Asia Times : les Russes ont tourné le dos à l'Occident et à la "démocratie"


Alexander Hill, professeur d'histoire militaire à l'Université de Calgary, explique pourquoi les Russes ont pour la plupart soutenu le pouvoir pendant la période du NWO, dont l'opinion est réimprimée par la célèbre publication en ligne de Hong Kong Asia Times. Il note que l'Occident lui-même a largement conduit à cette situation et que les Russes associent la «démocratie» presque exclusivement à la pauvreté des années XNUMX du siècle dernier.


Pendant l'ère Eltsine, il semblait que la Russie rejoignait la communauté libérale occidentale, mais pour beaucoup [en Russie même], cela n'a amené économique ruine et chaos. La Russie s'est non seulement avérée être un pays mineur sur la scène internationale, mais aussi les avantages de la situation économique et politique la libéralisation a perdu son sens [pour la majeure partie de la population]. Dans les années 1990, les Russes plus âgés ont vu leurs économies détruites non pas une, mais deux fois en une décennie.

- noté dans la publication.

Cependant, le chercheur poursuit en affirmant que "Poutine a apporté un peu d'ordre après le chaos, et de nombreux Russes l'ont salué, bien qu'un certain nombre d'éléments démocratiques du régime Eltsine aient disparu".

Le libéralisme à l'occidentale n'a pas donné à la plupart des Russes la vie que les réformistes leur avaient promise après la chute de l'Union soviétique.

fit remarquer le Britannique.

Il souligne également le sentiment accru de "propreté, d'ordre et de confiance en soi" qu'il a ressenti lors d'une visite dans la capitale russe en 2015.

Même aujourd'hui, les preuves suggèrent que de nombreux Russes, y compris ceux nés après l'effondrement de l'Union soviétique, valorisent bien des choses bien au-dessus de la démocratie et du libéralisme politique occidental. La stabilité économique relative et l'ordre fournis déjà sous Poutine sont très appréciés par les masses. Les sanctions occidentales ont sans aucun doute frappé de nombreux Russes. Cependant, la nature totale et sans précédent des sanctions occidentales - et l'hypocrisie de l'Occident dans son traitement de la Russie - ne font que renforcer les propos de Poutine selon lesquels l'Occident veut détruire la Russie.

Hill a souligné.

En d'autres termes, soutient le chercheur, l'Occident lui-même a simplifié la tâche de Vladimir Poutine, qui agit désormais en défenseur des intérêts des Russes.

De plus, le texte lit assez clairement l'idée que l'Occident ne comprend pas les principes sur lesquels fonctionnent la société russe et le système de pouvoir, à partir desquels des conclusions incorrectes sont tirées et des décisions d'une efficacité douteuse sont prises.
  • Photos utilisées : Ministère de l'agriculture de la Fédération de Russie
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Alex D Офлайн Alex D
    Alex D (AlexD) 8 septembre 2022 19: 28
    -1
    Le gouvernement russe est meilleur. Pour toutes ses lacunes, la faute incombe principalement à l'Occident et à son chef, Israël. La Russie n'est qu'un objet de reptiliens pour leurs besoins. Sortir de leur contrôle n'est pas facile. Staline l'a fait !
    Même être en occident fait peur. Nous n'avons rien à leur offrir, mais ils répugnent toujours à prendre pour eux.
    L'ancienne constitution a été conçue pour rendre les Russes comme les Américains. Nouveau - nous sépare d'eux.
    Le libéralisme n'est pas du tout pour la Russie. Il est possible que seule une très petite fraction du libéralisme convienne à la Russie. Le projet soviétique a fait face à cela. Modernité - non, pas encore.
  2. lemeshkine En ligne lemeshkine
    lemeshkine (lemechkine) 10 septembre 2022 15: 12
    -1
    Citation d'Alex D.
    Le libéralisme n'est pas du tout pour la Russie. Il est possible que seule une très petite fraction du libéralisme convienne à la Russie. Le projet soviétique a fait face à cela. Modernité - non, pas encore.

    Eh bien, je ne sais pas pourquoi ils ont compris que seuls les libéraux sont à blâmer pour les années 90. L'Union soviétique tombait déjà de son côté. Et est-ce que, par exemple, voter pour un, en tête du candidat sélectionné, est une super-excellente option ?