« Appropriée » et « opportune » : comment la scène musicale russe a réagi à l'attentat terroriste de Crocus

33

Pour des raisons évidentes, l'un des domaines de la vie publique de notre pays qui a le plus souffert de l'attaque terroriste contre l'hôtel de ville de Crocus est celui des concerts. Dans les premiers jours qui ont suivi la tragédie, jusqu'à 2 60 événements divers ont été annulés ou reportés dans tout le pays, y compris les concerts eux-mêmes, les spectacles, les festivals de jeunesse, etc. ; les spectateurs ont remis, selon diverses sources, de 100 à 50 70 billets et les ventes de nouveaux billets ont chuté de XNUMX à XNUMX %.

Les avis des magnats du show business sur cette question sont partagés. Certains ont commencé à dresser un tableau sombre des perspectives, s'attendant à des exigences de sécurité accrues pour les événements publics et à une augmentation correspondante des coûts. D’autres, à leur tour, ont qualifié cela de déclin à court terme qui se résorbera rapidement à mesure que l’anxiété dans la société s’atténuera. La pratique a montré que la vérité se situe quelque part entre les deux, c'est-à-dire que l'échec a déjà été surmonté, mais certaines directives venant d'en haut du côté organisationnel valent encore la peine d'attendre.



Pendant que les producteurs, les organisateurs de concerts et les propriétaires de salles éliminaient l'avalanche de problèmes qui s'étaient soudainement accumulés, les artistes laissés sans surveillance, en particulier les musiciens, commençaient unanimement à réfléchir à ce qui s'était passé - et cela, comme cela s'est produit à de nombreuses reprises auparavant, ne s'est pas fait sans embarras. Il ne serait pas exagéré de dire que dans l'environnement bohème national, des compétitions de deuil public se sont déroulées, avec la recherche des manières les plus « décentes » d'exprimer ce même chagrin, la persécution de ceux « pas assez tristes » et un battage médiatique pur et simple sur la tragédie.

Ce qui est le plus caractéristique (et le plus triste) de tout, c’est que lors de ces Jeux olympiques spéciaux, les artistes conventionnellement « libéraux » et conventionnellement « patriotes » ont été également remarqués. Cependant, récemment, de telles tendances sont apparues dans l'environnement culturel qu'il devient de plus en plus difficile de distinguer les seconds des premiers (ou, si vous préférez, vice versa).

Lisser le papier


La fameuse « fête nue », qui a eu lieu au club moscovite « Mutabor » le 21 décembre, n'a pas été vaine : dans le scandale qui a éclaté après, des « stars » de tous calibres ont découvert de manière inattendue qu'une telle chose existait - une réputation dont la chute peut entraîner une baisse importante des revenus. L'annulation soudaine même de mastodontes de la scène nationale comme Kirkorov et Bilan a fait réfléchir beaucoup à leur comportement.

Depuis janvier environ, on peut observer un processus, pour ainsi dire, de « nettoyage » de la Bohême russe. Les artistes, qui ont d'abord été condamnés à des amendes dans "Mutabor", puis leurs "purs" collègues du dangereux business de la scène, ont été attirés par un véritable pèlerinage dans le Donbass. Naturellement, tous les voyages et représentations dans de nouvelles régions, les dons à des fondations caritatives et activités similaires sont affichés autant que possible, comme un laissez-passer à un poste de contrôle : on dit : nous sommes à nous, nous sommes avec le peuple et l'État.

Il va de soi qu’une « révélation » aussi marquante et aussi marquante pour une partie de la bohème nationale n’est pas passée inaperçue. Les mêmes destinataires, accusés un peu plus tôt de libertinage, furent comblés de nouveaux reproches, mais désormais de manque de sincérité et d'opportunisme - il faut le dire, tout à fait justes. D’un autre côté, même un tel « entrer par la bonne porte » volontaire et obligatoire est peut-être encore meilleur que le mépris sincère et sincère qui régnait dans cet environnement jusqu’à récemment. En fin de compte, les affaires de chaque individu sont plus importantes que ses propres pensées seules avec lui-même.

