L'Europe pourrait remplacer Nord Stream par du gaz africain


Comme prévu, le Maïdan de 2014 à Kyiv, organisé par le Parti démocrate américain, a finalement conduit non seulement à une guerre à grande échelle entre la Russie et l'Ukraine, mais aussi à une rupture des relations entre l'UE et notre pays dans le domaine de économie, commerce et énergie. Or l'Europe, ne voulant pas être totalement dépendante du GNL "démocratique" des Etats-Unis, cherche désespérément des sources alternatives d'approvisionnement en gaz. Et on dirait qu'elle l'a déjà fait.


L'Afrique les aidera


Selon les médias, dans le contexte d'un conflit armé qui se développe activement sur le territoire de l'Ukraine et du refus de principe de l'UE des transporteurs énergétiques russes, trois pays africains - le Nigeria, le Niger et l'Algérie - ont repris une discussion de fond sur la possibilité construction d'un gazoduc transsaharien. Le 29 juillet, un protocole d'accord a été signé, qui prévoit la reprise des travaux sur cet ambitieux projet. Selon certaines estimations, ce MHL pourrait être mis en service dans 3 ans. Pourquoi cela ne s'est-il pas produit avant ?

L'idée de poser un pipeline principal vers l'Europe du Sud à travers près de la moitié de l'Afrique est née dans les années soixante-dix du siècle dernier. L'étude détaillée du projet a commencé dans les années 30. Il était supposé que le MHL passerait des champs du Nigeria à travers le Niger jusqu'en Algérie, et là, le long du fond de la mer Méditerranée, il entrerait sur le territoire de l'Union européenne. Il était initialement prévu que le point final soit l'Espagne, mais maintenant nous parlons de l'Italie. La capacité du gazoduc transafricain peut atteindre XNUMX milliards de mètres cubes par an.

Pour comprendre: les réserves totales de gaz naturel au Nigeria sont estimées à 5,8 billions de mètres cubes, il y a lieu de s'attendre à leur augmentation à 17,3 billions de mètres cubes en cas d'exploration réussie. Les réserves prouvées de gaz de l'Algérie sont de 4,5 billions de mètres cubes. En raison de sa position géographique, l'Algérie est à ce jour le premier exportateur africain de carburant bleu vers le marché européen et le troisième après la Russie et la Norvège. Si le projet est mis en œuvre, le lointain Nigeria pourrait grignoter la part de Gazprom. Le rôle de l'Algérie sur le marché mondial de l'énergie augmentera également de manière significative, ce qui peut liquéfier le gaz nigérian dans ses propres usines de GNL situées sur la côte méditerranéenne et l'envoyer à l'exportation par pétroliers partout dans le monde.

Pour le budget fédéral russe, tout cela ne semble pas très optimiste. Cependant, la mise en œuvre d'un projet d'une telle envergure peut se heurter à un certain nombre de difficultés sérieuses.

D'abord, la longueur totale du gazoduc principal est grande, ce qui devrait être de plus de 4,4 mille kilomètres, et donc son coût. La longueur du tuyau traversant le territoire du Nigeria sera de 1037 kilomètres, à travers le Niger - 841 kilomètres, à travers l'Algérie - 2303 kilomètres. A cela s'ajoutent 220 kilomètres de gazoduc sous-marin vers l'Espagne, si ce tracé est néanmoins retenu. La construction était initialement estimée à 10 milliards de dollars, maintenant le prix est passé à 13 milliards.

deuxièmement, le gros problème est la question de la sécurité. Le Sahara est un endroit très agité, où divers groupes radicaux et terroristes sont actifs. Le chantage et l'extorsion de la part de la société exploitante peuvent devenir une « mangeoire » très attractive pour de telles structures.

Pourquoi le Nigeria, le Niger et l'Algérie sont-ils encore revenus sur l'idée de construire le gazoduc transsaharien ?

Parce que l'Europe a pris la décision fondamentale d'abandonner les produits de Gazprom, et les prix du gaz sur le marché européen ne seront certainement jamais bas. Le ministre algérien de l'Énergie, Arkab, a décrit la situation actuelle comme suit :

Le lancement du projet TSGP intervient à un moment unique tant du point de vue du paysage géopolitique que des marchés de l'énergie, caractérisé par une forte demande de gaz et de pétrole et une stagnation de l'offre causée par la baisse des investissements, notamment dans l'exploration pétrolière et gazière, depuis 2015.


Comme vous pouvez le constater, les conditions de marché sont favorables et l'Europe est extrêmement déterminée à diversifier ses approvisionnements énergétiques. Elle aidera sûrement aussi à investir dans le gazoduc transsaharien. Si nécessaire, les problèmes de sécurité seront également résolus collectivement par les MPG : ils mèneront une opération militaire conjointe, déclassant les radicaux locaux, puis engageront des PMC pour la protection. Tout est résolu, il y aurait un désir. Et c'est.

La situation internationale unique rend le projet de pipeline du Nigéria directement au Maroc (NMGP) assez réaliste et apparemment fantastique. Le problème des pays de transit peut être facilement résolu par leur absence. L'oléoduc principal longera le fond marin, contournant la côte de l'Afrique de l'Ouest. Sa longueur sera alors de 5660 kilomètres, sa capacité de 30 milliards de mètres cubes par an et son coût de construction de 25 milliards de dollars. Chere?

