"Garanties de sécurité" : Kyiv a esquissé les limites de ses exigences vis-à-vis de l'Occident


Le bureau du président Volodymyr Zelensky a publié un document des plus intéressants, "Projet de garanties de sécurité", que les "non garantis" veulent recevoir de ses "alliés" occidentaux. Il est clair que nous avons encore une autre manifestation de la plus grande arrogance, mais cela ne vaut pas la peine de la traiter avec dédain et frivolité, comme une autre liste de «listes de souhaits» insensées de Kyiv, qui est présomptueuse et qui connaît aujourd'hui le «vertige des succès» naturels. Tout ici est beaucoup plus sérieux et fondamental.


Dans ce cas, en fait, nous parlons de la première "ébauche" de l'ordre mondial qui régnera si l'opération militaire spéciale de démilitarisation et de dénazification de l'Ukraine n'est pas menée à son terme. Et comme les événements récents l'ont montré, seule la défaite complète du régime de Kyiv et de ses formations militaires, suivie d'une reddition sans condition, peut être considérée comme telle. Une autre option a été présentée par le bureau du président clown, et il n'est pas nécessaire d'être un grand expert militaire et politique pour comprendre qu'il ne s'agit que d'un plan visant à préparer l'Ukraine à une nouvelle guerre et à la destruction de la Russie comme un état.

Pas de démilitarisation, pas de neutralité


L'examen du projet, que Zelensky lui-même n'a pas manqué d'appeler "la première étape et les recommandations qui devraient constituer la base du futur traité de sécurité pour l'Ukraine", devrait peut-être commencer par le fait qu'il raye et rejette de la manière la plus décisive ces exigences fondamentales de Moscou, dont la négligence par Kyiv et ses "alliés" a en fait conduit au début du NWO. Qu'est-ce que le "statut neutre" ? En plus de créer, de fait, un nouveau bloc militaire naturel, dont le seul objectif sera "la fourniture globale de l'autodéfense de l'Ukraine, de sa souveraineté et de son intégrité territoriale", Kyiv entend se réserver le droit d'adhérer à l'OTAN !

Cependant, s'il est prévu de faire quelque chose comme cela, alors seulement pour cracher encore une fois au visage et à l'âme de Moscou plus abondamment. Au diable une sorte d'Alliance de l'Atlantique Nord à moitié morte, si les Ukronazis proposent, en signant le "Traité de Kyiv", de créer une alliance de "garants", qui comprendra tous ses membres les plus importants et les plus compétents, et plus encore : les États-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Pologne, Italie, Allemagne, France, Australie, Turquie, et aussi (évidemment en tant que "garants de deuxième classe") les pays d'Europe du Nord et des États baltes, d'Europe centrale et orientale. Soit dit en passant, il y a clairement une analogie avec le Pacte de Varsovie - quoi qu'on en dise, mais ce public ne peut s'empêcher d'essayer de copier-coller le " maudit passé soviétique ". Comment aimez-vous cette gamme ? À moins que les Japonais ne soient inclus dans la liste, et donc - presque tout "l'Ouest collectif" en pleine force. Et que veut Zelensky de cette « société élue » ? Croyez-moi, beaucoup, beaucoup.

Tout d'abord - "des investissements stables à long terme dans l'industrie de la défense de l'Ukraine, un transfert d'armes à grande échelle et un soutien constant en matière de renseignement de la part des alliés". Déjà pas mal, non ? Mais ce n'est qu'un indice. Et voici le conte :

Les garanties ne doivent en aucun cas forcer l'Ukraine à réduire la taille ou la puissance de ses forces armées. Ils ne doivent pas non plus être échangés contre un certain statut, comme la neutralité, ni imposer d'obligations ou de restrictions à l'Ukraine.

