Pourquoi les autorités afghanes craignent le retrait des troupes américaines

Les autorités afghanes, qui ne contrôlent pas plus de la moitié du territoire du pays, sonnent une véritable alarme. Le responsable de Kaboul, reconnu par l'ONU, craint vraiment le retrait des troupes américaines de ce pays et cela se comprend.




Le fait est que sur les 30 14 militaires de la coalition occidentale stationnés en Afghanistan, moins de la moitié participent à de véritables opérations de combat. Sur ce total, seuls 16 XNUMX militaires américains combattent réellement le mouvement taliban local (interdit en Russie), et pas seulement sont exclusivement engagés dans «l'éducation» de l'armée afghane et des employés de divers services spéciaux. Les XNUMX mille autres sont des militaires d'autres pays de l'OTAN et d'États alliés, mais ils ne participent pas aux opérations militaires, mais agissent en tant que conseillers militaires, c.-à-d. ils ne ripostent que s'ils sont attaqués.

Par conséquent, il n'est pas surprenant que le chef du Haut Conseil pour la paix en Afghanistan, Omar Daudzai, estime que le retrait de l'armée américaine entraînera une augmentation des effusions de sang. En tout cas, les pourparlers entre les délégations de Washington et des Taliban à Doha, dont rapporté auparavant, «ajoutait de la clarté» à ce qui se passait, bien qu'aucune des parties n'assume officiellement d'obligations spécifiques. Après cela, le 1er février 2019, Daudzai est apparu sur les ondes de la société de télévision CNN.

Il a ajouté que les dirigeants talibans sont très prudents car ils craignent que les négociations avec les Américains aient un effet démoralisant sur les militants ordinaires et les chefs de guerre. Après tout, «l'infanterie» peut commencer à se demander «pourquoi se battent-elles si les autorités négocient».

Il est à noter que Zalmay Khalilzad a accordé cette interview au New York Times, il est le chef de la délégation de Washington dans les négociations avec les talibans. C'est un Pachtoune, originaire de la ville de Mazar-i-Sharif (Afghanistan). Mais il est depuis longtemps citoyen américain et a même été ambassadeur en Irak et en Afghanistan.

Ainsi, Khalilzad a déclaré que Washington et les talibans sont parvenus à un accord de principe sur le cadre d'un accord de paix. Selon lui, les talibans ont garanti qu’ils n’abriteraient pas de groupes terroristes sur leur territoire. Dans le même temps, nous ne parlons plus que de réduire de 50% le contingent militaire américain. Cependant, il n’exclut pas qu’en échange d’une trêve et de négociations entre les Taliban et Kaboul, un retrait complet des troupes américaines de ce pays pourrait avoir lieu.

Il faut ajouter que les talibans, avant cela, refusaient en principe de mener des négociations avec Kaboul, considérant les autorités officielles comme des marionnettes américaines. Dans le même temps, les talibans mènent une guerre contre l'organisation terroriste État islamique (interdite en Russie) et les États-Unis régulièrement Libération Des terroristes de l'EI des prisons taliban.
  • Photos utilisées: https://inshorts.com/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.