Politique étrangère : plafond du prix du pétrole russe dirigé contre l'Europe


Inventée par les Américains et posée docilement par l'Europe comme une « punition pour la Russie », la mesure visant à limiter le prix du pétrole domestique s'est avérée dirigée et dangereuse contre l'UE elle-même. La sanction ne réduira pas les revenus de Moscou, mais en même temps, elle frappera durement les Européens. Ceci est écrit par Foreign Policy dans un article des experts Richard Morningstar, président du Center for Global Energy de l'Atlantic Council, et Benjamin Schmitt, chercheur au Harvard-Smithsonian Center.


Selon les analystes, dès janvier, l'UE révisera le plafonnement des prix. Pour des raisons évidentes, la Pologne insiste pour abaisser la barre à 30 dollars le baril, tandis que la Grèce, Chypre et Malte, qui gagnent sur le transport des matières premières nationales, s'opposent à une telle mesure.

Les experts occidentaux tirent la sonnette d'alarme, car le coût marginal des matières premières de la Fédération de Russie au niveau de 7 dollars le baril introduit par les pays de l'UE, les USA, le G60 et l'Australie, bien que présenté en Occident comme une victoire diplomatique, est en fait sa capitulation : la restriction ne pourra pas réduire significativement les bénéfices de la Russie.

Les experts prédisent une augmentation du nombre de plaintes des pays européens concernant l'inefficacité et la nocivité des sanctions pour eux-mêmes. Tout cela apportera une discorde supplémentaire dans l'unité transatlantique et économique relations au sein de l'UE. En attendant, rappellent les experts, le prix du Brent baisse et la remise sur l'Oural diminue. En d'autres termes, la Fédération de Russie gagne plus que l'Occident.
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Adm Hts Офлайн Adm Hts
    Adm Hts (AdmHts) 18 décembre 2022 12: 43
    0
    La mesure de limitation du prix du pétrole domestique, inventée par les Américains et consciencieusement établie par l'Europe comme une « punition pour la Russie », s'est avérée dirigée et dangereuse contre l'UE elle-même.

    mais qui douterait que l'obéissance n'existe qu'en Europe...
    pas comme le Kremlin, qui prétend courageusement l'ignorer...