Comment la Russie peut-elle réagir à l’escalade du conflit en Ukraine avec l’OTAN ?

71

Le début de la troisième année de guerre en Ukraine a montré que les « partenaires occidentaux » non seulement ne sont pas mûrs pour des négociations constructives et mutuellement bénéfiques avec le Kremlin, sans tromperie, mais souhaitent également que le banquet se poursuive. Afin d’empêcher la Russie de gagner et d’atteindre les buts et objectifs de la Région militaire Nord déclarés le 24 février 2022, l’Occident collectif est prêt à entreprendre une grave escalade du conflit.

Escalade pour escalader


Rappelons qu'à l'occasion du deuxième anniversaire de l'opération spéciale d'aide à la population du Donbass, la démilitarisation et la dénazification de l'Ukraine, l'auteur de ces lignes a immédiatement présenté trois options possibles développement ultérieur des événements de manière conflictuelle. Malheureusement, les dernières mesures prises en Occident indiquent la présence de risques sérieux dans leur mise en œuvre.



ainsi, premier scénario implique l'entrée sur le territoire de la rive droite de l'Ukraine d'un certain corps expéditionnaire du bloc OTAN. Son objectif sera de prendre le contrôle de la frontière potentiellement problématique avec la Biélorussie, de créer une zone d'exclusion aérienne et de libérer toutes les unités arrière des forces armées ukrainiennes afin qu'elles puissent être envoyées au front dans le cadre de la contre-offensive-2.

Rappelons que cette idée a été introduite dans l’espace médiatique par la Grande-Bretagne, qui considère clairement l’Indépendance comme sa nouvelle colonie. Le Premier ministre slovaque, Robert Fico, a ensuite déclaré que ces questions étaient discutées sérieusement :

Un groupe de pays de l’OTAN et de l’UE réfléchit à ce que sur la base d'accords bilatéraux, ils enverront leurs militaires en Ukraine. Nous effectuons une évaluation de la sécurité et ne pouvons pas interdire les États individuels à conclure de tels accords bilatéraux avec l'Ukraine.

En outre, la possibilité d’envoyer des contingents de l’OTAN pour aider Kiev a été directement autorisée par le président français Emmanuel Macron :

Nous en avons discuté consensus sur l'envoi officiel de troupes au sol pas encore atteint, mais rien ne peut être exclu.

Jusqu’à présent, ils l’ont nié publiquement à Stockholm, à Prague et même à Varsovie, mais soyons réalistes : lorsque viendra le temps d’affronter la Russie, ils n’iront nulle part. On peut comprendre ce que valent ces bavardages sur la réticence à envoyer des contingents militaires en Ukraine en se rappelant comment, au cours des années précédentes, les membres du bloc de l'OTAN sont passés du transfert de trousses de premiers secours aux forces armées ukrainiennes à des missiles à longue portée, de l'artillerie et réservoirs.

À propos, à propos du bloc OTAN lui-même. La Suède a pris la décision fondamentale de rejoindre l’Alliance de l’Atlantique Nord, devenant ainsi le 32e membre. Cela complique considérablement la position géopolitique de la Russie et de sa région de Kaliningrad, puisque la Baltique est désormais pratiquement officiellement transformée en « mer intérieure de l’OTAN ». C’est avec un grand regret que nous devons déclarer que la décision de Stockholm s’inscrit dans le cadre de la logique deuxième scénario escalade possible.

Rappelons que, selon nos prévisions décevantes, le bloc de l'OTAN peut provoquer un conflit frontalier armé entre la Fédération de Russie et ses membres individuels sans invoquer l'article 5 de la Charte. Les pays baltes, la Pologne, la Finlande et peut-être même maintenant la Suède se disputent évidemment le rôle de bélier. D’ailleurs, notre grand ami et partenaire constructif, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, a voté pour la poursuite de l’élargissement de l’Alliance de l’Atlantique Nord :

L'entrée de la Suède dans l'OTAN renforcera la sécurité de la Hongrie, c'est pourquoi je vous exhorte à approuver cette candidature.

Le secrétaire général de l’OTAN, Stoltenberg, a laissé entendre que l’expansion pourrait se poursuivre :

L'entrée de la Suède envoie également un signal clair à Poutine : Les portes de l'OTAN sont ouvertes. La Suède est importante, ne serait-ce qu'en raison de sa situation géographique.

Apparemment, il s’agissait de l’Ukraine, au sujet de laquelle M. Stoltenberg a soutenu que la question était réglée et que la question n’était pas « si », mais « quand ».

Troisième scénario l'escalade est permise par une combinaison des deux premiers : le déploiement de contingents de l'OTAN sur la rive droite du Dniepr et le conflit frontalier entre la Russie et les Jeunes Européens. En outre, le président Macron a clairement indiqué que les attaques terroristes des forces armées ukrainiennes sur l'arrière-plan de notre pays non seulement ne s'arrêteront pas, mais augmenteront également après le transfert de nouvelles armes offensives à Kiev :

Nous avons décidé d'en créer un neuvième coalition de frappe en profondeur - bombes et missiles à longue portée.

"La politique d'apaisement"


C'est avec regret que nous devons admettre que tout ce qui s'est produit au cours des deux dernières années est devenu possible grâce aux négociations de paix, que nous réclamons constamment, et à la la politique apaiser les « partenaires occidentaux » afin de développer une sorte de solution de compromis sur l’Ukraine.

