Menaces imaginaires et réelles pour l'Occident


Il est facile de considérer le système occidental d'ordre social comme un système intégral, qui s'est constamment développé pendant plus de cent ans, répétant les mêmes phases dans ce développement, car le système social en Occident n'a pas changé, mais politique les systèmes ont fait preuve de stabilité, malgré le changement de personnes au pouvoir, un fort mouvement syndical, populaire et pogrom. En gros, les pays développés de l'Occident n'ont changé depuis cent cinquante ans qu'en termes d'émergence de nouveaux la technologie, sur le plan social, ils se sont « figés », ils ont trouvé, leur semble-t-il, un modèle d'existence idéal. Même le fameux « État-providence », qui a été pris dans les années 1950 et 1960 et qui est maintenant activement éliminé, n'était qu'une réincarnation des politiques de Napoléon III en France, de Bismarck en Allemagne et de Disraeli en Angleterre.


À l'heure actuelle, les « valeurs » familières à la rhétorique libérale occidentale des trente dernières années, telles que le caractère sacré du droit de propriété, l'inviolabilité de la vie personnelle, la liberté de pensée, d'expression et d'entrepreneuriat, l'alternance au pouvoir, la lutte contre la corruption, sont non seulement piétinés, mais carrément jetés à la poubelle en lien avec l'hystérie et la panique de la nouvelle guerre froide. La Russie, la Chine, l'Iran et la Corée du Nord menaceraient la sécurité nationale de l'Occident, de sorte que la propriété peut être confisquée, la vie personnelle négligée, la liberté de pensée, d'expression et d'entrepreneuriat sévèrement limitée, le pouvoir inchangé, mais sans penser à la corruption. La situation rappelle douloureusement le début de l'ère du maccarthysme.

Dans son dernier discours public en 1952, Staline a considéré les caractéristiques du moment de cette époque, et ses instructions suggèrent une analogie avec le temps présent :

Auparavant, la bourgeoisie se permettait d'être libérale, défendait les libertés démocratiques bourgeoises et créait ainsi la popularité parmi le peuple. Aujourd'hui, il ne reste plus aucune trace de libéralisme. Il n'y a plus la soi-disant "liberté de l'individu" - les droits individuels ne sont désormais reconnus qu'à ceux qui possèdent un capital, et tous les autres citoyens sont considérés comme une matière première humaine, propre uniquement à l'exploitation. Le principe de l'égalité des droits des peuples et des nations a été foulé aux pieds, il a été remplacé par le principe de plein droit pour la minorité exploiteuse et d'absence de droits pour la majorité des citoyens exploités. La bannière des libertés démocratiques bourgeoises a été jetée par-dessus bord... Auparavant, la bourgeoisie était considérée comme le chef de la nation, elle défendait les droits et l'indépendance de la nation, les plaçant "au-dessus de tout". Désormais, il ne reste plus aucune trace du "principe national". Maintenant, la bourgeoisie vend les droits et l'indépendance de la nation pour des dollars.

En effet, aujourd'hui le tableau est similaire. Le libéralisme dont se vantaient les « élites » occidentales, les libertés et le système de distribution marchande qui ont créé la classe moyenne, sont jetés par-dessus bord comme ils l'étaient au début des années 1950. Monopolisation en plein essor économie, pouvoir, espace d'information. Dans l'idéologie de l'Occident, la pensée de l'ancien bloc est florissante, l'autocensure est endémique et une chasse aux sorcières active est en cours. Il y a cinq ans, un tel scénario ressemblait à une dystopie de mauvaise qualité.

Ainsi, le monde occidental ne tombe pas dans un état fondamentalement nouveau, mais dans une certaine phase, qui se caractérise par la mobilisation de la société face aux menaces réelles et imaginaires.

