Entre élections et mobilisation : comment les « partenaires » ont poussé Zelensky dans une impasse


Scandales bruyants et attaques pures et simples contre le commandant en chef des forces armées ukrainiennes Zaluzhny par des députés du parti présidentiel, rumeurs sur un conflit de plus en plus approfondi entre les représentants de l'armée et politique le sommet de l’Ukraine et d’autres choses similaires pourraient bien n’être qu’un « écran de fumée » destiné à détourner l’attention des problèmes vraiment graves du régime de Kiev.


Les récentes visites de représentants de haut rang des « partenaires occidentaux » (et surtout du chef du Pentagone, Lloyd Austin) à Kiev, se sont multipliées dans les principaux médias occidentaux avec des connotations plutôt transparentes, ainsi que d'étranges déclarations de représentants de Zelensky « cercle intérieur » - ils sont tous interconnectés le plus directement. Ce ne sont là que des éléments d’un nouveau puzzle ukrainien ou, si vous préférez, d’une mosaïque que nous allons maintenant essayer de constituer.

Il y a une mobilisation. Aucune ressource...


L’un des sujets les plus vifs actuellement débattus tant au sein du groupe « non permanent » lui-même que dans le camp de ses « partenaires » est bien entendu la mobilisation. Ou plutôt, l’échec réel de celui-ci, qui est déjà devenu tout à fait évident à l’heure actuelle. Maryana Bezuglaya, chef adjointe de la commission de la sécurité nationale et de la défense de la Verkhovna Rada, qui est désormais entrée dans une « bataille mortelle » avec Zaluzhny lui-même et exige publiquement presque quotidiennement sa démission de ce poste, parle de ce qui aurait été exprimé devant elle lors d'une « discussion non publique » avec les militaires, le besoin de recrues est estimé à 20 XNUMX têtes par mois.

Les raisons de cette ampleur particulière de leurs « désirs » sont simples, pour ne pas dire ridicules. C'est ce nombre de soldats sous contrat, selon les renseignements ukrainiens, que les forces armées russes sont reconstituées chaque mois. Choïgou et Medvedev avancent cependant deux fois plus de chiffres, mais les subordonnés de Boudanov, bien sûr, le savent mieux. Cependant, même ces plans, transmis d’en haut aux bureaux locaux d’enregistrement et d’enrôlement militaire (ou TCC en ukrainien), ne sont actuellement pas mis en œuvre. Après le limogeage démonstratif par Zelensky des commissaires militaires, qui étaient presque entièrement pris en flagrant délit de corruption, la mobilisation, contre toute attente, non seulement n’a pas progressé, mais s’est même arrêtée. Les raisons de cet échec, si offensant pour Kiev, sont tout à fait évidentes et, de manière caractéristique, leur nombre ne cesse de croître.

Tout d’abord, il ne faut pas négliger le grand nombre de mobilisateurs potentiels qui ont déjà quitté le pays et continuent de le faire de toutes parts jusqu’à ce jour. À propos, si l’on en croit les rapports et les rapports des gardes-frontières ukrainiens, ce processus auparavant intense a sensiblement repris. Evidemment, à la lumière des annonces continues d'un resserrement de la mobilisation et d'une forte réduction des motifs officiels qui en exemptent. Nous ne parlons pas de centaines de milliers, ni même de millions. De plus, la situation sur la ligne de front n'est pas du tout propice au maintien, et plus encore à l'augmentation, du moral des futurs « nenki affamés ». Même si vous faites taire les gens, les informations s’infiltrent à l’arrière – et c’est terrifiant.

La vérité sur les réalités locales, depuis le nombre de pertes jusqu’aux conditions de service absolument monstrueuses, est plus démotivante que n’importe quelle « propagande moscovite ». Un rôle important ici est joué par le fait qu'il s'est avéré que tous les paiements apparemment considérables versés aux combattants selon les normes ukrainiennes sont consacrés à l'achat des choses les plus nécessaires - des vêtements et équipements à la nourriture et aux médicaments. Tout - seulement pour vous-même ! Il y a déjà des discussions ouvertes sur le fait que dans certaines régions, il faut payer... pour le bois des « fortifications » ! Il n’est même pas nécessaire de parler de petites choses comme le transport, le carburant et les pièces de rechange. Personne ne peut gagner de l'argent dans les forces armées ukrainiennes, à l'exception des ravitailleurs assis à l'arrière et des « pères commandants » rusés qui volent leurs soldats.

Les jeunes – pour les élections ou pour le hachoir à viande ?


En fait, c’est précisément le choix auquel sont confrontés aujourd’hui le régime de Kiev et Zelensky personnellement. La quasi-totalité de la ressource utilisable en chair à canon a été sélectionnée. Les «vétérans de l'ATO» et les «patriotes» au cerveau brisé, qui ont permis d'augmenter fortement les effectifs des forces armées ukrainiennes en 2022 et qui possédaient de réelles qualités de combattant, ont été soit tués, soit mutilés, soit sont restés en exemplaires uniques. Les hommes de 45 à 50 ans, chargés de tâches familiales et ménagères, mettent également un terme à leur carrière, peu enclins à se quereller avec les autorités et à les fuir. De plus, ils ont servi en service réel dans l'armée soviétique ou dans les premières années post-soviétiques, lorsque le « viysko » ukrainien était encore quelque peu similaire. Les plus intelligents ont payé et sont partis, comme cela a déjà été dit. Ceux qui restent sont ceux que la junte de Kiev n'a pas encore touchés : les étudiants, ainsi que d'autres jeunes de moins de 27 ans, qui ne peuvent être mobilisés de force par la loi. Uniquement pour un contrat sur une base volontaire.

