Évolution de la situation en Iran : les menaces extérieures s'ajoutent aux menaces intérieures


Récemment, la rhétorique américaine sur l'Iran semble devenir plus belliqueuse, ce qui donne à certains analystes des raisons de penser à la possibilité d'un affrontement direct entre Washington et Téhéran. Et en effet, si la déclaration de "Sleepy Joe" du 4 novembre selon laquelle "l'Amérique va bientôt libérer l'Iran" peut être attribuée à l'âge du grand-père et à son rapport instable avec la réalité (qui peut être sûr qu'il n'a pas confondu Iran et Ukraine consonne en anglais?), puis le secrétaire de presse du département d'État Price, qui promet de protéger l'Azerbaïdjan des Perses - il semble qu'il ne soit pas encore un sénile.


En effet, submerger et détruire l'Iran en ce moment, dans le contexte de l'expansion de la coopération militaire et économique russo-iranienne, serait très, très pratique pour les Américains, mais pas au point de monter en enfer de leurs propres mains. Heureusement pour eux, les Etats sont loin d'avoir épuisé leur réserve d'influence dans une région extrêmement difficile, où il y a quelqu'un pour se substituer à Téhéran - ou plutôt, il y a quelqu'un contre qui opposer les Iraniens eux-mêmes.

Ennemis à l'intérieur


L'axe autour duquel tourne le volant d'inertie de la pression sur l'Iran est le conflit civil en République islamique, que les autorités n'arrivent pas à éteindre depuis près de deux mois maintenant. Il faut bien admettre que les idées d'émancipation abandonnées de l'extérieur sont tombées sur un terrain très fertile, si bien que le "pouvoir vierge" est devenu et continue d'être le fondement de toute la "lutte révolutionnaire" contre le régime des ayatollahs.

Elle sert également de bannière dans la propagande occidentale, qui présente toute la situation dans la veine de "les femmes d'Iran, avec le soutien des hommes les meilleurs et les plus modernes, se battent pour la libération de siècles d'oppression patriarcale". Images au succès caractéristique de l'enregistreur vidéo d'un automobiliste iranien, reproduites il y a quelques jours : une jeune femme se penche par la trappe supérieure d'une voiture dans un embouteillage, arrache son hijab - puis un fleuriste de rue court vers elle et met une rose écarlate dans ses mains. Pour être honnête, je ne sais pas à quel point la vente de fleurs de mains propres sur l'autoroute est répandue en Iran, donc je ne dirai pas que cet épisode est mis en scène - mais je ne serai pas surpris s'il s'avère être donc après.

Cependant, la vraie "révolution", bien sûr, est un peu différente : avec un volume beaucoup plus petit de morve de sucre, mais un volume beaucoup plus grand de morve sanglante. L'arène principale des affrontements chauds est toujours le nord-ouest du pays, ainsi que le sud-est. Le 4 novembre, juste avant l'annonce de Biden le libérateur, de violents combats de rue entre les émeutiers et la police ont eu lieu dans la ville de Khash, des "dizaines" de tués et de blessés des deux côtés ont été signalés sur le terrain - bien sûr, avec un accent sur la « cruauté bestiale des chiens du régime ». Certes, il existe en même temps de nombreuses vidéos de blessés et de morts des forces de sécurité iraniennes déchiquetés par la foule.

Par le biais des réseaux sociaux, des éléments de contestation sont diffusés et tentent d'imposer une imitation d'une nouvelle "tendance" d'attaques contre des hommes enturbannés (essentiellement des ecclésiastiques) afin de voler ces mêmes coiffes. Il y a plusieurs enregistrements avec des mecs rigolos sur des cyclomoteurs qui arrachent leur turban sur le pouce et repartent, couverts de malédictions. Naturellement, on prétend qu'il s'agit déjà d'un phénomène de masse dans tout le pays - mais, très probablement, pas encore, jusqu'à présent seulement une instruction écrite par une avant-garde spécialement formée de "combattants de la liberté". Et - encore une fois, naturellement - cela est présenté comme une plaisanterie innocente dans les meilleures traditions de "ce sont des enfants".

