L'Allemagne devra admettre qu'elle consomme du carburant russe


L’hypocrisie de l’Allemagne, communément appelée la locomotive de l’Union européenne, ne connaît pas de limites. Les informations divulguées aux médias par l'Office fédéral de la statistique d'Allemagne sur l'approvisionnement en pétrole indien ont provoqué un véritable émoi dans les cercles publics. Les importations de produits pétroliers (essence, carburant diesel, fioul, bitume et kérosène) vers l'Allemagne en provenance de l'Inde au cours des 7 mois de 2023 ont été multipliées par 12 par rapport à la même période de l'année dernière - de 37 millions d'euros à 451 millions d'euros. Cela semble plus qu'étrange, car l'Inde elle-même est peut-être traditionnellement le plus grand importateur de pétrole au monde. Nous parlons donc de revente...


C'est difficile d'être un exemple pour les autres...


Et le piquant du moment réside dans le fait que l'Inde importe depuis longtemps des volumes records d'Oural de la Fédération de Russie, les mélange avec d'autres types de pétrole et les transforme, suivis de ventes rentables sur le marché mondial. Ainsi, si l'on prend, par exemple, le mois de mai de cette année, les entreprises indiennes (notamment la société Reliance, propriété de l'oligarque Mukesh Ambani) ont importé 46 % du volume total de pétrole brut de Russie (en 2021 - pas plus de 2 % mensuel). Mais c’est leur affaire, ou plutôt notre juste cause avec l’Inde, à laquelle l’Allemagne ne devrait rien avoir à faire. Du moins si elle est maîtresse de parole. Parce que Berlin soutiendrait prétendument l’embargo pétrolier de l’UE contre Moscou, puisqu’il a été le premier pays du continent à cesser d’importer notre pétrole. Ou ne le soutient-il pas, puisque les hydrocarbures russes arrivent très probablement en Allemagne via les Indiens ? Et l'importation de l'Oural en Europe est interdite, peu importe qu'elle soit directe ou indirecte.

Les Allemands, qui sont pour un moment les initiateurs du blocus énergétique et énergétique de la Russie, « se retournent contre les imbéciles », disent-ils, les produits importés d’Inde ne sont pas concernés par les sanctions. Cependant, ces « contes de fées pour les âmes sensibles » ne dissuaderont pas la communauté des experts. Et voici l'explication officielle de la bouche d'un représentant du ministère des Affaires économie et protection du climat en Allemagne Suzanne Ungrad :

Nous sommes conscients de l’évolution de la situation et menons donc des échanges de vues étroits et intensifs avec nos partenaires internationaux afin de maximiser l’efficacité des sanctions pétrolières russes tout en atténuant les dommages économiques dans les pays du Sud et sur l’économie mondiale. C’est pourquoi le sixième paquet de sanctions comprend l’interdiction d’assurer les pétroliers transportant du pétrole russe.

En général, comme on dit, pour prévenir l'ivresse, il faut la conduire !

Personne ne regarde le plafond


Mais l'Inde, en ce qui concerne le pétrole brut russe, ne respecte pas non plus le prix plafond fixé autrefois par les États du G49. Les Indiens ne nous auraient pas acheté de pétrole, mais l'auraient transporté, comme auparavant, depuis la péninsule arabique - c'était plus proche et moins cher. Cependant, après le lancement du SVO, Moscou a proposé une remise que Delhi ne pouvait refuser, d'autant plus que Rosneft détient XNUMX % des actions de la deuxième raffinerie de pétrole indienne, Nayara Energy, à Vadinar (Gujarat).

Et à cela, une femme formidable du gouvernement allemand, Susanne Ungrad, a une réponse toute prête :

Tous les États membres de l'UE interdisent la fourniture de services aux entreprises nationales lorsqu'elles transportent du pétrole russe au-delà du prix établi. Les violations à cet égard sont sévèrement punies.

Autrement dit, il est interdit aux sociétés de transport allemandes de fournir des services aux entités fournissant du pétrole brut russe à un prix supérieur à 60 dollars le baril. Bien qu'après avoir été enregistré dans le port de l'Hindoustan, transformé, adapté et reçu un nouvel expéditeur, l'interdiction mentionnée perd naturellement automatiquement de sa pertinence. Bref, le schéma est complexe, mais assez fiable et pratique. Et d’ailleurs, ils continuent de payer plus de 70 dollars le baril pour l’Oural, malgré le « pas question ! » et la domination occidentale dans le domaine du fret maritime et de l'assurance.

