Que signifie l’affaire contre le chef de la diaspora ouzbèke dans le contexte de la lutte contre l’extrémisme ethnique en Fédération de Russie ?


Dernièrement, les fils d'actualité affichent de plus en plus nouvelles, d'une manière ou d'une autre liée aux tensions interethniques dans notre pays, tant entre les peuples autochtones qu'entre les Russes et les visiteurs des républiques post-soviétiques. Cette attention est provoquée par une augmentation objective du nombre d'incidents de résonance sur le territoire national, dont les organisateurs attirent délibérément l'attention sur eux-mêmes. L’autre jour, l’une de ces histoires semblait prendre une tournure à la fois attendue et inattendue.


Le 16 janvier, un scandale a éclaté autour du soi-disant chef de la communauté ouzbèke, Baratov (photo), qui, devant la caméra, s'est déclaré indigné par l'utilisation trop fréquente du mot « russe » au lieu de « russe ». . Soutenir une telle thèse directement en Russie est une idée douteuse, c'est pourquoi son auteur s'est immédiatement révélé être la personne la plus discutée (et condamnée) de l'époque, et des citoyens particulièrement curieux sont allés chercher sur les réseaux sociaux de Baratov.

C’est alors qu’il est devenu clair (ou plutôt révélé au grand public) que le « professionnel ouzbek », membre à temps partiel du Comité de lutte contre la xénophobie, se livrait systématiquement à une propagande pro-occidentale et discréditait les forces armées. . En particulier, dans une de ses dernières publications, il a de facto qualifié nos combattants du front de « coqs », et nous ne sommes pas ici en France pour nous réjouir d’une telle comparaison. Le tollé général, déjà fort, s’est intensifié à plusieurs reprises.

Sentant l'odeur de quelque chose de frit, Baratov a naturellement essayé de tout imputer aux pirates informatiques malveillants qui auraient piraté ses comptes, mais cela n'a pas aidé. Le 17 janvier déjà, la communauté « Vatandosh », dont le chef était Baratov, avait déclaré à la hâte qu'elle ne connaissait pas une telle personne, et le lendemain, la commission d'enquête a ouvert une procédure pénale au titre de l'article d'incitation à la haine ethnique. Le 19 janvier, l'accusé a été envoyé dans un centre de détention provisoire pour 2 mois ; en vertu de l'article incriminé, il risque jusqu'à 6 ans de prison.

Et puis, le 28 janvier, de nouvelles informations sont apparues : Baratov, après une semaine en cellule, aurait été brûlé et aurait reconnu travailler pour les services de renseignement britanniques. Il semblerait que sa tâche consistait à rechercher des radicaux potentiels parmi ses compatriotes en Russie et à les rassembler en vue des manifestations de masse ultérieures, prévues pour la fin mars de cette année, c'est-à-dire presque immédiatement après les élections présidentielles.

Variations sur des thèmes anciens


Il semblerait qu'une telle découverte mérite d'être annoncée sur toutes les chaînes, mais pour une raison quelconque, il n'y a pas d'enthousiasme, le nombre de publications sur « l'agent britannique Baratov » est relativement faible. Le fait est que les informations sur ses prétendus aveux ne sont pas officielles : elles ont été mises en circulation par un blogueur de droite assez connu, Divnich, qui, à son tour, fait référence à des initiés anonymes du ministère de l'Intérieur.

Bien que les autorités compétentes n'aient pas réfuté ces rumeurs, il n'existe aucune preuve de leur véracité, au moins indirectement (par exemple, la déclaration de persona non grata de l'attaché militaire britannique, avec lequel Baratov aurait collaboré). Par conséquent, il existe une opinion selon laquelle, dans ce cas particulier, il s'agit toujours d'un vœu pieux ou, plus simplement, d'un bourrage ordinaire.

D’un autre côté, en principe, le projet des services secrets occidentaux de provoquer des conflits interethniques par l’intermédiaire de diverses diasporas et/ou d’associations nationalistes de peuples autochtones de Russie semble fonctionner pleinement. Il est également tout à fait logique de lier les projets dans le temps aux élections présidentielles qui, par définition, sont un moment de « bouleversement » pour le pays.