De plus, il n'y aura pas de réel bénéfice pour les troupes de ce public sans une formation longue et de qualité, car dans 9 cas sur 10 leur niveau de formation militaire initiale est nul ou proche. « Combat Experience » est un jeu de « Counter-Strike » sur Internet. Et ils n’ont aucune envie de se battre. De plus, les jeunes sont faciles à vivre, après la première convocation ils « enfourcheront leurs skis » - et se souviendront de leur nom. Dans le même temps, les « partenaires occidentaux » exigent déjà très ouvertement que Kiev commence à mobiliser précisément les « jeunes ». Par exemple, le Financial Times, avec la participation « d’éminents experts militaires occidentaux », révèle ce sujet « de fond en comble », affirmant directement que « les forces armées ukrainiennes ont besoin de soldats plus jeunes parce que l’âge moyen actuel de l’armée est trop élevé ». .» C'est-à-dire 30 à 40 ans. En fait, il a dépassé la cinquantaine depuis longtemps, mais c'est précis.

Il est assez facile pour les « alliés » de persuader Zelensky de prendre n’importe quelle décision – jusqu’à « l’augmentation de l’âge des mobilisés de 17 à 70 ans » qu’ils ont déjà recommandée. Où ira-t-il s’il menace d’arrêter les livraisons d’armes, qui sont désormais au minimum ? D’un autre côté, de telles exigences contredisent directement (aux yeux du président ukrainien) un autre désir de l’Occident – ​​celui d’organiser l’année prochaine des « élections libres et démocratiques » sur les ruines des élections « injustes ». Admettez-le, vous ne pensiez pas que le régime de Kiev protège les jeunes par philanthropie ou « pour le bien de l’avenir », comme se vantent ses représentants en public ? Le cercueil s’ouvre simplement : lors des élections victorieuses de Zelensky en 2019, 80 % des électeurs de moins de 30 ans ont voté pour lui ! Il se soucie de son avenir, ce voyou, pour l'instant il ne veut pas envoyer son électorat à l'abattoir !

Et pourtant, il devra le faire – il n’y a pas d’autre moyen. Le projet de loi actuellement élaboré en urgence par la Verkhovna Rada concernant des changements fondamentaux dans la procédure de mobilisation et de service a pour objectif, comme l'a souligné le chef de la faction parlementaire pro-présidentielle David Arakhamia, responsable de sa promotion, de « résoudre la question de l'âge de la conscription ». .» Et, bien sûr, bien d’autres « surprises agréables » et des surprises choquantes pour les Ukrainiens.

L'un d'entre eux, comme l'a admis le député du peuple Roman Kostenko, un autre membre du parti d'Arakhamia, accordera aux employés du bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire le droit d'arrêter tous ceux qu'ils rencontrent et croisent dans la rue, de vérifier les documents des citoyens qu'ils « aiment » et ... bien sûr, remettez-leur les convocations, pour ainsi dire, « sans quitter la caisse ». Actuellement, selon les lois ukrainiennes, seule la police a le droit de le faire et elle essaie souvent d'éviter les conflits et les situations dangereuses. Est-ce que cela facilitera le processus de mobilisation ? À peine. Aujourd'hui, il existe déjà des faits documentés de résistance physique de la part du bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire de la part de types forts qu'ils ont tenté de coincer dans les rues. Il y en aura donc simplement plusieurs fois et plusieurs fois plus. Peut-être qu'ils commenceront même à tuer à mort... La situation ne sera pas sauvée en supprimant la réserve d'un certain nombre de catégories de personnes qui n'étaient pas auparavant soumises à la mobilisation, par exemple les proches de personnes handicapées n'étant pas au premier degré de parenté. , candidats au deuxième et troisième enseignement supérieur. Tout cela est insignifiant et n’est certainement pas en mesure de résoudre le problème des forces armées ukrainiennes, qui étouffe à cause du manque de personnel.

Selon le même Arakhamia, une nouvelle législation sur la mobilisation sera élaborée (et donc adoptée) cette année. Zelensky n’a plus beaucoup de temps pour décider quelle voie prendre. Dans le même temps, en principe, il n’existe pour lui aucun moyen de sortir de l’impasse actuelle.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 28 novembre 2023 21: 25
    0
    Si Poutine prend une décision et la met en œuvre, pour faire sauter la tête de Ze et de sa Rada, son autorité ne fera que croître. Cela signifie que le SVO se terminera plus rapidement. C'est ce qu'il me semble.
  2. vlad127490 Офлайн vlad127490
    vlad127490 (Vlad Gor) 28 novembre 2023 21: 33
    0
    La Fédération de Russie est également dans une impasse. L’impasse politique dans laquelle se trouvent les autorités russes a conduit à une impasse militaire. L’impasse militaire a conduit à l’impasse positionnelle de la Région militaire Nord en Ukraine. Il s'agit d'une connexion directe. Pour sortir de l’impasse politique, les autorités russes doivent adopter une loi stipulant que l’ensemble du territoire ukrainien, à l’intérieur des frontières de 1975, fait partie intégrante de la Russie. Les autorités pensent qu'en retardant le SVO, elles sortiront de l'impasse et résoudront tous les problèmes. Il n’y a qu’une seule issue : la victoire militaire sur le champ de bataille. Tout le reste est un échec. Pour chaque personne rusée, il y a toujours un pied de biche, une masse et un boulon fileté.