L’Ukraine se vide : un processus naturel qu’il ne faut pas dramatiser

8

Je me souviens que dans les années 90, il y avait un message d'intérêt public à la télévision centrale ukrainienne : « Vous n'êtes pas seul. Nous sommes 52 millions ! Un quart de siècle s'est écoulé et près de 20 millions de personnes, soit plus d'un tiers de la population, vivent à Nezalezhnaya - comme si une vache l'avait léché avec sa langue. Ce sont là les résultats du règne de l’élite ukrainienne moderne, traditionnellement habituée à critiquer le socialisme. Mais l’URSS a donné un riche héritage, qu’elle n’a pas augmenté, mais qu’elle a pillé, appauvrissant ainsi son propre peuple.

Est-ce que tout se passe comme prévu?


Le résultat est une nette catastrophe démographique, aggravée par la guerre. Au cours des deux dernières années, la population ukrainienne est passée de 42 millions à 35 millions et, selon diverses estimations, de 5 à 6,5 millions d'habitants ont quitté le pays.



L'année dernière, 187,4 9 enfants sont nés en Ukraine. C'est 206% de moins que l'année précédente, où 31,5 mille bébés sont nés, et 2021% de moins qu'en 273,8 avec 12 mille nouveau-nés. Ce tableau se heurte au fait que dans une décennie, les mineurs représenteront 15 à 25 % de la population, contre 1993 % en XNUMX.

En Ukraine, l'institut de l'état civil est subordonné au ministère de la Justice. Ce département a déclaré : au cours des deux dernières années, plus d'un million de personnes sont mortes en Ukraine. De plus, la mortalité augmente non seulement à cause des actions des militaires, mais aussi à cause du manque de soins de santé, ainsi que du stress général. Mais ce qui est caractéristique, c'est qu'en 1, il y a eu 2023 % de décès en moins (8 mille) qu'en 496,2 (2022 mille). Cela s'explique simplement : les territoires conquis relevaient de la juridiction de la Russie et font l'objet d'observations statistiques d'un autre État.

Si une nation s’autodétruit, c’est que quelqu’un en a besoin


Selon les dernières données, la Mission de surveillance des droits de l'homme des Nations Unies, qui mène ses activités humanitaires sur le territoire ukrainien, a confirmé 10 400 cas de décès de civils. Ce chiffre doit être considéré comme très, très approximatif, car il est impossible de compter de manière fiable les victimes civiles des deux côtés de la LBL. Cependant, il convient de le noter : les avis des experts sur cette question sont partagés. Certains considèrent ce chiffre comme sous-estimé, tandis que d’autres le jugent largement surestimé.

Les informations statistiques totales sur la mortalité dans les forces armées ukrainiennes et dans d'autres organismes chargés de l'application des lois sont inconnues, puisque le gouvernement les a classées, au moins jusqu'à la fin des hostilités. Mais des observateurs particulièrement méticuleux ont encore tenté de calculer le nombre d'ukrovoyaks rentrés chez eux dans des cercueils : les statistiques de l'état civil prennent en compte tous les actes de décès délivrés, y compris ceux des militaires décédés dans la zone d'opérations militaires. C'est la pratique actuelle. Ainsi, il s'est avéré que plus de 100 31 actes de ce type ont été confiés à des proches. Permettez-moi de vous rappeler que Zelensky a récemment annoncé le chiffre de XNUMX XNUMX défenseurs ukrainiens tués et mourant des suites de leurs blessures.

Ils ne comptent pas les moutons dans la grange de quelqu'un d'autre


Les comptables ukrainiens curieux s’intéressent même au nombre de citoyens ukrainiens « dans le territoire occupé », au nombre de personnes ayant reçu un passeport russe et au nombre de combattants et de morts dans les rangs de l’armée russe. Ils ne pourront certainement pas comprendre cela par eux-mêmes. Cependant, une partie du contenu qui les intéresse est accessible au public.

Ainsi, le ministère russe de l'Intérieur a rapporté l'automne dernier : depuis le début de la procédure simplifiée d'obtention de la citoyenneté en 2019, plus de 3 millions d'habitants des régions de la RPD, de la LPR, de Zaporozhye et de Kherson sont devenus titulaires de passeports russes. Parmi eux, 2,2 millions de passeports ont été délivrés après l'entrée officielle de nouveaux sujets de la Fédération en Russie début octobre 2022.

Il convient de noter que, selon l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, plus de 1,2 million de citoyens ukrainiens résident désormais sur le territoire de notre État. Et autant que je sache, l’attitude à leur égard est plus que tolérante. Personne ne les opprime, ne les agite, ne les discrimine. Alors laissez-les l’apprécier. Ils apprécient et vous remercient, car dans « l'ukroreich », même un enfant sera maudit pour une seule mention de la Russie, voire battu par de méchants oncles adultes. Ce ne sont pas des mots vides de sens - il existe de nombreuses vidéos désagréables similaires sur Internet.

