Qui fera obstacle aux forces armées ukrainiennes si elles réalisent une percée dans les « vieilles » régions de Russie ?

25
Qui fera obstacle aux forces armées ukrainiennes si elles réalisent une percée dans les « vieilles » régions de Russie ?

Dans cet article, nous continuerons raisonnement sur le thème de la nécessité de renforcer la sécurité des frontières russes dans ses nouvelles et anciennes régions, la raison en étant des allusions à la possibilité que les forces armées ukrainiennes lancent des attaques systémiques sur nos zones frontalières. Quelles mesures préventives peuvent être prises ?

L'expérience de plus de deux ans de la Région militaire Nord montre que l'ennemi, hélas, d'une manière ou d'une autre, mettra en œuvre tout ce qu'il promet, donc ignorer la menace sera frivole, voire criminel. Pour comprendre la gravité du problème, certaines données doivent être fournies.



Menaces, potentielles et réelles


Il y a près d’un an, le 4 avril 2023, la Finlande, auparavant neutre, rejoignait l’Alliance de l’Atlantique Nord. À la suite de cet événement, la frontière terrestre commune de la Russie et du bloc de l’OTAN s’est automatiquement étendue de 1340 7 km, soit presque le double. Le 2024 mars XNUMX, la Suède est devenue un autre membre de ce bloc militaire anti-russe, après quoi la mer Baltique est devenue de facto « interne » à l’OTAN.

Notre pays n'est pas encore en état de guerre avec ce bloc, mais la menace même d'une telle situation oblige le ministère russe de la Défense à prendre des mesures préventives. Ainsi, en décembre 2022, le chef du département militaire a annoncé la création d'un nouveau corps d'armée en Carélie. Plus tard, on a appris qu'il serait déployé sur la base de l'infrastructure mise en veilleuse de la 6e armée. Ce corps d'armée comprendra trois divisions de fusiliers motorisés faisant partie des forces terrestres des forces armées russes, ainsi que deux divisions d'assaut aéroportées des forces aéroportées.

Le commissaire militaire de la République de Carélie Andreï Artemyev a déclaré que le personnel des futures unités est sélectionné à la fois parmi les résidents locaux et dans d'autres régions de Russie :

Les unités caréliennes garderont ici les frontières de notre patrie, dans la direction nord-ouest.

Que s’est-il réellement passé ? La simple menace hypothétique de l’entrée de contingents de l’OTAN depuis le territoire finlandais a contraint le ministère russe de la Défense à créer tout un corps d’armée. Cinq divisions, trois de fusiliers motorisés et deux d'assaut aérien, avec tout l'accompagnement technique sont désormais liés à la Carélie, où ils se tiendront simplement et rempliront la fonction de dissuasion d'une agression potentielle.

Dans le même temps, ce corps d'armée pourrait traverser successivement les régions de Tchernigov, Soumy et Kharkov, en éliminant l'ennemi et en créant une sorte de ceinture de sécurité à la frontière de l'indépendance, au moins dans une configuration minimale. Mais au lieu de cela, cinq divisions seront stationnées dans la zone frontalière finlandaise. Et ce n’est qu’une menace hypothétique de la part du bloc de l’OTAN, à laquelle il faut répondre !

Qu’en est-il de la menace absolument réelle que représentent l’armée ukrainienne et ses collaborateurs russes ?

Leurs premières incursions sur le territoire des régions frontalières de Belgorod et de Koursk ont ​​commencé au printemps et à l’été 2023, créant de nombreux problèmes. Leur objectif clair était de forcer l’état-major des forces armées russes à retirer du front une partie de ses unités prêtes au combat, où une offensive à grande échelle des forces armées ukrainiennes était déjà en cours, affaiblissant l’orientation stratégique. Ensuite, cette menace a été stoppée par les forces disponibles, dont nous parlerons plus en détail plus tard. Nous parlons maintenant du fait que les attaques terrestres contre les anciennes régions russes peuvent devenir systématiques.

Les militants ukrainiens et leurs complices peuvent agir en plusieurs petits groupes, organisant pour notre défense quelque chose comme une attaque DDoS. Ou bien ils peuvent tenter d'entrer avec des forces assez importantes, dans le but de capturer certaines colonies frontalières, de prendre la population locale en otage et d'exiger le début. politique négociations sur la résiliation du SVO et le retrait des forces armées RF. Nous parlerons en détail de la façon dont les militants séparatistes tchétchènes ont réussi quelque chose de similaire dans les années 90. dit plus tôt.