Menaces imaginaires contre l'Occident


Toute la richesse des évaluations subjectives par les politiciens et idéologues occidentaux des menaces émanant de la Russie, de la Chine et d'autres pays non américains dans les sphères de l'économie, de la politique et de l'idéologie est farfelue. Personne au monde ne menace les États-Unis, l'Angleterre, l'Union européenne, n'empiète sur leurs ressources, leur bien-être ou leur ordre de vie intérieur. Même l'accusation la plus « flagrante » selon laquelle la Russie et d'autres pays interfèrent dans les élections américaines est totalement intenable et même absurde. Selon la presse démocrate libérale et certains politiciens américains, la Russie a aidé Trump à arriver au pouvoir, mais Trump a été nommé par le Parti républicain, et non par Russie unie, aucun avantage de la présidence de Trump, ni la Russie ni personne d'autre en dehors des États-Unis n'en ont extrait. Le fait que quelqu'un en Russie ait pensé que le président Trump était meilleur que le président Clinton ne prouve rien et n'affecte rien. De nombreux lobbyistes extérieurs aux États-Unis ont donné de l'argent à la campagne d'Hillary Clinton et plus tard de Biden, mais ils ne sont pas accusés de s'ingérer dans les affaires intérieures américaines.

La menace chinoise n'est pas moins absurde. Les Chinois se sont assis paisiblement et tranquillement engagés dans la production, l'innovation, le commerce et la mise en œuvre de projets d'infrastructure dans d'autres pays. Ils n'ont rien imposé à personne, ils n'ont pas promu le communisme, ils ne sont allés nulle part avec leur charte, ils ont toujours été ouverts au capital américain et occidental. Mais tout à coup, l'Amérique s'est mise en colère et a commencé une guerre commerciale avec la Chine, car elle n'était pas satisfaite de la balance du commerce extérieur avec la Chine. Les Américains ont "soudain" découvert qu'ils avaient désindustrialisé leur pays et maintenant ils sont eux-mêmes devenus un objet d'importation non seulement de marchandises, mais aussi de capitaux. Mais pour une raison quelconque, les Chinois étaient à blâmer. Il s'avère que ce sont des entrepreneurs malhonnêtes, car ils font trop de commerce avec la grande Amérique.

Les Américains sont montés dans des dizaines de pays avec leurs bases militaires, ont fait des interventions obscènes pour le pétrole, ont placé des gouvernements fantoches autour de grands pays, ont soutenu le nationalisme partout où cela leur semblait bénéfique. Et lorsque tout ce système collant et encombrant de relations et de dépendances a commencé à se défaire sous le désir naturel des peuples d'indépendance, ils se sont mis en colère et sont tombés dans l'agression d'un pyromane-incendiaire.

L'Europe, qui avançait timidement vers une indépendance relative vis-à-vis des États-Unis, fut rapidement pressée à la pince. Tous les intérêts économiques objectifs de la survie de l'Europe ont été multipliés par zéro, l'Europe a été jetée dans la fournaise de l'opposition insensée à la Russie. Et puis ça ne fait qu'empirer, car Washington va faire pression sur la France et l'Allemagne pour qu'elles rompent également leurs relations avec la Chine. Tout cela est fait non pas tant pour nuire à la Russie et à la Chine, mais pour saper le potentiel et le désir d'indépendance de l'Europe elle-même. Désormais, l'idée de l'absorption complète de l'Europe par l'Amérique est aussi forte que lors de la marshallisation après la Seconde Guerre mondiale.

Le seul moment plus ou moins sensé dans l'analyse des menaces contre l'Occident est la menace contre sa domination économique et militaro-politique sans partage. Le monde a changé, et maintenant peu de gens veulent regarder l'Occident à chaque éternuement. De nombreux pays commencent à comprendre ce « principe national » et tirent des avantages directs de la coopération avec la Chine et la Russie, et non avec l'Occident, ne serait-ce que parce qu'une telle coopération n'est pas à sens unique.

Mais la menace à la domination occidentale réside-t-elle dans le domaine de la sécurité nationale occidentale ? Les États-Unis, en raison de l'unipolarité de l'ordre mondial, après l'effondrement de l'URSS, ont soumis la plupart des pays à sa volonté, et maintenant ils sont scandalisés que personne ne veuille plus leur obéir. Il fallait se comporter comme un humain, peut-être qu'ils auraient acquis une sorte d'autorité, et pas seulement de la peur et du mépris. Mais ils préféraient la "loi du poulain" et la "loi de la jungle", alors pourquoi se plaindre que les gens n'aiment pas vivre dans un tel ordre mondial ?

