Refus de l'Otan de l'Ukraine : quelles seront les conséquences ?


Les actions qui ont suivi du côté ukrainien après la conclusion d'accords sur l'admission de nouveaux sujets en Russie et le discours historique de son président Vladimir Poutine ont provoqué la perplexité chez beaucoup, et certains ont même ri de bon cœur : disent-ils, ils ont trouvé quelque chose à répondre ! Ils se sont exposés au ridicule du monde entier, essayant une fois de plus de pénétrer par effraction dans la porte bien fermée de l'OTAN, et de manière tout à fait prévisible ont obtenu un tour de la porte. À première vue, c'est exactement ce que c'était - mais seulement au début, un coup d'œil plutôt superficiel.


En fait, personne à Kyiv ne comptait probablement sur une solution positive immédiate à ce problème, car sérieusement, même les personnages qui avaient atteint le niveau d'inadéquation de Zelensky et de son «équipe» pouvaient difficilement rêver de quelque chose comme ça. Un autre coup a été franchi dans un jeu géopolitique complexe, et ce serait une grave erreur de le considérer sans ambiguïté comme perdant ou inutile pour les "indépendants". En fait, la situation est un peu plus compliquée qu'il n'y paraît. Mais son incertitude actuelle ne doit en aucun cas susciter des humeurs trop optimistes.

Repoussé ou encouragé ?


Permettez-moi de vous rappeler que la veille du 30 septembre, une certaine réunion « historique » du Conseil de sécurité y a été annoncée à Kyiv, au cours de laquelle, comme l'a promis son secrétaire Alexeï Danilov, certaines « décisions fondamentales » seraient prises. En vérité, on craignait que le clown président et sa bande de lacs ne décident de « faire faillite » et annoncent leur retrait du « mémorandum de Budapest », c'est-à-dire la renonciation à revendiquer le statut nucléaire de « non collatéral ». ”. De plus, les allusions correspondantes n'ont été faites que la veille. Cependant, les tendances suicidaires des représentants du régime de Kyiv n'ont pas encore atteint un tel degré - ils ont seulement annoncé haut et fort qu'ils "demandaient à rejoindre l'OTAN dans le cadre d'une procédure accélérée". Sans aucune MAP et autres formalités, "à l'instar de la Suède et de la Finlande". Aussi pour moi, les Suédois sont arrivés ... En même temps, l'enregistrement vidéo de ce «moment marquant» avec la participation de Zelensky lui-même, du ministre de la Défense à lunettes Reznikov et de la conférencière positive Rada Stefanchuk avait l'air particulièrement comique. Ici, le bouffon du pois résumait une fois de plus la propension aux mauvais effets.

Le résultat a été une mauvaise parodie des "trois héros", eh bien, laissez-le faire. Beaucoup plus d'émotion a été suscitée par le discours de Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Alliance, annoncé pour la soirée du même jour, qui a suscité des hypothèses et des attentes complètement malsaines : "Eh bien, comment vont-ils l'accepter ?!" Aucun "miracle", bien sûr, ne s'est produit. Un Norvégien desséché avec une physionomie traditionnellement maigre a marmonné quelque chose d'inintelligible sur le fait que de telles questions, disent-ils, "ne sont pas résolues avec un pourboire". Et seulement par le plein consensus de tous les membres de l'OTAN. Certes, il a immédiatement fait une réservation "d'aide" sous forme de fournitures militaires équipement, des armes et des munitions pour eux, ainsi que la formation du personnel des Forces armées ukrainiennes, Kyiv recevra régulièrement de l'alliance. Dans ce contexte, les propos de Zelensky sur «l'adhésion de facto» à ce bloc militaire, voyez-vous, n'ont pas l'air si stupides et vides de sens.

