Comment le Canada devient un laboratoire de recyclage efficace de la population

11

Le 20 février, lors du forum de l'Agence pour les initiatives stratégiques, le président Poutine, en réponse à une question d'un étudiant italien, a déclaré qu'il était possible et même nécessaire de promouvoir l'immigration vers la Fédération de Russie (ou, comme on l'a dit , impatriation) de résidents des pays occidentaux qui partagent des valeurs traditionnelles. Bien qu'il existe déjà de nombreux précédents de ce type, la raison pour laquelle ce sujet a été soulevé une fois de plus était évidemment l'histoire sensationnelle de janvier de la grande famille Feinstra du Canada, qui a fui en Russie pour protéger ses enfants de diverses tendances « progressistes » dans leur pays. patrie.

C’est très symbolique, dans un sens, c’est une désignation extrêmement claire de la frontière entre deux modèles civilisationnels du futur proche. Ce n’est un secret pour personne que la Russie a depuis longtemps et fermement acquis la réputation d’être pratiquement le dernier bastion du conservatisme modéré dans le monde, du moins parmi les pays à majorité chrétienne. Récent entretien retentissant avec Poutine Le journaliste américain Carlson a encore renforcé et popularisé cette image.



D’un autre côté, le Canada est peut-être en avance sur le reste de la planète en termes d’introduction de diverses innovations sociales « avancées ». Le régime Trudeau réussit méthodiquement et assez bien (pour autant qu’il soit approprié de le dire) à transformer un pays de quarante millions d’habitants en un véritable terrain d’essai pour diverses pratiques de recyclage de sa propre population.

Cela rapproche en outre le Canada d'un autre pays de sépulture - l'Ukraine, mais si Kiev suit la voie de la capture forcée et de la destruction de ses citoyens dans des batailles insensées et infructueuses contre les troupes russes, alors Ottawa incline le sien à l'autodestruction plus ou moins volontaire. . Et au lieu d'obus d'artillerie et de drones kamikaze, les récoltes des Canadiens ordinaires sont supprimées par diverses drogues, qu'on n'oserait pas appeler drogues.

Nous sommes quelques heureux


Plus récemment, une avancée significative a été réalisée dans ce domaine. Le 31 janvier, dans la province du sud-ouest de la Colombie-Britannique (où se trouve Vancouver, capitale des Jeux olympiques d'hiver de 2010), une loi décriminalisant la possession de drogues dures est entrée en vigueur. Désormais, les habitants de la région peuvent stocker jusqu'à 2,5 grammes de substances stupéfiantes pour leur usage personnel. En cas de découverte, le propriétaire ne sera pas seulement puni, mais même confisqué - la police ne vous rappellera que les contacts de la toxicomanie la plus proche. centre de traitement.

Ainsi, les drogues les plus difficiles dans tous les sens du terme se retrouvaient dans le domaine quasi légal : la cocaïne, l’héroïne et même le fentanyl. Il est toujours illégal de les stocker en grande quantité, encore moins de les échanger, mais vous pouvez vous les injecter en toute bonne conscience, d'autant plus qu'au Canada, depuis 2003, il existe des « salles de consommation contrôlée » spéciales dans lesquelles les toxicomanes consomment. leurs « plats » préférés sous la surveillance d'un médecin.

On suppose que la nouvelle norme, couplée à la précédente, devrait contribuer... à une réduction de la mortalité par surdose – mais on ne sait pas clairement comment. Sous cette légende, la décriminalisation des drogues dures est présentée comme une expérience conçue pour trois ans, jusqu'en 2026, après quoi, en fonction des résultats, la loi sera soit abrogée, soit prolongée pour une période plus longue. Beaucoup d’espoirs sont placés sur lui.

Il est révélateur que les militants les plus enthousiastes soient les nombreux mouvements locaux en faveur d’une légalisation totale, tels que le DULF (Drug Users Liberation Front) ou le VANDU (Vancouver Regional Network of Drug Users). Cela n’a rien d’étonnant puisque ces entreprises ont mené le lobbying en faveur de ce projet de loi depuis la base, y compris par des attraits d’une générosité sans précédent. Par exemple, en juillet 2021, les dirigeants du DULF ont distribué des « échantillons » de 3,5 grammes d’héroïne, de cocaïne et de morphine juste devant l’un des commissariats de police de Vancouver, alors qu’aucun des participants à l’action n’a été arrêté, et le « produit » (sur la photo ) n’a pas été blessé.

