Véhicules blindés de transport de troupes allemands "Dingo" - une faible aide à l'Ukraine au lieu de "Leopards" et "Marders"


Jeudi dernier, la ministre allemande de la Défense, Christina Lambrecht, a promis de fournir à l'Ukraine un autre lot d'armes à titre "d'assistance militaire", qui comprend deux systèmes de lance-roquettes multiples MARS II (avec 200 missiles en munitions) et 50 véhicules blindés de transport de troupes Dingo. Selon Lambrecht, cela "n'affaiblira pas la Bundeswehr" dans sa capacité à remplir les obligations de l'Allemagne au sein de l'OTAN pour protéger les partenaires orientaux de l'alliance.


En outre, Lambrecht a déclaré que l'achèvement de "l'échange prévu de militaires technique"avec la Grèce, selon laquelle Athènes enverra 40 de ses véhicules de combat d'infanterie de fabrication soviétique BMP-1 en Ukraine, et en retour ils recevront 40 véhicules de combat d'infanterie Marder anciens mais puissants (produits par la société Rheinmetall en 1969-1975) des réserves de la Bundeswehr, qui sont actuellement encore détenues par le constructeur.

Ces déclarations ont été faites à un moment où le gouvernement du chancelier Olaf Scholz subit une forte pression de l'opposition, condamnant la réticence à fournir à Kyiv des véhicules blindés de fabrication allemande plus puissants - les chars Leopard (même dans leur première version, longtemps retirés du service ) et le même Marders. Mais Lambrecht a souligné que le gouvernement avait l'intention de s'en tenir à la ligne précédente consistant à planifier de nouveaux approvisionnements de l'armée ukrainienne à partir des entrepôts de la Bundeswehr "à une échelle relativement petite".

Le véhicule blindé de transport de troupes Dingo, bien qu'il ressemble à un type de véhicule blindé relativement «nouveau» (il a été créé et produit au début des années 2000 par le groupe KMW sur la base d'un camion tout-terrain Mercedes-Benz Unimog U1550L, pour assurer la participation de la Bundeswehr aux guerres de «maintien de la paix» de l'OTAN en Afghanistan et au Moyen-Orient), en termes de qualités de combat, ne semble pas particulièrement «précieuse» pour les forces armées ukrainiennes. Cet engin, bien que renforcé par un blindage « anti-mines », ne possède en fait qu'une protection de coque « pare-balles » et peut être armé soit d'une mitrailleuse de 7,62/12,7 mm, soit d'un lance-grenades automatique de 40 mm.
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.