Vous ne pourrez pas sortir: les États-Unis ont annoncé des sanctions contre les Saoudiens

Malgré le fait que l'Arabie saoudite soit l'un des principaux alliés des États-Unis, il semble que ses dirigeants ne pourront pas sortir du scandale de l'eau entourant le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, chroniqueur au Washington Post.



Ainsi, sur les ondes de la radio KMOX, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré que Washington aura besoin de plusieurs semaines pour décider des sanctions qui seront imposées aux personnes impliquées dans le meurtre scandaleux:

Nous envisageons d'imposer des sanctions aux personnes identifiées à ce jour et impliquées dans le meurtre. Il nous faudra probablement encore quelques semaines avant de pouvoir imposer ces sanctions, mais je pense que nous pouvons le faire.


Le secrétaire d'Etat américain a ajouté que les représailles contre un journaliste sont "inacceptables" et ne peuvent rester sans réponse. Mais en même temps, il a émis une réserve selon laquelle des relations «profondes et à long terme» s'étaient établies entre son pays et l'Arabie saoudite.

Il a également noté un moment positif dans le comportement de Riyad. Selon Pompeo, les autorités saoudiennes coopèrent à l'enquête sur ce meurtre avec Washington et Ankara.

Il faut rappeler que le 2 octobre de cette année, Jamal Khashoggi est entré dans le bâtiment du consulat général d'Arabie saoudite pour les documents nécessaires. Il n'a plus jamais quitté ce bâtiment. Les autorités saoudiennes ont admis qu'il avait été tué. Cependant, il n'y a toujours pas de version exacte de ce qui est arrivé au journaliste. Les forces de l'ordre turques affirment qu'avant sa mort, il a été soumis à une torture monstrueuse. À Riyad, ils disent que le meurtre est arrivé presque par accident, à la suite d'une bagarre qui a éclaté.

À ce jour, 18 Saoudiens ont été détenus dans cette affaire. La "communauté internationale démocratique" tente de supprimer les accusations d'implication dans le massacre des hauts responsables saoudiens et de rejeter la faute sur les "aiguilleurs". Cependant, si Washington ne prend aucune mesure, il menace de «perdre la face».
  • Photos utilisées: detonators.ru
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.