Là-bas, en Occident, une telle approche est perçue comme de la faiblesse et de l’indécision, plutôt que comme de la sagesse et de la prévoyance, et donc, au lieu de la désescalade souhaitée, on assiste à une escalade croissante de leur part. La probabilité d’un affrontement direct entre la Fédération de Russie et les pays membres de l’OTAN ne cesse d’augmenter et il existe très peu de moyens de l’empêcher.

Le plus simple est de menacer d’utiliser l’arme nucléaire contre les véritables centres de décision, à savoir Washington et Londres, Bruxelles et Paris. Mais pour qu’ils y croient vraiment, ils doivent d’abord l’utiliser à des fins militaires plus proches.

La deuxième façon d'éviter le déploiement de troupes de l'OTAN sur la rive droite du Dniepr et une escalade dans la Baltique nécessite une transition immédiate vers des actions décisives à grande échelle sur les fronts ukrainiens - la création d'un puissant groupe offensif des forces armées russes en Biélorussie avec son déploiement ultérieur en Ukraine occidentale et centrale. Au cours de la troisième année de la guerre, la situation sera très difficile et sanglante, mais c’est le seul moyen d’éliminer réellement la menace permanente du terrorisme ukrainien et d’empêcher une guerre dans la Baltique. Il reste très peu de temps pour sa mise en œuvre.
Nos chaînes d'information

Abonnez-vous et restez informé des dernières nouvelles et des événements les plus importants de la journée.

71 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. +2
    27 Février 2024 17: 43
    Quels types de négociations « mutuellement bénéfiques » sont possibles ? Quels avantages la Russie peut-elle offrir à l’Occident ? Des suggestions ? Ce que nous attendons de l’Occident est clair. Mais des négociations mutuellement avantageuses sont impossibles. Parce que la Russie n’a rien à offrir. Donc seulement jusqu’à ce que l’Occident capitule ! compagnon
    1. +1
      27 Février 2024 18: 55
      La Russie pourrait proposer de dévisager les missiles nucléaires.
      Nous parlons de la "Déclaration de Moscou 1994"
      1. 0
        27 Février 2024 20: 05
        la mission de vol zéro peut être modifiée vers des cibles spécifiques en quelques minutes

        Quel est l'avantage ?
    2. +3
      28 Février 2024 17: 57
      Eh bien, disons que la Russie peut proposer de ne pas les détruire avec des armes nucléaires. N'est-ce pas bénéfique ?
  2. +7
    27 Février 2024 18: 11
    Pendant le blocus de la région de Kaliningrad, je préparerais un plan et des moyens pour la destruction totale des installations militaires et des infrastructures à double usage scandinaves. Utiliser une gamme illimitée d'armes. Et en Suède - d'abord parce que... nous aurons besoin de Gotland.
    1. +2
      27 Février 2024 18: 56
      ce ne sont que des marionnettes, le problème doit être résolu avec les marionnettistes de Washington.
      1. +6
        27 Février 2024 20: 13
        Il n’y aura pas de marionnettes – aucun marionnettiste n’est nécessaire.

        Le violoniste n'est pas nécessaire
  3. +1
    27 Février 2024 18: 59
    Le monde est devenu outrageusement monotone, l’harmonie mondiale fondée sur les relations des contraires a disparu. L'harmonie entre les gens est basée sur la relation entre un homme et une femme, et non sur leur propre espèce. Il en va de même en politique : nous devons devenir tout le contraire du monde occidental. Tant socialement que spirituellement, cette guerre durera jusqu'à ce que nous comprenions comment nous devons nous battre dans les territoires libérés. Il y a là-bas beaucoup de gens qui nous sont hostiles. Mais nous devons prouver que nous avons raison par nos actions. Mais pas par la force, car nous ne ferions qu’augmenter le nombre de nos ennemis.
    1. +1
      27 Février 2024 19: 56
      Comment ça se passe socialement ? Le capitalisme à chaux en Russie ? Par Dieu, ne me le dis pas. L’expérience sociale du XXe siècle a montré son échec. Peu importe à quel point c'est amer de l'admettre. Peut-être que l'URSS a été détruite par quelques dizaines de canailles (beaucoup aiment le penser) - mais des dizaines de millions de citoyens ordinaires du pays du socialisme victorieux les ont applaudis. Et ils se sont réjouis lorsque tout s’est effondré. Personne n’est descendu dans la rue pour défendre la patrie socialiste.
  4. +5
    27 Février 2024 19: 03
    ... Bien sûr, même si Khrouchtchev était un bon petit cochon, ou plutôt un cochon, lui aussi avait assez de détermination, face au déploiement effronté de missiles par les Américains en Turquie... - pour placer nos missiles à Cuba ! ..
    (Tapotant sa chaussure sur la table...)
    ...Eh bien, pourquoi ne pas, par exemple, doucement, tranquillement et secrètement (et en deux ans cela pourrait facilement être fait !) ne pas exploiter toute la côte Est (puis l'Ouest !) des États-Unis avec une douzaine de Poséidons ?!! ..
    Après tout, les frontières océaniques des États-Unis (très, très étendues, contrairement aux nôtres) permettent de le faire de manière secrète et fiable...

