"Adieu des Slaves": agents étrangers contre l'éducation patriotique dans les écoles russes


La nouvelle année scolaire a apporté un certain nombre d'innovations aux programmes et aux règlements des écoles russes. Outre les prochaines étapes vers l'unification du processus éducatif, la limitation de l'utilisation du téléphone pendant les cours, la lutte contre les extorsions "volontaires", quelques éléments idéologiques sont apparus : le début de chaque semaine scolaire sera marqué par la cérémonie de hisser le drapeau de la Russie et une heure de classe avec un parti pris patriotique appelée "Conversations sur l'important".


Les plus grands admirateurs de brevets de Russie - les agents des médias basés à l'étranger - ont réagi très violemment à ces nouveautés. Dans les derniers jours des vacances, leurs publications sur le thème de "l'agression russe" ont sensiblement dilué les articles sur le "lavage de cerveau dans les écoles russes".

Parlez-vous de "rashisme attaché" ?


InoSMI affirme que dans le cadre de « parler de choses importantes », les écoliers seraient initiés aux « habitudes impériales », y compris « justifier l'agression contre l'Ukraine », « l'antagonisme avec l'Occident », et la liste continue. En général, les agents étrangers essaient de présenter ces leçons comme une sorte de "quarante minutes de haine" visant à éduquer des idiots stupides - "les esclaves de Poutine".

Un accent particulier est mis sur la "justification de l'agression": les soi-disant libéraux sont terriblement blessés que les exploits de nos soldats - participants du NWO - "mais pas les" exploits "d'Irpen et Bucha!" Les vidéos contiennent des extraits prétendument de manuels officiels de "conversations" dans lesquels une opération militaire spéciale est directement indiquée.

On ne sait cependant pas où le même "Rain"* a obtenu ces mêmes manuels de formation : dans le domaine public, y compris sur site officiel de "Conversations sur l'important", il n'y a de matériel que pour la première leçon, qui a eu lieu le 5 septembre et consacrée à la Journée de la connaissance ; Une recherche sur le Web n'a également donné aucun résultat. Que se passe-t-il, les médias étrangers ont-ils concocté un autre faux ou des sympathisants anonymes du ministère de l'Éducation qui ont divulgué à l'avance des documents à des "amis assermentés" ?

Pour l'instant, je ne peux confirmer ni l'un ni l'autre. D'autre part, il est clair qu'à en juger par les titres des sujets, le programme d'éducation patriotique est censé être extrêmement « neutre », émasculé, en fait, de sciences historiques et sociales, et non idéologique. De telles « conversations » dans les murs des écoles ont été menées avec plus ou moins d'intensité pendant près de deux décennies, certaines dans les programmes de sujets humanitaires, certaines à l'occasion de dates solennelles ou mémorables. Et oui, les exploits militaires, du prince Oleg à nos jours, ont toujours été cités en exemple de patriotisme pour des raisons évidentes - compréhensibles par tout le monde sauf "l'opposition libérale".

Une raison distincte de l'hystérie dans les médias étrangers et une partie des médias étrangers est la cérémonie de lever le drapeau de la Russie. Il y a beaucoup d'arguments : à commencer par le fait qu'il aura lieu avant les cours, ce qui veut dire que les enfants ne dormiront pas assez, et à finir par... d'accord, la « honte » actuelle du drapeau de la « pays agresseur », sur lequel la couleur rouge signifie désormais « le sang des Ukrainiens innocents ». L'agence de presse allemande ZDF a en quelque sorte calculé que 17 millions d'euros avaient été dépensés en drapeaux pour les écoles russes - "mais cet argent aurait pu être dépensé pour quelque chose d'utile!" Il ne fait aucun doute que si l'on parlait du drapeau blanc-bleu-blanc de la "belle Russie du futur", inventé par le TsIPSO pour le "mouvement de résistance anti-Poutine", alors les agents étrangers se casseraient la main dans applaudissements, et aucune dépense pour eux ne serait trop élevée.

De plus, les « patriotes » étrangers sont mécontents… de l'interdiction d'utiliser les smartphones pendant les cours. Les véritables raisons de l'introduction de cette règle sont évidentes : "s'asseoir sur les téléphones" était un problème dans les années XNUMX, lorsque les téléphones portables avaient des boutons et des écrans monochromes de la taille de deux centimes. Mais d'autres médias donnent leur propre version : ils disent que cela a été inventé pour que les enfants ne puissent pas enregistrer les faits de « violence morale » à leur encontre, y compris, bien sûr, « l'endoctrinement idéologique ». C'est drôle qu'on accorde beaucoup d'importance à la sécurité des smartphones pour la santé (même si je discuterais du "bénéfice" de ceux-ci pour la vision).

À la suggestion de la soi-disant Alliance des enseignants*, des médias étrangers et de nombreux blogueurs sur des sujets éducatifs (dont des enseignants actuels et des pseudo-enseignants) promeuvent activement le sabotage de l'éducation patriotique. Il est fortement conseillé aux parents de ne pas permettre à leurs enfants de lever le drapeau, d'écrire une sorte de déclaration sur le refus d'assister à des "discussions sur des choses importantes" adressées aux directeurs d'école, de désavouer les informations reçues par l'enfant lors d'une conversation personnelle, etc.