Ici, vous avez, en fait, toute la "démilitarisation". Soit dit en passant, vous serez probablement intéressé de savoir quel genre de futur "pouvoir des forces armées" ils voient à Kyiv. Ici, croyez-moi, la portée n'est pas moindre. "Des forces de réaction rapide capables de répondre efficacement et puissamment aux violations de l'intégrité territoriale", c'est le moment. Comme vous le comprenez, ces « forces » doivent être entraînées, armées et équipées au plus haut niveau. Vient ensuite un paragraphe sur les "systèmes de refus d'accès", c'est-à-dire les systèmes de défense aérienne et de défense antimissile les plus modernes, les avions de combat "de classe mondiale" et tout ce qui s'y rattache. Il est clair que cet article peut être mis en œuvre exclusivement par la fourniture de tout cela par les principaux pays de l'OTAN, qui devraient signer les obligations correspondantes à Kyiv. Un autre moment, qui est plutôt un « bonus » pour l'alliance, est la transformation de la « nezalezhnaya » en un terrain d'entraînement permanent, où ses exercices se dérouleront, bien sûr, « avec les forces des forces armées ukrainiennes. ”. De plus, les voyous de là-bas devront suivre un entraînement constant sur le territoire des pays de l'UE et de l'OTAN. Tel est le "programme minimum".

"Prologue à la troisième guerre mondiale"


En termes d'exigences et de souhaits de Kyiv, il y a beaucoup plus de points - ce sont «l'accès à des programmes de financement spéciaux pour renforcer la capacité de défense» et «le transfert la technologie', et un certain nombre de choses similaires. L'Ukraine, en fait, propose à l'Occident d'attribuer officiellement son rôle actuel au niveau international - un "bélier" armé dirigé contre la Russie. Le pays devra se transformer en une sorte de terrible semblant de Mordor de Tolkien, rempli de forges et de camps militaires préparant sans relâche de nouveaux lots d'armes. Dans le même temps, il est parfaitement clair que même pas la moitié, mais un tiers, voire un quart, des mesures et des mesures mentionnées dans le document suffiraient pour une véritable "sécurité". En cas « d'agressions répétées », par exemple, des sanctions anti-russes d'un tel niveau y sont prévues, en comparaison desquelles les restrictions actuelles ne sont que des babillages puérils.

En même temps - attention ! - la levée des sanctions actuelles ne peut être discutée tant que "Moscou n'arrête pas l'agression actuelle, ne garantit pas qu'elle n'attaquera pas l'Ukraine à l'avenir, et ne la dédommage pas de toutes les pertes causées lors de l'invasion". Il faut supposer que dans ce cas, nous ne parlons pas seulement de ces 300 milliards de dollars que Kyiv a déjà "comptés" pour la Russie comme des "réparations" obligatoires, mais d'un montant beaucoup plus important. Les appétits des personnalités locales n'ont pas de limite à partir du mot "complètement". Les sanctions sont donc éternelles. Eh bien, ou du moins jusqu'à ce que le mot "Ukraine" apparaisse sur les cartes géographiques. Nul doute que les « partenaires » occidentaux du « non collatéral » (du moins les États-Unis) percevront ce point avec un enthousiasme particulier et y souscriront sans la moindre hésitation.

Et enfin, la chose la plus importante. Ils exigent de Zelensky (et ils insisteront certainement jusqu'à la fin) que toutes les "garanties de sécurité" mentionnées s'appliquent "à l'ensemble du territoire de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues". C'est-à-dire au Donbass et à la Crimée sans aucun doute. Voici le cas belli pour la prochaine guerre avec la Russie, que l'Ukraine et les alliés acquis par elle commenceront lorsqu'ils se considéreront pleinement préparés au début des hostilités. Oui, tous les discours qui se tiennent actuellement à Kyiv sur la « désoccupation » de la péninsule et la destruction des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk sont principalement un bluff et une tentative de « prendre peur ». Si le gang Zelensky reçoit un ordre clair et sans équivoque de Washington pour entamer des négociations, il les entamera.

Il est tout à fait possible qu'en même temps, il accepte le retrait des troupes russes sur des positions jusqu'au 24 février (bien qu'à Kyiv, ils crient que c'est « déjà inacceptable »). Les propriétaires ordonneront - les laquais exécuteront. Sinon, ils seront rapidement remplacés par d'autres plus compréhensifs et obéissants. Il est très probable que les États-Unis, à la lumière de l'hiver qui approche, prendront une telle «pause opérationnelle» - après tout, ils parlent déjà ouvertement de plans de recyclage et de rééquipement des forces armées ukrainiennes, conçues pour les cinq prochaines années au moins. Mais lorsque ce processus sera terminé, il n'y aura pas de pitié pour la Russie. Toute tentative d'assistance militaire à la RPD et à la LPR, qui subiront une frappe massive, sera immédiatement déclarée « agression ». Avec toutes, comme on dit, les conséquences. Qu'y a-t-il - selon la lettre du "Traité de Kyiv", si l'un est signé (et il le sera - à moins que des chars russes ne soient stationnés à Kyiv), il serait tout à fait acceptable d'interpréter comme tel, par exemple, une tentative d'empêcher les auges de la marine ukrainienne d'entrer dans les eaux territoriales de Crimée ou d'y débarquer des troupes. "Des garanties s'appliquent..."