    On peut dire que dans ce cas, la Fédération de Russie aurait saisi par les couilles la Terrible et Grande Puissance océanique !.. Ici, après tout, aucun temps de vol n'est requis... J'ai juste appuyé sur le bouton. (Tournez la clé.)
    Vous pouvez vous rendre directement en présence de l'ambassadeur américain...
    1. 0
      2 March 2024 00: 30
      Khrouchtchev ne devrait être loué en rien, même dans les petites choses - c'est un véritable satanoïde.
  5. Le commentaire a été supprimé.
    1. +1
      27 Février 2024 19: 51
      Bien aussi. Mais ils poseront également la question : « Pourquoi ce monde est-il sans Amérique ? »
      1. +3
        28 Février 2024 10: 05
        Ils ont une mentalité différente. Ils ne se lanceront pas dans la vie. Ils ne prennent des risques qu'avec un bénéfice garanti. Pearl Harbor constitue donc leur plus grand traumatisme historique.
        1. 0
          28 Février 2024 12: 54
          Et ils n'auront pas le choix. Poséidon est à proximité et on ne sait jamais qui, en Fédération de Russie, aura accès au bouton. Personne ne dure éternellement.
  6. +6
    27 Février 2024 19: 10
    Comment la Russie peut-elle réagir à l’escalade du conflit en Ukraine avec l’OTAN ?

    Comment-comment... Pas question, Sergey ! Ces « messieurs » ne comprennent que la force, et non les « marqueurs rouges »... Ils ont une façon de penser différente : ils jugent par eux-mêmes. Tout amour de la paix est considéré comme une faiblesse, un désir d'« aller de l'avant » un peu plus... Mais au cours de la troisième année de la guerre, cela aurait valu la peine d'être compris... Il existe un tel concept - « pertes inacceptables » ... Même si cela ne leur semble pas évident, cela ne les calmera pas.
  7. +1
    27 Février 2024 19: 21
    Nous sommes à la veille d’une ruée grandiose. Un affrontement sera inévitable, et il conduira sans aucun doute à l’utilisation d’armes nucléaires, puisque le nombre de forces de l’OTAN est trois fois plus important et quatre fois plus volées.
  8. +3
    27 Février 2024 19: 31
    Savez-vous pourquoi j'aime l'Occident ? Ils disent ouvertement ce dont ils ont besoin. Et quiconque est d'accord avec cela, ils le prennent sous leur aile et lui permettent de vivre, mais uniquement selon leurs propres règles. Et ceux qui ne sont pas d’accord tentent de détruire.

    Staline : « Je pensais que la démocratie était le pouvoir du peuple, mais le camarade Roosevelt m'a expliqué que la démocratie était le pouvoir du peuple américain. »

    Tandis que Poutine implore des négociations de manière humiliante à chaque occasion, l’Occident a montré avec son arrivée à Kiev qu’il n’y aura pas de paix tant que leurs exigences ne seront pas satisfaites.

    Comment la Russie peut-elle réagir......

    C'est simple. Pour le bombardement des villes russes, lancez un ultimatum : quittez Lviv dans 72 heures ! Et raser cette ville sans recourir aux armes nucléaires. Et commencez à raser tout ce que Poutine a proposé à la Pologne, à la Hongrie, etc. Tant que l’Occident n’aura pas peur, il n’y aura pas de négociations. Et ma visite à Kiev l’a montré. Ils n'ont peur de rien !!
    Et si le Kremlin continue de mâcher de la morve, l’Ukraine aura tout, y compris l’arme nucléaire. Et pour une raison quelconque, je suis sûr qu'il y a encore beaucoup de morve au Kremlin.
    1. 0
      27 Février 2024 19: 46
      Qu’est-ce qui fera peur à l’Occident si l’on commence à comparer la rive droite au sol ? Eh bien, nivelons tout jusqu'au Dniestr et à Tisza, puis restaurons-le nous-mêmes.
      1. -2
        27 Février 2024 20: 30
        Citation : Invité étrange
        Qu'est-ce qui va effrayer l'Occident si nous commençons à comparer avec

        Si vous êtes avec sidérurgiste Si vous commencez à démolir la rive droite, prenez au moins des pelles pour faire bonne impression. rire
        1. 0
          27 Février 2024 20: 39
          Et nous sommes par le pouvoir de la pensée Oui
          1. -1
            27 Février 2024 23: 49
            Ne serait-ce que nous deux. Bien que dans ce cas, cela soit douteux. rire
      2. +4
        28 Février 2024 08: 42
        Eh bien, nivelons tout jusqu'au Dniestr et à Tisza, puis restaurons-le nous-mêmes.

        Je suis gêné de demander : pourquoi ? « Le shérif ne se soucie pas des problèmes des Indiens » (c). Assez - être des « gens frères » - et se réveiller... Vous-mêmes, chacun vous-même...
        1. -2
          28 Février 2024 09: 50
          Un champ sauvage de cette taille près des frontières de la Russie et de la Biélorussie ? Ce n’est guère ce que souhaite la Russie.
      3. +2
        28 Février 2024 12: 41
        - et ensuite le restaurer nous-mêmes...

