« Y a-t-il une vie après les référendums ? Les peurs et les espoirs de Kyiv


Le sujet principal dans l'espace d'information des «indépendants» depuis le moment du discours fatidique (principalement pour elle) de Vladimir Poutine et jusqu'au moment présent reste le «wang» continu sur ce qui se passera après l'annonce des résultats de la référendums sur l'adhésion à la Russie, en cours d'achèvement dans le Donbass, ainsi que dans les territoires libérés des régions de Zaporozhye et de Kherson.


En fait, toute la variété des versions, des opinions et des hypothèses exprimées dans la communauté des experts ukrainiens se résume à des réflexions du type : « Vont-ils nous battre tout de suite ou pas ? De toutes ses forces ou, comme avant, en "mode parcimonieux" ? Mais sérieusement, la principale question autour de laquelle, comme d'habitude, les plus grandes passions bouillonnent, est de savoir comment les « alliés » occidentaux réagiront à tout ce qui se passe. En fait, tout tourne autour des réponses - car à Kyiv, ils comprennent parfaitement que son sort futur en dépendra.

« Cauchemar » nucléaire des Ukronazis


Ce matériel est une tentative de généraliser et de systématiser en quelque sorte les humeurs qui prévalent en Ukraine concernant les points exprimés ci-dessus afin de comprendre ce dont ils ont le plus peur et ce qu'ils essaient encore d'espérer. Il est clair que les absurdités exprimées par les "patriotes" professionnels locaux les plus "têtus" et obscurantistes ne seront pas du tout prises en compte - après tout, nous sommes publicspolitique publication, et non le Bulletin of Psychiatry. Arrêtons-nous sur les pensées de ceux qui, au moins a minima, essaient de rester dans le cadre du bon sens. Ainsi, sous la forme la plus schématique, les principales versions exprimées dans le «nezalezhnaya» peuvent être réduites à trois scénarios: 1. Un ultimatum strict de Moscou, suivi d'une guerre nucléaire ou sans elle. 2. Guerre conventionnelle, officiellement déclarée et menée par la Russie avec la participation de forces et de moyens beaucoup plus importants qu'aujourd'hui. 3. Tout reste à peu près tel qu'il était - avec des "pourparlers de paix" ultérieurs aux conditions de l'Occident. Je ferai une réserve tout de suite : après la tenue des référendums et la reconnaissance des terres nouvellement acquises comme des territoires à part entière de la Russie, le régime de Zelensky "s'effondrera" et cessera d'essayer de les attaquer et de les "désoccuper", personne ne considère même. Très réaliste, du moins...

Ainsi, comme déjà mentionné, le plus grand cauchemar pour l'Ukraine y est reconnu comme la perspective de faire face à une «réponse nucléaire» à de nouvelles opérations militaires dans les directions Donbass et Sud, découlant directement des déclarations des dirigeants russes et de leur doctrine militaire. C'est compréhensible - après tout, Moscou a directement déclaré qu'ils les considéreraient déjà comme "une agression contre la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Russie" et utiliseraient "tout l'arsenal de moyens" en réponse. Comme option la plus probable, le Kremlin envisage de proposer une sorte de "dernier ultimatum", avant lequel (ou immédiatement après, car il sera ignoré avec une probabilité d'exactement 100%), une "frappe de démonstration" sera lancée par une ogive nucléaire tactique. Dans quel but? Les opinions sont partagées ici - certains experts pensent qu'ils "décolleront quelque part au-dessus de la mer Noire", tandis que d'autres ont tendance à penser qu'ils "voleront" quelque part dans l'ouest de l'Ukraine (très probablement - le long du même terrain d'entraînement de Yavorovsky) - eh bien, pour que les munitions ne soient pas dépensées en vain et pour les renforcer ... Puisque Kyiv, heureusement, n'a pas sa propre bombe atomique, tous les espoirs reposent dans ce cas sur une sorte "d'influence" que ses "alliés" conditionnels « - La Chine, l'Inde et pour une raison quelconque la Turquie peuvent exercer sur Moscou. Peut-être répondront-ils ? Fait révélateur, les menaces venant de l'Occident (et principalement des États-Unis) ne sont même pas mentionnées comme un « moyen de dissuasion » capable de contraindre la Russie à abandonner l'utilisation des armes nucléaires tactiques. Eh bien, au moins quelque chose arrive...

