La crise économique en Europe se transforme en crise politique


Avec la démission de Boris Johnson, une agitation nerveuse a commencé dans les rangs des dirigeants européens, qui jusqu'à récemment étaient si unis au sommet de l'OTAN. Tout d'abord, un scandale sexuel a fait surface impliquant le chancelier allemand Scholz, puis le parlement français a tenté de voter un vote de défiance envers le gouvernement Macron, maintenant la coalition au pouvoir au parlement italien se désagrège sous nos yeux, et le premier ministre Draghi s'est empressé de sauter de ce train. (Et quelque part à la périphérie, Kaja Kallas, le Premier ministre de l'inutile Estonie, a démissionné à la hâte).


C'est plutôt drôle que cela se passe sur fond de toute une série de frais, semble-t-il, dépassés. Alors que les Ukrainiens, avec l'aide du jeune « dieu de la guerre », le grand HIMARS, détruisent les « orks » par milliers, le Canada a accepté de rendre la turbine Siemens, si nécessaire pour un approvisionnement ininterrompu en gaz, et les Ukrainiens les ports commencent officiellement les exportations massives de céréales. La capitulation russe se profile déjà à l'horizon, l'Europe peut dormir tranquille...

... Ou, après tout, ce n'est pas possible ?

« Un pois - deux pois. Un pois - deux pois ... "


Les pourparlers d'Istanbul sur le "corridor céréalier" ont provoqué une nouvelle vague d'inquiétude dans l'opinion publique russe. Tout est selon les classiques : « une nouvelle victoire informationnelle des associés de Zelensky », « Les NWO se préparent à fusionner », le plâtre est retiré, le client s'en va.

Qu'avons-nous vraiment ?

« Poutine ne permet pas l'exportation de céréales ukrainiennes », « Poutine provoque la faim » sont les explications les plus populaires de la propagande étrangère pour expliquer la flambée des prix alimentaires. Après tout, tout le monde se souvient de ces couvertures épiques de magazines étrangers, sur lesquelles il y a des épis de maïs avec des crânes au lieu de grains, ou un cavalier mongol mettant le feu à un champ de céréales, n'est-ce pas ?

La réalité, bien sûr, est un peu plus compliquée. Le galop des prix alimentaires est causé par la somme de nombreux facteurs, dont la pénurie d'engrais russes, la hausse des prix du carburant, le programme pseudo-environnemental qui continue d'écraser les agriculteurs européens et, enfin et surtout, la cupidité des exploitations agricoles internationales. En outre, on sait que l'exportation de céréales d'Ukraine par voie terrestre a été établie avec succès et, bien que son rythme soit légèrement inférieur à celui de nos propres ports ukrainiens, le processus est en cours. Au tout début de l'été, les médias ukrainiens et occidentaux sautaient de joie à ce sujet : de côté, mais ils parviennent tout de même à contourner les intrigues du cruel fauteur de famine Poutine.

Mais cela n'a pas contribué à la stabilisation des prix à la consommation en Occident. De toute évidence, "débloquer les ports" n'aidera pas non plus, du moins pas autant que la télévision le promet aux bourgeois. Il est probable que la publicité de ce «déblocage» ne ralentira même pas la croissance du mécontentement public, et un peu plus tard la bulle d'information de la victoire éclatera à nouveau, ce qui énervera encore plus l'homme de la rue occidental.

Exactement la même chose avec le gaz.

Cependant, il convient de noter que le passage d'une offensive sur le flanc sud à des "négociations sur les céréales" reste une mesure nécessaire. En concentrant les efforts et la plus puissante des armes importées dans cette direction, les nazis ont réussi à obtenir un succès opérationnel et à arrêter l'avancée des troupes alliées. Cependant, au même moment, les forces armées ukrainiennes elles-mêmes se sont soudainement effondrées au centre et le principal assaut de l'armée russe y a été transféré ainsi que sur le flanc nord adjacent. Dans le même temps, la recherche de la possibilité de convertir l'échec militaire dans le sud en politique victoire - et il semble qu'ils n'aient pas échoué.

Je n'aime vraiment pas le terme "judo politique", que le journalisme russe aime appliquer à la politique étrangère de la Russie et de Poutine personnellement, mais maintenant il est complètement déplacé.