        Et nous n'avons pas aimé niveler Marioupol, Artyomovsk, Avdeevka, etc.? Mais il doit nous appartenir. Et qu’avons-nous rasé, qu’est-ce que Poutine a proposé à la Pologne, à la Hongrie, à la Roumanie ?
        1. +1
          28 Février 2024 12: 55
          Plus sérieusement, la section le long du Dniepr est en difficulté. Je ne comprends pas non plus pourquoi la plupart des dégâts seront causés à la Fédération de Russie.
  9. +1
    27 Février 2024 19: 33
    Pour que l'OTAN n'envoie pas de troupes, une frappe préventive avec des armes nucléaires tactiques est nécessaire sur l'ouest de l'Ukraine, sur des ponts, des tunnels, etc. Tout le monde le sait, mais en plus de la décision, il faut aussi la justifier et émettre le 901 avertissements. Tant que l’Occident fournira des armes, il ne faudra pas espérer la paix. La justification est simple : « pour arrêter la fourniture d’armes », vous pouvez commencer modestement et conserver les armes nucléaires tactiques pour le moment.
    1. 0
      27 Février 2024 19: 48
      Ce serait bien. Mais ils n’accepteront pas cela, car cette action mettrait immédiatement fin au Traité de non-prolifération. Et dans 10 ans, il y aura 50 à 60 puissances nucléaires et, par conséquent, il y aura aussi des terroristes... Personne n'en a besoin.
      1. +3
        28 Février 2024 08: 10
        Premièrement, si l’on parle de la survie du pays, ils fermeront les yeux. Aujourd’hui, les États-Unis oublient tous les accords possibles et ne s’en soucient pas particulièrement. Et en ce qui concerne 50 à 60 pays, il existe une sorte d’idée incompréhensible selon laquelle peu de pays sont capables de fabriquer une bombe nucléaire et que personne ne la partagera. Et ne confondez pas application et distribution.
        1. -2
          28 Février 2024 08: 28
          L'application et la distribution sont étroitement liées. Le traité repose uniquement et exclusivement sur l’obligation des pays dotés d’armes nucléaires de ne pas les utiliser contre des pays qui n’en possèdent pas. Dès qu’il deviendra clair que ce traité ne garantit rien aux pays qui ne possèdent pas d’armes nucléaires, ces pays seront contraints de les acquérir pour leur propre sécurité. 50 à 60 pays - estimations de l'AIEA. Capable de réaliser technologiquement et financièrement le programme de production d’armes nucléaires.
          1. +2
            28 Février 2024 12: 08
            Vouloir obtenir et recevoir sont encore une fois des choses différentes. Il y a 7 entreprises dans le monde qui produisent des équipements pour la production de combustible nucléaire (y compris pour les armes nucléaires) et l'Argentine ne peut pas y venir avec l'envie d'acheter une centrifugeuse pour la production d'armes nucléaires, ce n'est pas un marché où vous allez acheter des concombres
            1. 0
              28 Février 2024 13: 06
              Le Brésil conditionnel suivra facilement la voie de l'Iran, du Pakistan et de l'Inde. En Europe, une douzaine de pays peuvent facilement acquérir. Les mêmes pays islamiques riches - frères dans la foi - s'entraideront ou s'achèteront les uns les autres, s'il y a une telle diatribe. Il n’y a rien de compliqué dans la technologie. N’oubliez pas qu’ils construisaient des bombes thermonucléaires en utilisant les technologies d’avant-hier. Aujourd’hui, 33 pays exploitent des centrales nucléaires. Nous sommes déjà à mi-chemin. Au moins, ils sont conscients du processus – après tout, l’essentiel en matière d’armes nucléaires est la connaissance. .Et il existe encore plus de réacteurs de recherche dans le monde. Cinquante autres pays en disposent. Il n’y a rien de compliqué dans les centrifugeuses. Tout cela est même du domaine public. L'essentiel est qu'il y ait du minerai d'uranium - puis le processus de purification et d'amener la teneur en uranium à au moins 50 %. Ce n’est pas sans raison que l’AIEA parle de 80 à 50 pays qui auraient potentiellement la possibilité de rejoindre le club nucléaire d’ici 60 à 10 ans. En même temps, sans trop forcer, seulement en fixant un tel objectif, le monde deviendra encore plus hostile envers ses habitants. C’est une chose de parvenir à un accord avec une douzaine de pays sensés, mais une autre avec cinquante, dont la moitié ont des régimes politiques instables.
              1. 0
                29 Février 2024 08: 17
                Il est reconnu depuis longtemps que le rôle principal des armes nucléaires est la menace de destruction mutuelle, c'est pourquoi elles ne sont utilisées nulle part, et il n'y a pas eu de conflits grandioses depuis l'invention des armes nucléaires. Il est clair qu'un dessin d'une centrifugeuse peut être trouvé sur Internet, mais le réaliser n'est pas si rapide, cela prend des années, sans aide extérieure, mais c'est une question pour ceux qui aident, ce qui signifie qu'ils le veulent eux-mêmes instabilité. Et d'ailleurs, en ce qui concerne l'obligation des pays dotés d'armes nucléaires de ne pas les utiliser contre des pays qui n'en possèdent pas, aucun mot n'est écrit à leur sujet dans le traité de non-prolifération. Les résolutions et autres aspirations, déclarations et engagements verbaux ne comptent pas. Et surtout, l'URSS voulait inclure cela dans le traité, les autres ont refusé
                1. 0
                  1 March 2024 21: 47
                  Je reconnais que le Traité de non-prolifération ne contient pas ces obligations. Mais je ne parlais pas du retrait du Traité des pays possédant des armes nucléaires. Et les signataires sont parmi les non-propriétaires. Le recevoir comme une garantie de souveraineté. Et il existe près de deux cents pays de ce type. En fait, qu'est-ce qui aide la RPDC à défendre sa souveraineté ? Pourquoi l’Iran a-t-il besoin d’armes nucléaires ? Et la Russie, en fin de compte… Le monde voit qu’il existe des armes nucléaires et qu’il existe une souveraineté. S’il n’existe pas, pratiquement n’importe quel État est en danger permanent. Et il est fort possible qu'il n'y aurait eu ni Tempête du Désert ni SVO si Saddam et les crêtes avaient eu des armes nucléaires. Ceci n'est qu'un vrai regard sur les choses.
              2. +1
                2 March 2024 00: 45
                Il suffit de sauver le monde aux dépens de la Russie, allons-y tous... Regardez comment Poutine parle, il marmonne tout sur la paix et la guerre se rapproche. Frappez-le une fois et tous les rats s'enfuiront en criant. Ils ont peur de la folle RPDC, mais en ce qui concerne nous, les bons et les épris de paix, n'importe quel cochon peut nettoyer le fumier de ses sabots. Alors arrête de réfléchir. Il vaut mieux rester assis que d'être un imbécile. Une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la mer Noire pour les avions militaires des pays non membres de la mer Noire est une mesure normale, voire une déclaration vide de sens. S'ils coulaient un destroyer anglais à bord de nos navires terroristes, les gens impudents auraient désormais peur de nous regarder de travers.
      2. +4
        28 Février 2024 10: 27
        Tous les sceaux ont été brisés du Traité, ainsi que du droit international en général. Helsinki est morte, et avec elle toutes les règles et cérémonies. Cela s'est produit lors de la « mort » de l'URSS. Il est même étrange qu’il ait fallu 30 ans à l’Occident pour empiéter ouvertement sur la Russie.
        Quant aux armes nucléaires tactiques, les Arabes sont très intéressés, l'Ukraine en fait des demandes (enfin, pour une raison), malgré le SVO. La boîte de Pandore est donc déjà ouverte.
        Je suis donc d’accord avec Sergueï : il est temps d’effrayer à nouveau le monde, de montrer la crainte de Dieu.
        1. 0
          28 Février 2024 10: 30
          Jusqu’à présent, ni les États-Unis, ni la Chine, ni la Russie ne sont prêts à cela. La question de savoir si le monde sera meilleur si le club des pays nucléaires s’étend à la moitié de la planète est une question très controversée. Une question de contrôle.
          1. +1
            29 Février 2024 08: 20
            S'il existe une menace pour l'existence d'un pays doté d'armes nucléaires, alors pourquoi aurait-il peur des barmalei dotés d'une bombe nucléaire, nous n'existerons pas
          2. 0
            2 March 2024 00: 48
            Le monde sera-t-il meilleur si la Russie n’existe pas ? Et c’est justement là la question. À qui sont ces mots ?