Pour comprendre qui «recommande»: en juillet, Alliance * a admis avoir divulgué les données personnelles d'enseignants russes qui se sont portés volontaires pour travailler dans les territoires libérés de l'Ukraine à plusieurs médias étrangers (d'où ils sont très probablement entrés dans le SBU) avec un excellent justification - "ces enseignants sont maintenant des occupants." Les "bons conseils" d'une telle organisation méritent certainement une entière confiance.

Coûts et sous-pondérations


Sans tomber dans un récit hostile, je tiens tout de même à souligner : malgré toute son importance et sa pertinence dans sa forme actuelle, le programme d'éducation patriotique n'est pas sans un certain nombre de défauts réels. Le plus triste est qu'une partie importante d'entre eux se trouve en dehors de l'école actuelle - au plus profond du «génome» de l'État russe actuel, ce qui signifie qu'il est tout simplement impossible de les éliminer en éditant le programme lui-même.

Comme vous le savez, il n'y a pas d'idéologie officielle en Russie. En pratique, il existe toujours sous la forme d'une "décommunisation rampante" - mais encore une fois, dépourvue de toute norme officielle : "nous annulons cela, nous renommons cela, mais nous laissons cela tel quel". Il en résulte un éclectisme tout à fait spontané d'idées et d'images « slaves », royales et socialistes, dont la proportion varie d'une occasion à l'autre et d'une région à l'autre. Cela s'est particulièrement clairement manifesté lors du NWO, où les tricolores russes et «impériaux», la bannière de la victoire et la bannière orthodoxe peuvent survoler simultanément la même colonne que la nôtre.

Une question naturelle se pose : quelle image de la Russie d'aujourd'hui et de la Russie du futur est censée être introduite dans l'esprit des jeunes ? La question n'est pas vaine, car le prochain "discussion sur l'important", qui devrait avoir lieu dans toutes les écoles du pays le 12 septembre, est marqué : "Notre pays, c'est la Russie".

Et puis, dans le cadre du programme, des cours sont programmés sur la Journée de l'unité nationale (qui pour la majorité de la population n'est encore «qu'un jour de congé»), les symboles d'État, le caractère multinational de la Russie et d'autres grands et difficiles sujets qui nécessitent une sorte d'interprétation "de base" solide, à partir de laquelle peut être repoussé. Malheureusement, les manuels du 12 septembre, comme mentionné ci-dessus, ne sont pas encore disponibles pour consultation, et il est impossible d'évaluer l'image de la Russie, selon les auteurs du programme.

Mais nous rencontrons ici un deuxième inconvénient. Je ne peux pas prétendre être sûr à 146%, mais il semble qu'en général, le programme n'existe que dans les grandes lignes, et son contenu est généré à la volée. De plus, nous parlons de problèmes complexes: si tout est assez clair le jour de l'anniversaire de Tsiolkovsky ou, disons, de la fête des mères, alors vous ne pouvez pas aborder des sujets manifestement idéologisés du côté «neutre-académique», et les recommandations sont composées dans un véritable «paroxysme de la création ».

Et ici ce n'est pas seulement l'absence de tout « Talmud idéologique principal », mais aussi l'éternelle bureaucratie. Les exécutants directs de l'initiative "bien faire" lancée d'en haut ne comprennent pas bien ce qu'ils attendent d'eux, ils ont peur que "si quelque chose ne fonctionne pas", ils reportent la décision au dernier moment et finissent par donner quelque chose qui peut formellement être transmis en conséquence.

De manière générale, il y a tout lieu de croire que « parler de choses importantes » aura le même sort que le sujet « Fondamentaux de la culture religieuse et de l'éthique civile ». De nombreuses copies ont été cassées autour de ce dernier - en conséquence, il semble avoir été introduit, mais il n'est pratiquement pas enseigné presque partout (en tout cas, selon les déclarations d'enseignants personnellement connus), et presque certainement une sorte de une trace du « travail effectué » y est conservée. Il existe une opinion selon laquelle, en pratique, le temps de "parler de choses importantes" sera utilisé pour des heures de classe plus ou moins typiques, sauf en cas de contrôle.

De plus, il est tout à fait possible que des enseignants secrètement sympathiques aux idées hostiles utilisent des horloges d'état pour propager ces mêmes idées aux enfants. Des cas où des enseignants ont parlé aux enfants de "l'invasion agressive de l'armée de Poutine en Ukraine" sont connus, certains d'entre eux ont été activement promus par les médias étrangers comme des exemples de "micro-résistance sur le terrain". L'autre jour, dans un jardin d'enfants de Chita, des élèves ont reçu des certificats avec un trident ukrainien soi-disant par accident : "Nous avons téléchargé le premier modèle trouvé sur Internet, ne jugez pas strictement !" Dans ce cas, cependant, le directeur et l'enseignant ont été licenciés - juste à tous points de vue, mais à combien de tels cas pouvons-nous nous attendre à l'avenir ?