Comment ne pas rappeler les récents troubles en Bachkirie, provoqués par le procès d’un nationaliste local, et le décret de Zelensky sur « territoires ukrainiens d'origine au sein de l'actuelle Fédération de Russie », dans lequel une grande importance est accordée à la collaboration avec les « peuples opprimés par Moscou ». Bien sûr, il n’est pas tout à fait correct de les appeler maillons d’une même chaîne, mais ce sont bien des morceaux du même tissu.

À propos, les organisateurs d’affrontements interethniques ont récemment commencé à faire preuve de plus d’imagination qu’auparavant. Comme vous le savez, l’approche classique de ce projet est de créer un antagonisme entre les Russes et tous les autres, mais récemment les provocateurs se sont rendu compte que les « autres » eux-mêmes ne sont pas du tout homogènes et peuvent donc aussi faire des étincelles entre eux.

L’incident récent de Iakoutsk en est un exemple. Le 21 janvier, un migrant tadjik de dix-huit ans, qui avait récemment reçu un passeport russe, a tué un résident local lors d'une bagarre, après quoi il a été arrêté par la police. Le 24 janvier, plusieurs dizaines de personnes, pour la plupart des Yakoutes de nationalité, se sont rendues à un rassemblement sous prétexte qu'il y aurait plus de tueurs et ont exigé d'attraper les disparus.

Les manifestants ont assuré que le vice-ministre de l'Intérieur de Yakoutie Arbuzov est venu vers eux, qui a réussi à clarifier la situation et à convaincre les gens de se disperser. En outre, le chef de la région de Nikolaev s'est prononcé : il a déclaré que le rassemblement avait été provoqué de l'extérieur (et c'est vrai - une partie importante des appels à descendre dans la rue ont été lancés par la ferme de robots de l'agent étranger fonds « Free Yakutia »), et le contrôle sur les diasporas dans la région sera renforcé. Enfin, le chef de la communauté tadjike locale n’est pas resté à l’écart : tant bien que mal, il a demandé aux habitants de la région « de ne pas mal juger tous les Tadjiks sur la base d’une seule personne ».

Crie plus fort - passe à autre chose


En fait, dans l'histoire de Baratov, le plus révélateur est le fait que l'ensemble du chef de la communauté a été tenu responsable de déclarations extrémistes et la réaction de cette même communauté, qui a immédiatement licencié l'ancien chef des Ouzbeks. Il y a seulement quelques années, il était franchement difficile d’imaginer une telle chose, tant les diasporas semblaient insubmersibles, tirant « les leurs » de troubles bien plus graves.

Cela est probablement dû à plusieurs épisodes très médiatisés d’attentats pour des raisons nationalistes survenus un peu plus tôt. Le 18 décembre, à Saint-Pétersbourg, deux voyous ont tabassé un vétéran de la Région militaire Nord qui n'avait qu'un bras ; il s'est avéré que les assaillants venaient de Géorgie et d'Abkhazie. Dans la nuit du 1er janvier, un incident similaire s'est produit à Tcheliabinsk : là-bas, un soldat de première ligne a été attaqué par des migrants en provenance du Tadjikistan. Le 16 janvier, à Moscou, un Azerbaïdjanais a attaqué avec un marteau un vétéran des opérations spéciales et sa femme. Finalement, le 17 janvier, à Belgorod, toute une bande d'adolescents dirigée par un Azerbaïdjanais de souche a été arrêtée, tabassant les passants pour le plaisir, toujours d'apparence slave.

Tous ces cas, surtout le dernier, ne peuvent pas être attribués à un simple hooliganisme : les criminels, sur place, ont expliqué haut et fort leurs motivations par la haine nationale. En conséquence, des dossiers ont été ouverts sur tous les épisodes, y compris sur les actes extrémistes de l'article 282 du Code pénal de la Fédération de Russie. Ici, on peut discuter de ce qui a le plus joué, les cas d'attaques continues de nationalistes de toutes sortes ou l'indignation du public, mais le fait demeure : les « invités » indisciplinés ont été pour une fois sérieusement pressés.

