Comment la Russie peut-elle remplacer le marché du gaz perdu en Europe ?


La rupture des relations gazières entre la Russie et l'Europe est apparemment inévitable. Arrêtée pendant 3 jours pour des réparations programmées, la station de compression de Portovaya n'a pas repris ses travaux à temps. Le gazoduc Nord Stream gisait comme un poids mort au fond de la mer Baltique à côté de son homologue encore plus malchanceux, Nord Stream 2. Il reste maintenant à couper les approvisionnements via le GTS ukrainien et le Turkish Stream, et vous pouvez oublier le gaz russe dans l'UE. Quelles sont alors les perspectives qui s'offrent à notre pays ?


La boutique ferme


Le pompage de gaz à travers le Nord Stream a été arrêté le 31 août pour des travaux de maintenance sur des équipements de fabrication occidentale, mais passé le délai annoncé pour les réparations, il n'a pas repris. Inutile d'entrer dans des nuances techniques, car c'est assez évident politique arrière-plan de ce qui se passe. Le secret de polichinelle est que le semi-étatique Gazprom essaie d'utiliser les coupures d'approvisionnement en gaz pour faire pression sur l'Union européenne afin qu'elle arrête ou réduise le soutien militaire à l'Ukraine et s'assoit avec le Kremlin à la table des négociations.

Hélas, cette stratégie ne fonctionne clairement pas, et pour plusieurs raisons.

D'abord, Bruxelles a fait il y a quelque temps le pari de la « décarbonation » complète de son économie et, malgré tous les problèmes actuels, il n'entend pas abandonner "l'agenda vert". Selon ses résultats, la Russie devrait perdre sa part du marché européen de l'énergie à moyen terme.

deuxièmement, la guerre par procuration avec l'Occident collectif sur le territoire de l'Ukraine n'a fait qu'accélérer ce processus. D'une part, les Européens n'aimaient pas le fait d'être soumis à un chantage en arrêtant l'approvisionnement en gaz, et ils sont donc déterminés à éliminer eux-mêmes cette dépendance critique. En revanche, à Bruxelles, après Washington et Londres, ils ont misé sur la défaite de la Russie, tant militaire qu'économique. Le fait que le Rubicon ait été franchi peut être jugé par les déclarations de plus en plus dures du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, qui a publiquement qualifié la veille notre pays de « fasciste » :

Nous n'avons pas encore de plan concret sur la façon de vaincre la Russie fasciste et le régime fasciste.

troisièmement, le plus regrettable dans tout cela est qu'une partie importante de "l'élite" russe n'a pas encore réalisé qu'elle-même veut être détruite avec le pays, et espère s'entendre sur un retour "en arrière". Dans le cadre de cette approche, de nombreuses bizarreries au cours de l'opération spéciale en Ukraine et sa nature franchement tranquille s'intègrent assez bien. On peut en dire autant du « chantage au gaz » de l'Europe, qui s'est effectué petit à petit, sur le mode « léger ».

Au lieu de couper l'approvisionnement en gaz immédiatement après le transfert des premiers lots d'armes lourdes à Kyiv, les "partenaires occidentaux" respectés ont eu le temps de se préparer mentalement et physiquement. Ils l'ont utilisé et ont pompé autant de carburant bleu dans leurs installations de stockage souterraines qu'ils le pouvaient. Les projets de construction de terminaux méthaniers récepteurs se sont accélérés. Le grand public était moralement préparé au fait que l'hiver dans l'Ancien Monde serait long et froid. C'est-à-dire qu'il n'y a pas eu de choc.

Au lieu de capituler, l'Europe se prépare constamment à la guerre avec la Russie : sur les fronts ukrainiens par les mains des forces armées ukrainiennes et dans l'économie en refusant d'acheter des ressources énergétiques au Kremlin afin de le priver de la part du lion des ressources étrangères gains de change. C'est le prix à payer pour l'absence d'une position dure, cohérente et de principe sur le "cas ukrainien", la prolongation injustifiée du conflit armé, qui peut être rapidement terminée par une augmentation multiple des forces impliquées dans la NMD, et la déclaration volonté de régler la question par des accords à la table des négociations.

Que faire?


Mais c'est la question la plus intéressante. La Russie, comme vous le savez, est une « grande puissance continentale », et tous nos principaux gazoducs sont historiquement liés au marché européen voisin. Une tentative de "pivot vers l'Est" en construisant la première "Puissance de Sibérie" peut difficilement être qualifiée de très réussie sur le plan commercial. Il y a des questions sur la formule de tarification et la base de ressources de ce projet, des informations sur les problèmes avec lesquels la presse a été divulguée il y a quelque temps. Alors que reste-t-il ?