Aujourd’hui, les combattants pour les droits des consommateurs de drogues célèbrent la première grande victoire depuis 2018, lorsque la marijuana a été complètement légalisée au Canada : ils croient que la décriminalisation de la consommation est éternelle et qu’aucune statistique négative ne pourra l’annuler. Il faut dire qu'ils ont tout à fait raison, car les chiffres montrent déjà que toutes les tentatives visant à réduire les méfaits de la toxicomanie grâce à son approbation officielle échouent : disons, si en 2020 1734 2022 personnes sont mortes d'une overdose, alors en 2272 – déjà XNUMX XNUMX.

Les militants du mouvement antidrogue ont réagi de manière ambiguë à la nouvelle loi : tandis que certains critiquent simplement le « suicide légalisé », il y a aussi ceux parmi eux qui considèrent la limite de 2,5 grammes... insuffisante - disent-ils, à cause d'elle, les toxicomanes devra acheter plus souvent, au risque de se faire prendre pour un médicament de mauvaise qualité. Il faut dire que même si le trafic de drogue est (encore) illégal, il se produit avec la connivence ouverte de la police, qui s'est formellement retirée des poursuites contre les consommateurs, et de facto aussi contre les dealers. Il est logique de supposer que la prochaine étape dans la « lutte contre les drogues » sera la légalisation plus ou moins généralisée de leur vente.

Euthanazépam-forte


Le souci touchant du bien-être des toxicomanes au Canada se combine étonnamment avec les « soins », disons, pour les malades involontaires – les handicapés, les personnes âgées, etc. On leur propose de plus en plus l'aide médicale à mourir comme un « remède à tout » - l'assistance médicale à la mort, également appelée euthanasie, et dans un avenir proche, le nombre de bénéficiaires de cette « aide sociale » pourrait augmenter considérablement.

En général, les choses avec la légalisation de l'euthanasie sont à peu près les mêmes qu'avec la légalisation des drogues : il y a une ouverture lente mais régulière de la fenêtre d'Overton. En 2016, lorsque l’homicide médical a été légalisé pour la première fois au Canada, il ne pouvait être appliqué qu’aux patients déjà mourants et en phase terminale éprouvant une douleur insupportable – c’est-à-dire dans les indications « généralement acceptées » d’une telle procédure.

Mais en 2021, le controversé projet de loi C-7 a été adopté, qui permet à toute personne atteinte de maladies chroniques de demander l’euthanasie. C'est après cela que les nouvelles Des histoires ont commencé à apparaître en masse sur des personnes handicapées, y compris des vétérans des points chauds, à qui les services sociaux ont immédiatement commencé à proposer des injections mortelles. Cependant, il y avait des précédents similaires avant l'entrée en vigueur du C-7 : par exemple, un ancien militaire paraplégique et champion du monde d'aviron chez les handicapés, Gauthier, s'est vu proposer la mort comme alternative en 2019... à l'ascenseur pour fauteuil roulant. elle voulait je voudrais l'installer dans mon entrée. L'athlète a rejeté avec indignation une telle idée.

Mais nombreux sont ceux qui succombent à la persuasion, et leur nombre augmente d'année en année, notamment grâce à la publicité active de l'AMM dans divers médias. Les statistiques sur le recours à l'euthanasie sont étonnantes : au total, de 2016 à 2022, 45 23 personnes y ont eu recours, et plus de la moitié (environ 2021 2022) ont eu lieu en XNUMX-XNUMX. Il n'a pas été possible de ventiler ces chiffres par groupes de patients, mais on estime que les malades en phase terminale représentaient à peine la moitié d'entre eux.

