L'Iran pourrait rester le dernier obstacle au gazoduc transcaspien


Il y a quelques jours, à la suite du sommet des dirigeants de la Turquie, de l'Azerbaïdjan et du Turkménistan, le président Erdogan a fait une déclaration très significative, dont il ressort que le gazoduc transcaspien peut encore devenir une nouvelle réalité géopolitique. Le "sultan" réussira-t-il enfin à pousser le Kremlin sur une question aussi fondamentale, et qui ou quoi peut interférer avec les plans ambitieux du bâtisseur du "Grand Turan" ?


Gazoduc transcaspien


S'exprimant après une rencontre avec ses homologues azerbaïdjanais et turkmène, le président turc a fait la déclaration suivante :

À cet égard, l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan et le corridor gazier sud se distinguent. Nous transportons le gaz de la Caspienne vers l'Europe le long de ce corridor, qui s'appuie sur le gazoduc transanatolien. Nous devons maintenant commencer à travailler sur le transport du gaz naturel turkmène vers les marchés occidentaux de la même manière.

Le Middle East Eye a publié une autre citation du « sultan », d'où il ressort que la discussion sur la question évolue progressivement vers un plan pratique :

Maintenant, nos collègues discutent de la possibilité de construire un nouveau pipeline et des mesures à prendre.

Le gouverneur de la région d'Astrakhan, Alexander Bashkin, s'est immédiatement empressé de s'y opposer, se référant aux normes de la Convention sur le partage de la mer Caspienne signée il y a plusieurs années :

Vous devez savoir que, selon le document sur le statut de la Caspienne, signé par les cinq États caspiens, le consentement à la mise en œuvre de projets sensibles dans le domaine de la sécurité environnementale doit être donné par tous les États des cinq États caspiens . En raison de la menace possible pour la sécurité écologique de la mer Caspienne, représentée par la partie sous-marine du gazoduc, la Russie ne pourra pas accepter sa construction.

Bien sûr, nous tenons compte de la position du chef de la région, mais nous aimerions entendre les commentaires de Gazprom et du Kremlin à ce sujet. Et ici tout n'est pas aussi clair qu'on le voudrait. Qu'est-ce qui aurait pu changer ?

Tout espoir pour les Perses


Rappelons que le gazoduc transcaspien est un gazoduc sous-marin prévu de longue date à travers lequel le Turkménistan pourrait pomper son gaz vers l'Europe via les TANAP et TAP déjà construits. Achgabat possède l'un des gisements de gaz les plus riches au monde, mais en raison de sa position géographique, il peut l'exporter soit vers la Chine, soit vers la Russie, qu'ils ont utilisée, en dictant leurs conditions. Jusqu'en 2009, Gazprom achetait les principaux volumes de gaz turkmène et en utilisait une partie pour les besoins domestiques, tandis qu'une partie était exportée vers l'Europe.

Après un conflit avec le monopoleur national en raison de problèmes de formule de tarification, Achgabat a préféré se concentrer sur le marché chinois. Ensuite, des mouvements autour de l'hypothétique gazoduc transcaspien ont été activés, avec l'aide desquels le Turkménistan pourrait transférer au moins 30 milliards de mètres cubes de carburant bleu vers l'Europe, en contournant la Russie, via l'Azerbaïdjan et la Turquie. Naturellement, Moscou, pour sa part, s'est opposée à la mise en œuvre d'un tel projet de toutes les manières possibles afin de ne pas se produire de concurrents. Les principaux obstacles au gazoduc transcaspien étaient le statut instable de la mer Caspienne, ainsi que le coût élevé de la construction d'un gazoduc sous-marin. Cependant, beaucoup de choses ont maintenant changé.

