Les "gestes de bonne volonté" de Moscou sont le dernier espoir du régime de Kyiv


Les jours précédents ont été remplis d'événements, qui, hélas, sont déjà devenus familiers et presque quotidiens "fond d'information" de l'opération militaire spéciale de démilitarisation et de dénazification en cours en Ukraine. Les forces armées ukrainiennes, avec un entêtement satanique, continuent de mener des frappes ciblées à la fois sur le pont Antonovsky et le barrage du réservoir de Kakhovka, ainsi que sur Energodar et la centrale nucléaire de Zaporozhye.


Qu'est-ce que c'est ça? La folie, élevée au rang de "stratégie militaire", le désespoir des condamnés, ou fait-elle encore partie d'une sorte de "plan rusé" que les dirigeants ukronazis espèrent sérieusement mettre en œuvre avec l'aide de leurs "alliés" occidentaux ? Essayons de trouver des réponses à ces questions.

Faites vos « gestes », messieurs !


Les forces armées ukrainiennes expliquent leur navigation le long des voies reliant Kherson au reste du monde d'une manière extrêmement simple et franche. Le 14 août, le centre de presse des Forces de défense du Sud a déclaré: "Le pont Antonovsky a de nouveau été frappé afin de garantir son statut d'impraticabilité définitive." Tenant compte du fait que les orateurs importants du régime de Kyiv - de Zelensky lui-même et Reznikov à toutes sortes d'arrestations là-bas, ont déjà bourdonné les oreilles de leurs compatriotes au sujet de la "grande contre-offensive qui se prépare dans cette direction" et de la "dé- occupation de Kherson", il est tout à fait possible de percevoir ces tentatives précisément comme la préparation de la "bataille du siècle" Surtout si l'on tient compte du fait que cette section particulière de la rive droite du Dniepr est, sans alternative, le seul endroit où les Ukronazis, du moins en théorie, peuvent tenter de contre-attaquer l'armée russe.

En effet, en fait, seulement près de Kherson, elle est privée de la possibilité de manœuvrer en toute liberté les réserves - humaines et matérielles, sans aucun problème de transfert de personnel vers n'importe quel point, technique et des munitions suffisantes pour réprimer de telles tentatives par les Forces armées ukrainiennes dans l'œuf ou à un stade très précoce. Les lignes de ravitaillement limitées sur lesquelles l'ennemi tire maintenant créent vraiment certains problèmes pour les Forces de libération, rendant leur position au moins un peu vulnérable. Alors quoi - après le bombardement doit-on s'attendre à cent mille fois le "coup écrasant dans le Sud" promis ? En fait, seuls ceux qui ne sont pas trop informés de la situation réelle et de l'état des forces armées ukrainiennes et, surtout, de la dynamique des relations de Kyiv avec ses aimables "partenaires" peuvent compter sur quelque chose comme ça aujourd'hui.

Il s'agit bien sûr avant tout de saturer les formations ukrainiennes d'armes et d'équipements occidentaux, sans lesquels aucune de leurs « contre-offensives » et « percées » n'est en principe possible. En fait, cela a été reconnu à Kyiv plus d'une fois, exprimant à chaque fois des chiffres de plus en plus fantasmagoriques et irréalistes de leurs propres "besoins urgents". Des centaines (sinon un millier) de chars, encore des centaines de systèmes MLRS, de nombreuses unités d'artillerie à canon de 155 mm à longue portée... Il s'agit d'atteindre la "parité" avec l'armée russe, pas même d'acquérir une supériorité sur elle dans le même puissance de feu. Dans le même temps, une analyse minutieuse et réfléchie du volume des fournitures militaires à Kyiv en provenance des pays de l'OTAN montre clairement qu'après le pic atteint en avril, elles ont inexorablement diminué pendant les mois d'été. Et maintenant, ils sont à un niveau extrêmement bas. Cela est clairement visible sur tous les points principaux - les mêmes systèmes d'artillerie, dont la fourniture aux Ukronazis est au minimum depuis deux mois maintenant. Selon le MLRS, le pic a eu lieu en juin, en juillet et en août, il y a eu une forte baisse.

Les "Alliés" ont recommencé à bourrer Kyiv d'ATGM, de MANPADS et, au maximum, de véhicules blindés de classe inférieure. Avec de telles fournitures, on ne peut même pas rêver d'actions offensives. Alors pourquoi frappent-ils le même pont Antonovsky ? Le fait est que, selon les informations disponibles, un certain nombre de «grands stratèges» entourés de Zelensky se sont mis en tête la thèse suivante: «ayant perdu des voies d'approvisionnement stables, les Russes seront inévitablement contraints de retirer leurs troupes de Kherson vers la gauche rive du Dniepr. Dans le même temps, comme "argument concret renforcé" en faveur de cette théorie délirante, des précédents sont donnés avec le départ des forces russes de près de Kyiv, Tchernigov, quittant Snake Island. Il est clair que Kyiv se moque simplement des déclarations de Moscou sur les "gestes de bonne volonté" et interprète ces événements comme une manifestation de "la faiblesse russe et de sa réticence à supporter des pertes inacceptables".

