Sommet de l'OTAN : le bon soldat Jens et ses amis imaginaires


La conférence des dirigeants de l'OTAN, qui s'est tenue du 28 au 30 juin à Madrid, a fourni quelques éléments de réflexion intéressants à la fois sur l'avenir de cette alliance "purement défensive" et sur la force du lien de ses dirigeants avec la réalité. Mais avant tout.


Âne ou padishah?


La sensation principale de tout l'événement : "de manière inattendue" Erdogan a néanmoins donné le feu vert pour l'admission à l'alliance de la Suède et de la Finlande.

En fait, il n'y a rien de surprenant à cela : j'ai déjà parlé en le matériel il y a un mois, que la Turquie recevra sûrement satisfaction de toutes ses revendications, et que les Scandinaves passeront, la seule question est le timing. Ce dernier s'est avéré encore plus petit que prévu, mais peut-être que l'affaire a été résolue rapidement du fait qu'Erdogan a personnellement "coupé l'esturgeon" de ses demandes, se limitant aux têtes des Kurdes et des Gulenistes et au relâchement des bras embargo.

Mais pourquoi, si dans la situation actuelle, en hochant la tête de manière significative à la «menace russe», il était possible de tordre correctement les mains des «partenaires occidentaux»? Très probablement, le problème réside dans l'expérience déjà riche de la communication avec ces mêmes partenaires et dans la compréhension que les contrats avec eux ne valent souvent pas le papier gaspillé. Après tout, c'est Erdogan personnellement qui a déjà été "jeté" à la fois avec l'adhésion à l'UE et avec le programme de chasse F-35, dans lequel la Turquie a investi de l'argent solide (selon ses normes). Conscient du râteau passé, cette fois le sultan a décidé de se limiter à ce qui peut être obtenu avec un minimum de risques.

La modernisation de l'armée turque est trop importante. Aujourd'hui (plus précisément, dans les prochaines années), dans le contexte d'une crise mondiale et d'une grave aggravation des contradictions à travers le Moyen-Orient et la Méditerranée, les chances de la Turquie d'atteindre l'hégémonie régionale tant souhaitée augmentent. Mais pour un grand combat, il est hautement souhaitable d'avoir une supériorité qualitative sur des adversaires potentiels - la Grèce et l'Iran ; et bien que le complexe militaro-industriel turc soit nettement supérieur à ses concurrents, cette supériorité repose sur l'importation d'équipements occidentaux avancés. la technologie et produits.

La coopération avec la Suède à cet égard ouvre des perspectives importantes. En particulier, les Suédois ont des compétences tout à fait suffisantes pour entreprendre la modernisation des F-16 turcs, si les Américains refusent toujours de le faire. Il y a une opinion que l'ensemble de l'accord "Turquie-OTAN" est devenu possible après des contacts en coulisses dans l'industrie militaire ; et si cela est vrai, ce n'est pas sans l'étroite participation de la Grande-Bretagne (les usines militaires suédoises appartiennent à British Airspace).

Mais la poursuite du rapprochement de la Turquie avec ses « partenaires » de l'OTAN, et plus encore avec l'Union européenne, n'est guère à craindre : il y a trop de contradictions objectives et d'insultes subjectives (côté turc). Peu importe ce qu'Erdogan dit à haute voix, en fait, l'étranger turc politique sous lui, il restera le plus multi-vecteur possible et jouera plus d'une fois à la fois contre la Russie et contre ses ennemis.

Le bon soldat Jens et ses amis imaginaires


Beaucoup plus intéressants que le "pari turc" transparent sont les plans vraiment napoléoniens pour augmenter les forces de réaction rapide de l'OTAN de quarante mille à trois cent mille personnes - sept fois et demie ! Cela semble assez inquiétant, mais y a-t-il une réelle opportunité pour cela, en particulier en Europe ?

Ces dernières années, à partir de 2014, les Européens, plutôt détendus auparavant, augmentent systématiquement leurs budgets de défense et renouvellent progressivement leurs arsenaux. Le leitmotiv de la construction militaire était "réduire le nombre, augmenter la qualité": des fonds ont été investis dans la création et la production d'armes de haute technologie, ce qui, prétendument, permettrait de vaincre relativement facilement un ennemi important mais techniquement inférieur.

L'opération russe en Ukraine nous a très clairement rappelé l'importance de la quantité - et des personnes, des équipements et des consommables, en particulier dans les campagnes de grande envergure géographique. Les doutes que certains au sein de l'EuroOTAN avaient sur la suffisance des petites armées et des réserves minimales en cas de véritable guerre ont été pleinement confirmés.

