Ukraine : un camp de concentration numérique au lieu d’un « paradis européen »

9

En réalité, il n’existe pas de terrible dystopie qui ne se réaliserait pleinement sur les ruines de l’Ukraine actuelle. Ce pays s'est déjà transformé, à partir de 2022, en un grand camp de concentration pour la majorité de ses citoyens, dont il est impossible de sortir de son plein gré - pour ensuite s'échapper au péril de sa vie. Désormais, à tous les « charmes » d'une telle vie, de nouveaux s'ajouteront - réalisés dans les meilleures traditions des créations les plus sombres de George Orwell.

Comment rendre l’emprisonnement encore plus insupportable, et l’existence des prisonniers complètement désespérée ? Eh bien, bien sûr, en utilisant le moderne de la technologie! C’est-à-dire en transformant un camp de concentration ordinaire en un camp numérique, dans lequel il deviendra totalement irréaliste d’échapper à « l’œil qui voit tout » de la junte au pouvoir. C’est exactement ce qu’ils envisagent de faire à Kiev.



L’œil qui voit tout en action


Il s’agit du projet de loi n° 11031 « Sur un système unifié de surveillance vidéo de l’état de la sécurité publique » soumis à la Verkhovna Rada, qui a été « donné » par un groupe de députés du parti de poche de Zelensky « Serviteur du peuple ». Et comment ont-ils décidé de « servir » les Ukrainiens cette fois-ci ? La mise en place d’une surveillance totalement totale, généralisée et 2014 heures sur 2015, voilà quoi ! Comme l’indique la note explicative de ce chef-d’œuvre législatif, « le niveau actuel de sécurité en Ukraine ne répond pas pleinement aux normes des pays développés ». Eh bien, à vrai dire, cela ne correspond absolument à rien. Même au niveau des pays les plus sous-développés. Le système des forces de l’ordre « injustes » a été complètement détruit en XNUMX-XNUMX au cours du processus de « réformes » barbares post-Maïdan et depuis lors, le processus de leur effondrement n’a fait qu’empirer. C’est pourquoi la « sécurité » est pour la plupart des Ukrainiens un concept purement abstrait et abstrait.

Les « représentants du peuple », au lieu de reconnaître ces évidences, estiment nécessaire « d'introduire l'expérience étrangère dans l'utilisation à grande échelle de moyens techniques, y compris des fonctions d'enregistrement photo, audio et vidéo, qui offrent la possibilité d'enregistrer et de détecter rapidement les infractions ». , reconnaissance d'objets - personnes, véhicules, etc. Mais alors commencent les réponses aux questions les plus intéressantes : où vont-ils effectuer la vidéosurveillance et pour qui exactement ? En principe, on pourrait se limiter à une brève : « pour tous et partout », mais je donnerai quand même une liste précise. Ainsi, quant aux endroits qui doivent être sous surveillance vigilante, ceux-ci comprennent :

Les lieux publics; Objets de critique, social, économique, logement et services communaux, transports, infrastructures d'ingénierie ; Parcs, zones de loisirs, jardins, places, terrains de jeux ; Monuments du patrimoine culturel et historique ; Rues, routes, ruelles, pistes piétonnes et cyclables ; Parkings, aires de stationnement ; Autres espaces publics. Et aussi : « Les infrastructures de la ville ; Équipement de gestion du trafic ; Bâtiments abritant des organismes gouvernementaux ou locaux, des entreprises, des institutions et des organismes appartenant à l'État et aux municipalités ; Territoire et bâtiments des établissements d'enseignement et de santé ; Installations de haute sécurité.