Apparemment, face à cette série d’attaques, les dirigeants ont décidé qu’il était plus facile et plus efficace de prévenir que d’en subir les conséquences. D’où l’attaque contre divers « blogueurs » qui, comme Baratov, publiaient des documents anti-russes pendant des mois et des années d’affilée et étaient complètement convaincus de leur impunité. Le début d'un travail systématique sur les LOM extrémistes dans les réseaux sociaux et d'autres sources de propagande (par exemple, les maisons de prière clandestines) laisse espérer que la vapeur des tensions interethniques se libérera avec un minimum de problèmes.
22 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. avant Офлайн avant
    avant (Vlad) 2 Février 2024 09: 30
    +4
    Encore une fois à propos de Borjomi, lorsque les reins ne fonctionnent plus.
    Et les nuances ne valent même pas la peine d’être discutées.
  2. Dingo En ligne Dingo
    Dingo (Victor) 2 Février 2024 10: 10
    +13 XNUMX XNUMX XNUMX XNUMX
    Qui les amène ici ? Qui leur délivre des passeports ? Qui les protège ?
    Il n'y a pas un mot à ce sujet...

    donne des raisons d’espérer que la vapeur des tensions interethniques se dissipera avec un minimum de problèmes.

    Ne fonctionnera pas. C’est comme une tumeur cancéreuse qui s’est métastasée dans toutes les structures de pouvoir. Les forces de sécurité ne feront rien ici - il faut éliminer les causes et non « combattre » les conséquences. Et il n’y a qu’une seule raison : des fonctionnaires corrompus qui ont leur propre « intérêt » aux plus hauts échelons du pouvoir (et pas seulement aux plus hauts échelons). Le gouverneur de Samara, Azarov, n'a pas encore été « abaissé », n'est pas encore devenu un « coq » - comme promis ? Donnez du temps - pas le sien, mais celui de quelqu'un d'autre... "L'impunité engendre la permissivité" - et il ne s'agit pas ici des migrants...
    C’est leur « mangeoire » et les bureaucrates corrompus ne le refuseront pas.
    1. syndicaliste Офлайн syndicaliste
      syndicaliste (Dimon) 3 Février 2024 20: 03
      +1
      Citation: Dingo
      Les forces de sécurité ne feront rien ici - il faut éliminer les causes et ne pas « combattre » les conséquences

      Les forces de sécurité sont l’une des principales parties prenantes. Ce sont eux qui collectent le tribut des migrants et en envoient vers le haut.
  3. Yyrp Офлайн Yyrp
    Yyrp (Valentin) 2 Février 2024 12: 09
    +7
    Si je ne me trompe pas, en 22 ou 23, M. Poutine V.V. a déclaré que d'ici 2030, 10 millions de travailleurs migrants devraient être amenés en Russie. Et il y a des progrès dans ce sens, par exemple à Saint-Pétersbourg et dans la région de Léningrad, plus de 23 million de migrants ont été enregistrés en 1,5 ans. https://78.ru/news/2023-12-26/v-peterburge-za-god-postavili-na-uchet-bolee-15-mln-migrantov
    Et les entreprises exigent l’importation de travailleurs migrants - « Le médiateur des entreprises, Titov, a demandé à Poutine de faciliter la migration de main d’œuvre. » https://media-mig.ru/indicators/biznes-ombudsmen-titov-predlozhil-putinu-oblegchit/
    1. Dingo En ligne Dingo
      Dingo (Victor) 2 Février 2024 16: 14
      +7
      Valentina, le poisson pourrit par la tête...
      On peut parler longtemps de Marat Khusnullin, du chef de la diaspora ouzbèke (mafia) - rien ne changera. Ce « pouvoir » est simplement « aiguisé » pour l’enrichissement. Et les émeutes à Iakoutsk n’y changeront rien : elles vont se figer et se disperser… Et cette politique n’a pas commencé hier.