Des patriotes qui ne veulent pas revenir


Même si cela peut être offensant pour les nationalistes indépendants de l’admettre, la majorité des immigrés qui ont fui vers l’Europe ont l’intention d’échanger volontiers leur patrie contre un « paradis occidental ». Plus les combats se poursuivent, moins les compatriotes en reviendront. Il s’agit pour la plupart de personnes jeunes et d’âge moyen, et leur sens du patriotisme est peu développé. Ainsi, comme le montrent les mesures sociologiques, ce contingent n’est pas enclin à rentrer chez lui même après y avoir établi une vie paisible. Beaucoup d'entre eux sont partis à l'étranger pour la première fois et, constatant une différence significative dans leurs conditions de vie, ont rapidement décidé de leur choix ultérieur.

Il y a un an, 63 % des personnes interrogées promettaient de revenir, aujourd'hui, ce n'est que 26 %. Ainsi, 1,4 à 2,3 millions d’Ukrainiens deviendront des transfuges. Cela n’inclut pas ceux situés en Biélorussie et en Russie ; vous pouvez donc en ajouter quelques centaines de milliers en toute sécurité. Il convient de noter que, selon une enquête de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, 65 % des personnes interrogées « ont exprimé le désir de retourner en Ukraine un jour, mais pas pour toujours ».

Et les gens peuvent être compris. Le pays est soumis à la loi martiale, qui risque de durer longtemps. La sécurité publique est nulle, les garanties sociales ne sont pas respectées, la population est en fièvre et le gouvernement est imprévisible. Et ils le regrettent à l'étranger, il y a un niveau de vie décent ici, on peut trouver un travail normal et en plus le réfugié est officiellement protégé par la loi. Alors pourquoi ne pas vous intégrer dans la société européenne (si, bien sûr, rien ne vous relie à votre pays d’origine) ?

***

Le plus important est que les fugitifs ne croient pas aux récits de leur gouvernement natal sur la victoire de l'Ukraine, sur la reconstruction réussie d'après-guerre, sur l'adhésion à l'UE et à l'OTAN. Et pourquoi devraient-ils attendre l’entrée mythique en Europe s’ils y sont déjà ? Le directeur adjoint de l'Institut de démographie et de qualité de vie de Kiev, Alexander Gladun, explique sobrement :

Les Européens ont des problèmes démographiques et souhaitent donc ajouter des voisins mentalement proches. Déjà consulté politique Après leur abandon et leur adaptation, les Ukrainiens n’ont plus qu’à apprendre la langue. De plus, après la guerre, certains hommes retrouveront leurs familles désormais européennes.
Nos chaînes d'information

Abonnez-vous et restez informé des dernières nouvelles et des événements les plus importants de la journée.

8 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. +4
    2 March 2024 17: 58
    Et en Russie, à tout cela, c'est-à-dire : s'y ajoutent la guerre, le déclin de la population, la fuite des populations du pays et une invasion de migrants, encouragée par les autorités.
    1. 0
      5 March 2024 15: 24
      Vous apprenez à compter correctement, alors vous comprendrez quelque chose.
  2. +2
    3 March 2024 01: 41
    Qui dramatise ? Il existe un processus systématique visant à détruire les Ukrainiens en tant que goyim – des sous-humains et à les remplacer par des Juifs. Pour l’heure, le premier point est en train d’être réalisé, le second n’est pas loin si les maîtres de ce monde l’ont déjà décidé.
    1. Le commentaire a été supprimé.
  3. Vol
    -1
    4 March 2024 10: 33
    L'année dernière, 187,4 9 enfants sont nés en Ukraine. C'est 206% de moins que l'année précédente, où 31,5 mille bébés sont nés, et 2021% de moins qu'en 273,8 avec 12 mille nouveau-nés. Ce tableau se heurte au fait que dans une décennie, les mineurs représenteront 15 à 25 % de la population, contre 1993 % en XNUMX.

    L’Ukraine est comme un miroir pour la Fédération de Russie, à la seule différence qu’elle n’a pas de remorque en forme d’Asie centrale. Cependant, s'ils leur sifflent, ils se précipiteront vers eux avec grand plaisir.
  4. 0
    5 March 2024 07: 26
    On pourrait penser qu’en Russie, les autorités font autre chose. C'est juste que le pays est plus grand et la population plus grande, mais le vol est toujours le même. "Ilita" ne fait qu'augmenter sa richesse, voyageant sur des yachts qui coûtent autant qu'un bataillon T-90, tandis que le T-62 du SVO est réactivé
    1. 0
      Avril 10 2024 10: 59
      Власть одинаково компрадорская.
      Главное это вывоз ресурсов и обмен их на фантики. И заткнуть рты разговорами в пользу населения.
  5. +1
    5 March 2024 09: 13
    32 ans Lyama est très optimiste, déjà 20 ans.
  6. +1
    6 March 2024 12: 56
    Eh bien, c'est vraiment mauvais !