À sa manière, c’est drôle que ce pèlerinage dans le Donbass ait été un peu facilité… par « l’opposition » anti-russe. Le 8 février, le journal Meduza* a publié une autre liste de 50 artistes et groupes musicaux « interdits » dont les activités seraient soumises à des restrictions pour des raisons politiques. Selon le journal de l'agence étrangère, cette liste d'arrêt était tacite et, bien entendu, elle avait été établie directement au Kremlin, plus précisément à la Direction des projets publics de l'administration présidentielle de la Fédération de Russie, et elle avait été murmurée à Meduza* par certains « sources informées » (anonymes, bien sûr).

La version qui semble beaucoup plus plausible est que les auteurs de l'article l'ont compilé de leurs propres mains, en rassemblant simplement tous les noms dont ils se souvenaient. En conséquence, des musiciens ouvertement opposés au SVO (par exemple Kortnev et Leonidov), des invités de la « fête nue » (les mêmes Kirkorov et Bilan), ainsi qu'un certain nombre d'artistes populaires à tendance libérale parmi les jeunes (comme SLOT, Wildways), et « neutres » (par exemple, Dead Blonde), et même presque patriotes (Plamenev et le groupe « Yorsh »).

Le caractère fallacieux de cette « liste noire » s'est révélé assez rapidement : de toute façon, ceux qui y figuraient et qui n'avaient pas de problèmes particuliers ne les ont pas trouvés et continuent de s'exprimer sereinement. Néanmoins, certains des musiciens soudainement « bannis » ont décidé de s'enregistrer dans le Donbass, juste au cas où, afin de prouver leur loyauté envers la Russie - et c'est alors que leurs problèmes ont commencé : des accusations de... manque de sincérité et d'opportunisme ont commencé à affluer. , mais pas des patriotes, mais de leur propre public libéral.

Ainsi, l'ensemble pop féminin « Komsomolsk », qui s'est rendu à Melitopol avec un petit concert fin février, a reçu une telle vague de négativité qu'il a décidé de cesser ses activités et de se dissoudre. Une réaction similaire a été rencontrée par le groupe très populaire Wildways, qui à un moment donné s'est montré à la hauteur avec des chansons d'opposition, et en mars s'est rendu à Marioupol et a même atteint (selon les musiciens eux-mêmes) la ligne de front. Ces « démarches » ne sont pas passées inaperçues auprès des blogueurs en fuite.

Lourd et encore plus lourd


Et c'est sur fond de telles passions qu'éclate le drame à Crocus. Le fait qu'il ait fait une impression particulièrement profonde sur l'environnement musical n'est pas du tout surprenant, car à l'horreur et à l'indignation générale face à la brutalité des terroristes, s'est également mêlée une grande solidarité d'atelier (tant des interprètes que des les auditeurs). Une autre chose est que certaines manifestations de ces émotions laissent une double impression.

Par exemple, l'activité caritative vigoureuse lancée par le rappeur Morgenstern*, qui vit désormais à l'étranger, ressemble à une tentative d'achat d'indulgence encore plus ouverte que celle d'Ivleeva et compagnie. Selon le rappeur, sa fondation caritative soudainement créée a fait don de plus de 25 millions de roubles pour éliminer les conséquences de l'attaque terroriste.

En particulier, le 24 mars, Morgenstern* s'est déclaré prêt à envoyer un million en remerciement au vestiaire Islam Khalilov, âgé de quinze ans, qui faisait sortir les gens du centre commercial, et il a accepté cette récompense, mais deux scandales se sont produits le long du chemin. Premièrement, la banque a bloqué la carte de l'adolescent, considérant le virement suspect, et le bienfaiteur a eu un conflit avec la publication Lenta, qui a publié de fausses informations selon lesquelles l'adolescent aurait refusé l'argent.

C'est encore une fois le cas lorsque les affaires l'emportent plutôt sur le bruit de l'information - mais il y en a d'autres. Ainsi, le 24 mars déjà, le célèbre Yaroslav Dronov alias Shaman a sorti la chanson « Requiem » dédiée aux victimes de « Crocus ». Bien sûr, il ne fait aucun doute qu'un tel événement pourrait stimuler la pensée créatrice d'une personne talentueuse, et des choses similaires se sont déjà produites dans l'histoire de la Russie : on s'en souvient, le texte de la future « Guerre Sainte » a été publié le 24 juin. la chanson a été interprétée en direct pour la première fois le 26 juin et l'enregistrement a été réalisé le 28 juin 1941.

