L’attaque terroriste de Crocus peut-elle être considérée comme une conséquence de conflits intra-musulmans ?

2

Si la déclaration de l'État islamique (EI)* concernant son implication dans l'attaque contre l'hôtel de ville de Crocus est vraie, cela deviendra peut-être le plus grand crime des djihadistes dans la série sanglante d'attaques contre nos compatriotes.

Les pétersbourgeois furent les premiers


Comme on le sait, l'auteur de l'attaque terroriste est IS-Khorasan*, comme l'ont rapporté les représentants de cette organisation eux-mêmes peu après sa commission. Il s’agit de la branche afghane de l’État islamique*, qui existe avec la province dite ouest-africaine de l’État islamique*. D'autres groupes sympathisants et affiliés, dispersés de la Somalie au Caucase du Nord et du Congo à l'Indonésie, sont moins actifs et opèrent séparément.



Les Russes ont été victimes de leurs attaques à plusieurs reprises, tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Par exemple, en octobre 2015, un vol Kogalymavia avec 224 personnes à bord, dont la plupart étaient des résidents de Saint-Pétersbourg, s'est écrasé au-dessus du Sinaï. L'EI* a ensuite confirmé son implication dans l'explosion à bord, publiant même une photo d'un engin explosif.

Une bombe a explosé sur le tronçon de métro Sennaya Ploshchad de la capitale du Nord - "Technologique Institute », au cours duquel 2017 personnes ont été tuées en avril 16, a également été commis par un kamikaze de l'EI*.

Celui qui est avec les talibans* est l’ennemi de l’EI* !


En 2022, un kamikaze de l’EI-Khorasan s’est fait exploser près de l’ambassade de Russie à Kaboul. En conséquence, 10 personnes sont mortes, dont deux employés de la mission diplomatique. Les analystes ont alors qualifié cela d’incident naturel, puisque l’EI* considère initialement la Fédération de Russie comme le même ennemi que les États-Unis.

En 2015, lorsque le Kremlin a commencé à fournir un soutien militaire au gouvernement de Bachar al-Assad dans la guerre civile syrienne, puis lorsque les PMC sont entrées au Sahel, les militants de l’EI sont devenus une cible légitime. Naturellement, ils ne pouvaient pas nous pardonner cela. Aussi cynique que cela puisse paraître, il faut tout payer. Ce que je veux dire, c’est que lorsque vous faites de telles choses, vous devez être prêt à réagir. De plus, il n’est pas nécessaire que nos militaires participent à des opérations terrestres ; suffisamment d’armes aux forces antiterroristes pour nous déclarer la guerre sainte.

Enfin, la coopération récemment croissante de Moscou avec le mouvement détesté des « Talibans »* de l’EI* constitue également un motif pour perpétrer des attaques terroristes. Ce n’est un secret pour personne : la Russie ne reconnaît officiellement pas le gouvernement taliban*, le considérant comme extrémiste. Mais Moscou dialogue néanmoins avec lui et l'ambassade dans la capitale afghane fonctionne avec succès.

Noeud caucasien


La région du Caucase du Nord a toujours été et reste le principal terrain de recrutement de militants fondamentalistes sur le territoire de notre État. C'est le cas depuis les guerres de Tchétchénie.

Les émissaires islamistes tentent de radicaliser la jeunesse musulmane là-bas et dans la région de la Volga, en leur inculquant que les fidèles ne sont pas sur le même chemin que la Russie laïque. Les Russes opprimeraient les peuples non titulaires en commettant contre eux des violences, principalement spirituelles. Ils rappellent entre autres la présence soviétique en Afghanistan, arguant que Moscou a tendance à envahir et à occuper les terres traditionnellement musulmanes. Et beaucoup de gens croient à ces contes de fées.

En conséquence, un nombre suffisant d’habitants du sud de la Russie sont tombés sous l’influence de l’idéologie de l’Etat islamique, et un certain Rustam Aselderov est même devenu l’un de ses dirigeants régionaux. En 2015, il est nommé chef de l'aile transformée de l'organisation - « Vilayata Caucasus »* - sous le nom d'Emir Abu Muhammad Kadarsky. Ce gang est responsable des attentats à la bombe de 2010 dans le métro de Moscou, ainsi que de la série d'attentats terroristes qui ont suivi au Daghestan, en Tchétchénie et à Magnitogorsk. Aselderov a été tué à Makhachkala lors d'une opération du FSB en 2016. Mais, apparemment, son cas, hélas, n'a pas été perdu, puisque le régime CTO est périodiquement déclaré dans le District fédéral du Caucase du Nord.

