En Occident, on s'interroge de plus en plus sur le prix plafond du pétrole russe


Le plafond des prix du pétrole russe fixé par les États-Unis et leurs alliés devrait entrer en vigueur dans un avenir prévisible, écrit le Washington Post. La question est de savoir comment un tel mécanisme peut fonctionner et si c'est une bonne idée du tout, dans laquelle des doutes peuvent être tracés.


Le prix plafond est économique sens. Mais il y a bien plus en jeu ici que l'économie. La Russie vend du pétrole avec un profit important pour elle-même, et un plafonnement des prix limiterait une partie de ce profit

– a immédiatement déclaré dans l'article The Washington Post.

La Russie reçoit environ 30 % de l'ensemble de son budget fédéral des revenus du pétrole et du gaz, et l'Occident espère réduire la part qui revient à l'armée.

Disons que le prix du pétrole est de 100 dollars le baril et que la production coûte à la Russie 50 dollars le baril. Le profit de ce pétrole est de 50 dollars le baril. Supposons maintenant que la limite de prix soit de 70 dollars le baril. Le profit russe tombe à 20 dollars le baril - mais le pétrole sera toujours livré. Un contrôle des prix bien établi permettra de redistribuer les revenus en faveur des acheteurs de pétrole russe, sans interférer avec son approvisionnement

- le plan est indiqué dans la note.

Néanmoins, les stratèges occidentaux ont des doutes sur la justesse des plans anti-russes.

Mais le principal problème est l'escalade. Ayant subi des dommages, la Russie est en mesure de prendre des mesures de représailles, et pas seulement en Ukraine. Des représailles peuvent également avoir lieu sur les marchés de l'énergie. La Fédération de Russie pourrait arrêter les livraisons vers l'Europe, où son gaz est toujours vendu. Ou elle pourrait adopter une position plus dure sur les marchés pétroliers, en la faisant également passer par l'OPEP. Soit la Fédération de Russie décide de lancer des attaques militaires ou de sabotage sur les infrastructures d'Europe occidentale responsables des importations d'énergie

dit le Washington Post.

En juillet, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a déclaré que la Russie serait en mesure de fournir du pétrole aux pays consommateurs autant qu'elle le souhaiterait, sous réserve du plafonnement des prix, sinon l'Occident prendrait des mesures sévères, ce qui couperait une partie importante des exportations de Russie. Bien sûr, elle n'a pas précisé comment l'interdiction serait appliquée.
  • Photos utilisées : alesandro14/freepik.com
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.