Trump est prêt à utiliser l'armée contre les réfugiés




Les États-Unis, qui ont joué un rôle équitable dans l'émergence de processus migratoires non gérés entre le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et l'Europe, risquent eux-mêmes d'être victimes de migrations non gérées.

La caravane d'immigrants clandestins du Honduras, fuyant la pauvreté et absorbant en chemin les mêmes pauvres gens du Guatemala, compte environ 10 XNUMX personnes et s'approche progressivement des frontières américaines.

Et il semble que Trump ait pris une décision. Oubliez la démocratie, dont on parle tant aux États-Unis. Sur sa page Twitter, le président américain a écrit qu'il enverrait l'armée à la frontière et que les migrants seraient arrêtés.

Comme il ressort de ses premières déclarations, la raison de cette décision était le fait que parmi les migrants du Honduras, il y aurait des criminels et des résidents du Moyen-Orient.

Dans cette situation, toute décision de Trump est mauvaise.

En arrêtant les réfugiés à la frontière, il se discrédite aux yeux de l'Union européenne qui, en grande partie grâce à la pression américaine, a accueilli des millions de réfugiés.

Et en le laissant entrer, il exaspérera ses propres électeurs, à qui il a récemment promis de construire un mur à la frontière avec le Mexique.

Il ne faut pas oublier que si cette caravane entre aux États-Unis, une réaction en chaîne va commencer, et d'autres suivront, non moins nombreuses.

En résumé, nous pouvons dire que les réfugiés du Honduras par leur simple apparence gâcheront à peu près l'image du président américain.
  • Photos utilisées: https://pt.aleteia.org
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.