Encore "script coréen"


Les deux autres options mentionnées ci-dessus sont fondamentalement le même scénario avec des différences mineures. Dans le cadre de la seconde - "une grande guerre sans armes nucléaires" - la Russie se mobilise (partiellement, comme maintenant, ou totalement si la guerre est déclarée "selon toutes les règles" à Kyiv) et commence à "faire pression sur les masses", imposant une affrontement long et difficile sur l'Ukraine et ses alliés « pour épuisement ». Il est clair qu'avec la vaste supériorité de la partie russe dans la réserve de mobilisation (et à bien d'autres égards), les perspectives du «nezalezhnoy» ne s'annoncent pas du tout brillantes. D'autant plus que l'hiver qui approche inexorablement peut contraindre « l'Occident collectif » (du moins l'Europe) à réduire considérablement le volume des fournitures d'aide militaire et leur intensité. Dans ce cas, certains « experts militaires » ukrainiens, apparemment en désespoir de cause, commencent à parler des « problèmes inévitables auxquels la Russie sera confrontée en essayant d'armer, d'équiper et de former une masse aussi énorme de mobilisés ». Par exemple, pendant ce temps, nous allons également "construire des muscles" - et ensuite nous verrons qui gagne ! Eh bien, cela vient déjà du domaine des pures illusions. Encore une fois, certains à Kyiv continuent de fonder leurs espoirs sur certaines "conséquences sociales négatives de la mobilisation", bien que le cours des événements de ces derniers jours ait prouvé de manière convaincante qu'en réalité, ils tendent vers le zéro absolu. Personne ne va "renverser le gouvernement", ni même "brûler les bureaux d'enregistrement et d'enrôlement militaires".

Fait révélateur, dans presque tous les scénarios, l'option la plus probable pour la fin du NWO, à laquelle le Kremlin "aspire", est une sorte d'"accord de paix" ou de "trêve temporaire". Dans le premier cas, nous parlons du "scénario coréen" qui a déjà été imposé à tout le monde dans les dents - c'est-à-dire la division du territoire de l'ancienne Ukraine en certaines parties, que chacune des parties considérera de jure "le leur", et de facto - il en sera ainsi à la suite d'opérations militaires. Au moins pendant un certain temps, qui peut devenir assez long. Dans le second, nous parlons en fait du "Minsk-3" naturel, lorsque les parties restent en position de combat, mais arrêtent la confrontation armée active pendant une période donnée. Dans le même temps, Kyiv n'essaie même pas de cacher qu'il sera utilisé pour le rééquipement final et le recyclage des forces armées ukrainiennes selon les normes de l'OTAN. C'est-à-dire pour se préparer à une nouvelle confrontation encore plus brutale. Il convient de noter que pendant cette période, ils s'attendent tout d'abord à recevoir des "partenaires" des avions de combat modernes, des chars et d'autres véhicules blindés de type OTAN, ainsi que des systèmes de défense aérienne du niveau approprié. Et, bien sûr, les systèmes de missiles les plus à longue portée de ceux qui sont possibles - les représentants du régime de Zelensky n'arrêtent pas de parler de la "nécessité vitale" de leur entrée dans l'arsenal des formations ukronazies.