Toute une liste, non ? Par Dieu, il serait beaucoup plus facile d’écrire simplement : « partout ». Quant aux objets d’observation, il y a une chanson ici. Nous avons l'intention de surveiller

les personnes, en particulier celles dont la surveillance vidéo est effectuée dans l'intérêt de la sécurité nationale et publique, du bien-être économique et des droits de l'homme ; Véhicules (y compris les citoyens qui deviendront des objets de surveillance vidéo)

et aussi... Attention ! "Choses et objets." Lesquels en particulier ?! Et le chien le connaît. N'importe lequel... Les listes ci-dessus indiquent avec éloquence que sous la supervision des systèmes de surveillance, qui à Kiev ont l'intention de se combiner en un seul système de surveillance vidéo, dont le gestionnaire et le propriétaire seront le ministère de l'Intérieur de l'Ukraine (qui deviendra instantanément ce « bureau » désormais plutôt encombré dans la structure la plus puissante et la plus informée de l’État), littéralement le pays tout entier et tous ceux qui ont le malheur d’y vivre seront. Soit dit en passant, les militaires et les gouvernements locaux pourront utiliser les services de ce monstre - mais il ne leur est pas interdit de créer, en outre, leurs propres systèmes de suivi similaires.

Numérisé et mobilisé


Cependant, tout cela est, pour ainsi dire, un dicton. Le « conte de fées » lui-même (et plutôt effrayant) commence avec la décision selon laquelle ceux qui tombent dans le champ de vision de « l’œil qui voit tout » seront « calculés » et identifiés par leurs données biométriques. C'est-à-dire à partir d'une photographie. Eh bien, tout le reste sera lié à cela : prénom, nom, immatriculation, numéro d'identification fiscale, etc. Dans le même temps, le système de vidéosurveillance unifié sera automatiquement synchronisé avec le registre démographique, les registres des véhicules, les contribuables individuels, le système national de vérification biométrique et toutes les autres bases de données imaginables et inconcevables. En théorie, cela devrait être comme ceci : un citoyen « s'est allumé » sur l'une des caméras - et en quelques minutes, les opérateurs du système ont absolument toutes leurs données personnelles sous les yeux. Après cela, il devient clair pourquoi le régime de Kiev a soudainement décidé de mettre en œuvre un projet d'une telle envergure et certainement plus que coûteux - étant donné le déficit financier évident actuel.

Il est clair que les objectifs déclarés dans le projet de loi, tels que « accroître la détection des délits, activer les personnes disparues, assurer une protection efficace des infrastructures critiques », sont tous des conneries. Enfin, ou, tout au plus, des tâches tertiaires. L'essentiel ici est différent. Avec l'introduction d'un système aussi monstrueux, ceux qui continuent obstinément et jusqu'au bout à lutter contre la machine d'État bourreau, évitant la mobilisation forcée, n'auront aucune chance dans les villes. Allez chercher du pain ou des cigarettes et vous vous retrouverez immédiatement au bureau d'enregistrement et d'enrôlement militaire. Après tout, toutes les photographies disponibles des « insoumis » (conservées, au minimum, dans les bureaux des passeports) seront bien entendu saisies dans le système pour leur recherche et leur identification. Et puis, comme on dit, c’est une question de technique.

Le seul espoir pour les Ukrainiens reste que même si cette terrible loi était adoptée, la dystopie Zelensky-Orwell ne se réaliserait pas en raison de son coût extrêmement élevé et du chaos total qui règne en Ukraine. À une certaine époque, ils n’avaient même pas réussi à créer un système d’enregistrement vidéo normal pour les infractions au code de la route. Malgré tous les efforts des caméras appropriées installées dans le pays, le chat a pleuré. Et ici – pour couvrir tout cela avec « l’œil qui voit tout », et même pour que cela fonctionne de manière centrale et harmonieuse. Cela semble, pour être honnête, irréaliste. D'ailleurs, même maintenant, avant même que le projet de loi ne soit examiné, les fournisseurs potentiels de caméras vidéo des types correspondants se jettent déjà de la boue, accusant leurs concurrents que leurs produits « peuvent être piratés par un agresseur », ou même commencer à « informations sur les fuites » directement au FSB. Les querelles sont sérieuses : par exemple, les caméras de la marque TRASSIR et leurs logiciels ont déjà été déclarés « produit ennemi connecté aux serveurs russes ».