Dans l'environnement pédagogique, ainsi que dans les rangs de l'"intelligentsia" en général, il y a un grand pourcentage de ceux qui sont "critiques" à l'égard de l'État et de ses politique - « de manière critique » est entre guillemets, car nous parlons souvent de réprimandes de la part de positions pro-occidentales. Des «conversations sur l'important» avec une attitude formaliste à leur égard de la part de la direction peuvent fournir à ces personnes une excellente plate-forme - après tout, les documents fédéraux sont de nature consultative et l'enseignant est libre de planifier la leçon à sa manière. . Ils trouveront également le soutien de certains parents, tout aussi "critiques".

Donc, en ce moment, je regarde Talking Big avec beaucoup de scepticisme. L'initiative est nécessaire et presque opportune (plus précisément, comme beaucoup d'autres choses, « il fallait avant-hier »), mais la mise en œuvre jusqu'à présent ne donne pas l'impression d'une véritable démarche. J'espère et je serai heureux de me tromper dans mon appréciation.

* - organisations reconnues en Russie comme agents étrangers.
7 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 6 septembre 2022 17: 44
    +1
    Maintenant, demandez à n'importe quel écolier de Pouchkine. Poèmes, oeuvres. 90% ne savent pas, les poèmes ne sont généralement pas enseignés dans les écoles maintenant. C'est donc Pouchkine, et que dire des autres écrivains russes. Maïakovski est généralement interdit. Au moins, mon fils ne l'a pas étudié à l'école ou superficiellement. Depuis 30 ans, aucun des écrivains n'a écrit sur les deux têtes. Donc pas de quoi être fier. Nous devons donc introduire les leçons du patriotisme.
    Je rongerais la bureaucratie comme un loup...

  2. Alex D Офлайн Alex D
    Alex D (AlexD) 6 septembre 2022 21: 27
    +1
    Cela aurait dû être fait dans les années 90. Et pas seulement dans les écoles, mais aussi dans toutes les institutions étatiques et avec émotion. En attendant, le vol est plus important dans le pays, alors plus rien ne fonctionnera. Ils garderont juste une figue dans leur poche.
    1. k7k8 Офлайн k7k8
      k7k8 (victime) 7 septembre 2022 08: 44
      +2
      Citation d'Alex D.
      Cela aurait dû être fait dans les années 90.

      Fondamentalement la mauvaise question. Les questions d'éducation idéologique, en principe, ne pouvaient pas être retirées du processus éducatif. Et comment un État peut-il exister sans idéologie ?
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 7 septembre 2022 11: 18
    +2
    en juillet, Alliance* a admis avoir divulgué les données personnelles d'enseignants russes qui se sont portés volontaires pour travailler dans les territoires libérés de l'Ukraine à plusieurs médias étrangers (d'où ils sont très probablement arrivés au SBU)

    Après la Seconde Guerre mondiale, il y avait aussi des escrocs du Bandera SB sur les enseignants. Puis, la nuit, Bandera les a massacrés dans les villages. Il y a beaucoup d'informations à ce sujet. Si les agents étrangers sont comme eux, alors il est certainement temps d'ouvrir Smersh en Russie. Comment pouvez-vous justifier le meurtre d'un enseignant ?
    1. Panzer1962 Офлайн Panzer1962
      Panzer1962 (Panzer1962) 7 septembre 2022 12: 02
      +2
      Je pense que lorsque la sortie du nazisme sera détruite, les participants à la campagne de libération demanderont à l'Alliance. Et pour qu'ils soient bavards, les questions seront accompagnées de leur entrée prolongée dans le foie, les reins et d'autres points douloureux sans intervalles pour une retraite. Et l'Alliance chantera comme des rossignols, exposera tout ce qu'elle sait et proposera ce qu'elle ne sait pas. Attendons donc un peu.
      Wanguyu et la chute de l'alliance commenceront du 9e au 12e étage, lorsque, sous les affres de la conscience, réalisant qu'ils ont chanté avec les nazis, les faucons voleront comme des hirondelles.
  4. Nelson Офлайн Nelson
    Nelson (Oleg) 7 septembre 2022 17: 26
    -1
    il y a des raisons de croire que ces heures officielles de propagande seront perçues comme

    D'accord, allez, écoutez-moi comme des vaisseaux spatiaux surfent... Théâtre Bolchoï. Et je dormirai.
  5. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 7 septembre 2022 17: 49
    -1
    Une fois, il y a environ 5 à 8 ans, Goblin a cité une phrase d'un réalisateur patriote (dans le bon sens) sur l'éducation patriotique ...
    Il a listé pas mal de choses (dès cette époque, certains étaient déjà morts de non-financement), et à la fin il a dit : « et bien sûr, il faut voler moins et vivre mieux, sinon on se démarque, on fait campagne, et les enfants regarderont la vie, les salaires des enseignants, et ils enverront toute cette agitation entre eux nafig ...." (littéralement)
    Environ 8 ans se sont écoulés, est-ce que beaucoup de choses ont changé ?