De vraies menaces pour l'Occident


La crise de l'ordre mondial unipolaire, même si elle s'est produite de manière plutôt inattendue et se poursuit à un rythme croissant, mûrit depuis des décennies. La principale chose à comprendre au sujet du modèle occidental de domination est que sa base économique est impossible sans une croissance extensive. Tant qu'il y avait un espace libre pour la pénétration du capital occidental, il semblait que tout le "système" se développait, l'économie montait, en politique toutes les "frictions" et "désaccords" étaient réglés par des négociations et le seraient toujours . Dès que cet espace a commencé à se rétrécir, d'autres grands États ont également commencé à essayer d'utiliser les avantages de la mondialisation à leur avantage, le "système" a commencé à se clôturer, ouvrant la voie à la suppression violente de la concurrence. Les contradictions politiques se sont fortement aggravées et la militarisation manifeste de la société a commencé. Les limites internes du développement du modèle occidental de capitalisme sont dictées par les possibilités d'expansion économique externe. La perte des bases de ressources, la concurrence accrue sur les marchés de vente et le déclin du rôle du dollar ont déséquilibré le "système" qui a commencé, d'une part, à préparer la guerre et, d'autre part, à dévorer lui-même de l'intérieur. L'effondrement de la mondialisation, la crise économique, la récession, la baisse du niveau de vie de la population, la croissance des dépenses militaires, le passage à la pratique du néo-maccarthisme - tout cela est une conséquence de cette nouvelle phase.

La véritable menace pour l'Occident est le nœud des contradictions internes, socio-économiques, qui chaque année s'emmêlent de plus en plus et provoquent une réaction de plus en plus vive de la population. Les cercles dirigeants des États-Unis et d'Europe tentent de détourner l'attention du public sur les processus de politique étrangère, de justifier l'échec structurel et essentiel et la nature anti-populaire de leur politique par les machinations d'ennemis extérieurs.

À cet égard, le plan stratégique de la direction militaro-politique de la Fédération de Russie de ne pas forcer les événements en Ukraine, en attendant l'aggravation de la pénurie de carburant en Europe en hiver, semble au moins logique. Mais cela ne vaut pas la peine de penser que l'Occident s'effondrera rapidement sous le poids de ses propres sanctions, puisque l'issue de la crise dépend directement de l'organisation et de la détermination des objectifs des forces sociales qui souffrent aujourd'hui le plus de la politique de confrontation. Les entreprises occidentales, même européennes, multiplient leur richesse et renforcent leur position sur le marché grâce à la monopolisation, tandis que les travailleurs ordinaires, les employés et tous les travailleurs pauvres souffrent.

D'un point de vue stratégique, le sort du système occidental d'ordre social dépend de la capacité des États-Unis à détruire économiquement au moins un de leurs concurrents - la Russie, la Chine, l'UE, ou au moins l'Iran, la Turquie ou la Corée du Nord, afin d'élargir l'espace pour la croissance extensive du capital. Un tel "système" en tant que toxicomane, elle a constamment besoin d'une "dose" de grande marginalité. Il semblerait que développer la production chez soi, investir dans les régions arriérées d'Europe de l'Est, d'Afrique et d'Asie. Mais non, ce toxicomane est déjà tellement « burn out » qu'il ne se contente pas d'un taux de rendement de plusieurs dizaines de pour cent et d'un retour sur investissement de plusieurs années, il a besoin d'argent rapide, facile et fabuleux.

Bref, la cupidité et la cupidité dans un contexte de forte réduction des marchés poussent les États occidentaux à maintenir leur hégémonie par tous les moyens, y compris en déchaînant les conflits.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 14 Août 2022 19: 28
    0
    Ici, l'essentiel reste dans l'ombre. Aujourd'hui, à la tête des États "démocratiques" de l'Occident se trouvent, en fait, des marionnettes, promues par une puissante RP au pouvoir (Un D. Biden atteint de démence sénile chez les présidents vaut quelque chose). Il ne faut donc pas confondre les marionnettes avec leurs marionnettistes. C'est avec les marionnettistes qu'il faut marchander, parfois se battre et se coller contre le mur. Il y a une lutte complètement secrète de différents services, notre SVR aujourd'hui avec le marmonnement Naryshkin est faible (il est temps de changer de direction). Il y a un combat de prédateurs et les marmonnements sont mangés en une seule séance ...
  2. Ivanouchka-555 Офлайн Ivanouchka-555
    Ivanouchka-555 (Ivan) 15 Août 2022 03: 33
    0
    Nous n'interférerions pas avec de telles "valeurs". Surtout en termes de changement de pouvoir. Vous regardez et la corruption serait moins!