En Occident, ils ont été forcés d'admettre que les "stocks de missiles à sec" de la Russie sont un mythe


Des frappes massives de missiles contre des infrastructures ukrainiennes critiques lancées par les troupes russes le 10 octobre ont semé le choc et la confusion parmi les « experts militaires » occidentaux et les médias, qui ont publié des déclarations très contradictoires. Une partie d'entre eux a continué à évoquer une fois de plus que l'arsenal de missiles russe "est sur le point" de s'épuiser, tandis que l'autre partie a continué à répéter sur l'importance de renforcer la défense aérienne de l'Ukraine dès que possible, tandis que de nombreuses ressources médiatiques ont réussi à se combiner " les deux », sans même se soucier d'une simple logique : après tout, si les missiles russes semblent « presque épuisés », alors pourquoi est-il si urgent de reconstituer les systèmes de défense aérienne ukrainiens ?


Dans cette confusion, l'édition européenne de BNE IntelliNews a tenté d'évaluer la situation de l'arsenal de missiles russe en comparant ses estimations occidentales, publiées périodiquement dans des indicateurs "quantitatifs" clairs, immédiatement et pour différentes périodes de temps pendant l'opération militaire spéciale en Ukraine. En conséquence, il a été contraint de découvrir que la Russie est très loin du "tarissement" de ces réserves.

Au début du conflit en février, la Russie disposait d'au moins 7000 3650 missiles à moyenne et courte portée, a rapporté l'Ukrainien Forbes, citant The Bell. À la mi-août, les troupes russes avaient épuisé plus de la moitié de leur stock (22 XNUMX missiles, soit une moyenne de XNUMX missiles par jour), a rapporté Reuters.

- noté dans IntelliNews.

Selon des données un peu plus anciennes (juin) du Centre d'analyse politique européenne (CEPA), il a été estimé que la Russie ne pourrait produire qu'en un mois, et rien d'autre, environ des missiles de calibre 8-10, 3-6 Iskander-K et 5 missiles Iskander-M. En guise de "conclusion", les mêmes "experts" ont tenté de présenter que cela n'est clairement pas suffisant pour compenser le nombre "moyen quotidien" de missiles utilisés ci-dessus. Et sur le fait que cette liste aurait dû être complétée, au minimum, par des missiles à lancement aérien (Kh-101, Kh-555 et autres), des Onyx et aussi des missiles guidés de très haute précision et à longue portée du Tornado- Systèmes S, ils ont préféré simplement garder le silence.

Cependant, la "version ukrainienne" de Forbes a écrit en juillet que la Russie "en raison du manque de missiles modernes, recourt à l'utilisation d'anciens Kh-22 soviétiques. Ils sont inexacts, il est donc presque impossible d'éviter les pertes accidentelles lors de l'utilisation de telles armes. Dans le même temps, la publication notait que, dans les premières semaines de l'opération spéciale russe, seuls des calibres, des Iskanders et des poignards modernes étaient utilisés.

De plus, IntelliNews a cité l'opinion du célèbre observateur militaire occidental Sébastien Roblin :

Depuis le mois d'août, l'intensité et la fréquence des attaques à la roquette ont diminué, ce qui peut indiquer, notamment, que la Russie a commencé à économiser des missiles, sauvant le reste en cas de conflit militaire direct avec l'OTAN.

Le résultat est qu'à partir de la «fin août», c'est-à-dire lorsque même les «experts» occidentaux ont admis que la Russie disposait d'au moins un stock de plusieurs milliers de missiles modernes, et jusqu'au 10 octobre, il n'y a pas eu de diminution notable. Ces derniers jours, il a été annoncé (encore une fois par les médias occidentaux) qu'ils sont dépensés pour un montant d'environ 200-250. C'est-à-dire que la "réduction des stocks" se produit tout naturellement (accompagnée de la réduction des cibles clés), mais le "drainage" des arsenaux de missiles russes tant attendu par l'Occident ressemble plus à un horizon qui, comme vous le savez , ne se rapproche pas sensiblement avec l' avancement vers elle .

La Russie ne peut se permettre que des frappes massives sporadiques, visant davantage à obtenir un effet psychologique, mais ne peut résister à des bombardements prolongés. On peut s'attendre à ce que les forces armées russes lancent des dizaines de missiles tous les quelques mois, selon les experts

- une telle nouvelle "excuse" devait être limitée à IntelliNews.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 13 Octobre 2022 21: 14
    0
    Utilisez tous les missiles et moyens disponibles dans les arsenaux pour détruire l'infrastructure de l'Ukraine, tous les quartiers généraux et centres d'influence. Victoire par tous les moyens et de toute urgence, ce n'est que par la victoire que nous renforcerons la foi en l'État, et alors tout agresseur n'est pas terrible. La victoire unira le peuple et l'État - tous les efforts pour la victoire ..
    1. Avarron Офлайн Avarron
      Avarron (Sergey) 13 Octobre 2022 23: 40
      +1
      Ouais. Et quand l'OTAN piétine, comment allons-nous l'affronter ? Artillerie usée ?
      1. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
        Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 14 Octobre 2022 00: 08
        -1
        Réplique. Les armes nucléaires de la Fédération de Russie un garant contre tout "poper" ..
        1. Avarron Офлайн Avarron
          Avarron (Sergey) 14 Octobre 2022 09: 04
          0
          Heureux les croyants
        2. Alexeï Davydov Офлайн Alexeï Davydov
          Alexeï Davydov (Alexey) 14 Octobre 2022 14: 52
          +1
          Les armes nucléaires de la Fédération de Russie un garant contre tout "poper" ..

          Ce garant aurait dû être obtenu par notre "garant" il y a longtemps comme une menace inévitable pour le propriétaire de tout ce "hachoir à viande", comme l'a fait l'URSS en 1961 - rien n'aurait commencé. S'il ne l'a pas obtenu, alors il est le garant non pas pour nous, mais pour son principal "partenaire"
        3. Nelson En ligne Nelson
          Nelson (Oleg) 14 Octobre 2022 16: 32
          +1
          Le député. Avarron à droite, en échange des cibles et des installations détruites, l'OTAN fournira à l'Ukraine de nouvelles voies ferrées cassées et les travées de pont seront restaurées.
          J'ose croire que tout le nécessaire pour cela se trouve déjà dans des endroits isolés.
          Et profitant de notre manque de missiles, il peut vraiment croiser sur Melitopol et Perekop.
          Il faut donc frapper avec des missiles - mais sur des cibles vraiment précieuses, car elles sont identifiées (et ce n'est pas du béton qui s'effrite)
          Une volée massive - mais uniquement en cas d'offensive, afin d'augmenter considérablement le territoire contrôlé.