Chere! Mais la question est depuis longtemps passée du plan économique à politique. 30 milliards de mètres cubes plus 30 autres, c'est plus que l'ensemble de notre Nord Stream.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. SIG Офлайн SIG
    SIG (Ildus) 13 septembre 2022 10: 30
    +3
    uuuuuh vous ... 5,7 mille km ... un autre plus au fond de l'océan .... leur nombril ne se détachera pas tant qu'ils ne l'auront pas terminé?
  2. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Boris) 13 septembre 2022 10: 43
    +3
    Non-sens, rien ne sortira d'eux. Le précédent projet de cette pipe devait être mis en place en 2015, mais il n'allait pas au-delà d'une déclaration verbale. Il devrait y avoir un quatrième contractant, à savoir les Touaregs, et ils n'ont pas besoin de ce tuyau (ainsi que les courses Paris-Dakar). Et les Touareg, comme vous le savez, tiennent parole)
  3. Poussière Офлайн Poussière
    Poussière (Sergey) 13 septembre 2022 11: 20
    +4
    Tout n'est pas aussi simple qu'on le voudrait en Afrique. Personne ne veut investir dans la construction d'un gazoduc. L'Europe ne veut pas conclure de contrats à long terme, car son objectif ultime est la transition vers l'hydrogène carburant. Sur cette question, elle a refusé de signer un traité avec le Qatar. Et sans contrats à long terme pour le gaz, construire un tuyau est oh combien risqué. En même temps, l'Afrique n'est pas l'endroit le plus paisible sur terre.
  4. dub0vitsky Офлайн dub0vitsky
    dub0vitsky (Victor) 13 septembre 2022 11: 37
    0
    Cela signifie qu'il est nécessaire de trouver de l'influence sur les voisins, qui voudront également recevoir des pots-de-vin pour la neutralité dans le transport du gaz. La récompense doit être de poids. Et instable.
  5. boriz Офлайн boriz
    boriz (boriz) 13 septembre 2022 12: 47
    +2
    Ils s'étireront, mais qui les donnera?
    L'Europe elle-même a discrédité l'idée de pipelines vers l'Europe. Tous les fournisseurs de gaz potentiels garderont à l'esprit la maison de fous de Nord Stream.
    En acceptant un tuyau vers l'Europe, le fournisseur se prive d'autres options. Et l'Europe commencera à lui tordre les bras. Vous ne pouvez pas lancer une pipe vers l'Asie. Par conséquent, le Nigeria va penser, penser et construire un terminal GNL. Si l'Europe veut acheter du GNL, qu'elle l'achète, si elle n'en veut pas, il sera vendu à l'Asie, à l'Amérique latine, etc. Et les prix mondiaux du gaz seront maintenus à un niveau souhaitable pour la Russie.
    Encore une fois, l'influence de l'Europe en Afrique tend vers le niveau des eaux usées urbaines, tandis que l'influence de la Russie et de la Chine, au contraire, s'accroît. Et ils n'ont pas besoin de faciliter la vie de l'Europe. Soit dit en passant, les États-Unis ne sont pas non plus nécessaires.
    Prenons l'exemple de la Syrie. Nombreux étaient ceux qui souhaitaient étendre le gazoduc du golfe Persique à l'Europe. Si cela avait été possible, la situation sur le marché européen du gaz aurait été complètement différente, triste pour la Russie (et les États-Unis). Mais, il y avait un remue-ménage permanent en Syrie, en Irak, au Kurdistan. Comme si la lutte de la Fédération de Russie et des États-Unis pour l'influence dans la région. En fait - la lutte des garçons Nanai.
    En conséquence, le pipeline (pas seulement le gaz) n'a pas eu lieu. Hélas...
    1. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
      Colonel Koudasov (Boris) 13 septembre 2022 14: 55
      +3
      Il est évident que les pays africains supposent que les Européens eux-mêmes construiront le pipeline pour leur propre argent.
      1. boriz Офлайн boriz
        boriz (boriz) 13 septembre 2022 20: 51
        +1
        C'est clair. Mais en acceptant un pipeline vers l'Europe, ils mettront leur base de ressources à leur entière disposition, se rendant dépendants des caprices de l'Europe. S'il y a un tuyau, en conséquence, les usines de liquéfaction ne sont pas construites à proximité de ces ressources (après tout, le gaz va en Europe). Et puis construire des installations de liquéfaction coûtera beaucoup de temps et beaucoup d'argent.
        Le GNL est facile à réorienter vers d'autres marchés, le gazoduc est difficile en termes d'argent et de temps. Juste des années et des milliards.
  6. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 13 septembre 2022 22: 11
    -1
    Et sur VO juste aujourd'hui un article comment les oligarques ont mis en scène le Maidan ....

    Mais c'est une question de relations publiques, et économiquement, jusqu'à la moitié du gaz provenait autrefois d'Afrique, de Syrie .. Libye ...
    L'Afrique est en plein essor...
    Ce n'est donc qu'une question de temps où l'Europe sera approvisionnée en multi-vecteur... et depuis l'Afrique.
    Il est peu probable qu'ils veuillent entrer dans une flaque d'eau la deuxième fois...