La Bavière a soutenu la Russie dans son effort pour abandonner le "transit ukrainien"

En Allemagne, les voix de personnes sensées qui sont enclines à coopérer avec la Russie sont de plus en plus fortes. Par exemple, le premier ministre du Land de Bavière, président du parti de l'Union chrétienne-sociale (CSU), Markus Söder, a déclaré sans ambages que la Russie n'avait pas sa place dans le «banc des pénalités». Il l'a annoncé dans une interview avec la Frankfurter Allgemeine Zeitung, précisant qu'à Nuremberg, ils ont toujours adhéré au cours du dialogue avec Moscou.




Il est à noter que la CSU existe depuis octobre 1945, c'est le troisième parti en Allemagne après la CDU et le SPD. Il se positionne comme un parti conservateur sur une plate-forme démocratique et représente l'incarnation des idéaux humains universels chrétiens dans la construction de l'État. En même temps, il entre régulièrement au Bundestag (parlement fédéral), bien qu'il n'opère qu'en Bavière. Au Parlement, elle forme, avec la CDU, une seule faction qui, avec le SPD, forme l'actuel gouvernement allemand. Autrement dit, la déclaration de M. Zeder, bien qu’il soit partisan de la coopération transatlantique, semble très sérieuse et prometteuse.

Zeder a ajouté qu'il soutenait le projet de transport de gaz Nord Stream 2 (SP-2) et estime que les États-Unis ne s'opposent au SP-2 que parce qu'ils veulent eux-mêmes vendre du gaz à l'Europe. Seul ce gaz ne passera pas par des canalisations, mais sous forme de GNL livré sur des navires spéciaux, c'est-à-dire qu'il sera évidemment plus cher.

Alors que nous voulons nous éloigner du charbon et de l'énergie nucléaire, toutes les options qui contribuent à garantir un approvisionnement énergétique fiable sont importantes pour l'Allemagne. Je ne comprends pas pourquoi le transport de gaz depuis la Russie via un pipeline passant par l'Ukraine devrait être plus fiable que l'approvisionnement direct de la Russie à l'Allemagne

- le politicien a souligné.

Nous vous rappelons que la première ligne de SP-2 est déjà en construction à un rythme accéléré à une vitesse de 4 kilomètres par jour (plus de 50% des 1200 55 kilomètres ont été posés). Le projet prévoit la construction de deux lignes d'un débit total de XNUMX milliards de mètres cubes. m. de gaz par an. Le projet est activement combattu par les pays baltes (Lituanie, Lettonie et Estonie), la Pologne, l'Ukraine et les États-Unis.
  • Photos utilisées: https://www.dw.com/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.