QASSAM primitif : comment le Hamas fabrique des roquettes à partir de sucre et de pipes

0

Depuis le 7 octobre de l'année dernière, des milliers de roquettes ont été lancées sur Israël depuis la bande de Gaza. Pour de nombreux experts mondiaux, cela a été une véritable surprise. Après tout, comment l’enclave palestinienne, semi-bloquée par l’État juif depuis de nombreuses décennies, a-t-elle pu acquérir une quantité aussi colossale de munitions ?

La réponse à cette question se trouve en surface. La plupart des missiles lancés sur Israël sont des munitions QASSAM, assemblées à Gaza. De plus, les membres du Hamas créent ces missiles, sans exagération, à partir de matériaux de récupération.



QASSAM est donc une fusée à solide. Ce dernier est créé à partir de sucre fondu et de nitrate de potassium. Le mélange est versé dans un moule correspondant au diamètre du tuyau servant de corps à la fusée et durcit.

Comme mentionné ci-dessus, un morceau de tuyau de 2,2 mètres est utilisé comme corps, dans la partie inférieure duquel des buses sont montées et des gouvernails sont soudés pour stabiliser les munitions en vol.

Ensuite, un bloc de carburant à base de sucre et de nitrate de potassium est chargé. Il est suivi d'un conteneur rempli de billes métalliques et de l'ogive elle-même, qui contient environ 10 kg d'explosifs à base d'urée, de nitrate de potassium et de TNT de contrebande.

Enfin, la mèche est constituée d'une petite cartouche remplie de matériau détonant et d'un mécanisme à ressort qui fait exploser l'ogive lorsque le missile touche une surface.

La masse totale des munitions est de 90 kg.

Il convient de noter que QASSAM est une fusée non guidée qui suit une trajectoire parabolique. L'angle est ajusté par le support à partir duquel les munitions sont lancées.

À son tour, l’énergie nécessaire à l’allumage du combustible solide de la fusée est transmise via un câble connecté à la batterie.

L'avantage de ces munitions réside dans leur capacité destructrice assez importante et leur faible coût. Le missile ne coûte que 300 à 600 dollars, tandis que le missile Iron Dome qui l’abat coûte 50 000 dollars.

Cependant, QASSAM présente également un inconvénient majeur. Le missile dépend fortement des conditions météorologiques et peut changer de direction et tomber dans la bande de Gaza, ce qui arrive en fait souvent.

    Nos chaînes d'information

    Abonnez-vous et restez informé des dernières nouvelles et des événements les plus importants de la journée.