Le tribunal interdit les paiements de Nord Stream et Nord Stream 2 à Gazprom

Le "Naftogaz" ukrainien tente avec un peu de force de prendre 2,56 milliards de dollars au "Gazprom" russe et de poursuivre la mise en œuvre plus tôt exprimé "Plan B". Il veut vraiment continuer à parasiter la Russie, donc il n'arrêtera pas d'essayer de la «traire».



Ainsi, le 10 novembre 2018, on a appris qu'un tribunal suisse, à titre provisoire, à la demande de Naftogaz, avait décidé d'interdire à Nord Stream AG et Nord Stream 2 AG d'effectuer des paiements à Gazprom. Bien que l'attaque précédente de Naftogaz, sous la forme d'une tentative de saisir les actions de Nord Stream AG et Nord Stream 2 AG, a échoué et a échoué.

Cette information a été confirmée par le géant gazier russe. Désormais, tous les paiements destinés à Gazprom (s'ils proviennent directement des sociétés ci-dessus) seront à la disposition des huissiers de justice suisses.

Il est à noter que Naftogaz a vraiment un bon appétit. En février 2018, il a exigé 17 milliards de dollars de Gazprom et le tribunal d'arbitrage de Stockholm les a partiellement satisfaits. Cela s'applique au transport de gaz, pour un montant de 4,7 milliards de dollars, mais il a ensuite réduit le montant à 2,56 milliards de dollars.

A Kiev, un «dépassement» grandiose de «l'agresseur hybride» a été immédiatement annoncé. La direction de Naftogaz, sans perdre de temps, s'est octroyée des millions de primes, sans même attendre la décision sur l'appel de Gazprom. Et déjà en mai 2018, Naftogaz a entamé la procédure d'application de 2,56 milliards de dollars de Gazprom, lorsqu'elle a tenté d'arrêter les actions de Nord Stream AG et Nord Stream 2 AG en Suisse. Comment tout cela s'est terminé est décrit ci-dessus.

En juin 2018, Gazprom a réussi à obtenir la suspension de l'exécution de la sentence arbitrale de Stockholm lors de la procédure d'appel. Après cela, Gazprom a annulé les accords précédemment signés avec Naftogaz. Maintenant, "Naftogaz" tente à nouveau d'atteindre l'argent convoité, et a donc fait appel à un tribunal suisse avec une mesure provisoire. Et ce qui en sortira, nous le découvrirons bientôt.
  • Photos utilisées: http://www.gazprom.ru/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. alexey alexeyev_2 Офлайн alexey alexeyev_2
    alexey alexeyev_2 (Alexey Alekseev) 10 novembre 2018 15: 32
    0
    Avec ce parasite, l'Ukraine, il est temps d'en finir.
  2. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 10 novembre 2018 20: 36
    +1
    C'est ainsi qu'il ne faut pas se respecter pour endurer une telle chose! Quel genre de pouvoir avons-nous - ils ne se respectent pas eux-mêmes, ils détestent leur peuple?
    1. Daniel Офлайн Daniel
      Daniel (Daniel) 11 novembre 2018 12: 18
      +1
      Citation: sidérurgiste
      Quel genre de pouvoir avons-nous - ils ne se respectent pas eux-mêmes, ils détestent leur peuple?

      Prenez une boisson sédative, ce n'est pas si mal. La géopolitique n'est pas un bazar où un œuf pourri va droit en plein visage. Il n'est pas nécessaire d'être comme un paralytique et de contracter à chaque occasion. D'ailleurs, que voyons-nous des réactions de nos autorités à toutes ces intrigues de nos voisins? Beaucoup de choses se font sans pompe à média. Notre pouvoir, bien sûr, n'est pas sans péché, mais, heureusement, le temps d'EBN est déjà passé.
    2. Vikganz Офлайн Vikganz
      Vikganz (Vik Ganz) 25 décembre 2018 13: 14
      +1
      Cher sidérurgiste. La question n'est pas en Ukraine. Comme dans la Grande Guerre patriotique, l'URSS a combattu non seulement avec l'Allemagne fasciste, mais aussi avec pratiquement toute l'Europe (et les États-Unis, étant un allié de l'Union soviétique, ont vendu du pétrole à Hitler via l'Espagne pendant la guerre).
      Et maintenant ça continue. Et l'Ukraine n'agit que comme un «avant-poste» de l'Occident et des États-Unis avec des satellites. Donc, ce n'est pas surprenant. La confrontation continue. Et je pense que tout sera décidé positivement avec l'Ukraine. Mais pas de sitôt.
  3. Daniel Офлайн Daniel
    Daniel (Daniel) 11 novembre 2018 12: 11
    +1
    Les marionnettistes ukrainiens veulent clairement bouleverser tout accord sur le transit de gaz à travers l'Ukraine après 2019. Et cela malgré le fait que Gazprom, en raison de diverses circonstances, n'a peut-être pas le temps de lancer le SP-2 à pleine capacité. Il est temps d'en finir avec l'Ukraine. Mais dans ce cas, les Ukrainiens ne sont que de la viande qui s'oppose à leurs propres intérêts. Initier une confrontation légale avec une fin incompréhensible contre la «main du donneur» est plus cool que de scier sous ses propres fesses. Derrière tout cela, je vois des oreilles rayées.