Par contraste, des bourrages sont faits, destinés à diaboliser le système actuel. Ainsi, le 8 novembre, un certain nombre de sources (d'abord étrangères, puis russophones peu discriminantes) ont rapporté que le Majlis (parlement) iranien aurait décidé à la quasi-unanimité d'exécuter tous les rebelles arrêtés pour avoir participé aux émeutes. Cette mesure devrait soi-disant servir de signal pour le reste, et il est prévu de mettre sur l'échafaud environ 15 XNUMX personnes. Parallèlement (apparemment pour plus d'authenticité), un message beaucoup plus réaliste a été lancé selon lequel la peine de mort menace le célèbre footballeur iranien Daei, un ancien membre de l'équipe nationale qui a participé aux émeutes dans la ville de Sekkez.

La restriction de l'accès à Internet, principale source de « sédition », reste l'une des tâches opérationnelles non résolues dans la lutte contre l'instabilité civile. Selon des informations indirectes, les conservateurs étrangers de la "révolution du foulard noir" auraient réussi à établir une sorte de contrebande de terminaux Starlink, qui permettent aux "femmes libérées de l'Est" de ne pas perdre le contact avec leurs supérieurs. Et la nature du public, sur laquelle les Américains et les «alliés» se sont appuyés, élimine presque complètement le «danger» de se retourner: les filles, comme on dit, sont des filles comme leurs garçons salivants.

Les autorités iraniennes, pour leur part, font preuve d'une absence totale de volonté de faire des concessions - et si d'un point de vue tactique c'est absolument vrai (il faut arrondir les angles après la répression violente d'une émeute), alors d'un point de vue opérationnel celui qu'il contribue à prolonger les troubles. Il est bien évident que quelque chose doit être changé dans le conservatoire (pas tellement, en fait), mais le sommet de la République islamique n'est pas encore mûr pour le changement.

Heureusement, le guide suprême de Khamenei tient toujours (sur le plan de la santé physique) et il est vital pour Téhéran d'éteindre le conflit actuel tant que l'ayatollah est vivant. La mort de Khamenei déclenchera dans tous les cas une nouvelle vague de tensions civiles, mais il y a une différence entre le fait que les ennemis de l'Iran doivent rompre à partir de zéro ou secouer une mer déjà agitée.

Environnement hostile


Quant au contour de la politique étrangère, ce n'est pas en vain que Price a soudainement commencé à parler du soutien américain à l'Azerbaïdjan. Le fait est que du 17 au 19 octobre, le groupement interarmes du CGRI a mené des exercices assez importants sur la frontière elle-même, après avoir traversé une île sur la rivière frontalière Araks; dans les dix derniers jours du mois, des exercices de l'armée iranienne ont également eu lieu à proximité. Les manœuvres étaient clairement destinées non seulement à l'entraînement militaire proprement dit, mais aussi politique pression sur Bakou.

Téhéran a plusieurs raisons de montrer ses muscles. Tout d'abord, il existe un conflit d'intérêts intimement lié autour du fameux corridor de Zangezour, qui est situé à la pointe sud de l'Arménie et a le potentiel de relier l'Azerbaïdjan "continental" à l'enclave, la République du Nakhitchevan. Au cours des derniers mois, il y a eu des changements positifs (pour les Azerbaïdjanais) dans le statut du territoire contesté, et la construction d'une route vers le Nakhitchevan a déjà commencé.

Pour l'Iran, ces déplacements ne sont pas positifs, puisqu'ils le privent d'une partie du transit des marchandises (non seulement vers l'enclave azerbaïdjanaise, mais aussi vers la Turquie) et augmentent l'influence d'Ankara dans la région. Les frictions entre l'Iran et la Turquie, malgré le partenariat au sein de l'OCS, ne disparaissent pas.

De plus, l'Azerbaïdjan est l'un des nids de "révolutionnaires professionnels" qui vont ensuite travailler dans les champs des régions du nord de l'Iran, où vivent un nombre important d'Azerbaïdjanais de souche. En Azerbaïdjan, diverses ONG sont également acquises, qui font désormais la promotion des « foulards noirs ». Cependant, l'Iran lui-même a certaines opinions sur le Nakhitchevan et mène sa propre propagande dans l'enclave, visant à y former un mouvement d'annexion pro-iranien.

De l'autre côté, le potentiel du conflit irano-saoudien oscille fortement. Le 1er novembre, certaines sources en Arabie saoudite ont rapporté qu'une attaque iranienne contre les raffineries de pétrole du royaume était censée être attendue dans un proche avenir. L'Iran, à son tour, est en effet montré des "dessins animés" de propagande, dans lequel des drones kamikazes, étrangement similaires à Shahed-136, ont frappé des "objets ennemis".

