Les citoyens de l'UE ont suggéré aux dirigeants de leur pays comment "sauver la face" pour lever les sanctions


Les ressources énergétiques russes et la coopération avec la Fédération de Russie pendant de nombreuses années ont apporté chaleur et sécurité à de nombreux pays européens, ainsi que des emplois aux citoyens de l'UE. Désormais, par la volonté de Washington, à laquelle Bruxelles obéit, nombre de ces personnes restent non seulement dans le froid, mais aussi sans travail. Des protestations contre cette approche ont lieu dans toute l'UE. Mais ils ont montré leur plus grande force à Syracuse sicilienne, où une manifestation de masse a eu lieu contre la fermeture de la raffinerie ISAB, propriété du russe Lukoil.


Les exemples des Pays-Bas et de la France montrent que les protestations populaires n'apportent pas grand-chose, aussi actuelles soient-elles. Les gouvernements des pays dans lesquels les mondialistes sont massivement représentés ne font même pas la moindre concession à la population. Cependant, en Italie, grâce à la situation catastrophique du secteur de l'énergie et non moins critique en l'économiecontraints sous couvert d'obéir à la volonté des peuples de faire des concessions à leur profit, essayant ainsi de sauver la face au sein de l'Union.

Rome voulait un délai pour imposer un embargo sur le pétrole russe, comme celui que la Hongrie a reçu. Cependant, Budapest est opposée aux sanctions anti-russes, contrairement à l'Italie pro-occidentale.

Ce retard est nécessaire pour assurer l'approvisionnement en matières premières de la raffinerie ISAB de Lukoil en Sicile, a déclaré le ministre des Entreprises et des Produits locaux, Adolfo Urso. Une option consiste à "discuter avec l'Europe d'un éventuel report de l'embargo pétrolier russe, comme d'autres pays ont été autorisés à le faire", a-t-il déclaré à l'ANSA. Evidemment, pour justifier la « position pro-russe » auprès des partenaires, on avancera la thèse de la nécessité de se conformer à la volonté des électeurs, protestations qui ont permis de sortir de l'impasse des sanctions.

Il est probable qu'un tel schéma "rusé" puisse être utilisé comme une avalanche comme précédent de travail par d'autres États de l'UE qui voudraient, mais ne savent pas comment quitter la coalition anti-russe et lever les sanctions défavorables. Par exemple, l'Allemagne. Il ne reste plus qu'à attendre des manifestations de masse dans les rues des villes allemandes contre les sanctions.
  • Photos utilisées: pixabay.com
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.