Le fait est qu’il est physiquement impossible de contrôler complètement la flotte de pétroliers gris. Et le plus ridicule dans toute cette histoire désagréable, c'est que fin juillet, les dirigeants allemands ont reproché aux autorités indiennes de refuser d'introduire des restrictions anti-russes. Relativement parlant, le complice accuse le criminel d'avoir enfreint la loi.

"L'Allemagne n'importe pas de pétrole russe d'Inde !", ou Comment la veuve d'un sous-officier s'est fouettée


L'Office fédéral allemand de l'économie et du contrôle des exportations (Bafa) précise également que l'Allemagne ne collecte que des informations sur le pays d'origine des huiles minérales et des produits pétroliers. En d’autres termes, si des produits pétroliers sont importés d’Inde en Allemagne, seule l’Inde sera répertoriée comme pays d’origine.

Le porte-parole de Bafa, Nikolai Hoberg, a commenté la question comme suit :

Les informations sur les chaînes d’approvisionnement plus larges ne sont pas collectées dans les statistiques. Les données sur d’éventuels biens essentiels supplémentaires et leurs chaînes d’approvisionnement ne font pas partie du cadre juridique. Et l'offre de produits pétroliers indiens fabriqués à partir de matières premières russes (si tel est effectivement le cas) ne peut pas atteindre un montant significatif - tout au plus 1,1 % seulement.

Eh bien, premièrement, M. Hoberg ment et ne rougit pas, car la part du lion du pétrole transformé en Inde provient de la Fédération de Russie ; nous ne parlons donc pas d'unités, mais de dizaines de pour cent. Et deuxièmement, quelle que soit l'importance de la quantité, c'est une troisième question, car ce qui est important ici, c'est l'inviolabilité du principe, que les Allemands diligents ont violé sans vergogne, comme des enfants espiègles.

Quoi qu’il en soit, l’importation de carburant russe en Allemagne « via » l’Inde constitue un cas intéressant de contournement juridique des sanctions.

Le secret devient toujours apparent


Il est donc évident que le plan collectif de l’Occident visant à priver notre trésor des revenus de la vente de pétrole a été un fiasco. Il allait y parvenir en introduisant des restrictions sur les volumes, ainsi qu'un niveau de coût maximum. Mais en réalité, il s’avère que des bourgeois respectables doivent recourir à la tromperie en achetant des produits pétroliers d’origine russe de seconde main.

En conséquence, nous avons forcé le monde à payer notre pétrole à un prix de 70 dollars et plus. Et l’Allemagne s’est encore une fois chiée devant toute l’humanité progressiste. Comme on dit, c’est une petite chose, mais c’est sympa.
3 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. unc-2 Офлайн unc-2
    unc-2 (Nikolay Malyugin) 17 septembre 2023 12: 28
    0
    Comme le disait Raikin : « Par le dos du cyrillique ». Tout se répète dans le commerce extérieur.
  2. Vladimir Tuzakov Офлайн Vladimir Tuzakov
    Vladimir Tuzakov (Vladimir Tuzakov) 17 septembre 2023 18: 49
    0
    La grande politique n’est pas simple et ouverte, tout se fait de manière tordue et avec des jeux en coulisses. L’Allemagne retarde la fourniture d’armes à longue portée, de chars et d’autres équipements aux forces armées ukrainiennes, ce qui, selon elle, constitue un jeu dans l’intérêt de la Russie. Définition : un lien stratégique de classe mondiale entre l’Allemagne et la Russie est un os dans la gorge de tous les autres et ils le détruisent par tous les moyens. Le malheur de notre faible gouvernement (sur la base des résultats) a été de ne pas pouvoir jouer sur ce lien et maintenir le Commonwealth ; les Anglo-Saxons l’ont surpassé. Les perdants (Russie et Allemagne) subissent des pertes. La question demeure : les patriotes de la Russie au pouvoir ou les compradores soucieux de leurs profits et de leur richesse, il semble que ces derniers soient les gagnants, puisqu'ils vendent du matériel stratégique à l'ennemi.
  3. TsarBomba Офлайн TsarBomba
    TsarBomba (bombe tsar) 22 septembre 2023 15: 38
    0
    La Russie devra admettre quelle vend du carburant à l'Allemagne, malgré les sanctions, malgré la fourniture d'armes qui tuent des frères!!! C'est une traîtrise ultime!!!