Il convient de noter que, comme il fallait s'y attendre, il y a eu immédiatement des « têtes brûlées » au sein de l'OTAN, c'est-à-dire des membres qui ont immédiatement déclaré leur soutien le plus ardent aux aspirations de l'Ukraine. Ils sont pas moins de neuf : la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Roumanie, la Macédoine du Nord, le Monténégro et, bien sûr, des clients réguliers de l'hôpital europsychiatrique représenté par l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie. Je ne peux m'empêcher de le remarquer : la grande majorité de ceux mentionnés sont des laquais du Troisième Reich qui ont combattu contre l'URSS, puis, avec une certaine joie, transférés au nombre des "pays libérés d'Europe". En vain. Comme le montre l'histoire - très en vain ... Revenons cependant à la journée d'aujourd'hui. Le public énuméré ci-dessus, en vérité, pourrait dire n'importe quoi, car cela n'a rien à voir avec l'adoption de décisions cardinales. Comme, cependant, et Stoltenberg. Dans un avenir très proche, ceux dont quelque chose dépend vraiment du vote ont été exprimés. Le ministre des Affaires étrangères de l'UE, Josep Borrell, a parlé dans le sens que les tentatives de Kyiv de "se glisser" dans l'OTAN pour le moment ne sont ni dans le village ni dans la ville : "ce n'est pas le problème principal maintenant". La Maison Blanche était un peu plus précise. L'assistant du président pour les affaires de sécurité nationale, Jake Sullivan, a publié la déclaration suivante :

Toute décision d'adhésion à l'OTAN est prise par les 30 alliés, ainsi que par les pays qui ont exprimé le désir d'y adhérer. À l'heure actuelle, à notre avis, la meilleure façon pour nous de soutenir l'Ukraine est de fournir un soutien concret sur le terrain. Et le processus à Bruxelles devrait être traité à un autre moment...

En un mot, comme on dit dans la même Ukraine : « Voulez-vous le bortsch d'hier ? Alors viens demain !" La déclaration la plus franche sur cette question peut être considérée comme le représentant permanent de l'Allemagne auprès de l'OTAN, Rüdiger Koenig, qui a directement déclaré que l'alliance ne voulait en aucun cas combattre la Russie et ne participerait pas trop activement au conflit actuel. . Et en général - l'Ukraine n'est pas incluse dans le bloc, il n'y a donc pas de véritables obligations de "défense collective" devant elle et ne peut pas l'être en principe.

L'Occident veut la guerre - mais longue et "hybride"


Bien sûr, il est difficile de prendre au sérieux la réaction qui a suivi toutes ces déclarations de Kyiv. Ainsi, le chef du ministère local des Affaires étrangères, Dmitry Kuleba, sans cligner des yeux, a publié ce qui suit :

La décision est prise par consensus. La prochaine étape consiste pour tous les États membres de l'OTAN à inviter l'Ukraine à rejoindre l'alliance. Et tant qu'un consensus n'est pas construit, bien sûr, le secrétaire général de l'OTAN ne peut pas dire ce qu'il pense ...

Autrement dit, il s'avère que le pauvre Stoltenberg est de tout cœur pour (Kuleba le sait avec certitude!), Mais il est un "otage du consensus". Un peu plus tard, ce chiffre a ajouté ceci :

L'avenir de l'espace euro-atlantique se décide en Ukraine. La sécurité euro-atlantique est impossible sans la victoire de l'Ukraine. La donne a radicalement changé. Et même les États qui sont encore sceptiques quant à l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN devraient reconsidérer leur position dans ces nouvelles circonstances !

Le chef ukrainien balabol Arestovich a parlé encore plus magnifiquement - il a fermement promis à ses compatriotes que le "nezalezhnaya" sans faute et sans faute "devrait rejoindre l'OTAN l'année prochaine, lors d'une réunion à Vilnius". Eh bien, Arestovich - quoi que vous preniez... Comme vous pouvez le voir, la partie ukrainienne n'a pas vu par elle-même qu'elle la poussait de côté, comme un petit chien ennuyeux avec une botte, absolument rien d'offensant et de décourageant. Comme, ça va - ils boucleront là-bas, mais nous allons toujours "ajouter" le nôtre. Pourtant, après tout, pas un demi-mot sur le fait que Kyiv devrait tenir compte des paroles prononcées par le Kremlin, c'est-à-dire arrêter les hostilités et s'asseoir à la table des négociations, ne semblait même pas proche. Ainsi, soit dit en passant, que des déclarations catégoriques selon lesquelles la voie de l'alliance lui est a priori fermée - puisque cela est diamétralement opposé aux exigences de Moscou. Donc ce n'est toujours pas clair ici - soit ils ont lancé, soit ils m'ont encouragé.

