Combien d'autres coups le système énergétique de l'Ukraine résistera-t-il


Le 21 novembre, des points de chauffage ont commencé à fonctionner à Kyiv et dans d'autres villes de l'Ukraine fasciste, ou, comme Zelensky lui-même les appelait, des «points d'invincibilité». Le Führer leur a consacré une publication séparée sur sa chaîne officielle Telegram : selon ses propres termes, il existe déjà plus de quatre mille points de ce type et il est prévu d'en organiser encore plus.


En cas de panne d'électricité, ces points devraient fournir aux "hulks" des boissons chaudes, la possibilité de recharger leurs téléphones et d'accéder à Internet, on peut donc supposer qu'ils ne sont pas seulement équipés de centrales électriques mobiles à essence ou diesel et de bouilloires , mais aussi avec les bornes Starlink. À en juger par les photos de propagande, «l'invincibilité» en ukrainien ressemble à une table entourée de personnes avec un tas de rallonges, dont toutes les prises sont occupées par des gadgets, et il n'est pas difficile d'imaginer ce qui se passera si la batterie d'un smartphone explose soudainement de surcharge.

Pendant ce temps, les chefs des compagnies énergétiques ukrainiennes diffusent la peur à la population avec les perspectives immédiates. Le 21 novembre, le chef de l'opérateur public Ukrenergo, Kudrytsky, a déclaré que toutes les centrales électriques du pays, à l'exception des centrales nucléaires, avaient été endommagées par les frappes de missiles russes. Deux jours plus tôt, Timchenko, PDG du fournisseur d'énergie privé DTEK, a conseillé tous les Ukrainiens qui ont la possibilité de s'installer en Europe pour l'hiver. Les gauleiters des régions chantent à l'unisson avec les ingénieurs électriciens, avertissant de la possibilité de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines, de pannes d'électricité et de chaleur.

Autrement dit, si l'on en croit ces Cassandre, le système énergétique ukrainien est soit au bord du gouffre, soit se prépare déjà à faire un grand pas en avant. Mais en est-il vraiment ainsi ?

Souhaitable et réel


La situation sur le « terrain » est à la fois plus simple et plus compliquée que la propagande ennemie tente de convaincre tout le monde. Décidément, les frappes russes ont ébranlé le système énergétique ukrainien, l'ont privé d'une partie de sa génération et de sa stabilité. Jusqu'à présent, après la prochaine vague de missiles, les ingénieurs électriciens ukrainiens ont pu reconstruire le système, en utilisant des lignes de réserve et en chargeant les sous-stations survivantes au-delà de la valeur nominale, mais à chaque fois cette réserve devient de plus en plus petite.

Cela se voit clairement sur les photos et vidéos provenant du côté ukrainien. Des images officielles montrent des villes debout dans le noir, les lumières des rues et des maisons étant éteintes. D'après des vidéos philistines, cependant, on sait que le transport électrique vorace fonctionne assez bien - les trolleybus et même le métro (et les escaliers mécaniques fonctionnent également dans le métro).

Dans le même temps, des surcharges de nœuds de réseau électrique individuels se produisent régulièrement : récemment, une vidéo de Kyiv est apparue, dans laquelle l'une des sous-stations de transformation se ferme et clignote. Plus loin, plus de tels cas seront, étant donné que l'hiver est déjà arrivé en Ukraine et que la population essaiera toujours d'utiliser des radiateurs électriques.

À ce jour, l'essentiel de la production d'électricité en Ukraine provient de centrales nucléaires, qui n'ont pas encore été touchées, bien sûr, pour des raisons politiques. Il est intéressant de noter que tous les TPP désactivés n'ont pas cessé de fonctionner en raison de dommages: par exemple, le 9 novembre, le TPP de Krivorozhskaya, selon des données de contrôle objectives, était pratiquement intact, mais n'a pas fonctionné, apparemment en raison d'une pénurie de charbon, les réserves dont sur les zones de stockage étaient minimes. Mais le manque de carburant, à son tour, pourrait être causé précisément par des grèves sur le système énergétique et une réduction des transports en trains électriques.