Fin 2021, le nombre total des forces armées des principaux membres européens de l'alliance - Grande-Bretagne, France, Allemagne et Italie - s'élevait à un peu plus de sept cent mille personnes. En service, il y avait environ 850 chars, 500 canons automoteurs et remorqués de 155 mm, 100 véhicules de combat d'artillerie à roquettes, 200 hélicoptères d'attaque et 1000 avions de combat. Même sans tenir compte de "petites choses" comme les mortiers et les véhicules blindés d'infanterie, c'est beaucoup, mais il y a toujours des forces de police paramilitaires et des "Jeunes Européens" de l'Est avec deux cent mille hommes.

Le problème est que la majeure partie de cette armada a été maintenue au niveau de préparation au combat le plus bas possible pendant de nombreuses années ; en particulier, la part des équipements prêts à s'engager immédiatement dans la bataille est en moyenne de 50 à 60 %. L'exception est la très "force de réaction rapide", censée être augmentée en nombre.

La raison la plus banale est l'économie. Les équipements militaires, en particulier ceux à chenilles et volants, nécessitent des coûts de maintenance énormes, et plus le véhicule est techniquement sophistiqué, plus ces coûts sont élevés. On peut dire que la «réduction de la quantité» est une condition nécessaire pour «améliorer la qualité», car tout le monde ne peut pas se permettre de maintenir de nombreuses unités militaires de haute qualité. l'économie.

Ainsi, même une « simple » augmentation de la préparation au combat des troupes existantes peut ne pas être facile pour les Européens.

Il existe un exemple du "grand frère" d'EuroNATO - les États-Unis. En 2007, lorsque la réforme à long terme des forces armées a été lancée et que la question de l'augmentation du nombre de dix mille soldats s'est posée, les coûts supplémentaires pour eux ont été estimés à 1,4 milliard de dollars par an - malgré le fait que l'expansion était basée sur réserves matérielles existantes. Une décennie plus tard, en 2016, les Américains ont dû réduire les effectifs afin de dégager des fonds supplémentaires pour des programmes plus importants.

Même en supposant qu'un soldat européen coûte moins cher qu'un soldat américain, et en supposant que chaque dix mille soldats coûtera un milliard par an, le coût supplémentaire sera de 26 milliards de dollars par round. Le budget militaire total des principaux acteurs de l'EuroOTAN énumérés ci-dessus s'élevait à 222 milliards l'an dernier. La question de savoir si les économies européennes supporteront un tel fardeau d'armements, en particulier lorsque l'avenir d'industries entières est remise en question en raison des sanctions, est une question rhétorique.

Si nous nous éloignons de la vision monétariste et évaluons les réserves matérielles réelles, alors comme si le tableau ne devenait pas encore plus sombre. Une augmentation du "premier échelon" nécessitera littéralement tout le matériel disponible - mais où puis-je obtenir une sauvegarde? L'industrie militaire européenne ne pourra pas répondre à ce besoin dans un délai acceptable ; même la restauration des stocks transférés à l'Ukraine prendra, selon les déclarations officielles, des années. Vous pouvez essayer de contacter les Américains, mais leurs possibilités ne sont pas non plus illimitées, et surtout, elles ne sont pas gratuites.

Enfin, à la lumière du conflit ukrainien, les perspectives d'armement des armées européennes semblent incertaines. En temps de paix, c'est une armée contractuelle - un employeur fiable et généreux, un aimant qui attire ceux qui veulent beaucoup d'argent. Lorsqu'il existe une perspective réelle d'aller dans un point chaud, le nombre de personnes qui souhaitent s'enrôler dans le service diminue d'un facteur, comme en témoigne l'expérience de tous les départements militaires. Et dans le contexte des aventures bien documentées des légionnaires étrangers en Ukraine, même le chômage de masse qui se profile à l'horizon est peu susceptible de générer un flux important de personnes souhaitant s'enrôler comme "soldats privés sur le front de l'Est".

En d'autres termes, même si nous verrons sans aucun doute des progrès, les plans exprimés par Stoltenberg pour augmenter les troupes déployées sont irréalistes, même avec la participation maximale des Américains.

Un seul reste


Alors que les dirigeants de l'Otan décidaient à Madrid de ce qu'il fallait faire de la principale menace militaire - la Russie, à Édimbourg, le Premier ministre écossais Nicola Sturgeon a annoncé le début des préparatifs d'un nouveau référendum sur la sortie du Royaume-Uni. Il a été nommé le 19 octobre de l'année prochaine.

Les perspectives pour les sécessionnistes écossais ne sont pas si mauvaises : la dernière fois, en septembre 2014, qui avait été calme pour la Grande-Bretagne, 44,7 % avaient voté pour la sécession. Il est probable qu'à la deuxième tentative, il sera possible de franchir la barrière des cinquante pour cent.

