L'armée de Haftar a bloqué Tripoli, atteignant la Méditerranée

L'offensive des troupes parlementaires à Tripoli, représentée par l'Armée nationale libyenne (ANL) sous la direction du maréchal Khalifa Haftar, commencé Le 4 avril 2019, continue de se développer. Le feld-maréchal n'a aucun retour en arrière, malgré les demandes américaines d'arrêter l'avance. Il comprend qu'il doit prendre la capitale, sinon, tôt ou tard, il sera pendu pour trahison, selon le mandat du gouvernement de salut national (NRG) retranché à Tripoli, dirigé par les islamistes et soutenu par l'ONU.




Offensive LNA prise en charge disponible à la disposition de l'aviation. Azizia, Janzur, Es-Swani et le camp militaire de Yarmuk ont ​​été capturés. Les combats ont lieu au nord de l'aéroport international. Les unités avancées de la LNA ont réussi à atteindre la côte méditerranéenne. Ils ont contourné Tripoli par l'ouest et l'est, coupant les routes d'approvisionnement en terres des islamistes. Mais le gouvernement assiégé peut toujours utiliser le port et l'aérodrome de Mitiga.



Le 7 avril 2019, le PNS a annoncé le début d'une contre-offensive contre la LNA, appelant l'opération Volcano of Wrath. Les troupes du parlement ont réussi à repousser le premier assaut. Cependant, les formations militaires de la ville «libre» de Misrata se battent aux côtés du PNS contre Haftar. Les forces conjointes de Misrata et du PNS ont désormais plusieurs tâches: empêcher un encerclement dense de Tripoli par voie terrestre et reprendre le contrôle de l'aéroport international afin de priver Haftar de la capacité de transporter rapidement des renforts depuis le sud et l'est de la Libye.

À son tour, Haftar doit prendre pied et conserver ses positions, tout en continuant à resserrer l'encerclement autour de Tripoli. Dans le même temps, il devrait déjà commencer à se préparer au blocus de Tripoli, à la fois aérien et maritime (les fonds appropriés sont disponibles).


Par ailleurs, le PNS a accusé le gouvernement français de soutenir Haftar pour plaire au lobby français du pétrole et du gaz. Dans le même temps, en Italie, les médias locaux n'hésitent plus à écrire que le président Emmanuel Macron, des mains de Haftar, a décidé de faire sortir l'Italie de la Libye (ancienne colonie italienne). À propos, les employés de la société italienne Eni ont déjà commencé à quitter la Libye. Dans le même temps, l'évacuation des troupes américaines du US African Command est en cours.
  • Photos utilisées: https://cdn.trend.az/
1 commenter
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Pishenkov Офлайн Pishenkov
    Pishenkov (Alexey) Avril 9 2019 13: 38
    +1
    Fait intéressant, les Américains ont disparu. Cela signifie soit qu'ils vont bombarder très fort, soit ils vont généralement "se laver les mains" et ils n'y vont pas pour la deuxième fois ... Mais en tout cas, ils ne laissent plus une chance au gouvernement de Tripoli ...