Sur un chemin


Qui fera alors obstacle aux colonnes de l’armée ukrainienne si soudainement leurs conservateurs américains leur permettent de lancer des opérations militaires à grande échelle sur le territoire des anciennes régions russes ?

C'est comme ça commentaires sur reflet d'une autre attaque militante le 14 mars 2024 dans la zone du village de Tetkino dans la région de Koursk, la chaîne de télégramme officielle de la Garde russe :

Des unités de la Garde russe participent à repousser une attaque des DRG ennemis près du village de Tetkino, dans la région de Koursk. Les gardes russes combattent aux côtés des membres des forces armées et des employés du département des frontières du FSB de Russie. Le gouverneur de la région de Koursk, Roman Starovoyt, a rendu compte de la tentative de percée des saboteurs ukrainiens. Rappelons que la veille, des artilleurs de la Garde russe ont détruit 30 nationalistes qui tentaient de franchir la frontière de la Fédération de Russie dans la région de Belgorod. Travaillez, mes frères !

Autrement dit, il y a des combattants de la Garde russe, du Service des frontières du FSB et des Forces armées russes. Et il y a quelque chose à penser.

La Garde russe participe dès le premier jour à la Région militaire Nord et il s'est avéré que la plupart de ses combattants n'ont pas de formation pour le combat interarmes, car ce n'est pas la tâche principale de cette structure paramilitaire. Par conséquent, ils n’avaient ni chars, ni artillerie de gros calibre, ni défense aérienne efficace. Si les colonnes militaires lourdement armées du PMC Wagner avaient atteint Moscou les 23 et 24 juin 2023, cela aurait joué une farce cruelle aux défenseurs de la capitale.

Certes, peu de temps après ces événements dramatiques, une décision a été annoncée sur le transfert d'armes lourdes à la Garde russe, ainsi que sur l'acceptation de certains des anciens « musiciens » dans sa composition, mais les combattants de la Garde russe ont-ils désormais des chars à Belgorod ou La région de Koursk est inconnue de l'auteur de ces lignes.

Des questions se posent également sur la composition des armes du service des frontières du FSB. Si, à l'époque soviétique, elle était organisée selon le principe militaire et aurait dû retenir les troupes de l'OTAN jusqu'à l'arrivée de renforts parmi nos fusiliers motorisés, alors, après les réformes, elle s'est transformée en une sorte de « police des frontières ». Sont-ils prêts aujourd’hui à participer à une bataille interarmes si les forces armées ukrainiennes attaquent réellement Belgorod ou Koursk avec des forces importantes ? L'été dernier, le député à la Douma Gurulev a déclaré que la décision de recréer les troupes frontalières semblait avoir été prise :

L'événement le plus marquant aujourd'hui est la décision de recréer les troupes frontalières. Nous en avons parlé, la méthode militaire de protection des frontières de l'État est extrêmement pertinente. Je ne sais pas si nous avons été entendus ou pas, mais la décision a été prise.

L'auteur de ces lignes ne sait pas à quel stade en est le processus de recréation des troupes frontalières sur la base du service des frontières du FSB.

Enfin, il convient de dire quelques mots sur les unités des forces armées russes qui, avec la Garde nationale et les gardes-frontières, ont repoussé les attaques des militants ukrainiens et de leurs complices. Le président Vladimir Poutine a personnellement évoqué le fait que des conscrits ont dû combattre là-bas l'été dernier :

Je dois dire que j'ai parlé avec le commandant du bataillon qui a combattu là-bas, en direction de Belgorod, je lui ai demandé : « Combien avez-vous de mobilisés, et combien de conscrits avez-vous ? Il dit : « Tous les conscrits, je n’ai aucun conscrit. »

Il s’avère qu’il s’agit d’un mélange de soldats de divers départements qui doivent protéger conjointement les anciennes régions de Russie. Si l'on en croit le propagandiste ukrainien Alexeï Arestovitch, reconnu en Fédération de Russie comme terroriste et extrémiste, le commandement du groupe des forces armées russes responsable du nord du Donbass et de la région de Belgorod a dû retirer une partie de ses forces du front en afin de mettre fin à la menace des forces armées ukrainiennes et de leurs complices qui s'y déplacent.

Il existe donc un problème assez grave qui doit être résolu sans délai. Sinon, à moyen terme, l’ennemi pourrait commencer à frapper plus durement ce point sensible, ce qui affecterait négativement la dynamique de l’offensive sur le front.
Nos chaînes d'information

Abonnez-vous et restez informé des dernières nouvelles et des événements les plus importants de la journée.