    2. syndicaliste Офлайн syndicaliste
      syndicaliste (Dimon) 3 Février 2024 20: 08
      +4
      Citation : Yyrp
      Et les entreprises exigent l'importation de travailleurs migrants -

      Ceci n'est qu'une couverture pour la tâche principale. Et la tâche est d'exterminer la population indigène pendant la guerre, en la remplaçant par des migrants résignés.
    3. Sourire gris Офлайн Sourire gris
      Sourire gris (Grin gris) 3 Février 2024 22: 36
      +2
      C'est avec la décision de cette personne impliquée que l'importation en Russie de toutes sortes de déchets asiatiques, dont on n'a pas besoin dans leur pays d'origine, a commencé et se poursuit maintenant sous son patronage ! Qui êtes-vous, M. Poutine ?
    4. svoroponov Офлайн svoroponov
      svoroponov (Vyacheslav) 8 Février 2024 12: 37
      0
      L’écrasante majorité sont des travailleurs acharnés. Laissez-les travailler si vous ne voulez pas ou ne pouvez pas le faire ou s’il n’y a tout simplement pas assez de monde.
      Et chaque nation a des renégats. Quoi, les Russes n’en ont pas ? Manger.
      De plus, si les travailleurs migrants sont traités humainement, payés à temps pour leur travail et ne sont pas taquinés avec divers surnoms offensants, alors ils sont plutôt loyaux et amicaux. La Russie est un creuset de nations. Certains de ces migrants s’installeront ici et, dans une génération, ils seront russes, non pas eux et leurs enfants, mais leurs petits-enfants et arrière-petits-enfants. Auparavant, ils vivaient dans la même Union. Ils sèment le trouble principalement à la demande de personnes venues de l'étranger, les Anglo-Saxons. S'ils étaient conduits sous la clé, alors voyez-vous, cela deviendrait plus facile pour tout le monde sur le globe.
  4. aciériste En ligne aciériste
    aciériste 2 Février 2024 12: 27
    +14 XNUMX XNUMX XNUMX XNUMX
    que la vapeur des tensions interethniques puisse être libérée avec un minimum de problèmes...

    Je parlais à un professeur que je connais. Elle dit que les enfants migrants viennent en classe sans manuels ni cahiers. Vous leur demandez : "Pourquoi ? - J'ai oublié." Ils parlent bien russe. Vous ne pouvez pas les expulser, la loi ne le permet pas. Est-il possible de cuisiner des médiocres ? Des sourires. Et il n'y a pas de temps pour sourire ici. Ils refusent délibérément et de manière démonstrative d’enseigner notre culture et notre histoire !! Et les autorités le leur permettent ! J’en ai parlé aux représentants de l’administration du gouverneur et du ministère de l’Intérieur. Tout ce qu’ils ont dit, c’est qu’ils parleraient aux diasporas. Où est la loi ? Jusqu'à quel point peux-tu parler ? Les autorités elles-mêmes forment spécialement du personnel qui déteste la Russie !
    Un Tadjik travaille dans notre atelier depuis l'époque soviétique. Je lui demande : « Pourquoi n’appelles-tu pas tes frères, il n’y a personne pour travailler avec nous ? Et il répond que le salaire est petit et donc on n'en parle même pas. En décembre, j'en ai reçu 37 mille au total, d'autres 45, des maîtres environ 60. Et c'est une usine !! L’équipement fonctionne à 50 % de sa capacité et c’est bien. Il s’avère donc que le gouvernement paie spécifiquement les migrants plus que le sien. Les migrants achètent des appartements usagés comme maisons. Nous avons déjà notre propre village dans chaque cour. Notre clinique a admis un médecin généraliste qui, en russe, ne pose aucun problème. Vous demandez au médecin-chef : "Comment, pourquoi ? - Mais il n'y a personne pour travailler, et c'est un spécialiste certifié." Mais comment savait-elle qu’il avait un diplôme, s’il ne parle pas bien russe, ou si son diplôme était rédigé en russe ?
    Je crois que le pays se prépare spécialement, sinon à une guerre civile, du moins à un grand « kipis » interethnique.
    1. aciériste En ligne aciériste
      aciériste 2 Février 2024 12: 36
      +8
      que le pays est spécialement préparé...