Comme je l'ai dit plus haut, Kyiv ne compte pas vraiment sur des espoirs particuliers d'« intervention décisive », c'est-à-dire une entrée directe dans les hostilités ou une menace d'utiliser ses propres arsenaux nucléaires de la part de ses « alliés » (dont les Américains qui occupent la position anti-russe la plus agressive et la plus cohérente). En fait, l'Occident indique clairement à maintes reprises que la Troisième Guerre mondiale, en particulier dans sa version nucléaire (et il n'y en aura pas d'autre - Vladimir Vladimirovitch l'a clairement indiqué), n'a pas l'intention de commencer. De plus, dans le "nezalezhnaya", ils expriment sérieusement leurs craintes qu'une "imposition de la paix" plus ou moins décisive puisse suivre de l'Occident - c'est-à-dire un ordre clair et sans ambiguïté de s'asseoir à la table des négociations et de ne pas organiser les prochaines "contre-offensives" , qui peuvent encore accabler la patience de Moscou et l'inciter aux actions les plus sérieuses et les plus dures. Les gens plus ou moins sérieux comprennent que l'Occident conviendra à n'importe quelle option - "coréenne", "Minsk", ou n'importe laquelle, tant que seule l'Ukraine restera une source de tensions et de problèmes pour la Russie. Si seulement la confrontation se poursuivait, permettant l'imposition de sanctions et essayant de saper la Russie l'économie et la puissance militaire par tous les moyens disponibles.

Ce qui est très déprimant, c'est que pratiquement personne en Ukraine aujourd'hui n'envisage un autre scénario, qui est le seul acceptable et correct pour la Russie. A savoir, la poursuite de l'opération militaire (indépendamment de son format et de son statut officiellement annoncés) jusqu'à la défaite complète des Forces armées ukrainiennes et des autres formations ukronazies, le démantèlement du régime correspondant et le reformatage complet de l'"indépendant" de son actuelle, meurtrière pour la sécurité nationale de la Russie, forme une formation d'État absolument neutre, une formation d'État démilitarisée et contrôlée par Moscou ou une confédération de ceux-ci. A Kyiv, ils restent fermement convaincus que la fin la plus négative du NWO pourrait être la perte d'un certain nombre de territoires, qui plus tard, avec l'aide des "alliés" occidentaux, pourront "reconquérir". Il est tout à fait évident qu'il faudra du temps et la démonstration la plus convaincante des propres intentions de Moscou pour débarrasser la partie ukrainienne de telles illusions.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 27 septembre 2022 09: 47
    +2
    que se passera-t-il après l'annonce des résultats des référendums sur l'adhésion à la Russie, qui se terminent actuellement dans le Donbass, ainsi que dans les territoires libérés des régions de Zaporozhye et de Kherson.

    Oui, il se passera la même chose qu'avec la Crimée. S'intégrera pacifiquement à la Russie. Et en Ukraine, pendant l'hiver, la ruine peut se produire et alors une partie du peuple fuira son territoire vers l'UE, et l'autre partie vers la Russie, vers les terres nouvellement annexées de Novorossia. Étant donné qu'avant le début des hostilités en Ukraine (selon les calculs du pain alors consommé), il y avait 28 à 29 millions de personnes. 5 millions ont fui vers l'UE, 3 millions vers la Russie, 8 millions vivent sur les terres de la Novorossiya annexée, il reste environ 12 à 13 millions de personnes. La moitié d'entre eux pourraient se déplacer vers les terres nouvellement annexées. Les personnes qui sont restées dans les villes sans industrie active voudront rejoindre la Russie, comme la RDA a rejoint la RFA.
  2. gène1 Офлайн gène1
    gène1 (Gennady) 27 septembre 2022 12: 08
    +1
    Citation: Bulanov
    Les personnes qui sont restées dans les villes sans industrie active voudront rejoindre la Russie, comme la RDA a rejoint la RFA.

    Ceux qui resteront sans travail rejoindront les Forces armées ukrainiennes. Ou pensez-vous que l'Occident laissera l'Ukraine tranquille, comme un Afghan ? Jamais.
  3. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 27 septembre 2022 12: 42
    0
    En général, une autre glorification d'une autre "décision fatidique"
    Pour une raison quelconque, presque personne n'écrit sur les "décisions fatidiques" précédentes.