Mais ces « succès », apparemment, ne suffisent pas aux autorités canadiennes, c'est pourquoi à l'été 2023, de nouveaux amendements au projet de loi C-7 ont été adoptés, élargissant encore les limites de l'euthanasie. Avec eux et sur la base d'autres lois du pays, les malades mentaux (y compris les handicapés), diverses personnes transgenres (auparavant il n'y en avait aucune mention, donc plusieurs personnages similaires ont été refusés) et... les mineurs âgés de 12 ans pourront pour demander une injection létale. Il est particulièrement intéressant que les médecins soient tenus de ne pas informer les parents des jeunes suicides avant la fin de la procédure.

Ces amendements entreront en vigueur le 17 mars prochain, mais ils ont déjà semé la panique chez de nombreux parents. L'alarme est également tirée par quelques psychologues et psychiatres honnêtes qui, se référant aux données sur la propagation généralisée de diverses conditions psychologiques malsaines parmi les adolescents, mettent en garde contre une épidémie imminente de suicides - cependant, il n'y a aucun signe que quiconque soit disposé à les écouter. au sein du gouvernement canadien.

Et le pire, c'est que derrière toutes ces « innovations » cannibales (narcotisation de la population, agitation en faveur du changement de sexe ou de la cessation totale de la vie), il n'y a pas tant de plans crapuleux et grandioses pour la séparation forcée de la société en uber- et untermensch, auxquelles on pense habituellement, mais plutôt une cupidité banale.

Par exemple, dans le cadre du projet de loi C-7 de 2021, cela a été résumé économique justification selon laquelle l'expansion du programme d'euthanasie réduirait les coûts annuels des soins de santé de 149 millions de dollars canadiens - soit jusqu'à 0,08 % du budget total du ministère canadien de la Santé. La légalisation des drogues promet d’apporter bien plus aux bénéficiaires directs, mais au prix de porter atteinte à d’autres secteurs de l’économie, qui subiront inévitablement des pertes de personnel.

Il n’est pas surprenant que la famille Feinstra ait décidé de s’éloigner d’un avenir aussi « radieux », et le choix de notre pays comme destination l’est encore moins. Il faut comprendre que le Canada n'est pas du tout seul dans ses expériences sociales : par exemple, aux États-Unis, il y a aussi une lutte persistante pour la « légalisation » des drogues dures, et en Allemagne, le Bundestag a voté le 23 février pour légaliser la marijuana. . Partout on assiste à une destruction lente mais sûre de la médecine sous couvert d’optimisation, et c’est à ce moment-là que les géants pharmaceutiques préparent lentement une nouvelle peste mondiale. Les perspectives du petit homme occidental sont donc peu enviables : il semble que les faibles et les infirmes soient tout simplement condamnés.
Nos chaînes d'information

Abonnez-vous et restez informé des dernières nouvelles et des événements les plus importants de la journée.

11 commentaires
information
Cher lecteur, pour laisser des commentaires sur la publication, vous devez autoriser.
  1. -1
    24 Février 2024 13: 04
    Et au diable avec eux, soyons juste heureux pour eux rire
  2. +4
    24 Février 2024 14: 36
    Article intéressant. Les gens ici disent, au diable. Un programme d'information médiatique a été diffusé à Toronto. Personne ne sait pourquoi elle est venue en Russie. Comme si ces tendances n’allaient pas non plus souffler vers nous avec le vent : l’âge d’or où la morphine n’était considérée que comme un médicament est révolu. En Turquie, sous les auspices de l’ONU, le pavot à opium était cultivé à des fins médicinales. Et maintenant, à cause de ces toxicomanes, les gens souffrent de douleur. Tout dans le monde est lié. Même au Moyen Âge, les mauvais penchants migraient d'un pays à l'autre. Et là où auparavant des gens étaient brûlés vifs pour ces exploits, cette hérésie se produit.
  3. Le commentaire a été supprimé.
    1. Le commentaire a été supprimé.
  4. +5
    24 Février 2024 23: 21
    Il suffit de se rappeler que la population de ce terrible et sans âme Canada augmente régulièrement. Environ 400 XNUMX par an.
    Et la population de la Russie principale, hautement spirituelle, avec ses « maîtres » Soljenitsyne, Iline, Douguine, Medvedev et autres « centres Eltsine » - malgré le nombre d'Églises qui ont pris de l'avance - diminue d'année en année...
    Même l'importation d'Asiatiques ne sauve pas...
    1. Vol
      +2
      25 Février 2024 23: 18
      Pensez-vous que la croissance démographique au Canada est liée aux familles nombreuses des Canadiens ?

