Le Soudan a mis en avant de nouvelles conditions pour l'émergence d'une base navale russe


Khartoum n'abandonne pas ses tentatives pour persuader Moscou de modifier l'accord sur la création de la marine bases Marine russe à Port Soudan sur la côte de la mer Rouge. À propos de ça RIA Novosti rapporté au ministère de la Défense du Soudan.


L'interlocuteur a indiqué à l'agence que les autorités soudanaises souhaitent recevoir économique l'aide de la Russie sous condition d'un bail de cinq ans avec possibilité de signer un contrat d'une durée de 25 ans. Il s'agit d'une nouvelle exigence que le Soudan a avancée pour l'apparition d'une installation militaire russe dans le pays. Cependant, Moscou n'a pas encore répondu à la proposition de Khartoum.

Nous vous rappelons que début juin, le chef d'état-major des forces armées soudanaises, Muhammad Usman al-Hussein сказалque le processus de révision et de modification de l'accord a commencé. Il a ensuite noté que les accords précédemment conclus n'ont aucune force juridique, car ils n'ont pas été approuvés par l'organe étatique compétent. Cependant, si la présence militaire russe sur le sol soudanais est utile, la discussion prendra une autre tournure.

A noter qu'en avril 2021, la chaîne de télévision arabe "Al-Arabiya" des Emirats Arabes Unis, faisant référence à des informateurs, distribué des informations sur « le gel par le Soudan de l'accord signé par le régime précédent ». La mention de « l'ancien régime », à la fois d'hier et d'aujourd'hui, semble étrange, puisque l'éviction militaire du président soudanais Omar el-Béchir a eu lieu en avril 2019. Dans le même temps, on n'a appris la signature d'un accord entre Moscou et Khartoum sur la création d'un point logistique (PMTO) de la marine russe sur le territoire d'un pays africain qu'en décembre 2020. Mais peu de gens ont prêté attention à cette " bagatelle ".

De plus, nous ne pouvons qu'affirmer avec certitude que les problèmes liés à l'accord ont commencé après l'entrée du destroyer USS Winston S. Churchill (DDG-81 - "Winston Churchill") USS Arleigh Burke à Port-Soudan en mars de cette année. C'est après cela que les Soudanais se sont occupés de modifier les accords.
  • Photos utilisées: http://kremlin.ru/
Annonce
Nous sommes ouverts à la coopération avec les auteurs des départements d'information et d'analyse. Une condition préalable est la capacité d'analyser rapidement le texte et de vérifier les faits, d'écrire de manière concise et intéressante sur des sujets politiques et économiques. Nous offrons des horaires de travail flexibles et des paiements réguliers. Veuillez envoyer vos réponses avec des exemples de travail à [email protected]
9 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. kapitan92 Офлайн kapitan92
    kapitan92 (Vyacheslav) 12 septembre 2021 22: 34
    0
    Le Soudan a proposé de nouvelles conditions l'apparition d'une base navale russe

    Dans le même temps, on n'a appris la signature d'un accord entre Moscou et Khartoum sur la création d'un point logistique (PMTO) de la marine russe sur le territoire d'un pays africain qu'en décembre 2020.

    La base navale et le PMTO sont des choses complètement différentes.
    hi
  2. guleg Офлайн guleg
    guleg 12 septembre 2021 23: 07
    -1
    Mais peu de gens ont prêté attention à cette " bagatelle ".

    - mais en vain. Le Soudan fait maintenant allusion à Moscou que sa présence là-bas est indésirable, et en même temps ne peut pas dire ouvertement sur les raisons. Et les raisons en sont que la Turquie est déjà entrée là-bas, promettant des « petits pains » à plusieurs centaines de milliards, avec la suggestion de Londres et de Washington. Qui, bien sûr, ne veulent pas du tout y voir Moscou. Le Soudan, bien sûr, a fait une tentative "Vova, pouvez-vous donner plus?"