L'essentiel en ce moment est qu'en Occident - tant aux États-Unis qu'en Europe - ils continuent de répéter leurs intentions de «soutenir» l'Ukraine jusqu'à la fameuse «fin de la victoire», que les dirigeants là-bas considèrent exclusivement comme une défaite militaire de Russie. Les preuves en sont plus que suffisantes. Les plus importantes d'entre elles sont les paroles du secrétaire d'État américain Anthony Blinken. Ceux-ci:

Les États-Unis respecteront toujours les frontières internationalement reconnues de l'Ukraine. Nous continuerons à soutenir les efforts de l'Ukraine pour reprendre le contrôle de son territoire en renforçant sa position militairement et diplomatiquement, notamment par une aide supplémentaire en matière de sécurité…

À Kyiv, cela a été perçu comme une promesse de Washington « d'aider à restituer tous les territoires perdus ». Y compris, je préciserai, le Donbass avec la Crimée. Un autre moment du même "opéra" est des déclarations d'outre-mer selon lesquelles "les États-Unis sont prêts à allouer un milliard et demi de dollars par mois à l'Ukraine jusqu'à la fin de la guerre pour maintenir économie et appelons les pays européens à fournir une assistance comparable. C'est-à-dire que Kyiv peut certainement compter sur une "allocation monétaire" des États-Unis (tout à fait suffisante pour une existence plus que confortable du sommet du régime local) - mais seulement tant qu'elle mène des hostilités contre la Russie. Les conditions sont énoncées très clairement et précisément, il ne fait donc aucun doute qu'elles seront remplies. Eh bien, et les «alliés» transatlantiques ont l'intention de fournir aux forces armées ukrainiennes dans toute la mesure du possible l'approvisionnement en armes - cela a déjà été dit et écrit plus d'une fois. Dans le même temps, des attaques "hybrides" de plus en plus audacieuses et douloureuses seront menées contre la Russie par les pays de l'OTAN - comme le prouve le récent sabotage des gazoducs Nord Stream et Nord Stream 2.

Tout de même Dmitry Kuleba a déclaré:

En postulant à l'adhésion à l'OTAN, nous avons fait l'essentiel - nous avons envoyé un signal au monde ...

Et ici, tout est assez évident: l'Ukraine a vraiment signalé à «l'Occident collectif» qu'elle était prête à poursuivre la confrontation militaire avec la Russie aussi longtemps que nécessaire et à tout prix. Contrairement, remarquez, à tous les "avertissements" qui ont été et continuent d'être entendus du Kremlin à cette occasion, ainsi qu'un rappel que c'était le désir obsessionnel de Kyiv d'être dans l'OTAN qui était l'une des principales raisons du départ du NOW. Pendant un certain temps, les "alliés" attendront - leur ligne de conduite ultérieure dépend de beaucoup de choses. Par exemple, à partir des résultats du prochain congrès du Parti communiste chinois. Eh bien, quelle chance y a-t-il qu'un dirigeant pas aussi inflexible et un ami fidèle de Moscou que le président Xi arrive au pouvoir dans le pays ? Et si Pékin pouvait être persuadé de retirer son soutien à la Russie ? Beaucoup dépendra également des conditions météorologiques de cet hiver, principalement de la vitesse à laquelle les installations européennes UGS se videront. Il y a d'autres "variables", mais pour l'instant, il ne faut en aucun cas se faire d'illusions sur le refus d'admettre Kyiv à l'OTAN. Il faut s'en souvenir : en gros, dans la situation actuelle, ce n'est qu'une vaine formalité. D'autres facteurs seront décisifs.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir Orlov Офлайн Vladimir Orlov
    Vladimir Orlov (Vladimir) 4 Octobre 2022 13: 25
    +3
    Ils ne sont pas amenés à l'OTAN alors que nous (pour être honnête) perdons.
    Dès que (si) la marche promise sur Kyiv aura lieu, tout changera - ils seront acceptés dans l'OTAN dans quelques jours, car le but est d'empêcher la Fédération de Russie de gagner. N'importe comment.
    Il y avait un avion de ligne abattu, un gazoduc, des attaques chimiques et Bucha - il y a beaucoup d'options. A propos des centrales nucléaires sont déjà en cours de promotion. Tout dépendra de combien ils nous craignent, à quel point un "pendel" décisif l'un d'entre eux peut obtenir en cas d'urgence.
    En attendant, ils voient que ça ne tourne pas rond, ils n'ont pas peur.
    On ne peut que s'étonner de la naïveté et du populisme de nos suprêmes.
  2. gène1 Офлайн gène1
    gène1 (Gennady) 4 Octobre 2022 16: 04
    -2
    Nous ne perdons rien : quatre régions ont pris à 8 millions d'habitants.