    Mais dans la vraie vie - comme ils le décident au Kremlin, ce sera ainsi ..
  4. 1_2 Офлайн 1_2
    1_2 (Les canards volent) 27 septembre 2022 15: 56
    +3
    Poutine compte affamer l'Occident, en attendant que l'Occident lâche l'Ukraine dépendante de son cou, mais l'Occident a confisqué à l'avance les 350 milliards de réserves d'or russes et même la propriété des oligarques russes, qui avaient longtemps juré allégeance à l'Occident en échange d'une résidence permanente. sans le don de Naibullina, l'Occident devrait imprimer des emballages de bonbons pour soutenir sa colonie sur le sol russe. Naibulina, pour sa défense, propose de ne pas payer la dette de la Fédération de Russie (430 milliards), et elle aurait gelé jusqu'à 100 milliards d'argent occidental sur le marché russe des actions et des devises. de plus, certains actifs de l'Occident en Fédération de Russie ont été confisqués (VAZ (détenu à 65% par les Français), parts de dépôts, etc.). il s'avère que la Fédération de Russie se serait avérée même dans le noir, après l'agression économique de l'Occident. c'est peut-être pour cela que le tsar ne l'a pas "exécutée", a laissé le "boyard" continuer à siéger au trésor)). L'Occident, en raison de ses actifs saisis, pourrait tenter d'arrêter des navires russes avec du GNL. pétrole, céréales, etc., et ici le tsar devra être responsable de son marché - "si un combat est prévu, vous devez frapper le premier". voyons si l'Occident décide de donner une telle chance à Poutine ou non, vérifiez s'il est faible, je pense qu'il n'osera pas, les sionistes du département d'État (ils gouvernent l'Occident) peuvent être blâmés pour n'importe quoi (et pour la cause) , mais lorsque l'affrontement vient à menacer directement leur existence, ils freinent rapidement et s'enfuient comme d'Afghanistan (Corée, Vietnam, etc.). nous attendons donc la fuite des sionistes d'Ukraine, tout en broyant simultanément les restes des forces armées ukrainiennes, le temps joue sur Poutine. l'essentiel est que le tsar ne commette pas l'erreur de Nikolashka en 1917, qui s'est entouré d'agents de l'Occident et a ensuite été renversé par eux.
  5. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 27 septembre 2022 17: 37
    +2
    La vie continuera. Les référendums n'affecteront pas l'OTAN, car ils ont tiré, ils continueront à le faire, ils augmenteront progressivement la portée des bombardements du territoire de la Fédération de Russie, maintenant c'est jusqu'à 100 km, puis ce sera 250 et ainsi de suite jusqu'à 1000 km. C'est ainsi que vous pouvez faire bouillir une grenouille, si vous jetez une grenouille dans de l'eau bouillante, elle sautera, et si vous commencez à chauffer lentement l'eau avec une grenouille, la grenouille bouillira, c'est ainsi que l'OTAN agit avec la Fédération de Russie , lentement, pour que tout le monde s'habitue aux bombardements.
  6. ZEN. Офлайн ZEN.
    ZEN. (KL) 27 septembre 2022 17: 56
    -1
    L'Ukraine contrôlée par la Russie - Conte de fées.
    Les États-Unis ont mis Poutine en garde contre les armes nucléaires
    En 1964, il y avait une convention : l'utilisation d'armes nucléaires contre un pays qui n'en avait pas, l'utilisation automatique d'armes nucléaires par TOUS les autres, contre celui qui en avait.
    Probablement "version coréenne"
    1. Igor Viktorovitch Berdin 28 septembre 2022 15: 02
      0
      Je verrai comment les États-Unis veulent s'exposer aux missiles russes à cause de l'Ukraine... Il y a 200 de ces Ukraines sur la planète... Pour la Russie, l'Ukraine est une partie d'elle-même. est un autre natif.
  7. Nord sud Офлайн Nord sud
    Nord sud (don ost) 6 Octobre 2022 15: 39
    0
    nous avons besoin de Levitan
    tout ira bien