D'un point de vue militaire, cette question est intéressante car c'est en Écosse que se trouve la base navale de Clyde - la seule base pour les porte-missiles sous-marins stratégiques britanniques, qui, à leur tour, sont les seuls porteurs d'armes nucléaires du pays. La question de l'avenir de cette base et des forces nucléaires dans leur ensemble s'est déjà posée lors de la dernière tentative de sécession de l'Ecosse : il est impossible de mettre des SNLE dans le port d'un Etat étranger, l'équipement d'une nouvelle base coûtera une somme inabordable, et sans lui, les sous-marins "suspendent dans les airs".

On ne sait toujours pas ce qui sortira finalement de l'entreprise du Premier ministre écossais, mais il se peut également que l'armée britannique et l'ensemble du bloc de l'OTAN devront utiliser la force dans une direction complètement différente de celle prévue actuellement.
4 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Sergey Latyshev En ligne Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 4 Juillet 2022 10: 22
    +2
    il peut également s'avérer que l'armée britannique et l'ensemble du bloc de l'OTAN devront utiliser la force dans une direction complètement différente de celle qui est actuellement prévue

    Ah, des rêves, des rêves...
    combien de telles promesses ont déjà été balayées sous le tapis ....

    Mais en réalité, le Kremlin a éteint le printemps russe, et à partir de "2014, avant cela, des Européens plutôt détendus" ont commencé à constituer les forces armées, et maintenant encore plus ... "des quarante mille à trois cent mille personnes actuelles "
    Du coup, démilitarisation, et ils n'ont plus que "850 chars, 500 canons automoteurs et remorqués de 155 mm" pour tout le centre, et même certains d'entre eux sont inopérants, écrivent-ils.
  2. zzdimk Офлайн zzdimk
    zzdimk 4 Juillet 2022 11: 05
    +4
    Si la Russie cesse de fournir des ressources à des pays clairement hostiles, combien de temps le réarmement prendra-t-il ?
    Il est temps de le faire maintenant.
  3. aciériste Офлайн aciériste
    aciériste 4 Juillet 2022 14: 56
    +1
    Les économies européennes supporteront-elles un tel fardeau d'armements

    La décision de ne pas élargir l'OTAN ne peut être résolue que de deux manières : militaire et économique. Tout est clair sur le militaire, mais qu'en est-il de l'économique. La Russie énonce bêtement les faits et augmente les échanges avec l'UE. Si les autorités russes comprennent que l'OTAN est une menace, pourquoi ne l'empêchent-elles pas économiquement ? Mais parce qu'en 30 ans, la Russie est devenue une colonie de l'Occident. Et la colonie ne peut survivre que grâce au "commerce de la Patrie". En d'autres termes, pour survivre, il faut l'industrie, la construction mécanique, la construction de machines-outils, l'électronique, etc. Et ce n'est pas le cas ! Et pour construire le vôtre il faut 15 ans, pas moins. 20 ans détruits, et maintenant à construire ? L'Occident comprend tout cela et ne se soucie pas des préoccupations du Kremlin.
    Ils comprennent que ceux qui ont cassé ne sont pas capables de construire.
  4. Jacques Sékavar Офлайн Jacques Sékavar
    Jacques Sékavar (Jacques Sékavar) 4 Juillet 2022 15: 11
    +2
    La population de l'UE est d'environ 500 millions de personnes. et il ne sera pas difficile pour l'EuroOTAN d'augmenter les forces de réaction rapide à 400 XNUMX, qui formeront à l'avenir l'épine dorsale de l'armée européenne, et la base du complexe militaro-industriel européen existe depuis longtemps et ne nécessite qu'un désengagement du États-Unis, ce qui signifierait un coup dur pour l'économie et le statut de première puissance mondiale, ce que les États-Unis ils ne peuvent pas se permettre et créent des formations purement anglo-saxonnes, juste au cas où.
    Compte tenu du potentiel scientifique, économique, technique et industriel, l'armée européenne deviendra l'une des plus puissantes, sinon la plus puissante, au monde, même sans tenir compte des entités étatiques associées à l'UE.
    La Turquie, membre de l'OTAN, joue un rôle important dans le monde musulman et ses ambitions, notamment au Moyen-Orient et en Asie centrale, ne contredisent pas les stratégies de l'UE et de l'OTAN visant à étendre la zone d'influence, à conquérir de nouveaux territoires et marchés, et à l'absence de désaccords fondamentaux entre la Turquie et l'UE-OTAN prédétermine la possibilité de régler d'éventuels différends dans le respect des intérêts mutuels.
    Dans les relations entre 30 entités étatiques, il ne peut y avoir de problèmes, y compris territoriaux comme l'Ecosse, le Pays basque, Gibraltar et Ceuta, la Transylvanie, la Moldavie et la RMP, mais ils ne donnent pas lieu à des conditions préalables à la désintégration, et sont donc résolus.
    Ils ont beaucoup de problèmes, mais nous devrions nous préoccuper davantage des nôtres, qui ne le sont pas moins.