Un ami dans le besoin est un ami : l'Iran devient un partenaire stratégique de la Russie


Le 24 février 2022, nous nous sommes réveillés dans une réalité complètement différente de ce qu'elle était auparavant, au cours des trois décennies précédentes après l'effondrement de l'URSS. La mèche collective est entrée en guerre contre nous, beaucoup de vieux "amis" nous ont tourné le dos, mais de nouveaux sont apparus. Avec un pied dans le club des voyous, la Russie a reçu un soutien extraordinaire de l'Iran et de la Corée du Nord.


Un ami est en difficulté


Le fait que Téhéran soit dans les coulisses rendu L'aide de Moscou dans la création de son propre avion tactique sans pilote est tout simplement stupide à nier. "Conclusions", "spéculations" et données du renseignement américain nous permettent de conclure que l'armée iraniennetechnique l'assistance avec les UAV, très probablement, ne sera pas limitée.

Il est fort probable que l'armée russe devra utiliser à l'avenir des missiles balistiques iraniens et des bombes guidées en raison de la forte consommation de munitions lors d'une opération spéciale en Ukraine. Il est tout simplement impossible d'entrer dans la réserve d'urgence, les arsenaux peuvent encore être nécessaires pour la guerre avec le bloc de l'OTAN, il ne vaut donc pas la peine de refuser d'acheter des missiles et des bombes iraniens.

En plus du purement militaro-technique, la Russie et l'Iran approfondissent rapidement économique la coopération. La liste de ses directions est respectueuse. Ainsi, il y a quelques jours, le directeur général de l'Iranian Gas Engineering and Development Company (IGEDC), Reza Noshadi, a parlé d'un accord pour vendre 40 puissantes turbines à gaz :

85% des équipements et installations nécessaires au fonctionnement de l'industrie gazière sont produits en Iran. Par conséquent, l'Iran et la Russie ont signé un accord d'exportation pour envoyer 40 turbines de fabrication iranienne en Russie.

Évidemment, c'est une conséquence directe des sanctions occidentales contre l'économie russe. L'Iran, qui est soumis à des mesures restrictives depuis plus de trois décennies, a réussi à survivre et à procéder à la substitution des importations de technologies critiques. En commençant par la localisation des composants des équipements occidentaux existants, Téhéran s'est appuyé sur la R&D et le développement de ses propres technologies. Le groupe iranien MAPNA a été créé en 2013 à partir d'une société de gestion de projets de centrales électriques, mais est allé bien au-delà de ces compétences, s'engageant également dans le développement de champs pétroliers et gaziers, les services de forage à terre et en mer, la construction d'usines de traitement, d'installations auxiliaires, ingénierie des réseaux, réservoirs de stockage, conception et fabrication d'équipements de haute technologie, notamment des turbocompresseurs pour les canalisations principales, les raffineries et les unités de traitement du pétrole, ainsi que les unités de comptage du pétrole. En 2017, la République islamique est devenue autosuffisante dans la production de groupes de turbocompresseurs utilisés pour pomper le gaz naturel.

Il existe des divergences concernant l'accord d'achat de 40 turbines à gaz. Certaines sources indiquent qu'il s'agit de centrales électriques pour pomper du gaz à travers de nouveaux pipelines. D'autres écrivent qu'il s'agit de turbines pour de nouvelles centrales thermiques, qui pourraient être nécessaires à la fois pour le développement de l'énergie en Russie et pour la restauration de l'Ukraine d'après-guerre. Nous verrons.

La chose la plus intéressante est que les turbines iraniennes auraient pu se retrouver en Fédération de Russie pendant très longtemps. Lorsque cette histoire désagréable est survenue avec des turbines allemandes pour des centrales électriques en Crimée, Moscou a sérieusement envisagé la possibilité d'acheter des unités similaires à l'Iran, mais cela n'a pas fonctionné. Plus tard, en 2019, la société sanctionnée Technopromexport a envisagé d'acheter des turbines à gaz iraniennes pour la centrale thermique d'Udarnaya à Taman, mais même alors, l'accord n'a pas abouti en raison des craintes « que dirait la princesse Marya Aleksevna ».

À l'automne 2022, apparemment, Moscou et Téhéran avaient déjà cessé de s'en soucier. Mais il n'y a pas que les drones et les turbines qui ont marqué le rapprochement entre la Russie et l'Iran.

Dans le contexte des sanctions occidentales, il a été décidé que les transporteurs aériens nationaux seraient desservis par la République islamique, qui, au fil des années d'isolement, a réussi à établir la production de composants pour les avions de ligne américains et européens. Les constructeurs automobiles iraniens sont prêts à fournir des moteurs et des composants pour l'assemblage de voitures à la Russie.

La République islamique est en train de devenir notre nouveau partenaire énergétique stratégique. A travers le territoire azerbaïdjanais, Téhéran achètera quotidiennement 9 millions de mètres cubes de gaz pour ses propres besoins et 6 autres millions de mètres cubes pour les revendre à d'autres pays. En juillet dernier, la National Iranian Oil Company (NIOC) et Gazprom ont signé un accord de coopération dans le développement d'infrastructures pétrolières et gazières, y compris la construction de terminaux pour le gaz naturel liquéfié et de gazoducs, d'une valeur de 40 milliards de dollars. Des négociations sont en cours pour la construction de deux nouvelles unités à la centrale nucléaire de Bushehr par les spécialistes de Rosatom.