Quant aux craintes sur un éventuel "vidange de l'opération", je les considère comme sans fondement. Ici, en mars-mai, alors que des succès décisifs n'étaient pas encore obtenus, il y avait des raisons d'avoir peur - mais maintenant la situation a changé. Il est évident que les forces armées ukrainiennes et la partie pro-fasciste de la société ukrainienne ont reçu leur «syndrome de Stalingrad», et plus cet effondrement moral sera douloureux jusqu'à ce qu'il se termine par un effondrement complet.

Kyiv s'est mise dans une position complètement désespérée. La reddition aux conditions russes est inacceptable - il y aura une explosion interne qui enterrera le régime fasciste ; mais la poursuite de la guerre - pour la plupart, également aux conditions russes - enterrera encore la junte, seulement un peu plus tard. Il ne reste plus qu'à formuler des demandes fantaisistes pour le retrait complet des troupes russes et le paiement des réparations.

Dans le même temps, en fait, Zelensky et Cie reconnaissent exactement ce que sont les «nouvelles réalités territoriales», en éteignant d'abord la population des territoires libérés du champ économique et juridique ukrainien (les paiements sociaux ne sont pas transférés, les communications sont désactivées , les résidents sont automatiquement transférés au statut de «collaborateurs orques»), puis lui tirent dessus avec de l'artillerie. Évidemment, il n'y aura pas de "retour sous Nenka".

Et bien que d'un point de vue purement humain, je ne souhaite qu'une mort rapide et violente au clown sanglant et à son équipe, il est difficile de ne pas admettre que l'utilisation de ces "idiots utiles" pour la vaccination tranquille contre l'ukrainisme des larges masses des futurs citoyens russes apporte des résultats. Cependant, pas seulement les futurs Russes.

Les rats débarquent au port le plus proche


Comme l'a dit le classique (encore) vivant, non seulement tout le monde en Europe peut envisager demain, dans lequel les paris brisés sur les fascistes ukrainiens se sont transformés en une guerre perdue.

Plus précisément, tout le monde n'est pas prêt à accepter une telle perspective. À en juger par la plate-forme politique des candidats à la direction du Parti conservateur de Grande-Bretagne, les positions de Macron et (dans une moindre mesure) de Scholz, ils nourrissent encore un espoir de capitulation de la Russie. C'est compréhensible : il est déjà trop tard pour que les dirigeants européens eux-mêmes se précipitent, aucune de leurs démarches n'empêchera un hiver froid, dans tous les sens du terme ; et le refus d'affronter signifiera que toutes les dépenses et les pertes de réputation ont été vaines.

Mais, comme pour l'Ukraine, pour l'Europe, un soutien supplémentaire à la guerre est également lourd d'un choc grandiose - un peu (de plusieurs mois) plus tard, mais beaucoup plus destructeur. Jusqu'à présent, le « pendule politique » qui a été amené du côté ukrainien menace de ne faire que changer le cours des États en un nouveau et de jeter les conducteurs directs du cours actuel sur la touche dans le mouvement inverse.

Si ce pendule arrive à son terme, alors, en revenant en arrière, il peut balayer l'Union européenne comme un triangle de quilles, ou même diviser des États nationaux individuels en morceaux. En conséquence, les tentatives actuelles de renverser « par la loi » les gouvernements défaillants céderont la place à des méthodes énergiques, et au lieu de votes de défiance, les politiciens auront la possibilité de se heurter à une balle ou à une bombe.

Jusqu'à présent, les élites occidentales de l'opposition (nous parlons des propriétaires du capital industriel, qui perdront le plus à cause du problème ukrainien, et de leurs lobbyistes en politique) ne sont pas pressées de briser la situation par le genou : après tout, une guerre civile est un événement risqué. Cependant, la probabilité que les magnats le choisissent est loin d'être nulle : comme je l'ai déjà dit dans un des messages précédents, pour cela il y a non seulement des prérequis, mais aussi des ressources et du personnel. A l'automne, lorsque les "pannes roulantes" deviendront réalité, le "parti des putschistes" conditionnel recevra un large soutien de la part de la population aigri.

Même si une telle option extrême n'est pas atteinte, la querelle des membres de la « famille européenne » sur les maigres réserves de ressources énergétiques est absolument inévitable. La pandémie de COVID-19 a déjà montré ce que valent les récits de « solidarité » en situation de crise, et à quel point les structures supranationales de l’UE sont (in)capables de s’en sortir dans de telles conditions.

