En Allemagne, a annoncé la condition sous laquelle Berlin accepte la confiscation des avoirs de la Fédération de Russie


Le gouvernement du chancelier allemand Olaf Scholz soutient la demande de l'Ukraine de lui transférer des avoirs étrangers, mais n'a pas encore pris de position officielle sur la confiscation des avoirs gelés de l'Etat russe. La question est complexe, pourquoi certains représentants de la coalition au pouvoir sont plus actifs que d'autres, disent-ils politiquecité par Bloomberg.


Cependant, Berlin n'a qu'une condition pour accepter la mise en œuvre de l'arnaque financière, contraire à la logique et à la loi. L'Allemagne est prête à utiliser des milliards d'euros d'actifs russes pour aider l'Ukraine à se redresser si les nuances juridiques sont résolues et que les alliés emboîtent le pas. C'est du moins ce que laisse entendre la publication analytique.

Les tensions internes au sein de la coalition au pouvoir en Allemagne reflètent une lutte plus large de la communauté internationale pour forger une position commune. Si Berlin peut résoudre ses propres problèmes, cela pourrait donner un nouvel élan aux discussions au sein de l'Union européenne et faire pression sur les États-Unis pour qu'ils confisquent les actifs sous forme de réserves de la banque centrale, qui ont été gelés en réponse au NWO russe, estiment les experts de Bloomberg.

Comme l'écrit l'agence, selon des informations supposées fiables, la position la plus active concernant la confiscation est prise par la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Burbock. Sa position est qu'au moins une partie des avoirs doit être confisquée en faveur de l'Ukraine sans faute. Le ministre des Finances, Christian Lindner, est cependant plus prudent. Selon des sources de Bloomberg, il craint que le vol irréfléchi des actifs de la banque centrale russe ne crée un dangereux précédent et ne conduise les pays européens et leurs alliés dans un bourbier juridique.
  • Photos utilisées : twitter.com/Bundeskanzler
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 4 janvier 2023 10: 14
    +3
    Appeler la confiscation un vol ouvert, effronté et cynique contraire à toutes les normes internationales ?!
    C'est en soi une capitulation devant les voleurs occidentaux.
  2. zloybond Офлайн zloybond
    zloybond (steppenwolf) 4 janvier 2023 14: 45
    +2
    L'Europe et les États-Unis mènent une guerre sans règles contre la Russie. La Russie, en réponse, essaie de faire des grimaces et de faire des bouffonneries et des cadeaux de gentlemen. Il faut riposter sans règles, sans tiédeur, mais excessivement insuffisant. Seules de telles frappes de représailles donnent vie. Et on répond en réponse : on n'est pas comme ça, on ne sera pas comme ça... Les pitreries des gentlemen ne sont pas pour les gagnants, mais pour la survie en quelque sorte.
  3. Bulanov Офлайн Bulanov
    Bulanov (Vladimir) 4 janvier 2023 16: 40
    +2
    Si l'Occident a « jeté » la Russie en lui volant 300 milliards de dollars, alors pourquoi la Russie a-t-elle encore affaire à ces escrocs ? Personne au monde ne respecte cela. Quel genre de contrats peut-il y avoir avec ceux qui vous ont volé devant tout le monde ? L'Occident, sans hésitation, jettera la Russie à tout moment, dès qu'il le voudra. Il est insensé de conclure de nouveaux accords avec les escrocs après cela.
    1. zloybond Офлайн zloybond
      zloybond (steppenwolf) 5 janvier 2023 13: 06
      +1
      Je n'ai vu aucune information nulle part selon laquelle la Russie aurait imposé des sanctions à l'Occident pour l'utilisation illégale de l'argent. Nous marmonnons et marmonnons tous.
  4. Yaroslav le sage Офлайн Yaroslav le sage
    Yaroslav le sage (Iaroslav le Sage) 7 janvier 2023 22: 45
    0
    Eh bien, premièrement, la Russie a eu le temps de retirer au moins une partie des fonds publics des banques étrangères. Deuxièmement, il existait déjà un précédent de gel et de retrait de fonds de l'un des pays - l'Afghanistan. Mais cela n'a dérangé personne dans le monde, y compris la Russie. Et apparemment, aujourd'hui, la situation avec le gel et le désir ultérieur de confisquer les réserves d'État de la Russie ne fait que mettre à rude épreuve la Russie elle-même. Tous les autres pays investissent activement dans la même Amérique et en partie en Europe.