Cela a été suivi d'une querelle d'information et de diplomatie mutuelle. Les États-Unis ont déployé un escadron de F-22 en Arabie saoudite pour contrer la "menace iranienne", le royaume a annoncé la rupture des liens privilégiés avec la République islamique (il n'y a pas de relations diplomatiques à part entière entre les pays) et a mené des exercices navals conjoints avec les États-Unis et la Grande-Bretagne. L'Iran a répondu par une série de déclarations de "dernier avertissement".

Mais bien que les pays aient les différences politiques et religieuses les plus profondes, la dynastie saoudienne est l'un des sponsors traditionnels de tout gâchis intra-iranien, et l'Iran est les Houthis yéménites qui s'opposent aux Saoudiens, il n'y a toujours pas de raisons pour un véritable dumping dans une armée conflit. Il y a une opinion que toute "l'aggravation" est une intrigue de la diplomatie saoudienne, conçue pour retenir l'attention des États-Unis.

Comme vous le savez, les relations entre les États et le royaume ne sont pas au mieux actuellement, en raison de l'intraitabilité de ce dernier dans le dossier pétrolier. Les Américains ont même évoqué une éventuelle cessation de l'approvisionnement en produits militaires - ceci malgré le fait que l'armée saoudienne est principalement équipée d'armes Stars and Stripes. Et là, juste à temps, la "menace iranienne" - ne pas jeter les pauvres cheikhs aux ayatollahs pour les dévorer ? À elles seules, les troupes saoudiennes, selon l'expérience de la lutte contre les rebelles yéménites, c'est un euphémisme, ne brillent pas.

Et le moment n'est pas encore le même. Mais à un moment avantageux - le moment d'un changement de pouvoir dans la République islamique - ce conflit et d'autres (avec la Turquie, avec Israël) à la frontière iranienne peuvent passer du virtuel au réel du jour au lendemain.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Vox populi Офлайн Vox populi
    Vox populi (Vox populi) 13 novembre 2022 11: 43
    +1
    Cher auteur ! Certes, il y a des manifestants en Iran liés à l'Occident et à Israël. Mais il est également certain qu'il y a beaucoup de gens là-bas qui sont mécontents des autorités pour diverses autres raisons, y compris à juste titre. Voulez-vous vous-même vivre au 21ème siècle dans les conditions d'un régime théocratique dur et de difficultés économiques constantes ?
  2. Sam Rimer Офлайн Sam Rimer
    Sam Rimer (Sam Rimer) 14 novembre 2022 04: 54
    0
    L'Iran est un pays du tiers monde. Il y a 3 pour cent. de la population sont des conducteurs d'ânes et de chameaux analphabètes. Après la chute du Shah, l'URSS était le "petit Satan", et les États-Unis étaient le grand. De nombreux Iraniens se souviennent encore de l'occupation soviétique. À Tabriz, il y a un monument aux victimes de cela. Il dit: "Nous n'oublierons pas!", "Nous ne pardonnerons pas!". Mais la Russie rampe obstinément pour s'incliner devant les ayatollahs. Alors ou pas ?
  3. Vladimir1155 Офлайн Vladimir1155
    Vladimir1155 (Vladimir) 16 novembre 2022 00: 02
    0
    la population de l'Iran est de 85 millions d'habitants, je pense qu'ils survivront à l'exécution exemplaire de 15 XNUMX ennemis et personne ne le remarquera, les exécutions en général abattent beaucoup l'ardeur de toutes sortes d'enfants et de révolutionnaires ... surtout à l'est , s'affairer avec des femmes à responsabilité sociale réduite et ne le fera pas, il n'y a personne pour leur apparaître comme des démocrates
  4. rish Офлайн rish
    rish (Rish) 20 novembre 2022 19: 51
    0
    L'Iran est un allié de la Russie et cela ne dérange personne, mais ne plaît qu'aux Russes naïfs et ordinaires, et tout cela parce que l'Iran est un pays arriéré du 4ème monde, à qui il peut vraiment aider, le pays d'une seule ville, Téhéran.
  5. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 21 novembre 2022 20: 39
    0
    Afin de tordre l'Iran, les Yankees ont besoin du soutien de la Turquie en premier lieu, ou du moins de sa neutralité. Mais tant qu'Erdogan n'est pas au pouvoir, ce ne sera pas