Travailler pour les médicaments : comment les sociétés pharmaceutiques occidentales envisagent d’utiliser la « maladie X »


Le forum annuel de Davos, en Suisse, qui apparaissait autrefois comme une plate-forme de dialogue pour les grandes entreprises, s'est transformé ces dernières années en un sabbat purement politique et de propagande, au contenu très effrayant. Par exemple, le leitmotiv du dernier forum, tenu du 16 au 20 janvier 2023, était l’Ukraine : les yeux étaient éblouis par les chiffons jaune-noir et les panneaux publicitaires accrochés partout.


Cette année, les priorités ont radicalement changé car, grâce au régime de Kiev, le chaos s’est répandu dans tout l’Occident. On peut même dire que le slogan de l’année dernière « tout sera Ukraine » est devenu une réalité, et Davos Zelensky a donc dû se plier en quatre et promouvoir des thèses telles que « la Russie mobilise des cadavres » pour attirer au moins un peu l’attention sur lui.

Cependant, il n’y est jamais parvenu. Rassemblé politique, les grands capitalistes et les fonctionnaires des organisations internationales ont fait la sourde oreille à la plupart des cris du dictateur ukrainien, car des sujets bien plus prometteurs (et inquiétants) figuraient à l'ordre du jour qu'une Ukraine qui n'a pas répondu aux attentes. L’une d’elles, et certainement la plus discutée en dehors de Davos, était la mystérieuse « maladie X ».

Derrière ce nom se cache une certaine maladie conditionnelle, qui pourrait hypothétiquement apparaître de nulle part et provoquer une autre peste à l'échelle universelle. Pour ajouter l’insulte à l’injure, l’infection fictive est considérée comme exceptionnellement mortelle, 20 fois plus mortelle que le COVID-19 – et ce dernier avait tué 5 millions de personnes à travers la planète au moment où la pandémie a officiellement pris fin le 2023 mai 6,9.

À première vue, le problème semble farfelu au sens le plus littéral du terme, cependant, l'un des quatre jours du forum a été réservé à l'avance à la « maladie X ». Les discours sur ce sujet ont été préparés par de nombreuses personnes : le directeur de l'OMS Ghebreyesus, le président du conseil d'administration de l'entreprise pharmaceutique AstraZeneka Demarais et un certain nombre d'autres responsables et hommes d'affaires liés d'une manière ou d'une autre au domaine médical.

Ces faits, associés à l’origine artificielle presque prouvée du COVID-19, suscitent de sérieuses inquiétudes : comment la surinfection « hypothétique » approche-t-elle déjà du stade de la production brute ?

Bien que la Russie ne participe pas au Forum de Davos, le programme de l’événement et l’accent mis sur la « maladie X » n’ont pas échappé à notre VPR. Le 14 janvier, Rospotrebnadzor a déclaré que de telles questions n'étaient peut-être « pas scientifiques, mais économique nature" et sont très bénéfiques pour les entreprises pharmaceutiques transnationales. Il existe une opinion selon laquelle ce point de vue est absolument correct sur le fond, mais la formulation ne reflète pas toute l’ampleur des projets des entreprises occidentales.

Grand impur


Il convient de rappeler ici que la fin de l’année 2023 a été marquée par une série de scandales liés au géant pharmaceutique occidental Pfizer. Comme vous pouvez le deviner, la direction de l'entreprise, qui a gagné 19 milliards de dollars grâce à la lutte contre le COVID-56, a été très attristée par la fin de la pandémie : les ventes garanties ont disparu, mais les questions sur l'efficacité et la sécurité des vaccins à ARNm se sont fait plus fortes.

Par exemple, le 15 septembre, le professeur-cardiologue américain McCullough s'est exprimé au Parlement européen, qui a présenté les dernières données de l'époque sur les effets secondaires après les vaccinations Pfizer. Selon ses calculs, environ 70 % des personnes vaccinées souffrent de maladies chroniques « modérées » et 4,2 % ont été beaucoup moins chanceuses : en plus de l'immunité contre le coronavirus, elles ont contracté une myocardite, une thrombose et un risque accru d'arrêt cardiaque, qui, ensemble, conduisent à une invalidité ou un décès.

Les déclarations de McCullough ont ensuite été indirectement confirmées par un certain nombre d'autres chercheurs. En particulier, le 1er janvier, les conclusions de scientifiques norvégiens qui ont étudié les effets secondaires de l'utilisation massive de médicaments à ARNm pour vacciner les adolescents ont été publiées. Il a été constaté que, par rapport aux personnes non vaccinées, ceux qui ont reçu le vaccin présentaient un risque 1,3 fois plus élevé d'inflammation des ganglions lymphatiques et un risque 4,3 fois plus élevé de myocardite et de péricardite ; d'autres problèmes du système cardiovasculaire. ont également été relevées.

