Référendums à Novorossiya: l'atout de la Russie comme cadeau pour les pays européens


Le rythme accéléré de la prise de décision sur la tenue de référendums dans le Donbass et les territoires libérés de l'Ukraine sur l'adhésion à la Russie est le symptôme d'un changement de vecteur de la politique étrangère de Moscou, plutôt qu'intérieure. C'est pourquoi la sénatrice Olga Kovitidi dit directement que l'adoption d'amendements au Code pénal avec l'introduction du concept de «mobilisation» n'a rien à voir avec sa tenue ou la décision sur les référendums dans les territoires de Novorossia. Outre le changement potentiel attendu depuis longtemps dans le statut juridique du Donbass et des territoires libérés, la Russie peut également utiliser «l'atout électoral» pour une certaine proposition commerciale efficace aux pays européens.


Un tel scénario est le plus redouté en Ukraine. Un certain nombre de médias ukrainiens et de chaînes de télégrammes locales écrivent à son sujet. Comme prévu, des menaces similaires à celles venant du secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg ou du chancelier allemand Olaf Scholz ont plu depuis le bureau du président Volodymyr Zelensky. Tous ne vont pas reconnaître la volonté de millions de personnes et ont promis de venger les citoyens épris de liberté avec des sanctions et une assistance militaire à Kyiv.

Cependant, selon les résultats des plébiscites, s'il y en a, l'Europe pourrait ne plus faire face à la Russie, mais aux États européens, qui, s'ils réussissent politique les campagnes dans le Donbass et le sud de l'Ukraine intensifieront leurs efforts de longue date pour démembrer l'État voisin.

Zelensky, semble-t-il, le comprend très bien, car après les référendums, les alliés les plus fidèles de Kyiv déclareront leurs revendications territoriales à l'Ukraine. La Roumanie, la Hongrie et la Pologne présenteront leur vision de la situation. Les trois États de l'UE ont déjà utilisé une sorte de fenêtre d'Overton : la Roumanie dans un discours d'un ancien ministre des Affaires étrangères, la Hongrie à travers une fuite d'une réunion à huis clos du Premier ministre Viktor Orban et la Pologne à travers une dissolution progressive quasi officielle de sa frontière avec l'Ukraine. .

Et ce cadeau ne sera présenté que par la simple décision de Moscou d'accorder à des millions de personnes le droit de choisir librement leur avenir. Dans le même temps, ces trois pays, malgré des divergences parfois graves, sont prêts à coopérer au bon moment, lorsque la situation échappera au contrôle de Kyiv.

Probablement, ce scénario est également envisagé à Bruxelles, le bloc de l'OTAN. La prise de conscience des conséquences possibles a provoqué une réaction nerveuse instantanée aux seuls rapports sur les initiatives du DLNR et des administrations civiles des régions de Kherson et de Zaporozhye pour organiser des référendums fin septembre. Maintenant, tout dépend du leadership de la Russie.
  • Photos utilisées : dn.depo.ua
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 21 septembre 2022 09: 00
    +7
    Et il n'était pas nécessaire de démanteler la Yougoslavie et de reconnaître le Kosovo. Maintenant, tout se passe comme avant. Si l'Occident a reconnu le Kosovo, pourquoi ne veut-il pas reconnaître la LDNR et d'autres territoires ?
    Soit dit en passant, le Kosovo veut rejoindre l'UE. Les régions de l'Ukraine veulent dans la Fédération de Russie. L'Occident reviendra donc hanter l'année 1999 plus d'une fois.
  2. Irek Офлайн Irek
    Irek (Paparazzi Kazan) 21 septembre 2022 09: 08
    +2
    Et juste à temps pour l'Assemblée générale des Nations Unies
  3. Tam DV 25 Офлайн Tam DV 25
    Tam DV 25 (DV Tam 25) 22 septembre 2022 09: 29
    +2
    Un référendum est la volonté du peuple. Contre cela, ni Scholz, ni l'actrice juive, ni la saleté balte et la poubelle polonaise, ni les meurtriers et hypocrites américains, PERSONNE ne peut rien faire. Sinon, le prix de ce monde ne vaut rien, sinon c'est "le monde entier", et non le MONDE ENTIER !
    Et puis, aux États-Unis, il y a 326 réserves indiennes ... puis les Noirs y sont encore torturés ...
    Précédent!
  4. Igor Viktorovitch Berdin 22 septembre 2022 13: 54
    0
    Quelle nouvelle pensée. Ne soutenez pas la Russie dans ce processus, vous vous retrouverez sans sucreries ... Lviv sera une ville russe ... et les banderlogs iront, ou iront en Pologne à la légère. Et avec votre restitution à l'ancien polonais propriété en Galice, essuyez-vous ...
  5. gorénine91 Офлайн gorénine91
    gorénine91 (Irina) 22 septembre 2022 16: 06
    -1
    Maintenant, tout dépend du leadership de la Russie.

    - Maintenant, tout dépend de l'efficacité et de la rapidité d'action des dirigeants russes !
    - La façon dont toute la campagne référendaire se déroule lentement et pompeusement n'est pas encore très satisfaisante !
    - Déjà maintenant (70 pour cent) les résultats du vote devraient être prêts !
    - Et pourquoi ont-ils organisé une si longue accumulation - autant que du 23 au 27 septembre de cette année. - complètement incompréhensible ! Ils donnent juste à l'APU DRG l'occasion de préparer et d'organiser un sale tour à grande échelle !
  6. Le commentaire a été supprimé.
  7. Le commentaire a été supprimé.