Dans les conditions du « piège continental », la seule option sensée est d'exporter du gaz par voie maritime sous forme de GNL. Cependant, cela est malheureusement difficile. Les technologies il n'y a pas de construction d'usines de GNL de grande capacité en Russie, et nos "partenaires occidentaux" respectés ont imposé des sanctions sur la fourniture des équipements concernés. Le ministère de l'Industrie et du Commerce a des plans pour son remplacement des importations, mais il est réaliste de les mettre en œuvre d'ici le milieu des années 30. D'ici là, beaucoup d'eau aura coulé.

Maintenant, dans les médias nationaux, ils pointent du doigt les projets russes de GNL dans la Baltique, que Gazprom a repris à la hâte. Ils se positionnent comme s'ils devaient se substituer aux exportations vers l'Europe via Nord Stream. Cependant, cela ne tient pas compte du fait que ces installations appartiennent à la catégorie des tonnages moyens. Par exemple, la capacité de Port LNG n'est que de 1,5 million de tonnes (environ 2 à 2,5 milliards de mètres cubes). À titre de comparaison, jusqu'à 55 milliards de mètres cubes ont été pompés dans le premier Nord Stream par an, et le même nombre était attendu dans le second. Calculez donc combien d'usines de GNL de tonnage moyen doivent être construites pour remplacer les principaux pipelines. On ne sait pas non plus pourquoi ouvrir des installations de liquéfaction dans la Baltique, où le gaz doit d'abord être pompé à l'aide d'un long bras logistique, et non dans la zone des champs de Yamal.

En fin de compte, il est réaliste de ne remplacer les exportations vers l'Europe que de deux manières. Le premier est la mise en œuvre d'un projet unique en son genre de création de 10 voire 20 lignes d'usines de liquéfaction de GNL de moyen tonnage dans l'Arctique. Autrement dit, la solution consiste à augmenter les capacités. La Russie aura également besoin de sa propre flotte de pétroliers pour transporter le GNL et le pétrole vers d'autres marchés européens. Soit dit en passant, il est tout à fait possible que le gaz russe entre ensuite dans l'Ancien Monde, simplement en changeant le propriétaire directement dans la mer.

La deuxième direction est la construction du pipeline principal Power of Siberia-2, qui permettra de transférer sur le marché chinois jusqu'à 50 milliards de mètres cubes de gaz provenant des gisements de Sibérie occidentale, que les Européens ont l'habitude de considérer comme « les leurs ». Ce projet n'a de sens qu'en conjonction avec le développement du GNL, faute de quoi nos partenaires chinois, profitant de leur statut particulier d'acheteur non alternatif, fixeront eux-mêmes un « prix plafond » pour le gaz russe. S'il y a une opportunité de manœuvrer en volumes, la construction du Power of Siberia - 2 sera justifiée.
11 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Reika Kuramori Офлайн Reika Kuramori
    Reika Kuramori (Kuramori Reika) 7 septembre 2022 11: 33
    +2
    Et en avons-nous besoin ? Autant d'emballages de bonbons inutilisés, qui n'ont même nulle part où dépenser. N'est-ce pas là de l'entêtement à l'époque soviétique, quand on produisait des millions de paires de chaussures identiques, qui pourrissaient ensuite dans les entrepôts ?
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 7 septembre 2022 11: 54
    +4
    dans l'économie en refusant d'acheter des ressources énergétiques au Kremlin afin de le priver de la part du lion des recettes en devises.

