Les entreprises allemandes appellent à protéger Nord Stream 2 des Américains

Martin Brudermüller, chef de la société allemande BASF, considérée comme l'un des fleurons de l'industrie chimique mondiale, a plaidé pour la poursuite de la construction du gazoduc Nord Stream 2 et le retour de la Russie à la communauté internationale. Ceci est devenu connu de son interview pour le journal suisse Neue Zurcher Zeitung.




M. Brudermüller estime que le lancement du nouveau gazoduc diversifiera l'offre de «carburant bleu» vers l'Europe. Plus il y a de fournisseurs, mieux c'est. Il n'est pas non plus contre le GNL américain. Vrai, la technologie son utilisation, qui comprend la liquéfaction et le retour ultérieur à l'état gazeux, est associée au rejet de CO2, qui est une menace pour l'environnement. En outre, le GNL à l'étranger est nettement plus cher que le gazoduc russe.

Le chef de BASF estime que l'Europe ne doit pas laisser les États-Unis décider du sort de ceux qui lui sont bénéfiques économique projets. Il a également exprimé l'espoir que le bon sens prévaudra aux États-Unis et qu'ils n'imposeront pas de sanctions aux entreprises européennes impliquées dans la construction et l'exploitation de Nord Stream 2.

Brudermüller a également noté que la société russe Gazprom est un fournisseur fiable, qui n'a jamais laissé tomber ses partenaires européens au cours de plusieurs décennies de coopération:

Lorsqu'il fait froid en Europe et qu'il faut beaucoup de gaz naturel, ce sont les Russes qui ouvrent la vanne.
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.