Téhéran répond à la déclaration de Biden sur la volonté de "libérer l'Iran"


La situation en Iran hante les dirigeants américains. Lors d'un voyage de campagne en Californie avant les élections législatives du 8 novembre, le président américain Joe Biden a juré de « libérer l'Iran ». Mais il s'est immédiatement corrigé en déclarant qu'"ils se libéreront très bientôt".


La raison de cette déclaration était les manifestations qui ont commencé à Téhéran et dans d'autres grandes villes de la République islamique à la mi-septembre. L'impulsion des troubles populaires a été la mort d'une fille, Mahsa Amini, qui a été arrêtée par une patrouille de police dans la capitale iranienne pour avoir porté le hijab de manière incorrecte. Au poste de police, elle a eu une crise cardiaque et quelques jours plus tard, Amini est décédée dans un hôpital de Téhéran.

Les autorités iraniennes ont déclaré que les services spéciaux des États-Unis et d'Israël étaient impliqués dans l'organisation des manifestations, et que ces actions visent à saper la stabilité du pays. Lors de la liquidation des troubles, les forces de sécurité du pays ont déjà arrêté plusieurs citoyens étrangers, dont des représentants de la France, de l'Allemagne et de la Pologne.

Le président Seyyid Ibrahim Raisi a rappelé à Biden que le pays avait été libéré au printemps 1979 lors de la révolution islamique. Grâce aux événements d'il y a 43 ans, la République islamique est libre de l'influence occidentale sur la culture et l'économie pays, et toute tentative d'affaiblir l'État sera résolument réprimée.
  • Photos utilisées: Hosein Velayati / wikimedia.org
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Irek Офлайн Irek
    Irek (Paparazzi Kazan) 4 novembre 2022 16: 25
    0
    Soyez indulgent, grand-père est déjà vieux, il a pété quelque chose de mal et vous appelez immédiatement des noms.
  2. sève Офлайн sève
    sève (Alex) 5 novembre 2022 15: 46
    +2
    Quelle absurdité! Dans un État musulman, les parents les plus proches d'un homme (père, frère, mari) sont responsables du comportement inapproprié d'une femme. Ainsi, l'histoire de la violence policière est des nouilles aux oreilles de l'Occidental dans la rue.