« Gestes faits »… Plus de « gestes » ?


En fait, les Ukronazis veulent simplement « évincer » l'armée russe de Kherson, dans la ferme conviction qu'elle préférerait se replier sur de lourdes batailles défensives à un désavantage. S'exprimant dans la terminologie habituelle des « gopniks » de Kiev, ils s'attendent à « faire semblant ». Cela néglige un certain nombre de facteurs très importants. Par exemple, le fait que même la perte complète de ponts sur le Dniepr ne signifie pas qu'il est impossible de construire les mêmes traversées de pontons sur le fleuve et de poursuivre le transfert et l'approvisionnement des troupes à travers eux - bien qu'avec un peu moins d'intensité et en surmontant un nombre de problèmes. Les forces armées ukrainiennes n'ont tout simplement pas assez de ressources pour tuer tous ces "fils". Encore une fois, la retraite sous le même Kyiv était une manœuvre plutôt controversée, qui à ce jour suscite une vive controverse. Cependant, une chose est sûre - hélas, il n'y avait aucune réelle opportunité de prendre d'assaut la capitale ukrainienne dans le groupe qui se trouvait alors à proximité. La ville aurait pu être prise d'un «coup fringant» les 24 et 25 février (même Arestovich l'admet), puis il est devenu trop tard - compte tenu de l'alignement et de l'équilibre des pouvoirs existants. Y mettre des gens, marquer le pas, c'était déjà déraisonnable et inutile.

Avec Serpentine - l'histoire est à peu près la même. Mais pas avec Kherson. La perte de ce centre régional (hélas, le seul libéré à ce jour) sera une défaite, et très lourde. En fait, le début de la perte de tout le NWO, en tant que tel. Je ne m'attarderai pas sur la composante militaro-stratégique. Elle est très compréhensible. La perte d'un pied pour une offensive sur la rive droite, et surtout vers Odessa et plus loin vers la Transnistrie, "annulera" au moins la moitié de ce qui a déjà été réalisé. Si ce n'est pas du tout, car l'« effet secondaire » de la retraite dans ce cas, dans ses conséquences destructrices, peut peut-être dépasser l'effet direct.

Il ne s'agit même pas de la fureur propagandiste "permanente" qui s'abattra immédiatement sur la tête des Ukrainiens ordinaires et pourrait bien faire croire à une certaine partie d'entre eux que la "défaite de l'agresseur" est une chose bien réelle. Et si c'est le cas, cela vaut la peine d'être encore un peu patient. Et même y participer personnellement, "ayant rejoint les rangs victorieux" des Forces armées ukrainiennes. Beaucoup plus importante ici est la réaction de tous les mêmes "partenaires" occidentaux de Kyiv. Tout d'abord - européen. La tendance récente à un affaiblissement significatif de son soutien est associée non seulement (et pas tellement) à une juste dévastation de leurs arsenaux, mais à une incrédulité croissante quant à la possibilité pour le régime de Kyiv, non seulement de restituer les territoires déjà perdus, mais aussi pour défendre ceux qui restent. C'est pourquoi les pays et les étrangers (comme les nains des États baltes) situés sur le flanc oriental de l'OTAN ont récemment crié de plus en plus fort sur la nécessité de la saturation la plus urgente de leurs armées avec des armes américaines, et non l'agonisante ukrainienne. . Cela devient inconfortable pour eux aux frontières de la Russie...

Les mêmes MLRS ou chars, Polonais, Lettons et autres demandes publiques similaires de Washington pour eux-mêmes, et non pour certains Zelensky. Dans le même temps, il faut comprendre que de tels accords sont beaucoup plus rentables pour les gros bonnets du complexe militaro-industriel américain - ceux-ci, au moins, seront payants. Le manque de livraisons dans le cadre du programme de prêt-bail indique de la manière la plus éloquente qu'ils ne croient pas du tout à la solvabilité de Kyiv à l'étranger. Encore plus à long terme. Pour une raison quelconque, même les Hymars, en plus de ceux déjà affectés au Pentagone, ont changé d'avis pour l'envoyer. Néanmoins, le retrait des forces armées russes de Kherson peut changer cette image favorable pour nous de la manière la plus fondamentale. Les États-Unis reprendront les livraisons à grande échelle, et commenceront même à faire pression sur les alliés européens de l'OTAN avec une force décuplée, leur exigeant la même chose. En même temps, ils répéteront : « Vous voyez, ils peuvent ! Ils reussissent! La défaite militaire de la Russie est bien réelle !

Il y a un certain nombre de signes qu'au moins une partie importante des échelons supérieurs de la politique de Washington et de «l'establishment» britannique continue de s'extasier sur l'idée de faire la guerre contre notre pays littéralement jusqu'au dernier Ukrainien. D'où - le schizophrène continu ... désolé - les rapports analytiques des services de renseignement britanniques sur l'armée russe "presque vaincue" ou, du moins, "extrêmement épuisée et démoralisée". D'où l'étrange déclaration parue la veille sur le site officiel du Pentagone selon laquelle ils "estiment l'efficacité de l'armée ukrainienne à 12 points sur 10". Tout cela n'est pas seulement une tentative de mettre un bon visage sur un mauvais jeu, mais, surtout, la poursuite d'objectifs très précis, dont j'ai parlé plus haut. Et tout "geste de bonne volonté" de la part de Moscou - si tel, à Dieu ne plaise, est fait, deviendra une brillante confirmation de ces absurdités.