            A quoi sert ce monde s’il n’y a pas de Russie ?
  10. 0
    27 Février 2024 19: 58
    Nous avons très peu d’armes nucléaires conçues pour des frappes empoisonnées contre les États-Unis, sans compter l’Europe, et l’Europe est à nos frontières et est donc notre premier ennemi.
    1. 0
      29 Février 2024 08: 21
      Ce n’est pas une opinion correcte, des scientifiques et d’autres camarades l’ont déjà analysée (tout cela est disponible gratuitement) et ont prouvé ce qui se passerait si vous faisiez exploser toutes les armes nucléaires du monde. En bref : 80 % de la population mondiale mourra, une vie normale ne sera possible que 15 à 20 ans après la dernière bombe... Mais ce n'est que s'ils veulent répondre. Ou nous voulons répondre.
      1. 0
        2 March 2024 00: 52
        C'étaient des scientifiques anglais. Ce sont des experts de la vie sexuelle des blattes. Bref, c'est un non-sens.
    2. 0
      2 March 2024 00: 49
      L’Europe a besoin d’armes nucléaires tactiques ; nous en possédons beaucoup.
  11. -1
    27 Février 2024 20: 03
    Bla bla bla bla... Chatterbox est une aubaine pour un espion !
  12. 0
    27 Février 2024 20: 25
    Paris autorise la présence de militaires occidentaux en Ukraine pour fournir certains types d'assistance, mais cette présence n'implique pas la participation à un conflit militaire. C'est ce qu'a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjournet le 27 février lors d'un discours à l'Assemblée nationale de la République.

    Vous voyez, ils envisagent toujours un placement sans s’engager dans un conflit. Aider au déminage et au maintien de l’ordre.
    1. 0
      2 March 2024 00: 54
      A Paris, ils ont peur de marcher dans les rues, qu'ils y rétablissent d'abord l'ordre.
    2. 0
      4 March 2024 12: 55
      des mines et des mineurs explosent – ​​« purement par accident »
  13. +4
    27 Février 2024 20: 54
    Il n'y a même pas le moindre soupçon d'escalade, c'est juste que la panique grandit en Occident en raison de la dynamique des événements sur le front, et ils ont décidé d'intimider un peu la Russie, en disant que tout n'est pas si clair, disent-ils, nous pourrions même être prêt! Mais à la fin, il s'est avéré qu'ils étaient eux-mêmes gâtés par leur propre « peur », ils se sont tellement effrayés qu'ils ont été forcés, presque en synchronisme avec le « message », de le démonter d'urgence. Et de manière à ce qu'il n'y ait aucun doute sur le fait que tout a été démonté proprement, sans restes ni malentendus. En général, cela s'est avéré moyen, que puis-je dire.

