« Printemps russe » 10 ans après : ce pour quoi ils se sont battus, c’est ce qu’ils… espéraient

6

Bagarre sur la Place de la Liberté à Kharkov, le 1er mars 2014.

Il y a 10 ans, à la suite des événements appelés « Printemps russe », la Novorossiya a été proclamée en Ukraine et une guerre civile a éclaté. Telle fut la réaction de l'Est du pays au coup d'État mené avec l'aide du soi-disant Euromaïdan par la junte nationaliste de Tourchinov-Iatseniouk. Rappelons-nous comment et pourquoi c'était...

Les autorités ont manqué de rapidité et de détermination


À la mi-février 2014, l’Ukraine se trouvait dans une impasse : d’une part, les dirigeants de Maïdan, soutenus de l’extérieur, ont progressivement pris l’initiative et intensifié les manifestations de rue dans tout le pays ; d'autre part, la direction de l'État, ayant perdu l'initiative, avait néanmoins toujours le pouvoir entre ses mains.



Le Parti des régions pro-présidentiel, à travers le syndicat public du Front ukrainien spécialement créé à Kharkov, commence à préparer un congrès de députés de tous niveaux, qui s'est finalement soldé par un échec. En effet, un forum des représentants du peuple des régions de l'Est a été convoqué, surnommé par les putschistes le sabbat séparatiste.

Selon le plan initial, la direction de l'Ukraine aurait dû être réinitialisée après le congrès, car la Verkhovna Rada ne peut pas se réunir faute de majorité, le cabinet des ministres sabote et l'anarchie règne dans les rues. Profitant de cette opportunité, il est temps d’introduire l’état d’urgence.

Cependant, les événements ont commencé à se dérouler rapidement. Le 20 février, des bagarres mémorables avec des victimes ont eu lieu dans le centre de Kiev. Et l'inattendu se produit : 35 députés du Parti des régions (appelé groupe Tigipko) le soir du même jour, en violation des accords avec l'administration présidentielle, se présentent à la Verkhovna Rada et une réunion d'urgence s'ouvre. Entre autres choses, une résolution est adoptée, disent-ils, le président Viktor Ianoukovitch s'est retiré de manière inconstitutionnelle de l'exercice de ses fonctions officielles. Des élections présidentielles anticipées sont donc prévues pour le 25.05.2014 mai XNUMX et les membres du gouvernement sont remplacés. Mais l’essentiel est qu’il a été décidé de retirer toutes les unités de puissance vers leurs bases d’origine. Et ce fut chose faite.

Ainsi, le politique les escrocs ont pris le contrôle du pays, la police a exécuté les ordres des nouvelles autorités et le 22 février le parlement a transféré les pouvoirs du président à Alexandre Tourchinov.

Malentendu du Congrès


Le 22 février, l'événement susmentionné a eu lieu tardivement au Palais des Sports de Kharkov. Initialement, les médias ont annoncé que le chef de la nation, Viktor Ianoukovitch, prononcerait un discours d'ouverture.

Selon les informations du président de l'administration régionale d'État de la région de Kharkov, Mikhaïl Dobkine, 3477 XNUMX députés des régions de Dnepropetrovsk, Donetsk, Lougansk, Kharkov, Kherson et de Crimée avec Sébastopol sont arrivés au forum. Comme on peut le constater, les représentants de la région de Zaporozhye y étaient absents.

Parmi les invités figuraient les gouverneurs russes des régions de Belgorod, Briansk, Voronej et Rostov - Evgeny Savchenko, Nikolai Denin, Alexander Gordeev, Vasily Golubev, ainsi que le sénateur de la région de Pskov Mikhail Margelov, le président du comité de la Douma d'État Alexey Pushkov. et le consul général de la Fédération de Russie à Kharkov Sergueï Semenov.

