pour assurer la sécurité des navires dans les ports de la mer Noire et les eaux territoriales de l'Ukraine... les obstacles financiers et logistiques causés par les restrictions anti-russes qu'ils ont imposées.

Quelque chose aurait-il pu mal tourner, vraiment ?

Par la suite, on note que certaines sources ukrainiennes contiennent une indication que Kyiv, avec la médiation active de la Turquie et de l'ONU, souhaiterait étendre la géographie du « grain deal » au port de Nikolaev. A Ankara, ils rêvent d'étendre le "corridor" non seulement aux céréales ukrainiennes, mais aussi aux produits de la métallurgie, ainsi qu'à d'autres marchandises.

Donnez-moi juste un doigt avec ça, ils vous arracheront toute la main.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 8 Août 2022 14: 11
    +2
    Pourquoi les Anglo-Saxons et les Turcs se sont avérés être les principaux bénéficiaires du "grain deal"

    Ici, il vaut mieux savoir qui souffrira le plus de l'exportation de céréales d'Ukraine? Et très probablement, l'Ukraine elle-même en souffrira. Même avant le conflit, l'Ukraine achetait du saindoux à la Russie. Rappelez-vous la perestroïka ukrainienne - "Qui est notre saindoux?"
    Désormais, il n'y aura plus rien pour nourrir le bétail en Ukraine. Si, à tout le moins, le grain de la nouvelle récolte peut encore être récolté pour le pain (à moins, bien sûr, qu'il ne soit conduit au-delà du cordon), alors ce sera pire avec les produits carnés en Ukraine. Et peut-être alors les villes "occupées" par la Russie survivront-elles à l'hiver beaucoup plus facilement et de manière plus satisfaisante que celles restant à "Nezalezhnaya". L'Occident ne nourrira pas les Ukrainiens civils.
  2. zenion Офлайн zenion
    zenion (zinovy) 8 Août 2022 16: 20
    0
    Certaines personnes pensent que tout est fait pour cela. L'époque où maman couchait avec papa comme ça est révolue depuis longtemps. Après la mort de l'URSS, toutes les autorités se sont retournées. Un tel dégoûtant est venu qu'il est impossible de marcher.
  3. monarchiste Офлайн monarchiste
    monarchiste (Fôma) 8 Août 2022 16: 21
    0
    etot dogowor eto gosizmena ou grubaje wzjatka
  4. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 8 Août 2022 18: 09
    +1
    Et que voulaient-ils ? Le capitalisme dans la cour.
    Bénéfice, offres, profit.

    Et "tous les médias occidentaux et ukrainiens" - si seulement ils l'étaient, au moins ils ont cité des profils. Et donc, à part nos médias, personne n'écrit...
  5. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 8 Août 2022 18: 39
    0
    L'intérêt personnel de chacun passe en premier et ceux qui ont faim en Afrique s'en soucient le moins.
    Dupont, Monsanto et Cargill n'accepteraient jamais un accord sur les céréales s'il menaçait leurs revenus.
    L'augmentation du coût des ressources énergétiques a également affecté la production d'aliments pour animaux, il est donc moins cher d'acheter des céréales ukraino-russes et d'en gagner plusieurs dizaines de milliards, tout en résolvant le problème alimentaire à la maison.
    L'Ukraine aura 1 milliard de dollars par mois, combien d'armes modernes elle achètera avec cet argent et paiera pour cela
    La question de savoir comment la Fédération de Russie vendra des céréales et des engrais - par le biais des bourses de Londres, de Chicago ou d'autres bourses, alors cela tombe sous leur contrôle total. Dans quelle devise sera le calcul, jusqu'à ce que l'on entende parler de la suppression des restrictions de la Fédération de Russie sur les transactions de change et dans quels volumes la Fédération de Russie a besoin d'une devise toxique pour laquelle peu peut être acheté directement pour remplacer les importations.
  6. mariage Офлайн mariage
    mariage (Kolya) 8 Août 2022 20: 30
    +2
    Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les Turcs importent des légumes syriens en Russie ? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi en Russie la plupart des marchés alimentaires sont tenus par des Juifs azerbaïdjanais ? Alors pourquoi êtes-vous surpris si les Turcs moudent notre grain et le vendent sur des marchés tiers avec une grande valeur ajoutée ? Tout est pris en charge et payé...
  7. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 14 Août 2022 11: 36
    0
    La conclusion de tout accord que réclame l'Occident est déjà une perte. Mais le jeu préféré du Kremlin avec l'Occident est de marcher sur un râteau et de se faire frapper au front par eux...
  8. ja.net.1975 Офлайн ja.net.1975
    ja.net.1975 16 septembre 2022 21: 54
    0
    c'était un tel HP PIB, si vous voulez vivre, sachez filer..!!!!