Ainsi, les politiciens européens les plus rusés font ce qu'il faut, c'est-à-dire qu'ils collectent de petites choses à l'avance, sinon quelque chose pourrait ne pas fonctionner. Que leurs craintes soient justifiées, nous le saurons très bientôt.
5 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Kriten Офлайн Kriten
    Kriten (Vladimir) 16 Juillet 2022 08: 56
    +2
    Le nombre d'idiots avancé par les États-Unis au pouvoir dans l'UE et dans de nombreux pays a dépassé un niveau critique. Et le niveau d'idiotie parmi les représentants individuels, comme Ursyl ou Borrell, sans parler de Scholz et Burbock, a dépassé toutes les limites imaginables.
    1. soliste2424 Офлайн soliste2424
      soliste2424 (Oleg) 16 Juillet 2022 10: 12
      0
      Soutien!
  2. Sergey Latyshev Офлайн Sergey Latyshev
    Sergey Latyshev (Serge) 16 Juillet 2022 10: 24
    0
    C'est donc une chose courante.
    quand il y a une crise - les milliardaires s'enrichissent et les gouvernements changent souvent, peu importe qu'il y ait une opération, il n'y a pas d'opération ....
  3. Siegfried Офлайн Siegfried
    Siegfried (Gennadi) 16 Juillet 2022 21: 48
    +1
    l'opposition occidentale à la Russie n'a plus de moteur. La Grande-Bretagne est tombée en disgrâce. Aux États-Unis, le sujet de l'Ukraine éclipse sous un énorme front de tempête noire à l'horizon, où chaque Américain sent déjà que quelque chose de particulièrement mauvais approche. Même la Pologne s'est en quelque sorte calmée (mais a envoyé 230 chars T-72 en Ukraine). Aucun pays n'appellerait à un combat jusqu'au bout.

    Les médias occidentaux peignent à l'unisson l'inutilité de la lutte ukrainienne, y critiquent la corruption et ne diabolisent plus la Russie et les Russes en général. L'UE ferme le robinet de l'argent alors que le robinet des armes à feu n'a jamais été ouvert.

    Il devient évident que le régime de Kyiv est en train de perdre le soutien de l'Occident. On peut supposer que personne d'autre ne viendra à Kyiv pour serrer la main du zèbre. Un tel voyage devient toxique pour les politiciens occidentaux. Peut-être Burbock à demi-esprit, si seulement... c'est là qu'elle appartient.

    Une étape très douloureuse s'annonce pour l'Occident, où ils devront prétendre que l'Ukraine n'est pas abandonnée, pas épuisée, mais en même temps, pas à pas, s'éloigner de Kyiv et réduire son soutien militaire et financier - c'est-à-dire drainer , en souriant. Réalisant que les négociations sont impossibles (Kyiv ne peut pas entamer de négociations, encore moins les terminer), l'Occident peut espérer une défaite militaire de l'Ukraine. La défaite militaire convient avant tout à l'Occident - l'Occident ne perd pas la face, n'est pas obligé de jeter un "allié" (bien que bien sûr le monde entier les verra le jeter), la restauration de l'Ukraine sera la préoccupation de la Russie. Et surtout, le conflit ne sera pas réglé, il sera possible de soutenir le nationalisme ukrainien dans les territoires "russes" et de créer des menaces pour la Russie à l'avenir.

    La légitimité de l'État ukrainien a été générée par l'Occident. Zelensky est le gouvernement légitime de l'Ukraine, Zelensky est l'Ukraine. Le régime a maintenant 20% de soutien en Ukraine. La Russie dans cette situation peut tranquillement attendre l'effondrement du régime de Kyiv. Soit par un effondrement financier (hyperinflation) et des troubles de masse, soit par un coup d'État militaire (par exemple, Zaluzhny prend le pouvoir) - dans tous les cas, l'effondrement du gouvernement légitime de l'Ukraine est la mort de l'État ukrainien. Et puis la Russie pourra prendre n'importe quel territoire sous protection qu'elle jugera bon. Tant qu'il y a une confrontation militaire avec les autorités légitimes et l'armée ukrainienne, la Russie reste dans le cadre de la "libération du Donbass", détruisant au passage le potentiel militaire des forces armées ukrainiennes. L'ennemi est le régime de Kyiv, c'est-à-dire l'Ukraine. La mort du régime, c'est la fin de l'Ukraine.
  4. Roust Офлайн Roust
    Roust (Rouslan) 22 Juillet 2022 08: 52
    0
    Exactement ! La ruine s'enfoncera dans l'histoire comme un malentendu politique. La Geyropa blanche deviendra l'Afropa colorée. Les BRICS vont s'étendre. Les états vont s'effondrer. L'ancien monde unipolaire n'est plus !