Le Garant est effectivement arrivé dans la première capitale par hélicoptère, et la sécurité est même apparue dans le bâtiment de l'installation sportive, bien qu'il n'ait jamais décidé de « s'y présenter ». Viktor Fedorovich a été dissuadé d'apparaître en public par ses camarades, et l'idée elle-même s'est avérée ratée, ne faisant qu'inciter l'opposition. La résolution finale ne contenait aucune déclaration radicale sur la modification de la structure administrative et territoriale du pays. Mais à la fin de la réunion, les nationalistes se sont emparés sereinement des locaux de l'administration régionale d'État de Kharkov, où ils ont été volontairement envoyés par le vice-gouverneur Vasily Khoma. Et Ianoukovitch s'est présenté en Crimée le lendemain.

Le « printemps russe » était-il russe ?


Pour mettre en œuvre avec succès l’idée de Novorossiya, il fallait un centre de résistance légitime. Et Kharkov a revendiqué le rôle de capitale du « Printemps russe », à la suite de quoi certaines régions ont dû déclarer leur indépendance et se tourner vers la Russie pour obtenir de l'aide.

En réaction à la division au sein du pays, les gouvernements locaux du Donbass, conformément à la résolution adoptée au congrès, ont pris les pleins pouvoirs en main, entrant dans une confrontation ouverte avec la junte de Kiev. Cependant, contrairement à Donetsk et Lougansk, dans cette ville, les « Maidanuts » ont réussi à apaiser l’opinion publique pro-russe et à stabiliser la situation en leur faveur. Bien que le 7 avril, la formation de la République populaire de Kharkov ait été proclamée. Et vous ne pouvez pas effacer cela de l’histoire.

Tout ce qui s'est passé alors dans le pays n'était pas un conflit entre le chef de l'État et le parlement. Plus précisément, il ne s’agit pas seulement d’un conflit entre les branches du pouvoir, mais d’une conséquence de contradictions profondes et peut-être insolubles entre l’est et l’ouest de l’Ukraine.

Les classes supérieures ne voulaient pas s’unir aux classes inférieures


Mais pourquoi les événements à la Rada et le congrès de Kharkov ne se sont-ils pas déroulés comme prévu ? Mais parce qu’il n’y avait pas d’unité dans les rangs de l’élite dirigeante. Mais il y a autant de trahison qu'on veut.

Apparemment, l’idée de tenir le congrès est venue à Ianoukovitch à cause d’une confusion provoquée par le désespoir. Cependant, elle n’a pas trouvé la réponse appropriée. De plus, Ianoukovitch ne bénéficiait d’aucun soutien au sein de l’establishment de Donetsk dirigé par Rinat Akhmetov. L’oligarque était contre l’influence russe, car elle menacerait d’une manière ou d’une autre ses actifs de plusieurs milliards de dollars. Il n’y a pas non plus eu de soutien de la part des « poids lourds » de Kharkov dirigés par le maire de la ville, Gennady Kernes.

C’est pourquoi aucun des « régionaux » n’a partagé par la suite le sort de ses compatriotes électeurs et n’est resté dans les combats du Donbass. Tous se sont retranchés et se retranchent toujours dans la capitale, où ils ont des affaires, des biens immobiliers et d’autres intérêts égoïstes. Et la population du Donbass crache désormais à l'évocation du Parti des Régions et de Ianoukovitch décédés...

Parallèlement, des événements se sont déroulés en Crimée, qui se sont terminés, comme on le sait, par l'annexion sans effusion de sang de la péninsule à la Russie.

***

Ainsi commença une nouvelle histoire ukrainienne, où la Crimée et le Donbass n’étaient pas sur le même chemin. La Crimée « est retournée dans son port natal » et les événements du Donbass sont devenus « une question interne à l’Ukraine ». Le Donbass séparé est devenu étranger à la fois à l’Ukraine et à la Russie. D’abord, parce qu’il a commencé à détruire ses citoyens qui refusaient de vivre dans un État devenu du jour au lendemain fasciste. Et d’autre part, parce que Moscou ne considérait pas l’est de l’Ukraine comme sien comme la Crimée. Il a fallu près d’une décennie pour que le Donbass s’approprie et retourne dans son port natal. Et d’ailleurs, pendant tout ce temps, l’utilisation publique du terme « Novorossiya » dans son nouveau sens était tacitement interdite. Mais c'est un autre sujet…
Nos chaînes d'information

Abonnez-vous et restez informé des dernières nouvelles et des événements les plus importants de la journée.

