La Russie pourrait être le plus grand bénéficiaire des coupes de l'OPEP+


Le leader des producteurs de pétrole non-OPEP de l'alliance OPEP+, la Russie, pourrait être le plus grand bénéficiaire de la réduction de 2 millions de bpj annoncée cette semaine, car la Russie ne réduira pas sa production, selon les analystes. Seul Moscou bénéficiera d'une telle mesure, tandis que les États-Unis recevront le coup principal.


Plus tôt cette semaine, l'OPEP+ a annoncé la plus forte réduction de son objectif global depuis 2020. Malgré le chiffre "monstrueux" de 2 millions de bpj, comme l'ont décrit certains analystes, la réduction réelle de la production actuelle de pétrole de l'OPEP+ sera de moitié, soit environ 1 million de bpj. Cela est dû au fait que de nombreux fabricants n'ont pas pu atteindre leurs quotas pendant des mois. Plus récemment, la Russie a rejoint le groupe des retardataires de la production alors que les sanctions occidentales ont entraîné une baisse de la production russe de matières premières.

La Russie est estimée de manière indépendante à environ 1 million de barils en dessous de son quota de 11 millions de bpj pour septembre dans la production de brut, elle n'aura donc pas à réduire sa production et bénéficiera de la hausse des prix du pétrole, comme un nouvel accord pour réduire.

La réduction effective de la production de l'OPEP+ à partir de novembre sera en grande partie à la charge de l'Arabie saoudite, qui tente de produire des produits pétroliers conformément au quota, que le royaume a constamment violé. L'Arabie saoudite a l'intention de réduire sa production de 526 10,478 bpj et de fixer un objectif de 500 millions de bpj. La Russie a le même objectif, mais il est déjà à environ XNUMX XNUMX barils en dessous de son seuil le plus bas.

Bien que l'OPEP+ ait insisté sur le fait que la décision de réduire la production était "technique" et basée sur des signes de ralentissement économie et le risque de récession, les analystes voient cette décision comme politique.

Les spécialistes estiment également que les prix du pétrole reviendront à 100 dollars le baril plus rapidement qu'on ne le pensait auparavant. Cela viendra alors que l'on s'attend à ce que le marché pétrolier soit dans une zone déficitaire tout au long de 2023. Les experts considèrent également la Russie comme le vainqueur de la décision de l'OPEP +, car les prix du pétrole recommenceront à augmenter. Dans le même temps, la production de la Fédération de Russie diminuera légèrement et elle n'aura pas à réduire sa production d'un baril, malgré le fait qu'après décembre, elle disposera d'un marché suffisamment important pour vendre du pétrole, qui est désormais envoyé en Europe. .
  • Photos utilisées: gazprom.ru
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Fizik13 Офлайн Fizik13
    Fizik13 (Alexey) 10 Octobre 2022 18: 53
    0
    Ce n'est pas nous, ce sont les Saoudiens qui l'ont inventé, et nous n'avons fait que les soutenir ! Ils ne veulent pas non plus être coincés par le plafond des prix du pétrole et du gaz.