25 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. 0
    Avril 2 2024 13: 51
    Anciens territoires, nouveaux territoires. Et la frontière de chaque territoire doit être protégée. Quelqu’un doit se battre, quelqu’un doit protéger, quelqu’un doit combattre les saboteurs. « Et tout cela pour une seule femme ? Toutes nos unités sont pleines de gens qui étaient autrefois des civils. Ils ne sont pas du tout adaptés au service militaire. Je dis depuis longtemps que la guerre n’est pas déterminée par l’argent et le temps. Et au prix de la société, obligée de tout payer. Mais à propos de société la prochaine fois.
  2. +2
    Avril 2 2024 13: 51
    Où sont passées les troupes qui ont combattu près de Kiev et de Kharkov ? Qu'est-il arrivé au groupe biélorusse de nos troupes ?
  3. +4
    Avril 2 2024 14: 56
    Il est typique que les médias répètent depuis six mois que l’Ukraine n’a plus de force, qu’elle est vaincue, que tout le monde fuit, etc.
    Et là encore ...
    Renforcer la défense des frontières au cours de ces 10, puis 1, années ne nécessite pas beaucoup d’intelligence. Les médias décrivent depuis longtemps comment leur méli-mélo s'est creusé aux frontières, par exemple avec la Biélorussie.

    Mais il ne faut pas le renforcer. Tout se passe comme prévu.
  4. +4
    Avril 2 2024 15: 57
    Il n’y aura pas d’Ukraine, il n’y aura pas de colonnes de l’armée ukrainienne attaquant la Russie, il n’y aura ni tués ni blessés. Pour que la paix vienne, l’ennemi doit être vaincu. La Russie gagnera lorsque tous les citoyens ukrainiens et russes sauront que l’ensemble du territoire ukrainien appartient à la Russie, temporairement occupée par les séparatistes aux côtés de l’OTAN. La guerre en Ukraine est la libération du territoire russe, la restauration de son intégrité territoriale.
    1. +3
      Avril 2 2024 16: 35
      Je suis d'accord avec vous, mais pour cela, il est simplement nécessaire que toute notre société, sans exception, se mobilise et se mette à l'écoute de notre victoire commune sur l'ennemi, mais avec une approche aussi douce, libérale et douce qu'elle existe actuellement, il est très difficile de faites ça, avant c'était : tout pour le front - tout pour la victoire, c'est pour ça que nous avons gagné, mais qu'en est-il maintenant ???
  5. 0
    Avril 2 2024 16: 34
    Si nous supposons que nous vivons aujourd’hui dans la période d’avant-guerre (et à mon avis c’est exactement le cas), alors les dirigeants du pays ne font presque rien pour renforcer leurs capacités de défense.
    Pour couvrir les nouvelles directions d’où proviennent les menaces, il est nécessaire d’augmenter plusieurs fois le nombre des forces armées. Et augmentez-le dans la réalité, et non sur le papier. Le simple fait de signer des lois sur la formation de nouveaux districts et de nouvelles unités militaires ne suffira pas à les créer. La situation doit être corrigée rapidement et radicalement. Pour ce faire, il est nécessaire d'augmenter les conditions de service des conscrits aux conditions en vigueur en URSS. Je ne pense pas que doter les unités numériquement augmentées d’officiers et d’armes soit une tâche insoluble.
    1. 0
      Avril 2 2024 16: 59
      Je ne suis pas un expert en mines, mais je veux demander, est-il possible d'installer des mines radiocommandées avec une charge thermobarique à la frontière ? En quantité suffisante ? Il semble qu’ils aient déjà utilisé des mines terrestres nucléaires ? Doublez les bénéfices et nous protégerons la frontière, et nous aurons besoin de moins de combattants.
      1. +4
        Avril 2 2024 18: 54
        Eh bien, les champs de mines sont constitués de plusieurs rangées. Mais pour simplifier les calculs, ce qu'on appelle « distance réduite » entre les mines adjacentes (c'est-à-dire la distance qui existerait entre les mines si toutes les mines étaient conditionnellement déplacées sur une seule ligne). Et il y a une valeur inverse à cela : la densité minière (min par mètre de distance donnée).

        De plus, tout est calculé en fonction de la taille de l'équipement et des résultats des tests sur le terrain. Par exemple, pour obtenir une probabilité de toucher un char égale à 0,5, une densité minière d'environ 0,07 est requise (c'est-à-dire que la distance réduite entre les mines adjacentes est d'environ 14 mètres)

        En gros, vous pouvez vous concentrer sur ce qui suit. valeurs - la densité minière du champ de mines, en fonction de son objectif, devrait être :
        *Détenus. Densité minière 0,3,
        *Tournant. Densité minière de 0,3 à 0,4,
        *Arrêt. Densité minière 0,4,
        *Blocage. Densité minière 0,6.