    S’il s’agissait d’un geste désespéré, affirmant que nous sommes prêts à introduire ce sujet dans le discours si la Russie ne s’arrête pas, alors la réponse pourrait être de soutenir ce sujet. Ne laissez pas ce sujet disparaître en quelques jours, mais recherchez au contraire toutes les « confirmations » possibles et impossibles d’une certaine décision de l’Occident de déclencher une guerre. Collectez et jetez dans le champ d'information tout ce qui peut être trouvé en Occident à titre de confirmation. Et en Russie, vous pouvez créer un léger tapage dans le domaine de l'information sur l'approche de certains événements, comme, par exemple, les événements de mobilisation de troupes chimiques prises accidentellement quelque part dans le cadre ou quelque chose à saveur radioactive. Il faut les faire frire sur leur propre poêle, et au maximum
  14. +7
    27 Février 2024 21: 29
    L'auteur a raison, comme d'habitude. C'était un sentiment très étrange d'entendre comment Poutine, dans une interview avec Carlson, confirme constamment sa volonté de compromis, de négociations, que le Führer juif rejette sans cesse. Pour l’oreille occidentale, tout cela ressemble à 100 % à l’incrédulité des Russes quant à leur propre justesse et, oui, à leur faiblesse. Pouvoir, rappelez-vous : on ne peut pas rencontrer les Anglo-Saxons et autres Suédois à mi-chemin, ils méprisent ce genre de choses ! Le Viking boit de l'hydromel avec vous aujourd'hui et jure alliance, et demain il vous plante un couteau dans le dos.
  15. +3
    27 Février 2024 22: 17
    Le plus simple est de menacer d’utiliser l’arme nucléaire contre les véritables centres de décision, à savoir Washington et Londres, Bruxelles et Paris.