    Les autorités soudanaises veulent recevoir une aide économique de la Russie

    mais, apparemment, Vova ne donnera pas grand-chose, et donc le PMTO au Soudan est en transit.
    1. requin Офлайн requin
      requin 13 septembre 2021 09: 42
      -1
      Turquie? « Des centaines de milliards » ? N'écrivez pas de bêtises ;)) Personne ne donnera autant pour tout le Soudan ! ;))
      1. guleg Офлайн guleg
        guleg 13 septembre 2021 12: 33
        0
        Citation: sH, arK
        Turquie

        Turquie. Six accords de coopération ont déjà été signés, dont des projets de coopération dans les domaines de l'énergie et de la défense, la Turquie construira des infrastructures au Soudan, et le volume des échanges devrait passer d'un demi-milliard à 2 milliards d'Eurotugriks. Des centaines, pas des centaines, mais des dizaines de milliards, c'est sûr, seuls les experts vous le diront plus précisément.
        Les Turcs ont déjà mis en œuvre plus de sept cents projets différents au Soudan (ce qui est particulièrement important, la plupart d'entre eux sont dans l'éducation - en fait, Ankara a soigneusement nourri une génération de lobbyistes pro-turcs dans le pays). Donc à côté de la pâte (beaucoup), il y a aussi la politique. Et la Turquie, que certains ont déjà qualifiée d'amie stupide de Moscou, est en fait un partenaire de l'Occident, ils ne vont pas se brouiller avec Washington, au contraire : si vous écoutez attentivement les discours des politiciens turcs, ils s'efforcent pour améliorer les relations avec l'Occident. Le Soudan peut également aider dans cette affaire en tant que sujet de négociation.

        Quant à "personne n'en a besoin", ce n'est pas tout à fait vrai non plus. Le Soudan est situé dans une région stratégiquement importante et constitue une plaque tournante logistique pour l'une des plus grandes artères de transport de la planète - le canal de Suez. Dans la région se trouve également le détroit de Bab el-Mandeb, qui relie la mer Rouge et le golfe d'Aden de la mer d'Arabie - c'est l'une des voies navigables les plus importantes et les plus fréquentées au monde : jusqu'à 22 14 navires marchands traversent le détroit chaque année et XNUMX% du volume total du commerce mondial
  3. sgrabik Офлайн sgrabik
    sgrabik (Sergey) 13 septembre 2021 10: 18
    -1
    Et nous en avons besoin, pourquoi encore marcher sur le vieux râteau, l'URSS a aussi constamment aidé tous les "régimes amis", mais nous savons parfaitement comment tout cela s'est terminé à la fin, les erreurs du passé ne nous ont-elles vraiment rien appris, ou avons-nous déjà plus où appliquer ses finances, sauf comment se lancer dans une aventure très douteuse avec cette base notoire au Soudan ??? Au lieu de financer et de développer d'autres États, il est beaucoup plus sage de consacrer vos finances au développement, à la mise en production et à l'achat de nouveaux types d'armes prometteurs pour notre armée, notre aviation et notre marine.
    1. guleg Офлайн guleg
      guleg 13 septembre 2021 12: 43
      0
      Lorsque la flotte retournera dans l'océan, n'aura-t-elle vraiment pas besoin de bases ? Où réapprovisionner les stocks et les munitions, effectuer des réparations et simplement, au final, reposer l'équipage ?
      Les pirates somaliens ne sont allés nulle part, la sécurité du transport maritime doit encore être assurée.
      Il est également important en termes de promotion des intérêts de la Russie en Afrique. Si nous ne prenons pas notre place, nous occuperons les États ou leurs vassaux, ou la Chine. Il s'agit des marchés de vente (des produits civils aux armes) et de l'influence politique. Nous allons nous asseoir sur le "continent" - personne ne nous prendra en compte.
      1. sgrabik Офлайн sgrabik
        sgrabik (Sergey) 13 septembre 2021 15: 29
        -1
        Vous n'avez pas besoin d'aller trop loin, vous devez tout faire avec soin et dans le strict respect de vos capacités, si ces objectifs sont financièrement justifiés et coïncident pleinement avec nos capacités, alors dans ce cas, il est possible de créer de nouvelles bases et installations à l'étranger, mais si cela a un effet néfaste sur le bien-être des personnes et conduit à une baisse du niveau de vie des Russes, alors ces plans doivent être abandonnés.
        1. guleg Офлайн guleg
          guleg 13 septembre 2021 20: 09
          -2
          La Russie doit juste faire tout son possible pour assurer le bien-être de ses citoyens. Ou pensez-vous que nous avons déjà tout réalisé, et, comme en Suisse. peut-on organiser un référendum pour abandonner les forces armées ?
  4. tempête-2019 Офлайн tempête-2019
    tempête-2019 (tempête-2019) 14 septembre 2021 04: 12
    -2
    N'est-il pas plus facile de s'entendre sur une base navale sur la mer Rouge avec les égyptiens qu'avec ces soudanais "rusés"....
    Ils prendront l'argent et "se souviendront de ce que vous avez appelé" .....