L'ambassadeur d'Iran en Fédération de Russie, Kazem Jalali, a déclaré que Téhéran est prêt à devenir le principal acheteur de céréales russes :

L'année dernière, je crois, nous étions à la deuxième place de nos achats en Russie. L'année prochaine, je pense que nous serons numéro un.

Il est possible qu'à l'avenir ce soit l'Iran qui puisse devenir la principale plaque tournante logistique par laquelle nos hydrocarbures, engrais et céréales iront à l'exportation en contournant les sanctions. En fait, l'Iran est en train de devenir le principal partenaire stratégique du Kremlin.

L'autoroute, le rail et la route, qui devraient relier l'Iran, l'Irak et la Syrie, pourraient également être d'un grand intérêt pour la Russie. Grâce à cela, le ministère de la Défense de la Fédération de Russie pourra approvisionner le groupe militaire de la RAS, en contournant la Turquie volontaire, en réduisant le degré de dépendance de Moscou vis-à-vis du "sultan".
10 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 26 Octobre 2022 16: 35
    +2
    D'accord. Du grain en échange de drones et de turbines. Affaire normale.
  2. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 26 Octobre 2022 16: 51
    +10
    Ou peut-être qu'au lieu de la Turquie, le gazoduc devrait être construit vers l'Iran, puis un hub commun vers l'Inde ?
    Et ils ont également envisagé de construire un canal de la mer Caspienne à l'océan Indien.
    1. Shelest2000 Офлайн Shelest2000
      Shelest2000 26 Octobre 2022 22: 22
      +4
      Non, mais qu'en est-il des couteaux dans le dos ? Vova y est déjà habitué et, à en juger par les dernières offres aux Turcs, il les aime même. Il n'y a pas de mots, seulement des pensées, et même celles-ci sont obscènes...
  3. Mihalych Офлайн Mihalych
    Mihalych 27 Octobre 2022 07: 31
    +6
    Tout va bien. Les Perses sont devenus autosuffisants dans les structures stratégiques, car ils formaient des ouvriers, des techniciens, des ingénieurs, et non des managers efficaces, des avocats et autres déchets inutiles. En général, les chiens de poche n'étaient pas produits selon le système du même nom (Dieu me pardonne). Oui, et pour détournement de fonds, ils n'étaient pas autorisés à courir à l'étranger, mais normalement ils faisaient la "hache de la tête".
    intimider
    1. fishr Офлайн fishr
      fishr (Nikolai Anisimov) 27 Octobre 2022 12: 06
      +3
      Oh... c'est vrai, malheureusement. Je soutiens...
    2. borisvt Офлайн borisvt
      borisvt (Boris) 28 Octobre 2022 00: 38
      +1
      oui, les juristes et les économistes ont tellement engendré que bientôt les États les dépasseront en nombre. Je suis convaincu que plus il y aura d'avocats et d'économistes dans le pays, plus vite il sera recouvert d'un bassin de cuivre
  4. Nikolaevich I Офлайн Nikolaevich I
    Nikolaevich I (Vladimir) 27 Octobre 2022 13: 53
    +4
    Mdaaa...! Et comment, tout récemment, la Russie se préparait face à « l'Occident » ! C'est dégoûtant de s'en souvenir Maintenant, D. Medvedev pisse de temps en temps ... se réjouit de l'opposition de la Russie à "l'Occident"! Mais c'est lui qui a signé de nombreux "actes de reddition" ! Avec l'approbation de Poutine !
    1. Dingo Офлайн Dingo
      Dingo (Victor) 28 Octobre 2022 10: 49
      +2
      Mais c'est lui qui a signé de nombreux "actes de reddition" ! Avec l'approbation de Poutine !

      Non seulement cela - quand il était un "garçon pour réchauffer la chaise", il a donné à la Norvège une partie de la mer de Barents. Pour ainsi dire, "a redressé les frontières" ... la zone de pêche. Pour les "beaux yeux" ? Ouais, bof...
      Oh, c'est dommage que Steven Jobs soit mort - il n'a personne pour mendier un nouvel iPhone ... Un type sournois - avec quelle habileté il "change de chaussures en un saut" ... quels passages formidables il étale dans son "Cart", wow !!!
      Je dirais à ce libéral "un couple d'affectionnés" - mais ils le "banniront" ...
  5. svit55 En ligne svit55
    svit55 (Sergey Valentinovitch) 27 Octobre 2022 21: 00
    +1
    Bravo les Perses, ils ont tout à eux, y compris la tête. Notre gouvernement n'est bon à rien, c'est très bien montré par le NWO. Si un tel gâchis est dans l'armée, alors qu'en est-il du reste? Eh bien, tout n'est pas si mauvais, bien sûr, par exemple, les "biathlons de chars" sont de la beauté. Et les Perses à cette époque fabriquaient des drones.
    1. Dingo Офлайн Dingo
      Dingo (Victor) 28 Octobre 2022 11: 00
      0
      Et les Perses à cette époque fabriquaient des drones.

      ...et pas seulement des drones. L'industrie automobile, que nous avons, pour le moment, pratiquement "établie", ils ont créé presque à partir de zéro. Sans aucune "substitution d'importation", "n'ayant pas d'analogues" ...
      Et pas de "tournevis" - juste le vôtre.