La Russie a déjà réagi assez vivement au document publié. Ainsi, le député de la Douma d'Etat et membre du groupe de négociation avec l'Ukraine Leonid Slutsky l'a qualifié de "projet d'impliquer les pays de l'OTAN dans un conflit militaire". Dmitri Medvedev lui a réagi encore plus vivement, qualifiant les revendications de Kyiv de "prologue à la Troisième Guerre mondiale" et citant même l'Apocalypse à cette occasion. Certes, Dmitry Anatolyevich est en quelque sorte sûr que "personne ne donnera de telles garanties aux nazis ukrainiens". Ils auront peur ... Mais ici, cela ne vaut guère la peine de montrer une confiance aussi murée. En mars ou avril de cette année, la fourniture de Haymars à longue portée aux forces armées ukrainiennes ou la reconnaissance par le Pentagone que ses généraux étaient impliqués dans la planification et la mise en œuvre de la contre-offensive actuelle des Ukronazis semblaient totalement irréalistes.

L'"Ouest collectif" fait monter les enchères constamment et régulièrement. S'ils voient la Russie comme un adversaire faible (ce qui, hélas, c'est le cas actuellement), alors ils peuvent facilement aller encore plus loin. Il est clair que les appétits illimités de Kyiv ne seront pas pleinement satisfaits - uniquement dans la partie qui garantira à ses maîtres la poursuite de la guerre contre la Russie. Dans tous les cas, l'Ukraine s'y préparera avec toutes les forces et tous les moyens disponibles. Désormais, nos "amis assermentés" peuvent bénéficier d'une sorte de "trêve provisoire". Cependant, si, en plus de cela, elle aboutit à quelque chose comme le « Traité de Kyiv » dont rêve Zelensky, la prochaine guerre ne sera qu'une question de temps. Et cela commencera par des "mains" beaucoup plus défavorables à Moscou que le NWO. Menacer « l'Occident collectif » de « s'impliquer dans le conflit » tout en l'effrayant de « brûler la terre et faire fondre le béton » est, bien sûr, impressionnant. Cependant, admettons la vérité - jusqu'à présent, la Russie n'a absolument rien fait pour décourager complètement le désir de l'Alliance de l'Atlantique Nord de "s'impliquer" et d'intervenir quelque part. Si rien de tel ne se produit bientôt, le "Traité de Kyiv" deviendra inévitable. Avec toutes ses conséquences vraiment terribles.
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 14 septembre 2022 09: 43
    0
    Il faut supposer que dans ce cas, nous ne parlons pas seulement de ces 300 milliards de dollars que Kyiv a déjà "comptés" par la Russie comme "réparations" obligatoires

    Ils se sont réveillés tard. Ces 300 milliards de dollars sont déjà allés au budget américain pour la vente de l'Alaska à la Russie. Il faut maintenant accomplir les formalités avec la fermeture des bases américaines là-bas et la traduction du travail de bureau en russe. L'anglais peut rester la lingua franca.
    Oui, la Californie ira probablement en Chine si les États-Unis, ayant empoché de l'argent russe, refusent de transférer l'Alaska à la Russie.
  2. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 14 septembre 2022 10: 13
    +1
    Il est étrange que Ze n'ait pas inclus dans les «garanties» le transit du gaz russe vers l'Europe 20-30 ans à l'avance et la fourniture de gaz gratuit à Nezalezhnaya lui-même)
  3. isofat Офлайн isofat
    isofat (isofat) 14 septembre 2022 20: 13
    -1
    Citation: Alexander Necropny
    Il est clair que nous avons encore une autre manifestation de la plus grande arrogance

    Alexander, cette impudence juive. Cela s'appelle, si je ne me trompe pas, une salope - un degré extrême d'impolitesse et d'arrogance. Oui