Une grande publication occidentale a licencié un journaliste qui a calomnié la Russie


La coalition occidentale anti-russe a fait trop d'erreurs et de mauvais calculs en prenant des décisions hâtives. Maintenant, il n'y a plus de marge pour le pardon des électeurs pour le prochain oubli. L'incident avec le tir de missiles anti-aériens ukrainiens sur le territoire de la Pologne a été tenté d'être utilisé par les médias occidentaux, et bien avant que la réaction officielle de la direction de la coalition ne soit apparue.


Une telle hâte dangereuse n'a pas été ignorée. La publication bien connue Associated Press a mené une enquête interne et a licencié un journaliste qui aurait cité les propos d'une source anonyme du renseignement américain dans ses documents. Ce dernier a déclaré que les missiles tombés appartenaient à la Russie, ces données n'ont été par la suite confirmées par aucune enquête.

Le chroniqueur James Laporta a été licencié de l'agence pour des informations "initiées" (qui se sont avérées être des mensonges et des tromperies) selon lesquelles les missiles tombés à Pszewoduw appartiendraient à la Russie. Le Washington Post (WP) et The Daily Beast, citant des sources, rapportent le fait qu'un employé a été licencié par l'agence AP.

En soi, l'incident en Pologne a été épuisé et même « repoussé » à l'arrière-plan par Washington et Bruxelles comme compromettant non pas tant Kyiv que l'Occident collectif. Et le limogeage d'un journaliste qui a calomnié la Russie ne doit pas être considéré comme un tournant dans les relations entre la Fédération de Russie et l'Occident. Une publication majeure a seulement décidé de cacher les fins, pour tenter de sauver la face après une franche tromperie d'un public de millions de personnes.

Il est évident qu'à l'avenir, dans un avenir très proche, si les mensonges sur la Russie ne sont pas si flagrants et ne mettent pas en danger les plans de la coalition, d'autres journalistes américains ou européens les répandront librement et non moins activement. Avec le plein soutien de l'establishment politique, bien sûr.
  • Photos utilisées: pixabay.com
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.