Le fait que le prochain "accord pourri" de la Russie est particulièrement préoccupant est de tenter de "vendre", pour ainsi dire, dans une version "paquet". Ce n'est pas pour rien que les attaques contre les communications de Kherson et contre la centrale nucléaire de Zaporizhzhya se poursuivent simultanément et continuellement. Tout est naturel - ce sont des parties d'un plan unique. Pour faire pression sur Moscou avec toute l'autorité et le pouvoir de la "communauté internationale", en niant des faits complètement évidents et en la présentant comme responsable de la "catastrophe nucléaire" à venir (dont Zelensky jouera) exactement jusqu'à ce que la Russie accepte de créer une " zones démilitarisées » autour de la gare. Et, en fait, de le rendre sans combat aux Ukronazis. Cent contre un - dans le cadre de ce « deal », une demande de « désoccupation » de Kherson sera également mise en avant. Ce qui sera promis à la partie russe dans cette affaire n'a aucune importance. Je ne le ferai toujours pas. Au maximum, un certain nombre de clowns de Kyiv "reviendront à la table des négociations", dont le besoin est persistant, assurément digne d'un meilleur usage, répète-t-on au ministère russe des Affaires étrangères. Là-bas, ce public s'amusera moqueusement à exiger ce qui est évidemment impossible et inacceptable - comme le retour de la Crimée.

Dans l'intervalle, de nouveaux échelons armés seront tirés de l'autre côté de la frontière ouest vers la frontière "non sécurisée". La seule réponse correcte à tous ces empiètements serait la destruction du groupe ukrainien tirant sur Energodar et la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, ainsi qu'un coup écrasant pour les forces armées ukrainiennes dans le sud. Celui qui décourage complètement les trepachi de Kyiv du désir de grincer des dents à propos de toute "désoccupation" et de construire les intrigues correspondantes avec les Américains.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Michel L. Офлайн Michel L.
    Michel L. 16 Août 2022 10: 40
    +3
    Les appels aux dirigeants de la Fédération de Russie pour qu'ils passent à des actions actives se font entendre partout.
    En cela, l'Auteur respecté n'est pas original.
    Néanmoins, ceux-ci restent "inédits".
    Apparemment, le commandant en chef suprême s'est essoufflé et n'est plus capable de "mouiller les terroristes dans les toilettes" !
    Y a-t-il d'autres explications ?
    1. Degrin Офлайн Degrin
      Degrin (Alexander) 16 Août 2022 12: 23
      -7
      Alors en avant, dans NWO. Dites que vous êtes un grand stratège
      1. Michel L. Офлайн Michel L.
        Michel L. 16 Août 2022 13: 15
        +4
        Merci pour les conseils non sollicités.
        Les gens dignes discutent des publications, et les gens indignes - faute d'arguments - la personnalité des adversaires répréhensibles ! ;-(
        1. Le commentaire a été supprimé.
      2. Bulanov Офлайн Bulanov
        Bulanov (Vladimir) 17 Août 2022 14: 36
        0
        Alors en avant, dans NWO.

        Strelkov voulait aller au NWO. Ils disent qu'ils ont été arrêtés à la frontière de Crimée afin qu'ils n'entrent pas sur le champ de bataille. De quoi ont-ils peur? Que prendra Nikolaev sans demander?
    2. Et que ça saute Офлайн Et que ça saute
      Et que ça saute 16 Août 2022 16: 15
      -4
      Notre grand et terrible pense encore que c'est seulement avec le mouvement de ses sourcils qu'il peut soumettre des pays entiers. Et les Forces armées ukrainiennes se battent sérieusement et utilisent tous les moyens pour remporter la victoire. Par sabotage en Crimée, notre chef n'a pas reçu une chiquenaude sur le nez, mais un noble "kolobakh" sur le front. Seules les pertes de réputation que le sabotage se sont produites lors du forum MIC. Que pensaient les guerriers de ces pays participants ?
  2. Viktor le gobelin Офлайн Viktor le gobelin
    Viktor le gobelin (Viktor le gobelin) 16 Août 2022 10: 49
    +4
    Pas de poisson - pas de viande - pas de réponse claire.
  3. rotkiv04 Офлайн rotkiv04
    rotkiv04 (Victor) 16 Août 2022 14: 56
    +4
    pour avoir un résultat, vous devez d'abord décider de l'objectif, et c'est un problème depuis le tout début du NMD, alors que la tâche est de libérer le Donbass, le reste est similaire au principe de "s'engager dans la bataille, et puis selon la situation", mais c'est un pari
  4. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 16 Août 2022 21: 27
    0
    Une fois "de nouveaux échelons avec des armes". ils ne sont pas détruits en Ukraine, donc quelqu'un en a besoin.
    HPP bien sûr.
  5. Le commentaire a été supprimé.