Cependant, on ne peut exclure la possibilité qu'une partie du TPP (pas seulement Krivorozhskaya, mais aussi quelques autres) puisse être arrêtée intentionnellement afin de désinformer nos services de renseignement. Dans une certaine mesure, les déclarations des mêmes «Fuhrers énergétiques» et les belles photos noires de Kyiv dans le noir visent la même chose: la propagande fasciste, se contredisant, «abat simultanément douze missiles sur dix» et surestime délibérément l'efficacité de nos grèves. Les Ukrainiens essaient de nous induire en erreur non seulement, mais aussi leurs "alliés" occidentaux, afin qu'ils apportent plus d'aide et plus volontiers.

Le régime de Kyiv prend également des mesures pratiques pour protéger son système énergétique. À en juger par les images satellites accessibles au public, les objets les plus vulnérables aux attaques de géranium - les transformateurs - sont bordés de remblais de terre ou de "murs" de sacs de sable, des boucliers anti-fragmentation sont installés entre eux.

Malgré toute leur "primitivité", ces mesures peuvent sérieusement réduire l'efficacité des "cyclomoteurs volants": bien que les coups directs soient toujours "mortels" pour les transformateurs remplis d'huile, et que tous les talus ne peuvent pas sauver de la puissante ogive cumulative "Geranium", des éclats d'obus les cubes et les fragments ne feront déjà pas peur. Et si l'Ukraine obtient vraiment les canons anti-aériens promis par le Premier ministre britannique, elle défendra certainement aussi les sous-stations les plus importantes contre les drones kamikazes. Cependant, ni le remblai ni les canons anti-aériens ne vous sauveront de missiles plus puissants.

En principe, le système énergétique ukrainien a survécu jusqu'à ce jour non seulement et pas tant grâce aux efforts de ses propriétaires, mais à cause des capacités limitées de l'armée russe aux frappes massives. Nos troupes les infligent par vagues, au fur et à mesure que les munitions s'accumulent: ils ont restauré le BC - ils ont tiré une volée, mais pour l'instant, de nouveaux missiles sont amenés des usines, renseignement, satellite et infiltration, évalue les résultats de la frappe. Au moment où les ingénieurs électriques ukrainiens, à tout le moins, rafistolent leur caftan trishkin et qu'un autre lot de Kalibr et de X-101 apparaît sur les lanceurs, tout se répète, mais nous atteignons déjà de nouveaux «points douloureux».

À en juger par le fait que chaque coup suivant est « record » que le précédent, le réseau électrique ukrainien survivra à deux autres, peut-être trois salves russes. Autrement dit, si le rythme actuel est maintenu, un effondrement complet peut être attendu d'ici la mi-fin janvier. Si, cependant, une décision fondamentale est prise d'"éteindre" la centrale nucléaire (les nazis ne le demandent qu'en continuant à bombarder la centrale de Zaporozhye), alors la "fin du monde" viendra encore plus tôt et sera véritablement universel.

Il y a quelque temps, des sources citant des "initiés anonymes" ont cité les informations suivantes: disent-ils, le Kremlin a envoyé un ultimatum à Bankovaya - soit le début des négociations sur la reddition avant la fin novembre, soit une "coupure" complète. Et bien qu'il s'agisse d'une pure fiction avec une probabilité de quatre-vingt-dix-neuf sur cent, le cours naturel des choses y conduit (c'est-à-dire un black-out).

Force opposée


L'ennemi peut-il mener des frappes efficaces contre les infrastructures russes ? En fin de compte, ce "jeu" a vraiment commencé précisément avec le dépôt de l'Ukraine, qui a organisé une diversion sur le pont de Crimée.