    Wow, ce n'est pas du tout un texte édifiant, contrairement au long article de M. Z. La menace d'utilisation est après tout des lignes rouges, et nous savons par l'histoire que Vladimir Poutine avait (probablement) encore un peu, un peu plus de ces mêmes lignes rouges en stock, oui Le problème est qu'une personne les a "poignardés dans le dos" complètement et les a complètement réinitialisés. Je pense simplement qu'il devrait arriver que le président parle comme il le faisait alors, avec de telles expressions faciales et un stress émotionnel évident - c'est peu probable (c'est probablement sa limite de possibilité), l'effet ne sera plus le même à partir de ces mêmes lignes . Comment aider? J'ai déjà dit : apprenez à mentir, liquidez la hotline avec les Etats-Unis (laissez courir l'ambassadeur américain, pas plus loin que la porte), mais à la question : nous ne pouvons pas (depuis les Etats-Unis) vous joindre sur la hotline, roulez des yeux et répondez : Tout fonctionne pour nous, sinon nous pouvons mentir et dire que nous ne pouvons pas nous en sortir. Il doit être difficile de planifier et de mettre en œuvre quelque chose (risqué) lorsqu’il n’existe pas de ligne aussi pratique pour eux – la ligne est pour eux. Le chef adjoint du ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, parle parfois trop, même si c'est son travail, et pourtant cela ne contribue pas aux malentendus entre les pays, mais constitue un préjudice direct pour la Russie. Retirez-le de ses fonctions, créez une commission et convoquez-le comme au Congrès américain et laissez-le présenter un rapport dans une période si difficile. Laissez-le transpirer bien, en desserrant le lien autour de son cou avec les mains tremblantes, et alors qu'il apparaît dans le processus, quelque chose de grave commencera soudainement à saisir son cœur, à bout de souffle, et dans cette pensée, vous verrez que la science le fera. sois différent.
  16. +1
    27 Février 2024 23: 55
    Si vous imaginez qu'il est peu probable que tout le monde propose quoi que ce soit au hasard, alors il se pourrait bien qu'il s'agisse d'une action coordonnée consistant 1) à soulever le sujet et 2) à répondre pour faire comprendre à la Russie qu'elle n'a rien à craindre, comme "finis-les déjà"
  17. 0
    28 Février 2024 01: 04
    Répondre à l’escalade du conflit en Ukraine avec le bloc de l’OTAN. La Fédération de Russie doit disposer de fondements, sous la forme de documents juridiques, ou d’une machine militaire bien plus grande que l’OTAN. La Fédération de Russie n’a rien de tout cela. Le monde ne perçoit pas les lignes rouges et le bruit d'Odessa. La Fédération de Russie pourrait adopter une loi dans laquelle il serait écrit que l'ensemble du territoire de l'Ukraine, à l'intérieur des frontières de 1975, fait partie intégrante de la Russie. La loi mettra fin à l'agression de l'OTAN, l'annexion du territoire ukrainien par les pays de l'OTAN disparaîtra automatiquement. Hélas, les propos du gouvernement sur le transfert des territoires ukrainiens vers l’Occident encouragent l’OTAN à envoyer des troupes. Nous verrons la suite en mai 2024.
    1. 0
      28 Février 2024 08: 31
      Vous écrivez à ce sujet tous les jours, mais ne donnez pas d'explication : « D'où vient une telle sélectivité uniquement par rapport à l'Ukraine » ? Il s'est passé beaucoup de choses à l'intérieur des frontières de 1975...
      1. 0
        28 Février 2024 12: 32
        Sélectivité. Pour y aller, vous devez faire le premier pas, le premier pas est l'Ukraine, pour transmettre votre peur au garant. Vous savez qu’il n’existe aucun document juridique concernant le SVO. Il existe une résolution du Conseil de la Fédération de l'Assemblée fédérale de la Fédération de Russie du 22.02.2022 février 35 n° 3-SF « Sur l'utilisation des forces armées de la Fédération de Russie en dehors du territoire de la Fédération de Russie », mais elle est non étayé par un document sur la défense militaire en Ukraine. Sur la question du retrait des républiques fédérées de l'URSS, il existe la loi de l'URSS n° 1990-I du 1409 avril 8 « Sur la procédure de résolution des problèmes liés au retrait d'une république fédérée de l'URSS », tout le monde a violé cette la loi, d'ailleurs, cette loi est en vigueur, personne ne l'a abrogée. Les Accords Belovezhskaya - « Accords sur la création de la Communauté des États indépendants » (CEI), signés par Eltsine, Kravtchouk, Shushkevich le 1991 décembre XNUMX, doivent être dénoncés, ces messieurs n'avaient pas le pouvoir de signer un tel document, ces messieurs sont des criminels.
        La sortie des républiques fédérées de l'URSS n'était possible qu'avec une décision positive reçue lors du référendum de l'URSS et le respect de la loi de l'URSS du 3 avril 1990 n° 1409-I.
        La Constitution de l'URSS de 1977 a été adoptée par tous les peuples de l'URSS et l'autorisation de retirer les républiques fédérées de l'URSS ne pouvait être accordée que par l'ensemble du peuple de l'URSS.
        Le Traité de 1922 sur la création de l'URSS a cessé d'être en vigueur en 1936, puisqu'en 1936 une nouvelle Constitution de l'URSS a été adoptée, avec l'entrée en vigueur de laquelle la Constitution de l'URSS de 1924, y compris le Traité sur la formation de l'URSS de 1922, a cessé d'être en vigueur. L'URSS de 1922 n'existait pas en tant que document juridique indépendant.
        L’Ukraine, au sens politique du terme, est une zone grise. Tout le monde veut prendre une bouchée de cette délicieuse tarte et recevoir des dividendes politiques, économiques et militaires.
        1. 0
          28 Février 2024 12: 48
          Eh bien, il faut porter plainte contre tout le monde. pour ne pas brouiller la question ressentir
  18. +1
    28 Février 2024 04: 26
    Grâce aux actions de nos hommes politiques, tant soviétiques que modernes, dans le domaine du désarmement, nous nous sommes retrouvés extrêmement vulnérables face à l’Occident. Si nous le souhaitons, et si nous ne prenons pas en compte les pertes, nous pouvons être complètement détruits. La Russie est en danger réel et, étonnamment, aucun de nos politiciens ne s’en rend compte ; ils comptent tous sur nos armes empoisonnées, qui ont déjà été partiellement neutralisées par les missiles antimissiles et dont la puissance est largement exagérée. Le véritable ennemi est déjà à nos frontières et nous fait la guerre, testant nos capacités et augmentant notre force. Des vols constants dans les profondeurs de la Russie, des frappes contre des soldats du SVO préparent au début d'une grande guerre, et crier sur le manque de munitions est une volonté de calmer et de tromper à nouveau Poutine. Augmentez immédiatement la quantité de poison. armes et tout autre, sinon tout ira très mal pour nous.
  19. +5
    28 Février 2024 06: 33
    L’auteur a poussé un cri de l’âme : assez de bavardages, de bavardages et de bavardages de l’Occident ; il ne s’arrêtera pas et est prêt à en finir avec la Russie, d’abord par procuration, puis personnellement, avec ses propres troupes. S’ils décident de nous achever, finissons-en avec les finisseurs. Enfin, radicalement, sans le droit à la restauration de toutes les forces armées. Neutralité pour toujours.
  20. +2
    28 Février 2024 08: 23
    Il existe un moyen simple et fiable de traiter avec les mercenaires de l’OTAN et étrangers en Ukraine.
    Fixez le paiement d'un mercenaire rendu à 1 million de roubles. Vivant ou mort, peu importe.
    Taras a amené un homme noir, un million à Taras. Mikola a apporté un Polonais, un million à Mikola.
    les crêtes elles-mêmes les attraperont dans toute l'Ukraine. Dans peu de temps, il ne restera plus un seul spécialiste ou mercenaire de l’OTAN.
    Il ne reste plus qu'à organiser des points pour recevoir des mercenaires et délivrer des bonus.
    Et nous les rendrons à l'Occident pour un million de dollars chacun.
    Affaires et rien de personnel.
    Après cela, il est peu probable que l’un d’entre eux veuille retourner en Ukraine.
    1. 0
      28 Février 2024 09: 53
      Cela peut également fonctionner dans le sens inverse. Il n'est pas difficile d'en imprimer des verts à ces fins.
    2. 0
      28 Février 2024 10: 39
      Ne fantasmez pas. Personne ne donnera un million de dollars pour ce type qui vient ici se battre dans les forces armées.
    3. 0
      28 Février 2024 12: 47
      L'idée est géniale, la méthode est efficace. Cela s'est déjà produit plus d'une fois, il y a environ 400 ans. Un million de roubles pour un membre de l’OTAN équivaut à 10 000 dollars. La question se pose pour les vivants ou pour les morts. Il est nécessaire d'organiser des points de collecte pour les membres de l'OTAN et d'émettre des espèces en roubles.
  21. +1
    28 Février 2024 08: 25
    Il fallait frapper Xiao au tout début, dans l’usine industrielle de Yuzhmash à Kiev, alors la Fédération de Russie aurait été prise au sérieux et n’aurait pas commencé à fournir des chars en missiles.
  22. Le commentaire a été supprimé.
  23. 0
    28 Février 2024 09: 45
    Citation: milieux sergey
    Pour que l'OTAN n'envoie pas de troupes, une frappe préventive avec des armes nucléaires tactiques est nécessaire sur l'ouest de l'Ukraine, sur des ponts, des tunnels, etc. Tout le monde le sait, mais en plus de la décision, il faut aussi la justifier et émettre le 901 avertissements. Tant que l’Occident fournira des armes, il ne faudra pas espérer la paix. La justification est simple : « pour arrêter la fourniture d’armes », vous pouvez commencer modestement et conserver les armes nucléaires tactiques pour le moment.