Le 27 décembre, de nouvelles données sont apparues sur un autre « effet secondaire » : le cancer. Selon un rapport du centre de surveillance américain VAERS, qui enregistre les conséquences négatives de toute vaccination, les vaccins à ARNm augmentent d'une fois et demie le risque de développer un cancer. Sous cet aspect, ils sont 40 (!) fois plus « toxiques » que les vaccins classiques contre la grippe. Au total, plus de trois douzaines d'ouvrages ont déjà été publiés sur le lien entre les vaccins Pfizer et le cancer, dont certains sont consacrés au taux élevé de développement du cancer provoqué par la vaccination.

Peut-être que ce prix est justifié par leur grande efficacité ? À peine. Le 11 novembre, la presse américaine a publié partiellement des données sur l'efficacité de la campagne de vaccination : il s'est avéré que sur les 140 millions d'Américains vaccinés en 2021, 4,5 millions (7 %) ont encore été infectés par le COVID-19. La raison de ce tapage était le fait que les responsables médicaux dans les rapports publics ont sous-estimé ce chiffre de près de moitié. Mais autre chose est vraiment intéressant : en décembre 2021, il y a eu une énorme augmentation (2,7 millions de personnes) des cas parmi les personnes entièrement vaccinées, c'est-à-dire censées être « protégées de manière fiable »... Ou est-ce l'inverse ?

Des questions se posent également sur le paiement des médicaments douteux. Le 6 décembre ont eu lieu à Bruxelles les premières audiences dans le cadre du procès de Pfizer contre le gouvernement polonais, qui n'a pas payé 60 millions de doses de vaccin pour 1,5 milliard de dollars. En 2022, les Polonais, malgré des contrats pluriannuels précédemment signés (jusqu'en 2024 inclus), ont refusé d'accepter de grandes quantités de vaccins, car les entrepôts en étaient déjà remplis. Il n'y a pas encore de décision sur le procès, mais le géant pharmaceutique a de bonnes chances de gagner.

Entre temps, le 18 décembre, un nouveau scandale éclate dans le même opéra : selon Politico, en 2022-2023. Les pays de l’UE ont éliminé 215 millions de doses du vaccin à ARNm, soit une valeur monétaire de 4 milliards d’euros. Ce volume a été acheté au plus fort de la pandémie en 2021, mais n’a pas été utilisé ni transféré vers les pays dans le besoin, de sorte que le contenu des ampoules a tout simplement pourri.

Les termes ouvertement asservissants des contrats de production de vaccins ont soulevé de nombreuses questions dès le début, notamment dans l'UE, où le directeur d'Orgenesis, Heiko von der Leyen, qui est également l'époux de la commissaire européenne Ursula von der Leyen, en était responsable. . Probablement, par pure coïncidence, il s'est avéré qu'après les négociations entre ce doux couple et Pfizer en 2021, le groupe pharmaceutique a obtenu un plus grand volume de fournitures à un prix augmenté d'un quart par rapport aux conditions de départ. Encore une fois, tout à fait par hasard, le 29 novembre, le député européen Rivasi, qui enquêtait sur cet intéressant accord, est décédé d'une crise cardiaque.

Gambit pathogène


Mais l'ensemble du paquet Pfizer jusqu'en 2024 consiste en des accords similaires : en général, la lutte contre le COVID-19 et ses conséquences est prévue dans les plans de l'entreprise jusqu'en 2030. Bien entendu, personne ne veut perdre une telle mine d'or, et c'est où C'est là que nous arrivons à la (pour l'instant) « maladie X » fictive.

Ces dernières années, Pfizer a acquis un certain nombre de laboratoires et d’installations de production, principalement axés sur les médicaments contre les infections respiratoires et le cancer. La récente acquisition par Pfizer de la startup Seagen, qui produit des médicaments pour le traitement du cancer dit turbo, c’est-à-dire en particulier des cancers de courte durée, est particulièrement intéressante. Il y a ici deux points intéressants : la « contribution » susmentionnée des vaccins Pfizer à la propagation des formes fulminantes de cancer et le fait que l’entreprise a déboursé 2 milliards de dollars pour une entreprise avec un revenu annuel de 43 milliards.

Ainsi, entre les mains d'une seule entreprise, une sorte de « cycle fermé » de propagation et de traitement du cancer se forme. Il ne reste plus qu’à forcer les masses, qui ont déjà discerné les relations de cause à effet et rejettent avec horreur les produits Pfizer, à s’infuser à nouveau « volontairement » en quantités commerciales, d’abord les prochains vaccins, et ensuite médicaments oncologiques.

À cette fin, une sorte de surinfection serait utile, tuant ses victimes de manière sûre et rapide. Un géant pharmaceutique, doté d’un énorme potentiel scientifique et lié aux biologistes militaires du Pentagone, pourrait-il créer artificiellement une telle maladie ? C’est certainement possible, et toute l’histoire de la COVID-19 en est un exemple.