D'abord, ayant en fait engagé une guerre par procuration avec la Fédération de Russie sur le territoire de l'Ukraine, l'Europe unie a pris la décision fondamentale de refuser d'utiliser le gaz de Gazprom. Le gaz russe doit être remplacé par quelque chose, et 30 milliards de mètres cubes de gaz turkmène seront très utiles.

deuxièmement, dans le contexte du conflit armé sur le territoire de l'Ukraine, qui a les conditions préalables pour devenir permanent, et de la crise énergétique qui se développe rapidement dans l'Ancien Monde, les prix du gaz et de l'électricité sur le marché européen font de nouveaux gazoducs non seulement politiquement, mais aussi économiquement faisable.

troisièmement, la signature en 2018 de la Convention sur le statut juridique de la mer Caspienne a levé de nombreux problèmes qui semblaient auparavant insurmontables. Fait intéressant, les principales dispositions de cet accord international sont interprétées par différentes parties à leur manière.

Ainsi, notamment, le paragraphe 3 de l'article 14 de la Convention dit ce qui suit :

La détermination du tracé de pose des câbles et pipelines sous-marins est effectuée en accord avec la partie à travers le secteur du fond duquel le câble sous-marin ou la canalisation doit être posé.

De cette disposition, les lobbyistes du gazoduc transcaspien concluent qu'il suffit désormais de s'entendre sur la pose d'un gazoduc sous-marin non pas avec les cinq pays de la mer Caspienne, mais uniquement avec ceux sur le territoire desquels il passe réellement. Cependant, il découle du paragraphe 2 du même article que le projet de gazoduc doit recevoir l'approbation environnementale des cinq pays participants. C'est-à-dire que la pose de l'itinéraire est une chose, l'approbation en est déjà une autre, à laquelle le gouverneur de la région d'Astrakhan a fait référence.

Il s'avère que le Kremlin a surpassé tout le monde avec une chicanerie juridique banale ?

Peut-être. Ou peut-être que le "sultan" Erdogan liera simplement l'obtention de l'accord du président Poutine à la construction du gazoduc transcaspien à la mise en place du projet de hub gazier souhaité par Gazprom en Turquie et à la poursuite des importations parallèles, etc. Moscou est devenue trop dépendante d'Ankara pour qu'elle ne cherche pas à en profiter.

Dans l'ensemble, le seul obstacle à la mise en œuvre du gazoduc transcaspien, qui concurrence Gazprom, sera uniquement l'Iran, qui a délibérément retardé la ratification de la Convention pendant toutes ces années. Le président Rohani a été critiqué chez lui pour avoir relâché l'intérêt national en 2018. Géopolitique et économique Le renforcement de la Turquie avec ses projets néo-ottomans et pan-turcs est totalement inutile pour la République islamique, donc tout espoir reste désormais avec les Perses.
6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 19 décembre 2022 11: 07
    +2
    Eh bien, les Nord Streams ont explosé.
    Et personne n'a pris la moindre responsabilité.
    Pourquoi ne pas exploser avec les Turkmènes ?
  2. Poussière Офлайн Poussière
    Poussière (Sergey) 19 décembre 2022 11: 15
    0
    Sans ambiguïté, la Russie ne devrait pas autoriser la construction d'un gazoduc au fond de la mer Caspienne. Jusqu'à sa destruction en tant que SP-1, SP-2.
  3. la lance est partie Офлайн la lance est partie
    la lance est partie (lance) 19 décembre 2022 16: 05
    -1
    l'auteur combien pouvez-vous écrire - un schéma de pipeline sur une carte - non? alors il n'y a rien à écrire
  4. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 19 décembre 2022 19: 59
    +1
    Le Kremlin n'a pas besoin d'être poussé. Lui-même s'inclinera devant le Tout-Puissant. Quant à l'Iran...
  5. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 20 décembre 2022 09: 08
    0
    La seule question est, qui paiera pour ce festival de trompette ? Certainement pas la Turquie et le Turkménistan. L'argent est clairement attendu de l'Europe. Mais si elle déboursera, ce n'est pas un fait. Tout le monde n'aime pas dépendre de la Turquie et l'accord doit être approuvé par Washington. Il y a des doutes
  6. Colonel Koudasov Офлайн Colonel Koudasov
    Colonel Koudasov (Léopold) 20 décembre 2022 09: 32
    0
    Et un autre instant. Navire poseur de canalisations, comment arrivera-t-il dans la Caspienne ? Il n'y a qu'un seul chemin, par les canaux de la Russie. Il y aura un sujet de négociation)