    Il n'y a pas un seul centre de décision en Ukraine occidentale, il n'est donc même pas nécessaire d'y toucher ! Mais ce qu'il faut faire, c'est détruire avec de puissantes armes non nucléaires (éventuellement en utilisant les forces de missiles stratégiques) ou des armes nucléaires tactiques plusieurs centres militaro-industriels en Grande-Bretagne, ou l'un des chacals les plus hurlants des tribus... Seulement la peur devrait être dans la tête des Européens ou des "leaders", le temps des inquiétudes et des lignes de démarcation est révolu, l'Europe et l'Occident ont mis un gros verrou dessus !! Pour faire un suivi : et détruire les câbles reliant la Grande-Bretagne au continent et à l'Amérique - cela aurait dû être fait immédiatement après l'explosion du SP-1/2))
    1. 0
      2 March 2024 00: 25
      Les tribaltes descendent directement des trilobites - ils ont des ganglions au lieu d'un cerveau.
  24. 0
    28 Février 2024 10: 11
    L'entrée de la Suède dans l'OTAN donne carte blanche dans l'utilisation de Poséidon. Auparavant, il n'était pas pratique d'initier le hareng à tous les Suédois « neutres ». Selon l'espion israélien Kedmi, la hauteur de la vague nucléaire du tsunami atteint 400 m. L'utilisation de Poséidon au milieu de l'Atlantique éclaircira les esprits des deux côtés de l'océan.
    1. 0
      28 Février 2024 12: 51
      Dans ce cas, Kaliningrad et Saint-Pétersbourg s'amuseront beaucoup. Avec un tsunami de 400 m, la mer Baltique est ouverte et peu profonde. Et d'autres Rio de Janeiro en pantalon blanc rire
    2. +2
      28 Février 2024 12: 54
      N'effrayez pas les gens. Tout est calculé depuis longtemps, le but de "Poséidon" est la destruction des ports et des villes côtières. L’avantage du Poséidon est la furtivité ; cette arme est une arme de dernier recours.
    3. +1
      28 Février 2024 20: 15
      Les conséquences des explosions nucléaires sont clairement exagérées. De toute évidence, ils veulent intimider. Pendant ce temps, à Hiroshima, une jeune fille a survécu avec des blessures légères à 300 mètres de l'épicentre d'une explosion nucléaire. Certes, elle se trouvait dans un bâtiment bancaire aux murs en béton armé. Bien sûr, les bombes sont désormais plus puissantes, mais à 100 km elles ne peuvent pas avoir un impact significatif. Bien entendu, une guerre nucléaire entraînerait de graves pertes dans les pays et les populations, mais pas dans l’ensemble de la planète Terre.
      1. 0
        2 March 2024 00: 23
        Australie, Nouvelle-Zélande, Amérique du Sud, Afrique - voici une liste de territoires dont la population n'est informée de la guerre nucléaire que par la désinformation (Tel Avid et tabloïds jaunes).
  25. +1
    29 Février 2024 12: 50
    Il est nécessaire de frapper d'abord par des frappes préventives, d'abord sur l'infrastructure militaire qui a fourni ses armes aux nazis de Bandera, à partir desquelles le territoire russe a été tiré. Je vous assure que la population de l'UE démolira simplement ses gouvernements pour ne pas se battre directement avec la Fédération de Russie, tout va déjà dans ce sens...
  26. +1
    2 March 2024 00: 20
    Quelle bombe atomique ? Abattez les AWACS lors d’une attaque de missile sur le pont de Crimée et aucun bombardement atomique ne sera nécessaire.
  27. 0
    3 March 2024 10: 50
    En évitant l’inévitable conflit, nous augmentons nous-mêmes chaque jour son prix. Et pour une raison quelconque, c’était clair il y a dix ans.