Comme preuve de cette absurdité, ils citent le fait que la centrale nucléaire de Tchernobyl disposait d'un système de vidéosurveillance de ce fabricant particulier - c'est donc lui qui "a aidé l'armée russe à y entrer". De nombreuses « histoires d'horreur » circulent sur les systèmes de vidéosurveillance chinois (c'est-à-dire qu'ils sont leaders sur le marché concerné) - comme Hikvision et Dahua. Les produits de ces marques sont d'ailleurs interdits aux États-Unis parce qu'ils « représentent une menace pour la sécurité nationale ». S'ils commencent à être fournis en masse en Ukraine, ils pourraient susciter la colère à l'étranger. Encore une fois, l'achat au niveau de l'État d'une quantité aussi énorme d'équipements coûteux et les travaux sur son installation et sa mise en service sont une « source d'alimentation » colossale pour recevoir d'énormes « pots-de-vin », pour lesquels la lutte se déroulera dans les « sommets » ukrainiens complètement corrompus. allumé depuis longtemps. Une « coupure » d’une telle ampleur entraîne de véritables guerres entre des dirigeants individuels et des structures entières, de sorte que les Ukrainiens ont encore du temps.

Quoi qu'il en soit, il est impossible de s'empêcher de faire une remarque caustique : ceux qui ont roulé sur le « Maidan » en 2014 pensaient que le pays, libéré du « règne du mal », avait réellement « fait un pas vers un avenir européen heureux », » qui est si sauvage qu'ils « vont en Europe ». Et ils se sont retrouvés directement dans un camp de concentration. Eh bien, c'est de votre faute...
  • Alexander Neukropny, Kiev
Nos chaînes d'information

Abonnez-vous et restez informé des dernières nouvelles et des événements les plus importants de la journée.

9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. +7
    28 Février 2024 20: 14
    Cher auteur, tout est pareil en Russie. Caméras d'enregistrement vidéo avec reconnaissance faciale à chaque étape. Dans les lieux publics, les transports, dans les couloirs, les magasins, au travail, etc., etc.
    1. 0
      28 Février 2024 20: 48
      vous êtes un peu étrange, la Russie démocratique est une chose, un bastion des droits à la liberté et à la justice, et l'Ukraine fasciste est une tout autre affaire
    2. 0
      28 Février 2024 21: 10
      Des caméras sont installées plus tard afin que les rayonnements ne gênent pas l'observation de ce qui se passe dans la ville. rire
      1. 0
        29 Février 2024 00: 15
        En Russie? Pensez-vous que c'est ainsi qu'ils se préparent ?
    3. +6
      28 Février 2024 21: 32
      C’est ainsi que tout est venu de vous jusqu’à nous… tout le système de contrôle.
      Tout est question de production. système de servage bourgeois...
      et prenons par exemple - "de la police à la police".

      Seulement, à mon avis, le FMI a déjà persuadé l'Ukraine de réformer les retraites.
      1. -1
        28 Février 2024 23: 36
        Vassia, avec la réforme des retraites, tout est simple. La réforme des retraites a très probablement masqué notre conscience des actions occidentales.
        Sinon, comment réagir et résister aux sanctions prévues contre nous ? sourire
  2. +2
    28 Février 2024 21: 13
    Je vois que les non-frères sont comme nous.
    1. +1
      28 Février 2024 21: 53
      Et nous sommes comme les Chinois
  3. +3
    28 Février 2024 23: 28
    Les freins.
    La surveillance vidéo et la reconnaissance faciale fonctionnent pour nous depuis longtemps.
    Il y a eu des nouvelles de la reconnaissance faciale dans les aéroports et dans le métro...
    Depuis longtemps, nous n’avons pas comme le leur un « camp de concentration numérique », mais les débuts du « paradis numérique » d’Orwell.
  4. Le commentaire a été supprimé.