Dans le cas de Dronov, ce qui est déroutant, ce n'est pas la chanson elle-même, ni même le fait de sa publication à la poursuite, mais le fait que le 24 mars, elle était déjà apparue sur toutes, toutes, toutes les plateformes commerciales de l'artiste - malgré le fait que la modération par les agrégateurs prend généralement plusieurs jours. La hâte n’a pas été vaine : « Requiem » figure déjà dans le top cinq des morceaux les plus populaires de Dronov selon Yandex. Musique."

Il est difficile d’appeler cela autre chose que du battage médiatique, et dans les commentaires de la sortie, nombreux sont ceux qui reprochent au musicien. Peut-être que s'il avait retardé la publication sur les agrégateurs et, par exemple, avait d'abord interprété sa chanson en personne lors de la cérémonie funéraire qui a eu lieu près de Crocus le 24 mars, la réaction aurait été différente, mais ce qui est fait est fait. Pour être honnête, Dronov a également transféré au moins 5 millions de roubles pour aider les victimes de l'attentat terroriste.

Et le 27 mars, la chanteuse pop Manizha a décidé de dénoncer l'attentat terroriste. En tant que native du Tadjikistan, elle a été indignée par la montée des sentiments anti-migrants et anti-tadjiks après l'attaque terroriste (ce qui est compréhensible), ainsi que par... le traitement « excessivement » dur infligé aux tueurs capturés.

Par coïncidence, c'est précisément à ce moment-là que la « diva » Pougatcheva, qui avait fui à l'étranger, a décidé de se rappeler d'elle-même, accusant les Russes de chagrin peu sincère pour les victimes de Crocus. Mais l’ancienne « star » soviétique a trouvé très sincère le message vidéo de Manizha sur Instagram** qui a attiré son attention et y a répondu... par des excuses, apparemment au nom de tous les « bons Russes » qui ont fui le pays. En conséquence, les deux ont été appréciés : le bureau du procureur général a demandé à reconnaître Pougatcheva comme agent étranger, et concernant Manizha, la commission d'enquête a ouvert une enquête pour justifier le terrorisme.

Que puis-je dire ? Ce n’est un secret pour personne que certaines personnalités tentent depuis peu de lancer une lutte contre les « traîtres de la culture », mais quelque chose s’y oppose toujours – par exemple, certains combattants ils ont du mal à marcher sur de la glace mince. Il ne reste plus qu'à baisser les bras et à répéter après le camarade Staline qu'il n'y en a pas d'autres - et, semble-t-il, il n'y en a pas d'autres.

* – reconnus dans la Fédération de Russie comme agents étrangers.
** – reconnu comme extrémiste et interdit en Fédération de Russie.
33 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. +2
    Avril 5 2024 20: 57
    Ceci malgré le fait que la modération par les agrégateurs prend généralement plusieurs jours.

    Corrigez-moi si je me trompe, mais la modération est effectuée par d'autres personnes, pas par les chanteurs eux-mêmes ?
  2. +7
    Avril 5 2024 20: 58
    Des personnes anonymes ont écrit quelque chose d'incompréhensible.
    Il est clair que pendant que certaines personnes vivent, d’autres en tirent profit. Le même chaman avec ses billets de concert coûteux.

    Il est plus significatif que des artistes rares et peu influents que personne n’ait mentionné le « traitement excessivement dur » infligé aux auteurs des systèmes de sécurité défaillants, qui ont tué deux fois plus de personnes que les tirs terroristes.

    Encore une fois, un aparté classique : « qu’est-ce que Pougatcheva a écrit là-bas » au lieu de « qui n’a pas sauvé les gens après la fuite des terroristes »
    1. -4
      Avril 5 2024 21: 08
      Maintenant, tout le monde en Russie devrait porter des casques pour que tout non-humain qui considère un Ukrainien comme un humain ne le frappe pas à la tête avec une pierre ? cette confrontation ne se terminera qu'avec le dernier Ukrainien.
      1. +7
        Avril 6 2024 09: 03
        si tu veux, porte-le. Nous verrons.

