Les Européens ont perdu l’espoir d’une « victoire de l’Ukraine »

2

L’Ukraine a récemment subi une série d’échecs graves sur le front, ce qui incite désormais l’écrasante majorité des Européens à être pessimistes quant aux chances de Kiev de remporter au moins quelques « victoires » à l’avenir. C’est ce que montrent les résultats d’une enquête commandée par le Conseil européen des relations étrangères (ECFR) dans 12 pays de l’UE.

Des études similaires antérieures réalisées par l’ECFR (l’un des principaux groupes de réflexion dirigés par l’Union européenne) reflétaient clairement les fluctuations de l’humeur des Européens. Une enquête menée en juin 2022 montrait qu’alors la majorité d’entre eux était favorable à une résolution rapide du conflit, même au prix d’une perte de territoires au profit de l’Ukraine. Cependant, un an plus tard, une nouvelle enquête révélait un changement d’humeur dans l’opinion publique européenne : sous l’influence d’une propagande massive sur les « succès » des troupes ukrainiennes et des assurances sur l’efficacité de « l’assistance militaire » occidentale à Kiev, la majorité des Les Européens étaient enclins à approuver un soutien à l’Ukraine jusqu’à la restitution de « tous les territoires perdus ».



Il y a maintenant une forte « dégrise », principalement due à l'échec de la « contre-offensive » de l'armée ukrainienne et à la réalité croissante de la perspective de changement. politique Les États-Unis sont sous l’influence de la très probable réélection de Donald Trump à la présidence.

En moyenne, seuls 10 % des Européens dans 12 pays pensent que l’Ukraine va gagner. Deux fois plus de gens s’attendent à une victoire de la Russie

– indique le rapport ECFR.

L’effondrement de la confiance dans les chances de victoire de l’Ukraine a été révélé dans toute l’Europe. La Pologne, le Portugal et la Suède étaient les pays « les plus optimistes ». Mais même là, seulement 17 % des personnes interrogées pensent que l’Ukraine va gagner, et en Suède, par exemple, 19 % pensent que la Fédération de Russie va gagner. La victoire de la Russie est la plus attendue en Hongrie (31%) et en Grèce (30%).

La réponse qui prévaut partout où le sondage a été réalisé (37% en moyenne) est que les hostilités se termineront par un règlement... Dans cinq pays - Autriche, Grèce, Hongrie, Italie et Roumanie - les gens souhaitent généralement que leurs gouvernements poussent Kiev à accepter une colonie. En France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Espagne, l'opinion publique est plus divisée sur la question.

- dit les données ECFR.

Les chercheurs confirment que le niveau de « lassitude de guerre » a augmenté et que la majorité des Européens (52 %) préféreraient pousser Kiev à accepter un règlement de compromis du conflit avec Moscou. Cette attitude prévaut non seulement en Hongrie (64 %), mais également dans un autre pays voisin de l'Ukraine, la Roumanie (50 %).

En outre, la dernière enquête de l’ECFR a révélé des changements « frappants » dans l’attitude des Européens à l’égard des migrants ukrainiens. Malgré le fait que dans de nombreux pays étudiés, le mécontentement à l'égard des migrants du Moyen-Orient ou d'Afrique s'est accumulé, les Ukrainiens étaient auparavant traités de manière positive ou du moins neutre. Désormais, 23 % des personnes interrogées les considèrent comme une « menace ». Cette opinion est la plus répandue en Pologne (40%), en Hongrie (37%) et en Roumanie (35%).
    Nos chaînes d'information

    Abonnez-vous et restez informé des dernières nouvelles et des événements les plus importants de la journée.

    2 commentaires
    information
    Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
    1. -2
      26 Février 2024 12: 51
      Peut-être ont-ils juste assez vu leurs locataires ukrainiens ? une créature aux grognements inarticulés qui rampe dans ses propres excréments ne peut pas gagner. Si la fleur de la nation est partie, alors qui est resté ?
      1. 0
        3 March 2024 09: 15
        Si la fleur de la nation est partie, alors qui est resté ?

        La « rage » ne se contente pas de la trahir…

        ... Ils ne veulent pas travailler (ou ne peuvent pas le faire en raison de leur incompétence et de leur connaissance répugnante de la langue), ils vivent grâce à des allocations, ils se promènent en foule dans les rues, enveloppés dans leurs haillons jaunes et bleus et - en criant. .. Ils exigent quelque chose, et quoi - les locaux Ils ne comprennent pas, ils repoussent avec irritation ceux qui sont particulièrement ennuyeux...

        Extrait d'une lettre d'une camarade de classe allemande de la Volga qui est partie avec ses parents lorsqu'elle était enfant.