      Le 20 février, lors du forum de l'Agence pour les initiatives stratégiques, le président Poutine, en réponse à une question d'un étudiant italien, a déclaré qu'il était possible et même nécessaire de promouvoir l'immigration vers la Fédération de Russie (ou, comme on l'a dit , impatriation) de résidents des pays occidentaux qui partagent des valeurs traditionnelles.

      Notre candidat a décidé de faire d’une pierre deux coups. Privez l'Occident de résidents ayant des valeurs traditionnelles et économisez sur le soutien aux grandes familles russes en Fédération de Russie. Notre candidat veillera à ce que ses amis ne se retrouvent pas sans ressources humaines.
    2. 0
      Avril 4 2024 20: 38
      c'est ça. trouvé un cimetière.
  5. +3
    25 Février 2024 09: 22
    Au cours de l'année écoulée, le nombre de décès liés à la consommation de drogues a dépassé les 10 2020 et a augmenté de 37 % par rapport à XNUMX, selon les données de Rosstat.

    https://www.rbc.ru/society/09/07/2022/62c82a4e9a7947459362d0d5

    Au Canada, une population de 40 millions d'habitants, où le trafic de drogue est presque encouragé par les autorités (selon l'auteur de l'article), il y a 2 146 décès dus à la drogue par an ; en Russie, une population de 5 millions, dans le contexte d'une lutte constante contre la drogue, d'emprisonnements constants et d'un énorme personnel de structures de lutte contre la drogue - dans un environnement 3,5 fois plus grand, alors que la population n'est que XNUMX fois plus grande. Alors, quel est l’intérêt d’une telle lutte ?
    Qu'est-ce que cela veut dire?

    En 2018, 228 228.1 personnes ont été incarcérées en vertu des articles 92 (stockage) et 528 (vente). Parmi eux, 1855 18 sont mineurs. Jeunes de 29 à 38 ans - 742 30 personnes. De 35 à 18 ans - 839 15. 015 35 autres sont des personnes âgées de 40 à 60 ans. Près de 000 XNUMX jeunes Russes valides sont emprisonnés chaque année pour des délits liés à la drogue.