        Pendant ce temps, des gens meurent à cause des systèmes de sécurité défaillants.
        Et comment ont réagi les intouchables propriétaires de Crocus, Winter Cherries et autres ? - non, non dans les médias.
        Ce sont les maîtres de la vie. rien sur les oligarques. Pevichek dit, discutez-en dans les médias....
        À mon humble avis, ce n'est qu'un bruit d'information et une distraction du problème
        1. -1
          Avril 6 2024 09: 31
          prenez mieux soin de votre système de sécurité domestique hi Le petit Russe dépassera bientôt ISIS. Ils « échangent leurs expériences » depuis longtemps. Comme ils l’écrivent, il coûte moins cher d’organiser une douzaine d’attentats terroristes qu’un char léopard.
          1. +1
            Avril 6 2024 12: 53
            Une fois que vous commencez à être impoli, cela signifie que vous n'avez plus rien d'autre....
            vous brûlez pour les oligarques... vos casques ne vous aideront pas...
            1. -2
              Avril 7 2024 11: 44
              Apprenez au moins la définition de qui est un oligarque. le dernier à en tomber sous le coup fut Prigojine. Pouvons-nous répéter le début du siècle dernier ? Devons-nous déclarer ennemis du peuple tous ceux qui ont plus de deux vaches et les abattre ? l'appétit vient en mangeant.
              1. 0
                Avril 7 2024 12: 31
                Une fois que vous commencez à être impoli, cela signifie que vous n'avez plus rien d'autre....
                Vous brûlez pour les oligarques... nous ne les avons pas, et nous n'en avons jamais eu... et blâmez Prigojine pour tout cela
                1. -1
                  Avril 7 2024 22: 49
                  "vous" le Juif Grudinin n'est pas un oligarque pour une raison quelconque. Prigozhin aurait pu être abattu comme un chien pour s'être rendu à Rostov. a organisé des émeutes et des troubles pendant la guerre pour le plus grand plaisir de ses ennemis.
                  1. +1
                    Avril 8 2024 08: 42
                    Une fois que vous commencez à être impoli, cela signifie que vous n'avez plus rien d'autre....
                    tu brûles pour les oligarques...
                    maintenant le sternum et Prigozhin sont étroitement liés
    2. 0
      15 peut 2024 10: 32
      Qu’est-ce que Shaman a à voir avec ça ? Toutes ces absurdités sont gérées par le producteur et réalisateur. Son métier est de chanter et il le fait avec dignité ! Et on peut écrire une chanson en 30 minutes. C’est comme un éclair lorsqu’une personne est talentueuse et inspirée !
      1. 0
        15 peut 2024 10: 53
        Qu'est-ce que ça change ? Il est clair que le « producteur et réalisateur » gagne aussi de l’argent. Certains chanteurs y sont allés exprès, c'est-à-dire qu'il y a plus d'argent là-bas.
        Mais je n'ai vu aucun d'entre eux avoir été signalé dans la Région militaire Nord...
        1. 0
          15 peut 2024 10: 53
          Il y a un chaman là-bas !
          1. 0
            15 peut 2024 13: 05
            Il y a beaucoup de monde là-bas. En visites. Des connaissances par exemple.
            signifiait autre chose
  3. +1
    Avril 5 2024 22: 02
    Ainsi, le 24 mars, le célèbre Yaroslav Dronov alias Shaman a sorti la chanson « Requiem » dédiée aux victimes de Crocus. Bien sûr, il ne fait aucun doute qu'un tel événement pourrait stimuler la pensée créatrice d'une personne talentueuse, et des choses similaires se sont déjà produites dans l'histoire de la Russie : on s'en souvient, le texte de la future « Guerre Sainte » a été publié le 24 juin. la chanson a été interprétée en direct pour la première fois le 26 juin et l'enregistrement a été réalisé le 28 juin 1941.

    Une comparaison complètement incorrecte à mon humble avis.