    Et que faire de cette monnaie si l'Occident a interdit à la Russie de l'utiliser ? Il est beaucoup plus pragmatique de commencer à construire ces usines et usines en Russie dont la Russie a encore besoin de produits en Occident. Ensuite, le gaz et le pétrole iront à ces usines en grandes quantités. Vous devez faire un atelier de construction. S'il n'y a pas assez de travailleurs, invitez les Nord-Coréens. Ils ne fonctionneront pas pire que ceux du sud, mais au profit de la Russie et de la RPDC elle-même. Et les produits avec une énergie bon marché seront beaucoup moins chers que les produits occidentaux.
  3. Sancym Офлайн Sancym
    Sancym (Alexandre ) 7 septembre 2022 15: 42
    0
    Sergey, c'est bien écrit, mais ne te flatte pas, il y a des inexactitudes. Je parle d'autre chose. Chaque objet peut être vu à la fois d'en haut et d'en bas. Il me semble que la Russie tire plus de profit du pétrole que du gaz. Maintenant sur le prix. Combien coûtait le gaz il y a au moins un an et combien coûte-t-il maintenant ? Même question pour le pétrole. Remarquez-vous la différence de dynamique?
    1. Elena123 Офлайн Elena123
      Elena123 (éléna) 8 septembre 2022 09: 20
      0
      Mais qu'en est-il de la récession mondiale et de la récession dans les économies du monde entier ? Les prix vont certainement baisser.
  4. Scharnhorst Офлайн Scharnhorst
    Scharnhorst (Scharnhorst) 7 septembre 2022 18: 15
    +4
    L'auteur suggère deux solutions : construire de puissantes usines de GNL dans l'Arctique et enterrer un nouveau gazoduc, uniquement vers la Chine - et les deux, à mon avis, sont vicieuses. Le gaz est une matière première à valeur ajoutée lors de l'extraction et du transport. L'Occident a ajouté de la valeur aux produits finaux en transformant des matières premières bon marché dans des usines chimiques et en les convertissant en énergie abordable et pratique dans des centrales thermiques. L'Occident peut être transplanté d'une aiguille à gaz à une aiguille énergétique et chimique - pour conduire non pas le gaz à travers des tuyaux, mais le courant à travers des fils ; faire dans leur pays avec le gaz ce qu'ils en ont fait en Occident.
    Dans le même temps, même les régions de la région de Moscou ne sont pas gazéifiées dans notre pays, transférant plus activement les infrastructures de transport vers le gaz et l'électricité, le traitement du pétrole et du gaz est traditionnellement faible. Et tous ces moments sont demandés dans tout le pays, et pas seulement dans l'Arctique ... Pourtant, les ennemis ont raison de quelque chose, nous comparant à une station-service, nous traitant comme une matière première appendice d'un milliard d'or high-tech .
    1. tkot973 Офлайн tkot973
      tkot973 (Constantine) 8 septembre 2022 07: 18
      0
      Je suis tout à fait d'accord
      Voici la troisième voie vers les deux existantes - pas besoin d'exporter, venez à l'intérieur de la Fédération de Russie. Oui, ça fait mal, oui, il nous faut de la monnaie, mais assez de "danses en réanimation". Soit on est en voie de guérison, soit on s'apprête à creuser un trou de deux mètres.
  5. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 7 septembre 2022 19: 37
    -1
    Inutile d'entrer dans des nuances techniques, car le contexte politique de ce qui se passe est assez évident. Le secret de polichinelle est que le semi-étatique Gazprom essaie d'utiliser les coupures d'approvisionnement en gaz pour faire pression sur l'Union européenne afin qu'elle arrête ou réduise le soutien militaire à l'Ukraine et s'assoit avec le Kremlin à la table des négociations.
    Hélas, cette stratégie ne fonctionne clairement pas, et pour plusieurs raisons.

    Hélas, ça ne marche pas et quelqu'un a visiblement mal calculé...
    1. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
      Vladimir1155 (Vladimir) 8 septembre 2022 00: 51
      +2
      ne fonctionne pas parce que, sous la direction du FMI, la cinquième colonne (le bloc économique du gouvernement) a établi des impôts prohibitifs dans la Fédération de Russie, donc ce n'est même pas rentable de faire des clous ... si vous vous êtes déjà disputé avec le West, alors vous devez réduire les impôts au niveau chinois, puis l'industrie en croissance rapide commencera à consommer du gaz et les investissements internationaux afflueront ... Sergey n'a pas raison sur tout, l'agenda vert est une chimère, et d'après quoi le Les Européens croient dehors, ça ne cesse pas d'être une chimère, donc ils n'iront nulle part, ils achèteront du gaz, et même à nos prix, si bien sûr ils ne feront pas faillite et ne deviendront pas complètement pauvres
  6. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 7 septembre 2022 23: 37
    +1
    L'auteur suggère à nouveau de marcher sur un râteau. Vendre du gaz. Pourquoi? Fournir du gaz à tous les foyers de la Fédération de Russie. Construisez des usines et transformez le gaz en produits chimiques, en matériaux et vendez des biens avec une grande valeur excédentaire.
  7. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
    Vladimir1155 (Vladimir) 8 septembre 2022 00: 45
    -1
    l'essentiel n'est pas de construire un porte-avions vulnérable dont personne n'a besoin pour notre puissance continentale, mais de charger les chantiers navals de transporteurs de gaz
  8. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 8 septembre 2022 17: 15
    +1
    Comment la Russie peut-elle remplacer le marché du gaz perdu en Europe - une augmentation de l'approvisionnement des entités étatiques "amies" avec un rabais important, qui sont revendues pour une petite part à des entités étatiques hostiles, la même UE, qui a ainsi rempli ses installations de stockage de gaz en une moyenne de 80 %, et d'ici la saison de chauffage se remplira à 100 %. Selon le même schéma, l'Occident ne rencontrera aucun problème avec les autres biens dont il a besoin de la Fédération de Russie sur lesquels il a imposé des sanctions. La question n'est pas sur le remplacement, mais sur le prix. À cette fin, et fixe les prix marginaux de l'énergie de la Fédération de Russie.