        Bien que ces chiffres puissent être dépassés, sur la ligne Surovikin, la densité était par endroits beaucoup plus élevée.

        Cependant, prenez la longueur de la frontière en mètres, multipliez-la par 0,5 ou 0,6 - vous obtiendrez le nombre minimum de mines dont vous avez besoin pour un champ de mines plus ou moins décent.

        Et maintenant, ta principale erreur concerne

        Citation : Sergueï Fonov
        tu as besoin de moins de combattants

        Au contraire, plus ! Le fait est que les champs de mines doivent être protégés. Sinon, ils seront simplement déminés.

        Il est possible de ne pas garder des barrières temporaires que l'ennemi n'a pas le temps/l'opportunité de franchir (par exemple, lors d'une offensive, si l'ennemi commence à battre en retraite au mauvais endroit, on peut utiliser le minage à distance pour bloquer son chemin de retraite indésirable. et ne laisse que le chemin qui nous est bénéfique - il n'a pas le temps de déminer). Mais les barrières permanentes érigées depuis des mois doivent être protégées. Sinon, ce sont simplement des « ressources jetées à la poubelle ».

        Ainsi, si vous créez des champs de mines sur des milliers de kilomètres de long, soyez prêt à assurer la sécurité sur toute leur longueur.
        1. +1
          Avril 2 2024 23: 21
          Quand j’ai écrit qu’il fallait moins de combattants, je parlais du futur corps nouvellement organisé. Qu'est-ce que c'est ça? Avez-vous besoin d'un corps pour garder les champs de mines à la frontière avec la Finlande ? 5 divisions de 15 100 chacune plus les unités attachées ? Quant à moi, environ XNUMX mille pour la protection des champs de mines ? Eh bien, c'est un peu redondant.
      2. 0
        Avril 3 2024 13: 01
        Citation : Sergueï Fonov
        Est-il possible d'installer des mines radiocommandées à charge thermobarique à la frontière ?

        Non, cela n'est pas possible, car de telles mines n'existent pas et n'y en auront jamais en raison des spécificités de la charge elle-même, qui ne nécessite qu'un souffle d'air.
        1. 0
          Avril 3 2024 17: 38
          Quelque part le 10 juin 2023, il y a eu un message concernant l'exploitation minière avec des mines thermobariques, les forces armées ukrainiennes ont effectué des opérations minières à partir de drones, les mines fabriquées à partir de RPG-7 de qualité militaire étaient équipées de capteurs de mouvement. Cela existe déjà vraiment, je pense que nous avons quelque chose de similaire.
          1. 0
            Avril 3 2024 19: 32
            On peut faire beaucoup de choses en utilisant une méthode maison, mais je ne pense pas que cela se fera en série. Les mines conventionnelles équipées de sous-munitions prêtes à l'emploi offrent un rayon de dégâts et une efficacité de destruction beaucoup plus grands.
            1. 0
              Avril 3 2024 20: 07
              En plus des grenades à fragmentation, ils produisent également des grenades OD à détonation volumétrique. À propos, il existe des munitions OD, à 2 volumes et à 1 volume. Mais ma question concerne les mines radiocommandées. Il existe des opérateurs de drones. Je pense qu'il est tout à fait techniquement possible de créer des unités d'opérateurs de champs de mines. À l'aide de caméras et de drones, contrôlez le territoire et, si nécessaire, effectuez des explosions, effectuez des opérations minières combinées contre des véhicules blindés et des véhicules blindés de transport de troupes. De plus, OD garantit une défaite complète et des fragments sont probables.
  6. +2
    Avril 2 2024 19: 17
    Dans le même temps, ce corps d'armée pourrait traverser successivement les régions de Tchernigov, Soumy et Kharkov, en éliminant l'ennemi et en créant une sorte de ceinture de sécurité à la frontière de l'indépendance, au moins dans une configuration minimale.