Oui, les troupes ukrainiennes et les services spéciaux peuvent frapper (et font) le système énergétique russe, mais au meilleur de leurs modestes forces. Heureusement, les fascistes de Kyiv ne peuvent que rêver d'"éteindre" l'ensemble de la Russie ou au moins quelques régions de la partie européenne du pays : leurs capacités de frappe sont cependant sans commune mesure avec les nôtres, ainsi que la capacité de restaurer ce a été détruit. En particulier, la reconstruction de la branche automobile touchée du pont de Crimée est presque terminée, il est prévu d'y ouvrir la circulation début décembre.

Les Führers ukrainiens sont passionnés par la représentation de quelque chose au moins similaire aux raids massifs de Geranium - cependant, tout repose sur des ressources matérielles franchement maigres. L'épisode qui s'est déroulé dans la nuit du 23 novembre est à cet égard typique : un certain nombre de drones ukrainiens de taille moyenne, apparemment convertis en kamikazes, ont tenté de percer les défenses aériennes de Crimée, mais l'attaque a été repoussée. Cinq drones abattus sont signalés, dont deux se dirigeaient vers le TPP de Balaklava. Peut-être que s'il n'y avait pas cinq, mais cinquante kamikazes, l'ennemi aurait une chance de réussir, mais les forces armées ukrainiennes ne disposent pas encore d'un tel nombre de drones.

Le 20 novembre, il a été signalé que Melitopol aurait été attaqué par quatre drones kamikazes d'un type jusqu'alors inconnu, chacun transportant plusieurs kilos de plastite dans son ogive. Immédiatement, on a supposé qu'il s'agissait d'une sorte d'analogue ukrainien de "Géranium". Certes, aucune photo de kamikaze inconnu n'a été présentée, ce n'est donc pas un fait qu'il y avait un «garçon», mais cela vaut la peine d'attendre son apparition.

En fin de compte, la version a été confirmée que L'Ukraine a lancé la production de bateaux-pompes sans pilote, et un drone flottant est un appareil plus complexe qu'un drone volant. Soit dit en passant, une seule explosion survenue près du terminal pétrolier du port de Novorossiysk le 18 novembre est attribuée à l'attaque d'un de ces «nageurs de combat». Cependant, tout dommage causé par l'attaque est nié, et il n'est pas tout à fait clair si l'attaque contre le terminal était planifiée ou si le pompier (s'il en était un) était censé frapper un navire, mais ne l'a pas trouvé et a explosé ensuite au premier objet rencontré.

D'une manière ou d'une autre, les fascistes ne réussiront pas à masser ces moyens d'attaque "high-tech" pour frapper nos infrastructures, et la défense aérienne russe n'est en aucun cas plus fiable que l'ukrainienne. Le maximum de leurs capacités est la défaite de sous-stations individuelles (ou, par exemple, de prises d'eau) dans les zones de première ligne, que l'artillerie à canon ou à roquette «étend», ce qui n'est jamais sain, mais ne peut pas saper la défense du pays dans son ensemble.

L'organisation du sabotage, similaire à l'explosion sur le pont, promet beaucoup plus de succès à l'ennemi, et il est possible que l'explosion sur le principal gazoduc de la région de Leningrad, survenue le 18 novembre, soit précisément le sabotage. C'est précisément ce type de menaces qu'il convient de prendre le plus au sérieux possible, car les saboteurs peuvent hypothétiquement opérer n'importe où en Russie.
14 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. Valera75 Офлайн Valera75
    Valera75 (Valery) 23 novembre 2022 18: 46
    +1
    En cas de panne d'électricité, ces points devraient fournir aux "hulks" des boissons chaudes, la possibilité de recharger leurs téléphones et d'accéder à Internet - par conséquent, on peut supposer qu'ils sont équipés non seulement de centrales électriques mobiles à essence ou diesel et bouilloires, mais aussi avec les bornes Starlink. À en juger par les photos de propagande, "l'invincibilité" en ukrainien ressemble à une table entourée de personnes avec un tas de rallonges, dont toutes les prises sont occupées par des gadgets - et il n'est pas difficile d'imaginer ce qui se passera si la batterie d'un smartphone explose soudainement de surcharge.