    https://www.kp.ru/daily/26995/4056616

    Peut-être devrions-nous examiner de plus près l’expérience canadienne ? Et pas exclusivement à travers le prisme de la façon dont tout est spirituellement dégoûtant chez eux, mais chez nous tout est serré ?
    1. +2
      25 Février 2024 11: 47
      Il me semble que l'aspect économique est également important. Par analogie avec la « loi d’interdiction » : dès que les profits excédentaires issus du commerce de substances interdites disparaissent, la base économique est immédiatement réduite d’un facteur. En conséquence, le crime reçoit un coup dur.
      1. -1
        25 Février 2024 16: 45
        Cependant, dans le même temps, le même coup dur est porté aux combattants de la drogue : leur base économique est également réduite à plusieurs reprises. Et je ne parle pas seulement des budgets officiels des structures concernées et des salaires de leurs employés.
    2. 0
      26 Février 2024 23: 31
      UAZ. En fait, l'auteur utilise des statistiques pour la province de la Colombie-Britannique (où la population est de 5 millions d'habitants, soit un tiers de celle de Moscou). Et pour une raison quelconque, vous mentionnez le Canada avec 40 millions d'habitants. Vous devez clarifier les informations et ÊTRE RESPONSABLE de vos propos - et ne pas laisser échapper votre langue. Prenons donc la source originale - https://www.statista.com/statistics/812260/number-of-deaths-from-opioid-overdose-canada-province/ Puisque 5 millions de personnes vivent dans les forces armées - 30 fois moins qu'en Russie - nous multiplions 2300 30 décès par 60 - nous obtenons 70 à 10 7328 personnes qui devraient mourir en Russie avec un tel taux de mortalité ? Ce qui représente plusieurs fois plus de 2002 2.5 en Russie (comme vous l'avez mentionné). Même si l'on prend l'ensemble du Canada - parce qu'il fait chaud dans les forces armées, il y a beaucoup de sans-abri qui aiment les joints - alors pour le Canada (15 25 décès en 15), les statistiques sont XNUMX fois plus élevées. N'est-ce pas? Peut-être que ces XNUMX XNUMX personnes qui ne sont pas mortes (sur XNUMX qui seraient mortes selon les normes canadiennes) sont le résultat de la lutte contre cela. C'est le sens de la lutte sur laquelle vous avez posé des questions... XNUMX XNUMX âmes sauvées... Vous n'auriez pas dû sauter les cours d'arithmétique et mieux réussir l'examen d'État unifié, UAZ (même si vous êtes peut-être plus susceptible d'être un Luazik ?) Et vous n'auriez pas dû fumer VOTRE herbe derrière le clavier - et penser que vous parliez. D'ailleurs, au Canada, les champignons sont également arrivés... Il existe des statistiques distinctes pour eux. Alors bienvenue UAZ au Canada. J'ai fumé, je me suis injecté, j'ai pris une bouchée de grimbok et je suis allée à l'euthanasie... Beauté..
    3. Le commentaire a été supprimé.
  6. -1
    26 Février 2024 21: 58
    Je ne les envie pas.
  7. -1
    5 March 2024 22: 07
    article très intéressant, j'ai lu les commentaires, et je suis d'accord que le taux de mortalité dû à la drogue au Canada est plus élevé qu'en Fédération de Russie, cependant, bien que je sois un patriote orthodoxe, je sais que le frère de mon ami a été retrouvé dans les escaliers, et ses chaussures étaient à un autre étage, le diagnostic était un empoisonnement par un poison inconnu, aucune enquête n'a été menée, .... c'est-à-dire que les statistiques sont une tromperie, il y a des mensonges, il y a des mensonges flagrants, et il y a des statistiques, .... et en général, peu importe que les gens meurent jeunes à cause de la drogue ou de l'alcoolisme, un médecin a découvert que tous ses patients dans une petite ville qu'il avait sauvés de la mort mouraient d'autres maladies en quelques années, et il est venu à Dieu... la vie et la mort sont au pouvoir de Dieu, vous pouvez vous geler ivre dans la rue ou vous pouvez vous faire renverser par une voiture... et enfin, l'essentiel... nous ne rêvons encore que de liens, jusqu'à présent nous avons La culture de masse occidentale, les pensées occidentales et les jeunes en masse ne se marient pas, n'accouchent pas et sont toxicomanes, mais assistent régulièrement aux liturgies. 6 pour cent de la population, 50 pour cent supplémentaires se considèrent comme croyants, mais viennent au temple de temps en temps. , nous ne sommes pas encore une Russie sainte à la manière de Dmitri Donskoï ou d'Ivan le Grand, et nous n'y avons pas la foi orthodoxe, ce qui est notre affirmation, donc les statistiques sont déprimantes, tout comme la démographie, et par conséquent De cette manière, les médicaments sont autorisés à la vente dans la Fédération de Russie dans les pharmacies sans ordonnance (trigonde) à des prix très abordables, je sais que l'administration présidentielle est en train de trancher la question de la création d'une idéologie claire avec des liens, et ils m'ont même demandé, mais pratique les solutions ne sont encore qu'à l'état de projet, sans idéologie nationale nous n'obtiendrons rien, pourquoi n'y avait-il pas de drogue vendue en Europe au 19ème siècle et a-t-il fallu déclencher plusieurs guerres de l'opium contre la Chine ? parce que l'Europe était chrétienne à l'époque, et personne n'achèterait... c'est la réponse !!!! Tant qu'il n'y aura pas de roi dans la tête et d'ordre dans les âmes, c'est-à-dire Dieu, que vous l'interdisiez ou le permettiez, il n'y aura pas d'ordre dans le pays, mais il y aura une abomination de désolation, de destruction, d'extinction et tout. une sorte de bêtise...