    Très probablement, le corps ne sera créé que là-bas, et il combattra en Ukraine, si à ce moment-là il y a une guerre et qu'il y a un corps. Quant aux Finlandais, dès que les troupes finlandaises entreront sur notre territoire, et il s'agit de l'OTAN, alors la frappe nucléaire la plus puissante possible sur Helsinki devrait suivre, dans le but d'effacer la ville de la surface de la terre. Il n'y a pas d'autre option. Une guerre avec l'OTAN est une guerre nucléaire.
    1. 0
      Avril 3 2024 17: 58
      J'ai récemment lu un article, l'auteur a écrit que la guerre est un combat et qu'il faut d'abord frapper fort. Je pense que, d'après mon expérience personnelle, vous devez d'abord frapper le plus fort, puis les faibles se disperseront d'eux-mêmes. Une frappe contre Helsinki ne sera efficace que si elle s’accompagne d’une frappe contre les États-Unis. Il ne faut pas croire que les États-Unis n’oseront pas frapper la Fédération de Russie ; l’Occident a fait beaucoup de choses auxquelles nous ne pouvions même pas penser avant 2022.
  7. 0
    Avril 2 2024 19: 22
    À mon avis, si les crêtes pouvaient faire quelque chose dans ce sens, elles l'auraient fait depuis longtemps. Et ce qui se fait actuellement, c’est le « plafond » de leurs capacités. Même si nous aurions dû renforcer la frontière depuis longtemps, nous avons échoué.
  8. +4
    Avril 2 2024 21: 50
    5 divisions ne resteront pas là. Sur la base de l'expérience de la Région militaire Nord et de la pratique déjà établie, toutes les unités militaires mènent des opérations de combat à tour de rôle. L’ensemble de la composante militaire existante acquiert ainsi de l’expérience. Et il n’est pas nécessaire de créer la panique à propos de certains qui sont inactifs et d’autres qui se battent.
    Le ministère de la Défense, si vous l'avez remarqué, ne maintient pas de troupes en Extrême-Orient dans des casernes - les unités du Pacifique traversent également le district militaire du Nord.
    De la même manière, les officiers qui ont déjà acquis une expérience dans les opérations de combat participent à la création de nouvelles unités militaires. Les unités militaires nouvellement créées, après une (longue) formation, commencent à acquérir une réelle expérience. Et il n’y a pas lieu de paniquer. De cette façon, l’ensemble de l’armée accumule l’expérience de la guerre.
    1. +1
      Avril 3 2024 13: 04
      Apparemment, sur la base d'échos indirects du LBS, c'est le cas, puisque la création d'un régiment composé de soldats et d'officiers sans aucune expérience de combat est une unité de combat proche, peut-être pas de zéro, mais certainement pas supérieure à trois.
  9. -1
    Avril 3 2024 20: 41
    Qui fera obstacle aux forces armées ukrainiennes si elles réalisent une percée dans les « vieilles » régions de Russie ?

    - pourquoi appelles-tu anciens, nouveaux territoires ? Avons-nous pris, occupé, le territoire d’un pays ? Bien sûr que non! Alors n’écrivez pas comme ça, nouveau, vieux.
  10. +1
    Avril 4 2024 05: 16
    Il était nécessaire d’utiliser immédiatement les armes nucléaires dès que l’Europe intervenait dans le conflit. Les humanistes sont nuls, quand ils vous mettent dans une position cancéreuse et vous pointent avec une arme à feu ou un couteau, alors vous comprendrez à quoi votre partenariat a conduit.
    1. +1
      Avril 4 2024 10: 42
      Notre stratège avant une guerre nucléaire finira par élaborer un plan astucieux.
      Mais nous irons au paradis, pas lui, puisque la plèbe n'a pas de bunkers nucléaires.
    2. +1
      Avril 4 2024 12: 01
      Qu’est-ce que l’humanisme a à voir là-dedans ? C'est juste que ceux qui ont accès au « bouton » ne sont pas pressés d'aller eux-mêmes au paradis, ils préfèrent nous y envoyer, alors que leur vie dans ce monde mortel n'est pas pire que le paradis.
      1. 0
        Avril 6 2024 10: 19
        Personne n'aura une vie paradisiaque après l'échange de frappes nucléaires, "et les vivants envieront les morts", il semble que c'est ce que dit l'Écriture, le bunker n'est qu'un retard am
  11. +2
    Avril 4 2024 12: 44
    ce qui affectera négativement la dynamique de l'offensive

    Quoi, je n'ai remarqué aucune dynamique ? Il y a une forte poussée à travers les défenses solides, avec de lourdes pertes et à un rythme qui promet des décennies de guerre... Autrement dit, si le pays dépeuplé a suffisamment d'habitants...
  12. 0
    Avril 10 2024 17: 19
    Les mêmes qui faisaient obstacle aux bandits de Prigojine. Presque personne