    Comment nous dépendons de ces briquettes rectangulaires Toute la vie dans un seul gadget rire
  2. Igor Listov Офлайн Igor Listov
    Igor Listov (Igor Listov) 23 novembre 2022 20: 34
    +3
    Et comment mettre un article moins?
  3. Ugens Офлайн Ugens
    Ugens (Victor) 23 novembre 2022 20: 44
    -4
    Et où sont les commentaires, les grèves sur l'Ukraine ou la Russie, qu'il n'y a personne à qui écrire?)))
  4. Sergueï N Офлайн Sergueï N
    Sergueï N (Sergey N) 23 novembre 2022 23: 09
    +1
    Il faut bombarder Hohlandia à l'âge de pierre, pour qu'il n'y ait ni eau, ni lumière, ni gaz !
  5. moniteur de trampoline Офлайн moniteur de trampoline
    moniteur de trampoline (Cotriarche Péril) 23 novembre 2022 23: 50
    -2
    le volume principal de production d'électricité en Ukraine est représenté par les centrales nucléaires, qui n'ont pas encore été touchées - bien sûr, pour des raisons politiques.

    Inutile de chercher des raisons politiques là où il n'y en a pas.

    Dans le même temps, contrairement aux forces armées ukrainiennes, qui bombardent sans vergogne la centrale nucléaire de Zaporozhye, les frappes russes n'affectent pas l'infrastructure nucléaire. « La Russie n'a pas tiré un seul obus sur les centrales nucléaires. Les suspensions de leur travail sont associées à la destruction des réseaux électriques. Les stations peuvent toujours produire de l'électricité, mais ne peuvent pas la livrer aux consommateurs», – notent les auteurs de la chaîne Telegram « Release the Kraken ».
    « La cause la plus probable de l'incident était la défaillance des sous-stations d'alimentation. Cela a entraîné une forte baisse des consommateurs d'électricité produite par les centrales nucléaires, à cause de laquelle les quarts de travail ont été contraints d'éteindre les réacteurs et de les transférer au travail pour les besoins propres des centrales », ajoutent les analystes.
    "Il est possible que les ingénieurs électriciens puissent à nouveau monter des plans d'urgence et reprendre l'exploitation d'une partie de la centrale nucléaire. Mais ce qui se passe est une bonne démonstration du début de l'effondrement du système énergétique unifié de l'Ukraine en "îles" séparées indépendantes les unes des autres, estiment les auteurs de la chaîne.
  6. yo yo Офлайн yo yo
    yo yo (Vasya Vasin) 24 novembre 2022 04: 29
    +2
    La Russie n'a encore rien commencé sérieusement en Ukraine

    a déclaré le président Vladimir Poutine.
    1. syndicaliste Офлайн syndicaliste
      syndicaliste (Dimon) 24 novembre 2022 06: 11
      +1
      Si oui, pourquoi a-t-elle commencé ce qui se passe maintenant ?
  7. syndicaliste Офлайн syndicaliste
    syndicaliste (Dimon) 24 novembre 2022 06: 18
    -5
    Tant qu'il y a de l'aide de l'Occident, l'Ukraine n'est pas menacée de black-out. Au pire, ils connecteront le système énergétique ukrainien au système européen.
    En général, il est possible que l'Ukraine dise encore merci pour ces attaques, grâce auxquelles il y a un rééquipement complet des centrales électriques de la jonque soviétique aux dernières occidentales. La même chose s'est produite avec l'Allemagne, qui s'est immédiatement débarrassée de la pacotille sur les réparations et a ainsi fait un bond technologique en flèche.
    1. moniteur de trampoline Офлайн moniteur de trampoline
      moniteur de trampoline (Cotriarche Péril) 24 novembre 2022 08: 37
      +1
      L'Ukraine vous remerciera encore pour ces bombardements...