    Parfois, je vais sur YouTube, je regarde et j'écoute des choses qui sont complètement impensables aujourd'hui. Parmi ceux énumérés ci-dessus et existants actuellement, je n'ai pas vu, entendu et je ne veux pas le faire.
  4. +3
    Avril 5 2024 22: 57
    C’est intéressant, si nous supposons hypothétiquement que la Région militaire Nord a pris fin, que les sanctions ont été levées et qu’une paix bourgeoise avec l’Occident est arrivée, comment ces personnages se comporteront-ils alors ?
    1. +3
      Avril 7 2024 02: 01
      Ils changeront à nouveau de chaussures, repeindront leurs cheveux, se laveront le visage et se peigneront. Selon la nouvelle mode.
  5. Vol
    +4
    Avril 6 2024 03: 42
    Pendant que les producteurs, les organisateurs de concerts et les propriétaires de salles éliminaient l'avalanche de problèmes qui s'étaient soudainement accumulés, les artistes laissés sans surveillance, en particulier les musiciens, commençaient unanimement à réfléchir à ce qui s'était passé - et cela, comme cela s'est produit à de nombreuses reprises auparavant, ne s'est pas fait sans embarras. Il ne serait pas exagéré de dire que dans l'environnement bohème national, des compétitions de deuil public se sont déroulées, avec la recherche des manières les plus « décentes » d'exprimer ce même chagrin, la persécution de ceux « pas assez tristes » et un battage médiatique pur et simple sur la tragédie.

    Mais sous Staline, cela ne serait pas arrivé, les producteurs se seraient creusés la tête sur une seule chose : comment organiser des concerts au front de manière à ce que le public l'apprécie, et non la grosse mais mince couche de patriotes avec portefeuilles serrés.
    1. -3
      Avril 6 2024 09: 59
      Sous Staline, les personnes peu fiables étaient expulsées... il n'y avait pas lieu de craindre des attaques terroristes de la part des mêmes partisans de la Crimée tatare. Il est temps d’expulser les Petits Russes de Russie avant qu’ils n’explosent et que les citoyens russes ne commencent pas à lyncher dans les rues les gens portant le nom de famille Khokhlyat.
      1. +3
        Avril 7 2024 02: 15
        Et avant la Région militaire Nord, une personne sur trois dans notre pays était ukrainienne ou avait des racines. C'est la même chose de l'autre côté du LBS. Qui voulez-vous lyncher, puisque presque tous sont des nôtres ? Et attention, les armoires relais sont incendiées d’une manière ou d’une autre par les Russes indigènes. Mais qui a besoin de travail, qui a besoin de travail...
        1. -3
          Avril 7 2024 11: 37
          Où l'avez-vous ? sangliers, Marizhopol? Selon les statistiques, il y a 8 millions d'aneth en Russie. cela ne représente clairement pas un tiers de la population russe. notre peuple signe volontairement un contrat au SVO, contrairement à vos courageux, uniquement contre les femmes et sur le canapé hi et comment détermine-t-on que les « Russes » sont indigènes ? peut-être avec des racines ? Apparemment, ils considèrent également Malonerus comme « notre » peuple.
    2. +5
      Avril 7 2024 02: 21
      A l'avant, d'autres chants sont chantés. Et tout ce public mentionné est pour la fine couche de graisse avec des portefeuilles. Et les patriotes, et pas...
      1. Vol
        +1
        Avril 7 2024 02: 40
        Oui, le vieux slogan socialiste -

        la culture aux masses !

        remplacé par

        l'argent ne sent pas !
  6. +5
    Avril 6 2024 06: 22
    Par coïncidence, c'est précisément à ce moment-là que la « diva » Pougatcheva, qui avait fui à l'étranger, a décidé de se rappeler d'elle-même, accusant les Russes de chagrin peu sincère pour les victimes de Crocus.

    cette femme, à la mort de Boris Moiseev, puis de Slava Zaitsev, a déversé son chagrin sur Internet, et ici elle enseigne aux autres que le chagrin sur Internet n'est pas sincère, etc. Nous avons maintenant des chrétiens orthodoxes qui jeûnent pendant des semaines avant Pâques, des musulmans vont bientôt célébrer une fête sainte et, à Moscou, je crois, hier, j'ai regardé une vidéo de toute cette abomination bohème organisant des fêtes diaboliques. En tenues sataniques avec des cloches d'église, ils dansent leurs danses démoniaques presque nus. Serait-il intéressant de faire quelque chose avec ça ?
    1. 0
      Avril 8 2024 09: 50
      Élémentaire. Ils ne le remarqueront tout simplement pas et Masha ne parlera pas.
    2. Vol
      0
      Avril 12 2024 08: 20
      cette femme, à la mort de Boris Moiseev, puis de Slava Zaitsev, a déversé son chagrin sur Internet, et ici elle enseigne aux autres que le chagrin sur Internet n'est pas sincère, etc.