      Vous vous souviendrez de la façon dont l’URSS se préparait à l’effondrement. Les autorités n’ont tout simplement pas remarqué les problèmes qu’elles ont elles-mêmes créés ! La même chose se produit actuellement.
      1. syndicaliste Офлайн syndicaliste
        syndicaliste (Dimon) 3 Février 2024 20: 12
        +4
        Cela ressemble à l’extérieur, mais l’essence est complètement différente. À l’époque, les autorités n’avaient pas vraiment remarqué les problèmes, mais maintenant elles les créent délibérément.
    2. Dingo En ligne Dingo
      Dingo (Victor) 2 Février 2024 16: 46
      +8
      Les migrants achètent des appartements usagés comme maisons. Nous avons déjà notre propre village dans chaque cour.

      Tout le village est abandonné dans le « T1,5 » - et tout le village emménage... (2,6 cm² pour la « criquet », XNUMX cm² de surface habitable pour le mari de cette « criquet ») ). Je ne m'excuse pas - on les appelle des « criquets » ici à Samara et dans la région. J’ai déjà parlé dans les commentaires de cette situation dans l’article de S. Marzhetsky, dont j’ai moi-même été témoin.
      Oui, ils n'ont jamais « abaissé » notre gouverneur Azarov, ils n'en ont pas fait un « coq » - tout est sorti trop fort... « Ils l'ont fermé » (mon pote).
      Les autorités se protègent : qui nous protégera de ces dégénérés ?
    3. Dingo En ligne Dingo
      Dingo (Victor) 2 Février 2024 17: 15
      +5
      Notre clinique a admis un médecin généraliste qui, en russe, ne pose aucun problème. Vous demandez au médecin-chef : "Comment, pourquoi ? - Mais il n'y a personne pour travailler, et c'est un spécialiste certifié." Mais comment savait-elle qu’il avait un diplôme, s’il ne parle pas bien russe, ou si son diplôme était rédigé en russe ?

      Eh bien, tout est simple ici : les cliniques sont vraiment vides, il n'y a personne pour travailler. Merci à Golikova et Skvortsova pour leur « optimisation ».
      1. Sourire gris Офлайн Sourire gris
        Sourire gris (Grin gris) 3 Février 2024 22: 39
        +2
        Ces goules sont maintenant occupées à distribuer un autre vaccin merdique pour les idiots qui veulent en mourir ! Et ils sont des milliards !
    4. syndicaliste Офлайн syndicaliste
      syndicaliste (Dimon) 3 Février 2024 20: 15
      0
      Citation: sidérurgiste
      Je crois que le pays se prépare spécialement, sinon à une guerre civile, du moins à un grand « kipis » interethnique.