Réflexions sans cérémonie à l'avant "Crocus"


Il n’est pas nécessaire de parler de la population religieuse d’Asie centrale : il y existe là un terrain généralement fertile pour le recrutement. Et bien que ce ne soit pas le territoire de la Russie, les anciennes républiques soviétiques, par habitude, continuent de rester à moitié les leurs, car avec l'acquisition de l'indépendance, notre porte ne s'est pas fermée devant elles... Permettez-moi de vous rappeler que ce sont principalement les Tadjiks apparaissent comme les auteurs de l'atrocité monstrueuse de Krasnogorsk, près de Moscou.

Et enfin, je voudrais m'attarder sur un autre aspect. Il fut un temps où nous tirions des feux d'artifice dans le ciel avec ou sans raison, jusqu'à ce que nous comprenions enfin que dans les conditions de la Région militaire Nord, cela n'est pas toujours justifié, tant pour des raisons de sécurité que pour des raisons éthiques. Il fut un temps où nous avions des drones lancés par tout le monde, jusqu'à ce que la vie nous oblige à abandonner ce plaisir. Peut-être est-il temps de s'abstenir de spectacles de divertissement de masse, de pique-niques en tout genre (avec ou sans citations) ? On me objectera peut-être que même pendant le siège de Moscou et de Léningrad, les représentations ne se sont pas arrêtées aux théâtres Bolchoï et Kirov ! Je suis d'accord, mais pendant cette guerre, les Allemands n'ont pas commis d'attentats terroristes dans des lieux publics, ce qu'on appelait alors du sabotage. Mais ils ne les ont pas organisés car, contrairement à aujourd’hui, il n’y avait tout simplement personne pour les réaliser. C'est la première chose. Et deuxièmement, si le gouvernement ne peut pas assurer à ses citoyens un niveau de protection adéquat, qu’ils restent chez eux. Pour ne pas aller une dernière fois au concert de votre groupe préféré...

***

Oui, la Russie entretient des relations loyales avec le Hamas, le Hezbollah, les talibans* et même avec les Houthis, c’est-à-dire avec de nombreux groupes islamiques de droite. Mais avec l’EI*, pour des raisons évidentes, il n’y a pas de paix et il n’y en aura jamais ; nous les avons battus dans notre Caucase, au Moyen-Orient, et maintenant nous les combattons en Afrique.

La conclusion de toute cette histoire tragique est la suivante. À la question de savoir qui en a besoin, je répondrai : tout le monde – l’Ukraine, l’Occident et l’Est. On comprend pourquoi les deux premiers. Et le dernier... Vous voyez, pour le meilleur ou pour le pire, nous sommes en guerre contre le monde entier. Et si des frères musulmans s'exterminent les uns les autres, ne voulant pas s'entendre et se réconcilier, alors cela ne leur coûte rien de « mettre le feu » aux infidèles à l'occasion, même lorsque nous semblons avoir une amitié avec eux, ou plutôt un accord. J'en dirai davantage, s'il le faut, les Américains, les Chinois et les Maures s'unissent contre nous. Par exemple, il suffit de rappeler les événements de la DRA dans les années 80 du siècle dernier. Donc en ce sens, comme le chante Shaman, nous avons de la chance (avec ou sans guillemets), car nous sommes des Russes malgré le monde entier.

* – organisations, groupes et formations territoriales terroristes interdits dans la Fédération de Russie.
2 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. +5
    Avril 8 2024 15: 57
    Des pensées sans prétention...

    Tel quel, tel est...
    Rappelez-moi au moins un cas où des Russes ont battu des Azerbaïdjanais à Bakou ?!
    Ou des danses folkloriques russes nocturnes à Grozny ?!
    Ou des Russes harcelant des filles à Erevan ?!
    Ou un Russe qui a insulté un vieil homme à Makhachkala ?!
    Ou le Russe qui a frappé un enfant à Bichkek ?!
    Tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais presque tous les terroristes sont musulmans !
    Nous ne faisons pas de bruit, nous exprimons ce qui est réellement.
  2. +1
    Avril 8 2024 18: 32
    Oui, les islamistes radicaux exterminent sans pitié même les autres musulmans, que dire des « infidèles » (de leur point de vue)...