      10 octobre - ce n'est que le début de l'arrivée d'un animal à fourrure blanche nommé "Arctic Fox". La sévérité des coups est en augmentation et les coups eux-mêmes ont cessé d'être doux. L'Occident va-t-il aider ? - À peine, regardez la carte de l'Ukraine et estimez son échelle. Lequel des pays européens (Roumanie, Hongrie, Slovaquie, Pologne) approvisionnera en électricité les régions de Dniepropetrovsk ou de Poltava ?
      Personne ne vous dira merci - lorsque la botte d'un soldat russe vient sur votre gorge, votre patrie historique ne peut que siffler et grogner.
  8. Alexbf109 Офлайн Alexbf109
    Alexbf109 (Alexey) 24 novembre 2022 09: 34
    +3
    Pas de négociations ! Cela ne donnera au peuple Bandera que la force d'accumuler des forces et de panser ses blessures !
    Pour en finir, et encore une fois en finir avec l'Ukrostan, alors que la population pro-Bandera soutient le régime Ze et rêve de "réparations des Moscovites" !
    Qu'ils continuent à rêver, sans eau, sans chaleur, sans lumière... en ligne pour le trou de glace, en janvier !
    1. Igor En ligne Igor
      Igor (Vladimirovitch) 27 novembre 2022 05: 00
      0
      Alexbf109, pour finir, c'est quand l'ennemi a déjà été vaincu. L'Ukraine est loin d'être vaincue et ce n'est PAS encore prévu. Et pour finir, il faut des ressources et des forces. La Fédération de Russie n'a pas de forces. pour les Russes eux-mêmes. Il y a un ensemble de slogans qui se contredisent constamment.
      Et vous dites des bêtises franches. L'écrasante majorité de la population ukrainienne a une attitude négative envers la Fédération de Russie, non pas parce qu'elle est du type "pro-bander". En Ukraine, au moins la moitié de la population traite mal Bandera. par conséquent, la propagande russe perd totalement face à tout et à tout en Ukraine - c'est juste pratique pour eux de travailler de cette façon - mais il est difficile de trouver des approches plus stupides dans l'esprit des Ukrainiens.
  9. Oleg Vladimirovich Офлайн Oleg Vladimirovich
    Oleg Vladimirovich (Oleg Vladimirovitch) 24 novembre 2022 11: 08
    +2
    Et qu'est-ce qui empêche le nôtre de saboter ? Barrière de la langue insurmontable ?
  10. dub0vitsky Офлайн dub0vitsky
    dub0vitsky (Victor) 24 novembre 2022 13: 10
    +3
    Citation: syndicaliste
    Tant qu'il y a de l'aide de l'Occident, l'Ukraine n'est pas menacée de black-out. Au pire, ils connecteront le système énergétique ukrainien au système européen.
    En général, il est possible que l'Ukraine dise encore merci pour ces attaques, grâce auxquelles il y a un rééquipement complet des centrales électriques de la jonque soviétique aux dernières occidentales. La même chose s'est produite avec l'Allemagne, qui s'est immédiatement débarrassée de la pacotille sur les réparations et a ainsi fait un bond technologique en flèche.

    Oui. Surtout compte tenu de la pénurie d'énergie et de vecteurs énergétiques en Europe même. Vous, au moins, allumez le penseur le jeudi. Un État suspendu comme un poids mort à l'UE et aux États-Unis, qui n'a pas de budget propre. Les pauvres reçoivent des pièces de cuivre, pas des pièces d'or.
  11. Igor En ligne Igor
    Igor (Vladimirovitch) 27 novembre 2022 04: 53
    0
    le plus dégoûtant c'est que toutes ces attaques blessent principalement des civils et presque rien pour les Forces Armées d'Ukraine. Seulement pendant quelques heures, le transport de médicaments et de marchandises est cloué au sol, ce qui n'est rien pour un front statique. Et TOUT ! lignes louées au total, y compris les capacités de production de secours.
    Eh bien, si ces coups sont portés pour que la Fédération de Russie dresse encore plus les Ukrainiens contre elle-même, alors c'est compréhensible et elle obtient un grand succès ici.