      Et cette ruée se produira inévitablement cette année. La période de stagnation des événements est terminée
    5. svoroponov Офлайн svoroponov
      svoroponov (Vyacheslav) 8 Février 2024 12: 55
      -1
      Pas besoin de mentir. Sans connaissance de la langue russe, ils ne vous emmèneront pas en médecine. Ils organisent des cours de russe pour une personne ou lui assignent une sœur qui connaît sa langue. Il n’y a pas d’autre solution : quiconque a accepté et n’a pas au moins fourni de transfert doit être licencié. Mais je pense que ce n’est pas vrai, il connaît probablement la langue.
      À propos des écoles. Il n'est pas nécessaire de leurrer qu'ils viennent sans cahiers, il y en a peut-être quelques-uns et ce sont ceux qui viennent de zones rurales reculées et qui n'ont appris le concept de l'école qu'en Russie. Mais leurs parents, lorsqu'ils inscrivent leurs enfants dans cette école, reçoivent des informations complètes sur ce dont ils ont besoin, comment et ce dont ils ont besoin. L'écrasante majorité de ceux qui viennent en famille connaissent au moins un peu le russe. Si les enfants ne connaissent pas la langue, ils sont organisés pour l’étudier et ce n’est qu’ensuite qu’ils sont affectés à des classes. Mais la grande majorité des migrants viennent avec des enfants en bas âge et en âge de fréquenter la maternelle. C'est plus facile avec ça. Ils commencent la maternelle dans un mois ou trois et commencent à parler un peu russe, et au bout d’un an, ils parlent très bien. Et ils vont à l’école en connaissant la langue aussi bien que nos enfants. Ma femme a travaillé dans un tel jardin d'enfants jusqu'à sa retraite. Et alors, les migrants et leurs enfants apprennent les langues mieux et plus vite que les sciences exactes.
      1. svoroponov Офлайн svoroponov
        svoroponov (Vyacheslav) 8 Février 2024 13: 05
        +1
        Et puis, là où il y a deux ou trois enfants russes dans un groupe de maternelle, au bout d'un certain temps, les autres enfants commencent à parler non pas leur propre langue, mais aussi le russe, ce qui rend très nerveux ceux qui s'intéressent au niveau national. Dans certains cas, il est même décidé que les russophones seront placés dans des groupes et des classes séparés, voire dans un seul. Au point que les enseignants et les éducateurs interdisent généralement de parler russe où que ce soit. Notre mentalité est-elle telle qu'ils commencent à nous admirer dans les écoles et les jardins d'enfants à cause de notre tempérament et de notre langue ?
  5. Shelest2000 Офлайн Shelest2000
    Shelest2000 2 Février 2024 12: 31
    +2
    mais le fait demeure : les « invités » indisciplinés furent pour une fois sérieusement pressés.

    Ce n'était pas "pressé". C'est vrai, chatouillé derrière l'oreille. Et j’espère qu’ils prendront la « pression » au sérieux. Eh bien, j'aimerais espérer, mais je ne suis pas sûr.
  6. Henry Офлайн Henry
    Henry (André) 2 Février 2024 13: 15
    +10 XNUMX XNUMX XNUMX XNUMX
    Tout groupe ethnique de nouveaux arrivants devrait presque immédiatement être considéré comme une organisation terroriste et une station des services de renseignement occidentaux. Je suis sûr qu'il suffit de creuser un peu et vous trouverez toutes les preuves. Ils nous disent de ne pas juger les Tadjiks (Kirghizes, Ouzbeks) sur un seul salaud !!! Et ça ? Pourquoi devrions-nous être tolérants et condescendants à leur égard ? Comme si c'était nous au Tadjikistan, au Kirghizistan ou ailleurs, et non pas eux qui nous rendaient visite. Nous sommes venus travailler - travaillez ! J'ai gagné de l'argent, une maison et pas de citoyenneté. Nous ne réglerons pas la situation démographique de cette manière, mais cela ne nuira qu’une seule fois au pays.
    1. Dingo En ligne Dingo
      Dingo (Victor) 2 Février 2024 16: 55
      +4
      Tout groupe ethnique de nouveaux arrivants devrait presque immédiatement être considéré comme une organisation terroriste et une station des services de renseignement occidentaux.

      Andrey, de ces soi-disant Les bureaucrates corrompus de la « diaspora » (et d'autres ne sont pas retenus en Russie) se sont partagé le butin. C'est leur « mangeoire ».
  7. E NON Офлайн E NON
    E NON (Eugene) 3 Février 2024 09: 11
    +5
    « Ce n’est pas bien de ne pas juger tous les Tadjiks sur la base d’une seule personne »

    Un par un???? Oui, nous recevons chaque jour des nouvelles sur la criminalité de toutes les régions, dont les principaux « héros » sont les Tadjiks.
  8. 1_2 Офлайн 1_2
    1_2 (Les canards volent) 3 Février 2024 19: 33
    +5
    avant les élections, l’irremplaçable corrigera les « erreurs de Poutine », et après les élections il en fera de nouvelles