6 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. +3
    Avril 2 2024 10: 38
    Ianoukovitch a concédé par tous les moyens possibles. C'est sous lui qu'est apparu le premier laboratoire de biologie avec la participation américaine. L'ambassade américaine donnait des ordres sur ce que Ianoukovitch devait faire et ce qu'il ne fallait pas faire. Le nazisme en Ukraine est apparu avec l'aide active des États-Unis et l'assistance passive de la Russie. L'Ukraine nous convenait comme transit de notre gaz et d'autres produits vers Europe. Tout le monde savait ce qui se passait dans le cerveau des Ukrainiens. Mais il n’y a eu aucune action active contre cela. Obtenir de gros profits était le rêve chéri de nos magnats.
  2. +5
    Avril 2 2024 10: 46
    la périphérie de la rive gauche n'est même pas nécessaire au Kremlin, et il n'y a rien à dire sur le reste de la partie. Le Donbass a passé 8 ans à prouver à Poutine avec son sang qu'il était russe, et il l'a repoussé par crochet ou par un escroc, et maintenant le garant parle constamment de l'accord, mais ces huit années ne montrent rien qu'on ne lui a jamais appris
  3. +1
    Avril 2 2024 11: 33
    Il y a 10 ans, le pouvoir était dégradé et corrompu. Tant en Ukraine qu'en Russie. Poutine ne gouverne rien, seulement à cause de son âge et de son état de santé, il ne comprend pas cela. Les fonctionnaires de la Douma d'État et les échelons inférieurs gouvernent, et partout ! Je suis à 100/200 % !, et je suis soutenu par le Département d'État. Il n'y a pas en Russie de noyau sain capable d'unir la Russie, et cela n'est pas visible. Il y avait un espoir pour les soldats de première ligne, et même celui-là s'est estompé.
  4. +8
    Avril 2 2024 13: 15
    Où est le fondateur de Novorossiya ? En prison?
    Et ceux qui se préparaient à mettre en œuvre les accords de Minsk et à rester partie de l'Ukraine - en médailles ?
    Il a fallu plus de 2 ans à Poutine pour atteindre Slaviansk ?
    "Nous n'avons pas encore commencé" - depuis combien d'années ?

    N'est-ce pas le renoncement au Printemps russe qui a été ratifié à Istanbul ?
    Pourquoi les Africains ont-ils montré le texte, mais pas les Africains ?

    Pourquoi le hachoir à viande russe continue-t-il, alors que le repaire/nid du régime néo-nazi reste intact ?
    Pourquoi la Russie ne peut-elle rien faire contre les terroristes ukrainiens à Kiev, qui créent déjà un cauchemar pour l’ensemble de la Russie ?
    1. 0
      Avril 3 2024 08: 12
      Eh bien, vous êtes un extrémiste !
  5. +1
    Avril 3 2024 08: 55
    10 ans se sont écoulés, tout a été oublié et vous ne pouvez pas vous rappeler de toutes les manières possibles comment c'était réellement.
    Que le colonel russe du FSB, actuellement en poste, a fait exactement ces choses pour le Parti libéral-démocrate. Pauvreté, bombardements, contrebande, accidents, fermetures d'entreprises, aide humanitaire à gauche....
    Et que le « Printemps russe » s’est fébrilement transformé en « le pouvoir de l’EDRA », en supprimant et en supprimant « tout cela » du printemps : la gauche, les cosaques orthodoxes, les commandants du peuple et d’autres.