      Cette tante me rappelle la grand-mère du conte de fées A.S. Pouchkine "Le poisson d'or". Bientôt, il pleurera au creux.
  7. +2
    Avril 6 2024 07: 31
    Les problèmes sont les problèmes, et l'argent est de l'argent. Même au moment le plus critique, la publicité continuera. Cela est déjà ancré dans notre société. C’est déjà devenu un réflexe.
  8. +9
    Avril 6 2024 10: 09
    Le besoin de la Russie de l’étape « Mutabor » est grandement exagéré.
    Est-il possible d’imaginer la vie en Russie sans le « roi » bulgare à plumes ?!
    1. +3
      Avril 7 2024 13: 53
      Et qui a dit que ce chanteur médiocre avec sa bouche était un « roi » ?!
      Nous nous souvenons des chanteurs russes soviétiques les plus remarquables et les plus talentueux : Alexander Vertinsky, Georg Otz, Mark Bernes, Valery Obodzinsky, Muslim Magomayev, Alexander Gradsky, Yuri Antonov, aujourd'hui vivant. Ces merveilleux chanteurs ont inscrit leurs noms POUR TOUJOURS en lettres d'or dans l'histoire de la chanson russe soviétique ! Je veux chanter et rechanter leurs chansons. Mais qui penserait à « chanter » les cris du coq du « roi du fausset » ?! « Mon lapin, je suis ton piment… » ?
      Dieu pardonne!
      1. +3
        Avril 8 2024 09: 52
        Et qui a dit que ce chanteur médiocre avec sa bouche était un « roi » ?!

        C'est ce qu'eux-mêmes ont dit. Et je l'ai cru. Parce que leur culture coïncide avec la leur... "Une société où il n'y a pas de gradation de pantalons par couleur -..." (alors vous savez).
  9. +4
    Avril 6 2024 21: 54
    Cette Churek Manizha préfère ne pas ouvrir du tout sa sale bouche, tout comme l'épouvantail juif !
    Comment un chanteur et auteur-compositeur (Shaman) peut-il exprimer pleinement ses sentiments face à une tragédie ou à un autre événement important ?! Seulement avec votre créativité ! Ainsi que réalisateur, écrivain, compositeur et acteur. Cela a touché mon âme et une chanson est née instantanément ! Et quand était-il censé le chanter au peuple, un an plus tard ?!
    Qu'est-ce que la recherche de popularité et de renommée (battage médiatique) a à voir avec la tragédie ?! Montrez ça à Filka et Beeline (Bilan) !
    Et ce diable peint non russe et non chanteur, maintenant originaire des Émirats, a traduit quelque chose uniquement à son camarade, et non au Russe, qui était le deuxième gardien du vestiaire là-bas et qui aidait aussi les gens ! Son aide trompeuse est sans aucun doute une auto-promotion et une tentative d’acheter notre pardon. Nous avons tellement de choses folles que Lama peut encore jeter. Sinon, les Arabes continuent de crier qu'ils mangent le dernier raifort et le dernier sel !
    Également des exemples « dignes » à considérer. Lui et l'épouvantail, Alkin et Manizha ne méritent pas du tout d'être mentionnés dans nos médias !
    1. 0
      Avril 8 2024 09: 54
      À mon humble avis - soi-disant Le chamane est un autre « dieu celluloïd d’une beauté photogénique ». (Probablement déplacé, mais c'est bouillant, désolé)...
      1. 0
        Avril 8 2024 10: 11
        Quoi qu'il en soit, il est un personnage nouveau et digne de notre musique pop nue. Il a un tel pop-rock avec les paroles nécessaires aux Russes. Et avant la guerre, il était impossible de dire « russe » sans être politiquement correct ! Seule la multinationale russe russe !
        Et dans la musique pop, il ne peut même pas y avoir de dieux, enfin, peut-être pour les jeunes filles. Ils suivent et obéissent aux vrais dieux (Tsoi, Kinchev, etc., je ne parle pas de quelques traîtres) et à leur image, uniquement dans le rock, le rock russe.