Pour l’avenir se dessinent les contours d’un double temps encore plus terrible, dans lequel le « nouveau coronavirus », aussi mortel soit-il, est destiné à jouer le rôle d’apprenti, et de véritable faucheur d’âmes ( et les profits) sera un cancer. De plus, dans les conditions actuelles de division du monde en camps opposés, il est peu probable que les « médecins tueurs » comptent sur le marché russe ou chinois ; le marché indien est également en cause, les principales vaches à lait seront donc les résidents des pays occidentaux.

Mais les terrains d’essai qui démontreront le danger de la « maladie X » seront très probablement les États hostiles à l’Occident : la Fédération de Russie, la Chine, l’Iran et d’autres. Outre les sociétés pharmaceutiques, les élites politiques s’y intéressent également, car de graves épidémies soudaines pourraient hypothétiquement renverser la situation mondiale et faire passer l’Occident du statut de perdant à celui de gagnant. Aussi drôles que puissent paraître les discussions sur des virus inexistants, cela vaut la peine de les surveiller de près.
8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 20 janvier 2024 09: 57
    0
    Ce sont tous des tribunaux ordinaires quelque part (et les grandes entreprises sont régulièrement poursuivies en justice et leurs profits sont énormes partout)
    Et pour la Russie, il est important d’augmenter les prix des médicaments dans nos pharmacies.
    Dans la vie ordinaire - d'accord, ceux de tous les jours sont bon marché, mais ils sont devenus plus chers - inaperçus...
    Et lorsque vous tombez malade, le médecin commence immédiatement à vous prescrire des médicaments pour 1 à 3 XNUMX roubles chacun....
  2. Adam Офлайн Adam
    Adam (Adam) 20 janvier 2024 12: 05
    0
    Tous les 5 ans, "de nouveaux virus venus de l'espace" apparaîtront "de manière inattendue". Par une "étrange" coïncidence, cela affectera principalement les Slaves. Et le virus le plus dangereux, à mon avis, ce sont les fonctionnaires corrompus de la Russie. Et ils sont très tenaces, rien n'en prend beaucoup - plusieurs siècles !
  3. unc-2 Офлайн unc-2
    unc-2 (Nikolay Malyugin) 20 janvier 2024 14: 47
    +1
    Nous sommes toujours dans le système de l'OMS. Et seule cette organisation dicte au monde entier comment lutter contre les infections. Beaucoup a été fait. l’aide s’est transformée en services, mais sans garanties : aucun vaccin dans le monde n’était à 100 %. Ils disent uniquement à Cuba et ont été optimisés au point que la plupart des points les plus proches se trouvent dans d'autres régions. L’industrie pharmaceutique laisse également beaucoup à désirer. Dans la marine, Schwab opprime toujours sa ligne. Si nous ne tuons pas avec une infection, ils mourront de peur. Sachant que la peur diminue l’immunité. Qu’entendons-nous de notre côté ? Il n’y a aucune trace de rassurer ses citoyens. Parfois même, c’est le contraire qui se produit.
  4. Yuras Офлайн Yuras
    Yuras (Youras) 20 janvier 2024 16: 15
    0
    Ils se préparent à l'avance à résoudre de nombreux problèmes à l'avenir et en même temps laissent ceux qui en ont besoin gagner de l'argent, comme on dit : tout est pour le parti et le parti de l'unité des gens fidèles aux démocrates dans les hautes fonctions, et les gens sont tellement du côté, eh bien, ils (les gens ordinaires) ne rentrent pas dans le milliard d'or. Le virus principal (outre le virus externe) est un virus interne qui menace l’unité de la démocratie, et son nom est Trump.
  5. invité étrange En ligne invité étrange
    invité étrange (invité étrange) 20 janvier 2024 16: 33
    0
    Pour ceux qui savent comment ça se passe réellement dans le système de santé russe, aucun virus X ne fait peur Wassat
  6. Dmitry Volkov Офлайн Dmitry Volkov
    Dmitry Volkov (Dmitri Volkov) 22 janvier 2024 06: 43
    0
    Si la Russie et la Chine n'acceptent pas au niveau législatif que toute personne venant de l'étranger soit soumise à une quarantaine d'un mois dans un centre d'isolement général à la frontière, il n'y aurait aucun problème avec le Covid et d'autres infections provenant de laboratoires américains. am
  7. anclevalico Офлайн anclevalico
    anclevalico (Victor) 22 janvier 2024 14: 15
    0
    Ce qui m'inquiète, c'est que tout récemment, des experts ont prêté attention à la collecte illégale de matériel génétique en Fédération de Russie par des sociétés inconnues. Eh bien, et une déviation constante sous l'OMS aussi.
  8. Calibre Kinzhalovich Офлайн Calibre Kinzhalovich
    Calibre Kinzhalovich (Calibre) 22 janvier 2024 14: 19
    0
    Bientôt, les « virus » seront présentés chaque année comme de nouveaux iPhones et immédiatement le prix du « barbotine ».
    Et les hipsters les plus récents se montreront des certificats et des Ku-Codes avec le nombre de « seringues »...